Transformer simplement sa décoration intérieure


Transformer simplement sa décoration intérieure | Slow lifestyle - Miss Blemish

Durant l’année écoulée, la décoration de mon appartement s’est progressivement transformée. Là où j’avais jusque-là préféré le blanc de peur de me lasser de choix plus risqués, j’ai commencé à introduire peu à peu autre chose. Des touches de bois clair, de moutarde, de doré et de vert, je me suis écoutée et ai donné une place à mes tons favoris pour une décoration certes toujours très sobre mais plus personnelle et chaleureuse. 

Pour me guider, je me suis beaucoup appuyée sur Pinterest qui m’a permis de mieux cerner ce qui me plaisait, ce que je voulais et comment utiliser certains des éléments déjà en ma possession pour créer l’ambiance souhaitée. Car c’était un point clé, je voulais repenser ma décoration en priorité à partir de ce que j’avais déjà avant tout autre achat. 

Tous les changements que je vous présente dans cet article ont ainsi pris pour base ce que je possédais déjà. Ils ont permis d’offrir une seconde vie à quelques meubles et objets – ceux que j’ai donnés ou vendus, ceux que j’ai accueillis – et n’ont pas nécessité beaucoup d’investissement. Un peu de peinture, quelques feuilles et fleurs séchées, de la patience et de jolis cadeaux, une poignée de simples détails ont suffi à changer radicalement l’atmosphère de mon appartement.

Ce processus a été l’occasion d’interroger une nouvelle fois mon rapport aux objets et aux achats. À ceux qui m’entourent, ceux qui servent mes besoins pratiques, ceux qui servent mes besoins psychologiques, ceux qui m’encombrent, ceux qui s’accumulent inlassablement, ceux qui ne me servent plus vraiment. Mais aussi de ré-interroger les notions de besoin et d’importance pour continuer à apprendre à consommer autrement. Je n’en tire aucune grande conclusion définitive que je puisse partager ici en quelques phrases mais l’expérience nécessaire de la difficulté à détricoter les liens qui me lient aux objets qui m’entourent et de me confronter à mes propres contradictions. 

J’espère que les astuces et combinaisons que je vous présente dans cet article vous plairont mais plus encore qu’elles pourront vous aider à transformer votre intérieur selon votre sensibilité à peu de frais. 

Transformer simplement sa décoration intérieure | Slow lifestyle - Miss BlemishTransformer simplement sa décoration intérieure | Slow lifestyle - Miss Blemish

Pour ajouter de la chaleur comme de la vie dans ma décoration qui en manquait tant j’ai misé sur des matières brutes et naturelles au premier rang desquelles j’ai choisi du bois pour les meubles, lin et coton pour le linge de maison et des plantes. Ma peur de faire des choix peu judicieux basés sur les dernières tendances du moment m’ont amenée à miser sur des valeurs sûres et des lignes épurées de sorte que ma décoration ne soit pas trop associée à une période donnée (même s’il est illusoire de croire qu’elle puisse totalement se soustraire à son époque). 

Une table en bois clair

L’été dernier j’ai trouvé une jolie table abandonnée pour venir remplacer la petite table carrée sur laquelle je prenais mes repas jusque-là. Ronde, munie d’une rallonge et toute en bois, elle était parfaitement adaptée à mes besoins au quotidien et me permet désormais d’inviter facilement bien plus de monde à la maison ! Parce qu’elle avait sûrement eu une précédente vie bien remplie, nous l’avons entièrement poncée puis revernie pour lui donner une nouvelle jeunesse. J’ai choisi un vernis incolore et mat pour qu’elle reste la plus claire possible et ne prenne pas une teinte trop mielée comme c’est souvent le cas du pin lorsqu’il est verni. Elle a depuis très bien vieilli et si j’essaie de la protéger au maximum, nous mangeons sans nappe au quotidien sans taches indélébiles à déplorer jusque-là !

Un bouquet d’eucalyptus séché 

La teinte de l’eucalyptus est parmi mes préférées dans la gamme des verts. Pour fleurir l’appartement – faute d’envie comme de moyens suffisants pour investir régulièrement dans des bouquets de fleurs fraîches – j’ai choisi de faire sécher un bouquet d’eucalyptus pour le garder à l’année. Pour ce faire j’ai tout simplement glissé mon bouquet en rentrant du fleuriste dans le vase choisi sans eau. Il n’a fallu que quelques jours ensuite pour qu’il sèche entièrement. Ce sont des visuels trouvés sur Pinterest qui m’ont ensuite soufflé l’idée d’utiliser ce vase blanc offert par une amie pour créer cette combinaison que j’aime tant – bois, blanc, eucalyptus. 

