PRENDRE SOIN DE SOI

Changer son alimentation sereinement selon ses besoins et ses envies


Changer son alimentation sereinement selon ses besoins et ses envies - Slow living - Miss Blemish

Cet article sur l’alimentation mûrit depuis longtemps et a connu de nombreuses versions mais il m’a fallu plus d’un an pour trouver l’angle à même de porter ce que je voulais vraiment partager. Cette thématique n’est pas la plus simple à aborder ni pour soi et encore moins dans un article tant elle se lie à nos émotions, notre estime de soi, notre culture, nos habitudes, notre expérience, notre santé, notre propre jugement mais aussi celui ressenti dans le regard d’autrui qu’il s’agisse de la presse, de nos proches, d’inconnus ou de professionnels de santé. Plutôt que de répéter des conseils portant sur le contenu de nos assiettes, j’ai préféré vous parler de changement. Le changement voulu, souhaité et comment essayer pas à pas de le mettre en place sans se décourager, se déprécier ni se comparer. Je voulais un article dans lequel chacun puisse piocher des outils pour mener le changement qui convient à sa situation personnelle et singulière (santé, emploi du temps, envies, besoins, préférences et goûts).

Ainsi dans cet article je ne parlerai d’aucun courant alimentaire ni ne présumerai de ce à quoi devrait ressembler votre assiette. Si je vous donne quelques exemples concrets tirés de mon expérience sur certains points dans un but pédagogique pour mieux les illustrer, à aucun moment cet article n’a pour vocation de promouvoir ces choix particuliers qui – s’ils sont ceux qui me conviennent le mieux aujourd’hui  – ne sont en aucun cas ni meilleurs ni moins bons que ceux que vous pourriez faire pour vous-mêmes. Tout l’objet de cet article est de vous donner des pistes pour mieux vivre les changements que vous avez envie d’initier ou d’essayer et vous donner le plus de chances de les mener à bien indépendamment de leur nature. Et j’espère de tout coeur qu’il vous y aidera :)

Cet article ne se substitue pas à l’accompagnement personnalisé d’un professionnel de santé. Cet article n’a pas pour prétention d’être exaustif mais de débroussailler un sujet épineux en soulevant des points peu souvent présentés dans les médias non spécialisés

Apprendre à connaître son rapport au changement

Avant d’initier un nouveau changement, j’aime observer comment se sont passés les précédents. Dans quelles conditions ils ont été initiés, quelles étaient mes motivations, à quel rythme je les ai introduits, s’ils ont tenu dans la durée et s’ils ont su se fondre dans mon quotidien quitte à être adaptés au fur et à mesure qu’ils étaient testés. J’ai ainsi pu m’apercevoir que les seuls changements qui ont porté leurs fruits pour moi sont ceux qui ont été progressifs et se sont faits par étapes sans frustration, rupture ni grand écart. Ainsi, chaque fois que je ressens le besoin d’adapter ou de changer du tout au tout un domaine, je m’emploie à créer une période de transition suffisamment longue et progressive pour m’habituer pleinement à la nouvelle manière de faire que j’ai envie d’adopter. De procéder ainsi je me soustrais à la frustration que génèrent les interdits et trouve à mon rythme des substituts pour chaque situation. 

Je vous invite donc avant d’entreprendre un changement de fond (sauf urgence indépendante de votre volonté) à vous interroger sur vos changements de mode de vie précédents et d’essayer d’y trouver les clés qui les ont fait tantôt marcher ou échouer pour vous aider à entreprendre le changement du moment de la manière la plus propice pour vous personnellement. 

Envisager le changement sous un angle positif 

Envisager le changement par le prisme de ce qu’il peut nous apporter de positif est un bien plus sûr moteur que l’autodépréciation. Nous avons certainement tous expérimenté des périodes où nous n’étions pas satisfaits de nous-mêmes et prompt à l’auto-critique. Cependant s’il est bon de pouvoir prendre du recul et de réviser ses choix lorsque l’on sent que l’on s’égare, il est très facile de se laisser emprisonner dans des ruminations pessimistes qui empêchent d’avancer. Face à quelque chose qui ne me convient pas, j’essaie donc le plus possible de réfléchir à ce que je pourrais faire pour la changer ou mieux la supporter et de focaliser mon attention sur ce « mieux » visé plutôt que sur le « moins bien » actuel. Et si cette bascule de lecture et de perspective ne change rien factuellement, cette modification d’état d’esprit dont elle est à la source peut nous donner les moyens de mettre en oeuvre le changement plus sereinement et plus rapidement. 

