Ma mini bucket-list 2021 et un bilan


Mini bucket-list 2021 - Miss BlemishJe suis dans le train pour Lyon, nous sommes le 29 décembre il fait nuit mais pas vraiment froid. Cela fait longtemps que je ne suis pas venue vous rendre visite ici, la dernière fois que j’ai franchi ces portes pour vous écrire j’étais sur la rampe de lancement d’un profond remue-ménage. 

Quoi de plus naturel alors que de vous y retrouver pour un bilan ? 

Fin août, inspirée par Från Meneses, je commence la lecture de The Artist Way de Julia Cameron. 12 semaines d’un programme dédié à la créativité avec pour outil central les pages du matin : 3 pages d’écriture spontanée chaque jour. Et quel chantier a débuté en me prêtant à ce jeu-là ! Car lorsqu’il faut écrire 3 pages tous les jours, on finit fatalement par aborder les sujets qui fâchent. Ce qui était bien caché sous le tapis est exposé et à partir de là, il faut bien s’en occuper. 

Ces 4 derniers mois ont ainsi été le théâtre d’une foule de chamboulements. 

En 2020 je suis devenue autrice et docteure, je me suis offert 6 mois de disponibilité et ouvert un compte Patreon pour la documenter, j’ai commencé l’écriture de mon second livre – un recueil de texte dont le titre provisoire est « Un chagrin » – inspiré par ma séparation d’avec celui qui a partagé ma vie pendant 6 ans. J’ai soudain vécu seule pour la 1ère fois de ma vie d’adulte, peint un mur de ma chambre en terracotta, appris à poser de l’enduit et me suis lancée dans tous les travaux que j’avais envie de faire depuis si longtemps. Surtout j’ai compris quelque chose qui vous semblera certainement bateau, de ces évidences cousues de fil blanc que l’on lit en haussant les épaules jusqu’à ce qu’un jour ça fasse tilt : la personne que je suis ne dépend ni du regard ni du jugement des autres, réels ou fantasmés. Je n’ai pas la maîtrise de ce que mon entourage pense de moi mais surtout, leurs pensées ne disent rien de moi. Ces pensées ne remettent pas en cause ma réalité, seules les miennes peuvent le faire et je me connais. Je suis alignée. Mon estime de moi ne dépend plus de retours extérieurs. Voilà une incroyable révolution ! 

En 2020 j’ai eu des conversations importantes et fait la paix avec des pans entiers de mon histoire. Et fin 2020 à la faveur de douces épiphanies – et d’une bonne dose d’entêtement – je suis heureuse. 

Si vous cherchez un outil pour vous guider dans la réflexion sur votre année, je vous conseille le livret The Year CompassThe Year Compass téléchargeable gratuitement et qui propose une grille de questions intéressante. 

Place donc à ma mini bucket list pour 2021 avec la liste de mes envies pour les 12 mois qui s’ouvrent 

  • Trouver une maison d’édition pour éditer mon 2nd livre « Un chagrin »
  • Terminer les travaux débutés chez moi et vous montrer ici le résultat ! 
  • Commencer l’écriture d’un 3ème livre – pratique ou roman
  • Apprendre la technique du punch-needle et à broder
  • Organiser une 1ère vente de mes peintures et dessins

Et vous, 2020 ? Que contient votre mini bucket-list pour 2021 ?

Laisser un commentaire - 0

Bienvenue sur ma page Patreon !!!


Bienvenue sur ma page Patreon ! Miss Blemish

MA PAGE PATREON EST EN LIGNE !!! HIIIII-YAAAAA !!!

(Et voici mon invitation officielle à devenir mes compagnons de studio)

Patreon est une plateforme permettant à ceux qui le souhaitent de soutenir financièrement les artistes qu’ils aiment. Ce soutien, sous forme d’abonnement mensuel résiliable à tout moment et sans engagement, donne accès à des contenus – en avant-première ou exclusifs. Surtout, elle offre un espace d’échange privilégié accessible seulement aux personnes intéressées, garantie dont j’avais besoin pour le type de partage que j’ai envie d’y proposer. 