Ma mini bucket-list 2018 et un bilan - Miss BlemishTransformer simplement sa décoration intérieure | Slow lifestyle - Miss Blemish

Des poignées dorées

Lorsque je me suis installée dans mon appartement, j’ai meublé sa pièce principale quasi exclusivement avec les meubles de la collection Newport de Maison du Monde. Ils répondaient à de nombreux de mes critères, les principaux étant : comporter de nombreux espaces de rangement et être de couleur blanche. C’est en me baladant sur Pinterest que j’ai trouvé l’idée de troquer leurs poignées coquilles noires pour leurs homologues dorées. Après avoir cherché de nouvelles poignées dans cette teinte (et avoir échoué), j’ai finalement décidé de les repeindre. J’ai choisi une peinture en bombe de chez Rust Oleum colori Or Pur qui a un joli fini s’approchant de la teinte dorée du laiton, ni trop mat ni trop brillant ni trop voyant.

Astuces pratiques : j’ai démonté les poignées de mes meubles que j’ai lavées à l’eau chaude et au savon noir puis séchées avant de les peindre. Je n’ai pas bombé les vis car la peinture peut obstruer le pas de vis. Je les ai peintes au pinceau une fois les poignées peintes, sèches et à nouveau fixées au meuble. 

Transformer simplement sa décoration intérieure | Slow lifestyle - Miss BlemishTransformer simplement sa décoration intérieure | Slow lifestyle - Miss Blemish

Un nouveau chevet

Suivant mon envie d’avoir un meilleur équilibre entre meubles blancs et meubles en bois, j’ai troqué mon précédent chevet Maison du Monde (de la même collection Newport) pour un marche-pied en hêtre trouvé chez Ikea (11€ à l’achat et facile à monter). J’ai vendu l’ancien chevet via Le Bon Coin de sorte que ce dernier ait une seconde vie. 

Sur ma table de chevet on peut trouver une plante grasse dans un cache-pot trouvé chez Mama Petula, une boîte en laiton doré trouvée chez Sostrene Grene où je range le chargeur de mon téléphone et une bouteille en verre quatro stagionni trouvée chez Dille & Kamille.

podcasts préférés - slow lifestyle - miss blemishTransformer simplement sa décoration intérieure | Slow lifestyle - Miss Blemish

Des coussins mélangés

Elément classique en décoration, les coussins sont certainement les objets que j’ai pris le plus de plaisir à dénicher au fil des jolies boutiques explorées. Sur mon canapé bleu marine, j’ai fait se mélanger des coussins moutarde, beige et bleu moyen en coton et lin. Sur 5, 3 sont unis et 2 à motifs. L’un discret (un dessin de feuillage fin blanc cassé sur fond marine) et l’autre bien plus fort graphiquement : un coussin Sessun brodé reprenant toutes les teintes des autres coussins (trouvé cet hiver pendant les soldes et que vous pouvez voir sur la photo ci-dessus). J’ai trouvé la majorité de mes housses de coussin chez H&M Home qui propose une grande variété de motifs/matières/textures pour un prix très bas (5€ pièce). 

Transformer simplement sa décoration intérieure | Slow lifestyle - Miss Blemish

fleurs séchées, pots ambrés & jolies plantes

Ce dernier point est certainement celui qui s’inscrit le plus dans les tendances déco du moment (je croise les doigts pour continuer de les aimer une fois la tendance passée…). Dans la même optique d’avoir un intérieur fleuri à l’année sans l’investissement et l’entretien que cela suppose, j’ai investi dans un joli bouquet de fleurs séchées que j’ai ensuite subdivisé en plusieurs petites bottes de sorte d’avoir des bouquets un peu partout. De la même manière, j’ai accueilli il y a 1 an ma première plante verte d’intérieur, un ficus elastica. Depuis un ficus Audrey et une plante grasse sont venus grossir les rangs de mes compagnons à feuilles. Si mon amour des plantes me donne envie de faire grandir cette collection de façon exponentielle, je me raisonne et me laisse le temps à chaque nouvelle plante accueillie d’apprendre à en prendre correctement soin (et à m’assurer qu’elle survit… ahem) avant d’accueillir la suivante.

