Mode

Une histoire de lunettes, d’âge adulte et de traits familiers


Une histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss Blemish

C’est la première fois que changer de lunettes faisait appel à un processus de recherche plus élaboré que de choisir la plus jolie paire pour moi dans la sélection d’un grand opticien. À la bonne forme, la bonne hauteur, la bonne largeur et le juste équilibre entre ces 3 grandeurs s’est ajouté ce besoin flou, impalpable et nouveau que ces lunettes « me ressemblent ». Qu’elles fassent écho à la personne que je pense être comme à celle que je veux être – toutes ces précautions pour dire combien j’ai conscience que ces lignes sont troubles, mouvantes et jamais définies pour de bon. Qu’elles ne me travestissent ni ne me condamnent à une posture que je ne saurais endosser. Des lunettes qui ne soient pas un masque, des qui ne s’imposent pas trop, des qui soulignent en douceur et se fondent à la couleur de mes cheveux, des qui ne donnent pas à mon visage un air sévère ou téméraire. Je cherchais sans bien réussir à le définir des lunettes qui – au-delà de m’aller seulement bien – racontent et soulignent des traits de personnalité que je reconnais (ou veux développer) comme miens.

Je crois très fort que ce besoin-là est né du questionnement qu’appelle le passage à l’âge adulte sur tout ce que l’on nous a transmis et tout ce que l’on vit/lit/cherche/apprend pour en faire sortir ce qui nous convient vraiment. Ce tri – jamais vraiment fini – qui nous permet pas à pas de nous faire une idée plus précise de ce que l’on veut pour soi et qui n’a réellement commencé pour moi que depuis 3 ans, mes anciennes lunettes sur le nez (elles choisies bien plus simplement). Illustrant ce cheminement à tâtons, en trois ans je suis ainsi devenue – en tremblant – rousse un peu puis tout à fait, j’ai rencontré l’amoureux, arrêté de me maquiller, redécouvert mon visage, vaincu l’acné et fait la paix avec mon reflet. J’ai donné une place à ce qui avait de l’importance à mes yeux malgré les conseils qui m’intimaient de laisser ça à plus tard, j’ai écrit, photographié, appris, pleuré, douté, je suis devenue auto-entrepreneure, j’ai interrogé les codes, j’en ai fait miens certains et abandonné d’autres que je ne me sentais pas à l’aise de suivre ou d’incarner. Mes anciennes lunettes sur le nez, j’ai pris mes premières décisions d’adulte et « qui je veux être » a commencé à trouver ses contours – flous et brumeux – dont j’ai fait de petits guides pour m’aider à prendre chacune de mes décisions au quotidien.

Pour choisir ces lunettes donc, j’ai pris le temps pour la première fois de ne pas m’arrêter à un seul opticien et même d’aller frapper à des portes autres que celles des grandes enseignes. J’ai pris le temps de dire « je réfléchis et je reviens demain » et d’accepter de ne rien trouver qui me convienne parfois. J’ai finalement trouvé mes lunettes chez Thierry Lasry, boutique découverte par hasard et dont je n’aurais jamais osé franchir le seuil si j’avais été seule – effrayée par son côté très solennel et luxueux. J’ai eu un coup de coeur pour toutes les lunettes que l’opticien qui s’est occupé de moi m’a proposé d’essayer sur la base de ce que je lui avais raconté et j’ai fini par choisir les premières essayées, celles que vous pouvez voir sur les photos. Et, chouette bonus, les lunettes de cette marque sont pensées, conçues et fabriquées de A à Z en France tout en gardant pourtant des prix similaires à ceux des montures de marque « luxe » que l’on peut trouver dans les grandes enseignes d’optique. 

Une histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss BlemishUne histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss BlemishUne histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss Blemish

Lunettes – Thierry Lasry
Manteau – Cotélac
Fine doudoune – Mademoiselle plume safran-bleue marine Comptoir de Cotonniers
Jean – Zara
Bottines – Sezane
Sac – Kesslord

histoire-de-lunettes-5 Une histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss Blemish Une histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss BlemishUne histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss Blemish

Et vous, quels détails vous racontent ?