S’inspirer et apprendre sans se comparer 

Selon le type de changement choisi, une période d’apprentissage peut être plus ou moins nécessaire pour s’approprier nouveaux ingrédients, substituts des anciens, outils et techniques nouvelles. Ainsi en voulant diminuer ma consommation de produits d’origine animale, j’ai cherché de nouvelles recettes mais aussi des informations pour réapprendre à composer mes assiettes pour qu’elles soient complètes d’un point de vue nutritionnel.
Mais si observer les choix faits par les autres peut nous donner des pistes utiles pour mieux décider comment avancer soi-même, il est rare que la solution du voisin soit également notre solution idéale. Plus encore, il est extrêmement rare d’avoir accès à une vue d’ensemble représentative des choix d’autrui en matière d’alimentation comme dans tout autre domaine. Lorsque l’on en prend conscience il est bien plus facile de ne garder des images/articles/recettes/menus types seulement ce dont on a besoin sans préjuger de notre infériorité face à l’idéal qu’ils nous renvoient. Par ailleurs durant cette période d’apprentissage (et parce que les conseils sont légions et souvent issus de l’expérience personnelle de ceux qui les partagent) je vous encourage à recouper vos informations et garder un esprit critique pour trouver vos réponses parmi celles des autres mais aussi laisser de côté les propositions qui ne vous conviennent pas. 

Interdire les interdits

J’aime beaucoup la philosophie d’Ella Woodward (que vous connaissez peut-être pour son blog Deliciously Ella) qui conseille lorsque l’on veut changer son assiette d’initier le processus en ajoutant ce qui nous semble manquer à notre alimentation plutôt que de retirer ce qui nous semble y être en excès. En prenant l’exemple d’une alimentation plus riche en légumes, elle donne comme piste d’en rajouter une portion à un repas, puis à deux, puis à trois. Ainsi on s’habitue aux nouvelles saveurs, on expérimente des combinaisons, on apprivoise ce nouvel ingrédient sans se priver des autres dont la proportion diminue de fait puisque notre faim n’est pas sans limites. Le changement s’instaure ainsi en glissement sans jamais passer par des extrêmes. 

[Petit aparté : Il y a beaucoup à gagner à envisager nos changements alimentaires sous l’angle d’une rééquilibration plutôt que d’une succession d’interdits car ces derniers sont à la source de troubles du comportement alimentaire par le biais d’un phénomène appelé la restriction cognitive (cet article est technique mais sa dernière partie « Résumé » explique de façon accessible les grandes lignes de cette théorie)(par ailleurs ce site est une source d’information prolixe si cette thématique vous intéresse). Cependant, se défaire de cette approche bien/mal autorisé/interdit est loin d’être simple car nous avons tous des croyances (erronées, enracinées) autour de l’alimentation et pris l’habitude d’associer à chaque aliment une étiquette. Déconstruire nos croyances vis à vis de l’alimentation, c’est devoir revoir tout notre référentiel. C’est se familiariser avec l’idée qu’aucun aliment BRUT n’est bon ou mauvais mais que tous apportent des choses différentes dont nous n’avons pas toujours besoin/envie en proportions égales selon nos activités, nos goûts, notre âge ou notre état de santé. C’est aussi se défaire de l’immédiateté et du catastrophisme que sous-tendent les régimes et réaliser que « l’équilibre alimentaire » ne se fait pas en un repas ni même en une journée mais sur des périodes bien plus longues rendant nos « écarts à l’interdit » dérisoires. Interdire les interdits c’est pouvoir manger de tout, pas forcément dans les mêmes quantités et aux mêmes fréquences selon les périodes, les formes ou son état de santé et réapprendre à (se) faire confiance (à soi comme à ses sensations).]