Transformer simplement sa décoration intérieure | Slow lifestyle - Miss Blemish

En résumé | MES ASTuces pour limiter les coûts

Prendre pour base ce que l’on possède déjà – Privilégier les options d’occasion – Donner une seconde vie à tous les meubles et objets dont on ne se sert plus – Limiter l’achat de doublons, réfléchir à ses besoins en amont – Chercher des options « faites maison » qui ne demandent qu’un peu de bricolage pour un investissement minime – Préférer des options durables (conception, production, durée de vie…) – Prendre son temps

J’espère que cet article vous a plu et que vous avez pu y trouver quelques idées à transposer ou dont vous inspirer pour créer une décoration dans laquelle vous vous sentiez bien. Je vous prépare un article dédié à mes adresses déco préférées pour trouver jolies pièces & inspiration… 

Et vous, quels sont les détails qui vous font vous sentir à la maison chez vous ?

Laisser un commentaire - 27

Ce week-end j’ai envie… | épisode 3


Ce week-end j'ai envie... | épisode 3 - Slow life - Miss Blemish

De sourire en reculant l’heure du réveil samedi et m’octroyer quelques heures de plus dans le moelleux des draps

De marcher dans Paris déserté au presque petit matin vers mon cours de yoga (où je ne suis pas allée depuis des mois) 

De ponctuer ces deux journées de moments de lecture et de thé 

De prendre un bain et tester (pour l’occasion) la nouveauté de la box Chic des Plantes d’avril* : des petits sachets de plantes bio à laisser infuser pour un bain parfumé

D’un brunch entre amies (avec des pancakes moelleux et du Nocciolata) après avoir été au petit marché de mon quartier

D’une longue balade dans les rues de Paris 

D’une soirée pizzas où l’on refait le monde jusqu’à tard dans la nuit

De retrouver le temps de (vous) écrire et de jouer-travailler à donner vie à de chouettes projets faits de mots et de papier

* L’équipe de Chic de Plantes m’envoie gentiment pour test depuis 3 mois leur box mensuelle et m’a donné un code pour vous si vous souhaitiez à votre tour tester la box : avec le code CHICBLEMISH vous pouvez profiter d’une réduction sur l’abonnement 3 mois (39,50 au lieu de 43,90€)

Et vous ce week-end, de quoi avez-vous envie ? 

Laisser un commentaire - 37

De la lessive maison au savon de Marseille


Ma recette de lessive maison au savon de Marseille - Ecologie - Miss Blemish

Parmi toutes les pistes que j’ai pu jusque-là trouver et explorer pour améliorer l’impact de mon mode de vie sur l’environnement, j’ai longtemps remis à plus tard l’idée de préparer moi-même ma lessive comme de changer de produits ménagers. J’ai commencé par un autre côté, par d’autres changements et d’autres apprentissages qui ont rendu bien moins effrayante l’idée de devoir apprendre de nouvelles choses et manier des produits méconnus. Finalement revenue à cette envie après un long détour j’ai pu constater que fabriquer sa lessive soi-même n’a rien de sorcier malgré les montagnes que j’avais pu m’en faire. Une poignée de savon de marseille, un peu d’eau chaude et c’est (presque) déjà terminé. 

J’utilise la recette que je vous présente aujourd’hui  depuis 6 mois maintenant et en suis entièrement satisfaite. Composée de seulement 3 ingrédients – dont de l’eau -, rapide à préparer, efficace et à l’odeur discrète, elle s’est substituée sans difficulté aux produits que j’utilisais auparavant. Sa préparation me demande un investissement en temps de 5 minutes tous les mois mais son utilisation est similaire à une lessive achetée de sorte que mes habitudes n’ont pas changé. Mieux encore, elle m’a permis de faire déjà quelques économies en argent comme en plastique. 