Laisser un commentaire - 8

Été-Automne


Été-Automne - Slow fashion - Miss Blemish

Il y a beaucoup de couleurs comme ces deux-là – l’an dernier c’était le bleu marine et le noir – que je me suis refusée d’assembler pendant très longtemps décrétant un peu vite qu’elles n’allaient pas du tout ensemble – vraiment – jusqu’à changer d’avis du tout au tout – et souvent tout d’un coup – pour les assembler finalement et, coup de coeur, les adorer combinées.

Merci au temps gris et à ma frilosité, les tee-shirts d’été sont restés pendant nos vacances début juillet pour la plupart inutilisés m’obligeant à ruser avec les quelques vêtements plus chauds emportés à l’origine pour contrer la fraîcheur des soirées d’été. C’est donc dans cette sélection limitée que cet ensemble est né et a rejoint mes préférés. Et finalement je trouve qu’il marque à la perfection la transition qu’est septembre entre les pastels d’été – rose, blanc et gris clair – et les tons chauds d’automne – camel, ocre, roux. 

Été-Automne - Slow fashion - Miss BlemishÉté-Automne - Slow fashion - Miss Blemish

T-shirt American Vintage
Jean Zara
Pull Esprit 
Sneakers Stan Smith
Pochette

Été-Automne - Slow fashion - Miss BlemishÉté-Automne - Slow fashion - Miss BlemishÉté-Automne - Slow fashion - Miss BlemishÉté-Automne - Slow fashion - Miss Blemish

Et vous, quelles couleurs assurent la transition été-automne chez vous ?

Laisser un commentaire - 7

Amsterdam vintage


Amsterdam vintage - Mode - Miss Blemish

American Vintage faisait partie pour moi jusqu’en janvier de ces marques que l’on regarde de loin l’air rêveur sans oser pourtant en franchir le seuil d’une boutique. Puis aux soldes d’hiver j’ai sauté le pas et trouvés un t-shirt et un sweet gris tout doux qui depuis font partie de mes favoris. La marque démystifiée et adoptée, j’y suis retournée fin juin au tout début des soldes d’été et le coup de coeur n’a pas manqué. J’y ai trouvé ce t-shirt gris à la matière douce, fine et souple aussi agréable à porter qu’à toucher dont je suis tombée amoureuse de la coupe. Son col oval, le flou que le tissu laisse sous la poitrine tout en restant droit, un flou qui ne marque ni ne serre pas – je déteste ça ! – et la coupe de ses manches courtes, j’en ai instantanément aimé tous les détails que rien sur le cintre ne laissait à prévoir. C’est ce qui me fait aimer cette marque si fort je crois, de toujours réussir à donner à chacune de leurs pièces qu’ils veulent si simples un vrai « petit truc en plus » qui en font des basiques « pas si basiques ».

J’ai profité de nos vacances en amoureux pour vous le montrer porté dans le plus joli des cadres, les canaux d’Amsterdam que nous avons passé tout notre séjour à arpenter en une longue balade de quatre jours pavée de petites boutiques et chouettes cafés. Ces petites rues bordées d’eau et d’appartements tous en long ouverts sur la ville en de grandes fenêtres étaient et sont restées cet été ma partie préférée d’Amsterdam. Loin des rues bondées tout au centre, des files immenses devant les musées les plus prisés, loin du trafic fou où s’entrecroisent sur chaque grand axe tram-bus-taxis-vélos-voitures – demandant à chaque traversée une concentration que je ne suis pas habituée à donner à cet acte même à Paris bien plus anodin – Amsterdam renferme une multitude de petits quartiers comme celui-ci où règne un calme faisant mentir l’effervescence du reste de la ville. Une multitude de petits quartiers qui murmurent qu’il serait doux d’y venir habiter quelques temps pour goûter la douceur de construire son nid – plein de rituels et d’après-midis passées à lire tout contre les grandes fenêtres de l’appartement – dedans. 

Amsterdam vintage - Mode - Miss Blemish

T-shirt PULASKY – American Vintage
Jean – Massimo Dutti
Sneakers – Stan Smiths
Sac – Pimkie

Amsterdam vintage - Mode - Miss BlemishAmsterdam vintage - Mode - Miss BlemishAmsterdam vintage - Mode - Miss BlemishAmsterdam vintage - Mode - Miss Blemish

Et vous, quelles sont les marques qui collent au plus près du style que vous aimez ?

Laisser un commentaire - 9