Avancer à son rythme et sans culpabilité 

S’écouter 

Est-ce le point le plus important ? Sûrement et il recoupe beaucoup de notions abordées dans les points de cet article. Tous les conseils ne s’appliquent pas à tout le monde. Et s’il existe pléthore de régimes et courants alimentaires, au-delà de leur intérêt économique certain, je veux croire que c’est aussi parce qu’ils répondent à des conditions différentes et des préférences individuelles. Une personne avec un intestin fragile sera moins confortable avec un régime trop riche en fibres là où une personne avec des intestins plus paresseux y trouvera un mieux. Il existe milles et une spécificités comme celle-ci qui peuvent expliquer pourquoi la solution du voisin n’est pas exactement la vôtre et demande de fait des ajustements. Ajoutez à cela des envies différentes, des sensibilités particulières, une multitude de rythmes de vie et de priorités qui diffèrent et la nécessité d’expérimenter pour soi-même en restant à l’écoute de ses sensations devient évidente. Pour qu’un changement ait une chance de trouver sa place dans votre quotidien, il faut qu’il vous convienne, qu’il réponde à un besoin et apporte un mieux être. Et si pour certains grands syndromes les réponses sont binaires (régime réduit en sel à certains stades de l’insuffisance cardiaque ou de l’insuffisance rénale par exemple), lorsque l’on a la chance d’être en bonne santé les changements tiennent plus de l’ajustement à une sensibilité particulière rendant leurs « commandements » beaucoup plus complexes à trouver. Ce qui explique ce besoin d’expérimenter, d’écouter ses sensations et de composer sa propre recette au sein même des grandes lignes nutritionnelles communes à tous les êtres humains pour trouver ce qui nous convient. 

DEMANDER CONSEIL A UN PROFESSIONNEL

Il existe de nombreuses professions qui ont fait de l’alimentation le coeur de leur métier et pourront à la fois répondre à vos questions, vous aider à identifier vos besoins, vous aiguiller si besoin était vers un médecin et vous soutenir dans vos démarches. 

Ne changer qu’une seule chose à la fois 

Tout changement faisant naître son lot de résistances et d’obstacles, se concentrer sur un seul changement à la fois donne plus de chances de les solutionner sans abandonner ni se sentir submergé. Un changement demande du temps pour être envisagé, voulu puis mis en action et encore plus pour supplanter les anciennes habitudes et s’intégrer dans nos routines. Pourtant, l’envie de changement arrive souvent dans des périodes de trop plein où tout nous semble à revoir. Ainsi il m’est arrivé de vouloir tout en même temps me coucher plus tôt, ne plus utiliser que les escaliers, méditer tous les jours, ne plus manger de produits industriels et/ou raffinés, cuisiner d’avantage, faire du yoga tous les jours… Même s’il est dur dans ces périodes de résister à l’envie de tout initier en même temps, prioriser ces changements est pourtant primordial pour se donner le maximum de chances de réussite sur la durée.

Je vous invite donc à faire la liste des choses que vous souhaiteriez changer, d’en choisir une seule et de concentrer vos efforts sur elle seule jusqu’à ce qu’elle n’en demande plus aucun et vous semble parfaitement naturelle. Fort de ce succès vous serez à ce moment-là pleinement disponible pour l’ajustement (ou le grand changement) suivant.

Changer son alimentation sereinement selon ses besoins et ses envies - Slow living - Miss Blemish

Quelques pistes qui pourraient vous inspirer

Observer ses placards

Regarder ce que l’on a l’habitude d’acheter est riche d’enseignement. Changer sa manière de manger c’est aussi changer sa manière de consommer, d’acheter et choisir ses produits. Ainsi en faisant le bilan de la situation actuelle peut-on trouver les premières étapes du changement que l’on souhaite mettre en place. Cela peut-être aussi bête que de préférer la version labellisée d’un aliment, de changer de type de farine, d’acheter certains produits dans un format plus conséquent pour faire des économies ou de préférer les produits non transformés. Mais cette étape peut être un véritable élément déclencheur « catalyseur » de changement, ce serait dommage de passer à côté ! 