Au programme sur ma page – un seul abonnement (pour l’instant) à 1€/mois :

  • Le retour des sourires de la semaine tous les vendredis !
  • Une podcast newsletter toutes les 2 semaines le lundi sous la forme d’une conversation entre vous et moi, un update pro et perso
  • Des posts exclusifs selon l’inspiration pour partager avec vous les coulisses de mon activité de créatrice de contenu et d’autrice

Surtout tout spécialement pour l’ouverture de ma page, j’ai écrit un ebook de 11 pages intitulé “Ecrire un livre pratique”. C’est ce qui motive l’ouverture de ce nouvel espace d’échange : pouvoir partager de façon encore plus libre les coulisses de mon activité d’autrice, de créatrice de contenus et “d’artiste” en gestation. Ici il sera question des outils pratiques qui m’ont permis d’écrire mon 1er livre dans le délai imparti et ce, sans empiéter ni sur la qualité ni sur la quantité de ce que je voulais réaliser. Je me suis énormément amusée à l’écrire et suis très fière du résultat (quelle magie lorsqu’on arrive à retranscrire sur l’écran exactement ce que l’on avait en tête !). J’espère qu’il vous plaira !

Bienvenue sur ma page Patreon ! | miss blemish

Voilà tout ce que je veux faire de cette page Patreon : un espace entre nous, protégé, où l’on soit libre d’interagir sans craindre trolls et commentaires désobligeants et où l’on puisse grandir ensemble. Un espace où les partages informels et quotidiens trouvent leur place plus aisément que sur ce blog ou les réseaux sociaux plus exposés.

Vous venez ?

Laisser un commentaire - 0

Consommer moins mais mieux les Internets


Consommer moins mais mieux les Internets - Miss Blemish

De m’être éloignée des réseaux sociaux depuis plusieurs semaines maintenant (j’en parle ici et ici) j’ai pu réaliser combien rien ne m’y manquait. Il est très étrange de faire l’expérience de ce que l’on sait déjà : on ne découvre rien et pourtant tout prend sens. On passe de la tête au cœur. Ma tête elle, savait depuis longtemps mais mon cœur, lui, ne pouvait s’y résoudre. Il y revenait sans cesse dans l’espoir de trouver quelque chose de différent, d’intéressant, de distrayant. 

Hier une pensée des plus banales est venue faire tilt. Alors que je fermais instagram après 30 minutes à scroller feed et stories, j’ai réalisé qu’il ne me restait rien de ce contenu consommé. Rien ne m’avait nourrie. Trop et trop peu tout à la fois, saturation d’informations survolées. Je n’avais été ni distraite, ni amusée, ni informée, ni intéressée. C’est une caractéristique suffisamment rare pour être soulignée : aucun autre loisir ne la partage. Une sieste, le visionnage d’une série ou d’un film, la lecture d’un article, d’un livre ou d’un magazine, l’écoute d’un podcast, une pause café seul.e ou accompagné.e, une séance de sport ou de méditation, une balade ou une heure de dessin, nos temps off nous nourrissent tous à leur manière. Ils peuvent être décevants, l’inspiration peut manquer, le timing n’est pas toujours le bon… mais pour chaque séance, même la plus ratée, il nous reste quelque chose, ne serait-ce que réaliser que la combinaison essayée n’était pas la bonne pour nous. Et entendons-nous, il n’est pas ici question de stimulation intellectuelle, même la comédie romantique la plus bas de gamme rentre dans ces cases pour peu qu’elle nous fasse rire, rêver ou même pleurer. 

C’était la pièce du puzzle qui me manquait, des mots sur l’intuition d’un truc qui cloche. Tous ces paramètres en tête, je pouvais décider quelle place donner à cette stimulation continue qui ne laisse nulle trace sinon un épuisement psychique. Et ma réponse aujourd’hui est aucune. Si ce n’est pas malin « car tout se passe là-bas », je prends le pari de miser sur le contenu de fond car c’est celui que j’ai envie de consommer et donc de proposer. Comme pour la mode : consommer moins mais mieux les Internets. Prendre le temps de lire un article choisi sur son flux RSS  – le choix, voilà un autre chapitre auquel nous n’avons plus voix sur les réseaux sociaux – prendre le temps d’écrire un article en plus de 1000 signes (facile pour celui-ci, je n’ai jamais su faire autrement), miser sur du contenu qui peut durer dans le temps et créer des oasis où aucune publicité n’a droit de cité. Je crois aujourd’hui les conséquences trop délétères du modèle proposé sur les réseaux sociaux actuels pour qu’aucune alternative ne vienne à les supplanter. Cela ne sera peut-être pas via les médias que nous connaissons déjà mais j’ose espérer que nous ne tolèrerons pas indéfiniment cette captation de notre temps où pour un contenu choisi il nous faut visionner 1, 2 ou 3 publicités. 

Et vous, quel est votre rapport à la consommation de contenus ?

Laisser un commentaire - 0