Prendre le temps de manger

Nos habitudes autour des repas ne vont pas toujours dans le sens d’un temps accordé qui soit suffisant. Manger en faisant autre chose, en travaillant, dans les transports, en regardant la télé ou rapidement entre deux rendez-vous a tendance à raccourcir la durée des repas. Reprendre le temps de manger et s’accorder de vraies pauses pour ne faire que ça peut pourtant apporter de réels bénéfices. En effet on trouve parmi les indicateurs renseignant le corps sur la présence ou l’absence de faim la distension de l’estomac qui une fois rempli envoie au cerveau le message d’arrêter de manger. Or il faut une vingtaine de minutes à l’estomac pour composer un tel message. Ainsi en mangeant trop vite prend-on le risque de manger plus qu’à notre faim augmentant ainsi notre apport calorique et générant un inconfort après le repas. 

Quelques pistes pour réapprendre à prendre le temps :

  • poser les couverts entre chaque bouchée
  • ne rien faire en même temps
  • utiliser des techniques de méditation pleine conscience pour être présent à l’acte de manger
  • faire une pause entre le plat principal et le dessert pour ne prendre ce dernier que si la faim est encore présente après cette pause. 

Cuisiner

Si ce n’est pas toujours facile d’en trouver le temps ou de se lancer lorsque l’on sent ses bases fragiles, cuisiner une plus grande part de son alimentation a de nombreux avantages. Celui de choisir exactement ce que contiennent ses plats et se défaire de sucre, sel et additifs en excès dans les plats préparés. Celui de pouvoir apprivoiser de nouveaux ingrédients en testant autant de combinaisons que nécessaire pour trouver la manière dont ils doivent être cuisinés pour nous plaire. Celui d’amener de la diversité dans nos assiettes en proposant des associations peu représentées dans l’offre des plats à emporter. Celui de faire des économies, les produits de base étant souvent moins coûteux que ceux déjà préparés. On peut imaginer une multitude d’étapes pour essayer de cuisiner un peu comme de préparer une fois par semaine les encas qui nous accompagneront au quotidien, en faire un rendez-vous familial ou un moment rien qu’à soit de temps en temps créant l’occasion d’écouter son podcast préféré. Comme pour tous les conseils de l’article, il vous appartient d’expérimenter pour trouver ce qui vous convient dans votre vie telle qu’elle est aujourd’hui. Et d’abandonner ce conseil s’il n’y a pas sa place. 

Si vous peinez à trouver le temps de cuisiner au quotidien, peut-être la technique du batch cooking – qui consiste à préparer tous ses repas de la semaine en une seule session cuisine – pourra vous aider, j’en parle en détail dans cet article Mieux manger au quotidien : le Batch cooking et vous détaille une session dans son entier ici Batch cooking 1 semaine dans mon assiette

Changer son alimentation sereinement selon ses besoins et ses envies - Slow living - Miss Blemish

De la lecture 

Si la thématique du changement vous intéresse, ces deux ouvrages qui se consacrent à ce sujet m’ont passionnée :
  • The power of less de Leo Babauta que vous pouvez également retrouver sur son site (en anglais) Zen Habits
  • The power of habit (que je suis en train de lire mais qui est plein de promesses) de Charles Duhigg 
Vous trouverez dans ces livres des appuis scientifiques et des informations complémentaires qui pourront continuer de vous aiguiller. J’espère de tout coeur que cet article vous a apporté quelques pistes à explorer si vous êtes dans une période de changements difficiles à mener et qu’il pourra vous aider à les accomplir plus sereinement, à votre rythme et sans culpabilité. N’hésitez pas à partager vos conseils et votre expérience dans les commentaires, je suis sûre que cela pourra en intéresser et aider plus d’un ! Et si l’article vous a plu, vous pouvez le partager sur Pinterest via l’image ci-dessous :)

Changer son alimentation sereinement selon ses besoins et ses envies Pinterest - Slow living - Miss Blemish

Et vous, quel est votre rapport au changement ?

Laisser un commentaire - 38

Maquillage quotidien simple et léger


Maquillage quotidien simple et léger - Slow beauty slow lifestyle - Miss Blemish

Au quotidien j’aime adopter un maquillage doux et léger qui soit simple et rapide à réaliser et souligne sans travestir ni surcharger. La combinaison que je vous présente aujourd’hui s’est ainsi construite petit à petit à fil d’astuces et bons produits autour de l’envie de mettre en valeur mes traits comme le ferait une très chouette journée – de celles dont on sort les joues rosies et le regard pétillant – dès le saut du lit. Ainsi chacun de ses ingrédients se trouve à cheval quelque part dans les tons roux-bruns et se fond (presqu’) incognito dans le camaïeux de mes lunettes-yeux-cheveux.

4 étapes, 4 produits et 5 minutes chaque matin, le cahier des charges de mon maquillage parfait s’est vu rempli tout récemment et avec lui l’heure de le partager avec vous ici (au cas où vous passeriez par les phases d’expérimentation il-manque-quelque-chose-je-ne-sais-pas-quoi qui ont pour moi duré des mois). J’espère qu’il vous plaira et qu’il pourra vous donner quelques pistes pour trouver votre combinaison parfaite bien à vous (j’explique à chaque étape l’effet recherché comme ça même si les teintes ne vous sont pas adaptées vous pourrez expérimenter).

Maquillage quotidien simple et léger - Slow beauty slow lifestyle - Miss BlemishMaquillage quotidien simple et léger - Slow beauty slow lifestyle - Miss Blemish

Maquillage quotidien simple et léger | 4 étapes 

1 – Les sourcils ! Si j’ai mis du temps à adopter cette étape – pour dire toute la vérité, c’est très récent – elle est désormais la toute première de ma mini-routine et sans doute la plus simple et efficace lorsque l’on cherche à souligner et mettre en valeur ses traits sans les travestir ou les surcharger. J’utilise le duo sourcil UNE qui est composé d’une cire et d’un fard. A l’aide du pinceau fournit dans le kit, je viens prélever un peu de cire puis de fard brun et je dessine mes sourcils avec l’ensemble ainsi formé. Le résultat est très naturel, la couleur du fard étant assez neutre et très bien assortie à la couleur de mes sourcils, et la cire permet de fixer les pigments pour un résultats qui tient jusqu’en fin de journée. Je répète l’opération jusqu’à ce que le résultat soit aussi marqué que je le souhaite. 

2 – Pour souligner mon regard – étape indispensable avec mes lunettes toujours vissées sur le nez – j’utilise un crayon brun-bronze très légèrement irisé pour renforcer la ligne des cils sur la paupière supérieure et son coin externe sur la paupière inférieure. Moi qui n’aime pas trop les paillettes, j’ai été la première étonnée de l’adopter aussi facilement mais je dois bien reconnaître que c’est justement le fait qu’il soit irisé qui fait qu’il peut s’utiliser seul sans que le résultat ne soit trop plat. 

3 – Pour les cils, il y a le recourbe cil d’abord – qui arrache une moue d’horreur à l’amoureux à tous les coups, quel cliché ! – et le mascara noir ensuite. Depuis que je l’ai essayé cet été, je ne quitte plus le Eyes only de UNE dont j’aime le rendu aussi léger en texture qu’intense en pigments et qui est d’une simplicité enfantine à manier.  

4 – Le rouge à lèvres. Cela faisait 2 ans que je boudais les rouges à lèvres qui n’étaient pas rouge sombre – teinte que je réserve pour les occasions un peu spéciales – car je trouvais que les autres faisaient ressortir mes rougeurs (celles qui peinaient à partir). Et puis au début de l’hiver – mes derniers essais rouge à lèvres remontant à bien trop longtemps – je me suis ré-essayée à ce rouge à lèvres entre rose et taupe « Dusk till dawn » de ModelCo qui a longtemps été mon préféré et qui l’est redevenu sitôt appliqué. Cette teinte se fond à merveille avec ma peau claire, mes cheveux roux et mes yeux bruns pour un résultat qui se fait presque oublier et c’est exactement ce que je cherche au quotidien. Pour que l’impression de texture soit la plus légère possible, je l’applique sur la lèvre supérieure uniquement et répartit le produit sur mes lèvres en les frottant entre elles rapidement. En procédant ainsi la teinte est tout aussi intense mais l’effet moins épais ce que je trouve plus joli. 

Petit aparté teint : je ne maquille plus mon teint depuis plus de 2 ans c’est pourquoi rien le concernant n’est détaillé ici. Si vous voulez plus de détails concernant ma routine soin et les raisons pour lesquelles je ne maquille plus ma peau, je vous invite à lire mon article dédié Pendant et après Roaccutane, ma routine soin toute en douceur 

Maquillage quotidien simple et léger - Slow beauty slow lifestyle - Miss Blemish Maquillage quotidien simple et léger - Slow beauty slow lifestyle - Miss Blemish

Le recap’ produits

Si certains de ces produits ont des spécificités qui les rendent vraiment chouettes à utiliser, je vous invite à regarder dans vos placards si vous n’en avez pas des équivalents qui feraient aussi bien qu’eux. Très souvent c’est le cas (et cela fait toujours plaisir de redécouvrir ses produits oubliés sous ce prisme là) ! 

Sourcils Duo sourcils UNE beauty teinte B01* 

Crayon yeux 2-in-one eyeliner & shadow Jelly pong-pong teinte bronze

Mascara Eyes Only UNE beauty teinte noir*

Rouge à lèvres Dusk till dawn ModelCo – l’ayant acheté il y a longtemps, je vous ai mis en lien le ral qui me semblait être son remplaçant avec un nom de teinte quasi identique (Dusk)

* Les produits marqués d’une astérisque m’avaient été envoyés au printemps par la marque UNE (et depuis je les ai adoptés)

Maquillage quotidien simple et léger - Slow beauty slow lifestyle - Miss Blemish

Et vous, à quoi ressemble votre maquillage quotidien ?

Laisser un commentaire - 17

Une jolie peau sans fond de teint


Une jolie peau sans fond de teint - slow life - Miss Blemish

Depuis que je ne me maquille plus le teint j’ai testé/adopté quelques techniques simples et efficaces pour une jolie peau sans fond de teint au quotidien comme avant les évènements un peu plus importants. Si bien sûr aucune d’entre elle n’est une usine à miracle et que mes meilleurs alliés jolie peau ont été le temps, le traitement de mon acné, la prise d’une pilule adaptée et quelques changements dans mon assiette – je détaille tout ce cheminement dans cet article – ces techniques me permettent d’atténuer les rougeurs, d’uniformiser mon teint et de le mettre – le plus possible – en valeur. J’espère que certaines pourront vous épauler au moment de vous préparer pour les fêtes de fin d’année si comme moi vous ne portez plus (ou presque plus) de maquillage teint.

La veille

(optionnel) Un gommage très très doux

Le gommage (lorsqu’il est adapté à la sensibilité de ma peau et appliqué avec douceur) est l’un des produits qui illumine le plus rapidement mon teint. Pour ne pas agresser ma peau et ne garder que ses bienfaits, je l’applique sur visage mouillé (ce qui dilue un peu le produit) après avoir frotté entre mes mains une noisette de produit. Ainsi il n’y a pas trop de grains au niveau de la pulpe de mes doigts et ceux-ci glissent sur ma peau grâce à la fine pellicule d’eau. Je fais des mouvements circulaires sans trop frotter et je rince à l’eau tiède. Le tour est joué ! J’utilise le gommage à l’argile blanche et aloe vera de chez cattier qui a l’avantage d’être bio, doux, peu cher et efficace.

Bain de vapeur parfumé

De toutes les astuces à faire la veille si vous ne devez en choisir qu’une (par manque de temps) choisissez celle-là. Le bain de vapeur est l’étape qui diminue le plus significativement mes rougeurs et unifie le plus mon teint en empruntant les bienfaits du hammam. Mon visage nettoyé avec mon gel nettoyant habituel +/- une étape doux gommage comme décrite ci-dessus, je fais un bain de vapeur d’une dizaine de minutes et rince ma peau juste après à l’eau très froide. Si ma peau est très souvent rouge juste après l’opération, le lendemain elle est lumineuse, les pores moins visibles et mes rougeurs estompées. 
Pour les détails de la préparation du bain de vapeur je vous laisse lire mon article dédié par là.

Une crème adaptée en juste quantité

Une peau déshydratée manque souvent d’éclat tout en étant inconfortable, je prends donc toujours soin d’hydrater ma peau après ce soin express. Avec le temps j’ai appris à doser ma crème hydratante pour ne donner à ma peau que ce qu’elle peut absorber (et ne pas la surcharger). Je me sers de l’excès pour hydrater mon cou (que l’on oublie souvent dans le soin du visage alors qu’il en fait presque partie). En procédant ainsi ma peau ne brille plus après l’étape hydratation (ce qui est un avantage indéniable lorsque l’on ne se maquille pas). 
Je me sers l’hiver de la crème Peaux intolérantes d’Avène et l’été de la crème Hydrance légère avec spf d’Avène.

Une nuit de sommeil complète (parce que l’anticerne ne pourra pas nous sauver cette fois)

Ne pas essayer de nouveaux produits la veille d’une occasion particulière

Parce que je sais ma peau susceptible de mal réagir à des produits qui ne lui conviendraient pas, j’évite d’introduire dans ma routine de nouveaux produits avant un événement un peu plus important. D’une manière générale je reste très fidèle aux produits que je sais me convenir et limite au maximum les changements que j’essaye d’installer dans des périodes où je n’assiste à aucun événement particulier (type mariage, soirée, remise de diplôme…). 

Une jolie peau sans fond de teint - slow life - Miss Blemish

Le jour même : choisir les bonnes couleurs

J’ai pris conscience de bienfaits que pouvaient avoir les bonnes couleurs sur le teint lorsque j’ai arrêté de me maquiller et que j’ai commencé à chercher des alternatives au fond de teint pour le sublimer. 
Pour trouver mes couleurs, je les ai tout simplement essayées. Pour les vêtements, la sélection s’est faite naturellement par l’observation de mes tenues quotidiennes et de leur accord avec la carnation de ma peau. J’ai ainsi pu observer que le noir, le gris anthracite et une large gamme de roses pâles comme plus foncés étaient les couleurs qui me donnait le plus « bonne mine » là où d’autres pourtant très présentes dans mes placards comme le bleu marine avaient tendance à le ternir et à faire ressortir ses imperfections. 
Pour les rouge à lèvres en revanche, j’ai réessayé tous ceux que je portais lorsque je me maquillais sur peau nue lors d’une seule et même séance d’essai. J’ai ainsi découvert que le prune rendait plus visible mes rougeurs là où un rouge intense un peu foncé illuminait et uniformisait mon teint, que le rose avait un rendu fade, que le orange donnait l’impression que j’étais malade et les taupes rendait mon teint plus terne.
De ces observations, je choisis désormais plus facilement ces couleurs au moment de composer mes tenues pour un événement particulier comme en magasin et choisit pour mes lèvres toujours un rouge à lèvres rouge lorsque je veux être un peu plus maquillée qu’au quotidien (où je me contente souvent d’un trait de crayon et de mascara).

Un autre allié

L’infusion Mama detox est mon alliée en période de fêtes où les écarts à mon régime sans gluten sont plus fréquents qu’en temps normal. Si elle ne fait pas de miracles, j’ai pu remarquer qu’elle augmente légèrement la tolérance de ma peau au gluten transitoirement et m’évite de payer trop durement les écarts des repas de fêtes si j’en fais. 

Une jolie peau sans fond de teint - slow life - Miss BlemishEt vous, quelles sont vos astuces pour avoir une jolie peau sans fond de teint ?

Laisser un commentaire - 17