Pourquoi j’ai choisi de passer à la lessive maison

Diminuer ma consommation de plastique

C’est par cette voie que je suis venue à me poser la question de réaliser ma lessive moi-même : en faisant l’inventaire du plastique « évitable » ou susceptible a minima d’être réduit dans mes achats réguliers. Si j’avais déjà éliminé les bouteilles d’eau en plastique, il restait dans cette liste celles contenant mon produit vaisselle, ma lessive et certains produits ménagers. C’étaient ainsi plusieurs bidons qui chaque année finissaient au recyclage une fois vidés là où une alternative moins génératrice de déchets existait. Mon dernier bidon de lessive « classique » terminé j’ai donc décidé de ne pas en racheter et de le garder pour y glisser désormais de la lessive préparée par mes soins.

Faire des économies

Si je compare le prix au litre de la dernière lessive prête à l’emploi que j’ai achetée au prix au litre de ma lessive faite maison (ingrédients achetés chez Aroma Zone), je passe de 2.60€/litre à 0.70€/litre soit une économie de 1.90€ par litre de lessive. Pour cette première tentative, j’ai choisi des matières premières conditionnées en petites quantités au cas où la recette ne me conviendrait pas. Maintenant qu’elle est adoptée, j’opterai pour mes prochains achats pour un achat « en gros » ce qui diminuera encore le coût au litre de ma lessive. 

Améliorer mon impact écologique & Maîtriser la composition

L’impact des lessives n’est pas des moindres sur l’environnement. En me penchant sur l’étiquette de mon bidon de lessive j’ai pu constater l’impressionnant nombre d’ingrédients qu’elle contenait dont aucun ne m’était familier. J’ai axé mes recherches sur une recette contenant peu d’ingrédients et des ingrédients ayant le moins d’impact négatif possible sur l’environnement. J’ai ainsi opté, testé et adopté une recette composée d’eau, de savon de marseille et de bicarbonate de soude. Ne nous leurrons pas, aucune lessive n’a un impact nul sur l’environnement mais beaucoup de lessives industrielles incluent des ingrédients non nécessaires et polluants (comme les parfums de synthèse) que l’on peut exclure en préparant soi-même sa lessive. 

Ma recette de lessive maison au savon de Marseille - Ecologie - Miss Blemish

De la Lessive maison au savon de marseille | la recette

Je voulais une recette qui contienne le moins possible d’ingrédients, qui puisse être faite avec les ustensiles de base déjà disponibles dans ma cuisine et qui soit aussi simple et rapide à préparer qu’efficace. Cette recette remplit tous ces critères et me satisfait pleinement depuis plusieurs mois maintenant. En moyenne, j’utilise 1L de lessive par mois ce qui rend la préparation très peu gourmande en temps.  

Ingrédients pour 1L

50 g de savon de marseille blanc en copeaux
50g de bicarbonate de soude
500 ml d’eau du robinet bouillante
500 ml d’eau du robinet froide

Préparation 

1. Verser dans un saladier les 50 grammes de copeaux de savon de marseille avec les 500ml d’eau bouillante. Remuer à l’aide d’une cuillère à soupe jusqu’à dissolution du savon dans l’eau. 
2. Une fois le savon dissout, ajouter les 50 grammes de bicarbonate de soude et mélanger. 
3. Ajouter enfin les 500 ml d’eau froide et mélanger : la lessive est prête ! 
4. À l’aide d’une louche et d’un entonnoir, remplir le bidon prévu pour le stockage de la lessive avec votre préparation. 

Quelques conseils

1. Comme de nombreux mélanges, cette lessive a tendance à se séparer en deux phases dès qu’elle repose. Je vous conseille donc de privilégier un bidon d’une contenance supérieure à 1L et de ne pas le remplir plus qu’aux 2/3. Ainsi vous pourrez re-mélanger plus facilement votre lessive entre deux utilisations en le secouant vigoureusement, tout simplement. 
2. Garder un vieux bidon de lessive en plastique a plusieurs avantages : allonger sa durée de vie mais aussi pouvoir utiliser le bouchon doseur présent sur la quasi majorité des bidons de lessive de supermarché. Ainsi vous n’aurez aucune difficulté à doser votre lessive et à la verser sans dégâts dans votre machine. Je verse ma lessive aussi bien dans le petit bac prévu à cet effet que directement sur le linge sans qu’il y ait aucune différence sur l’état de propreté de mon linge. 

Pour les taches plus tenaces

Je fais un petit prélavage au lavabo s’il y a des taches marquées avec un peu de savon doux et de l’eau puis je passe le tout en machine. Cette technique (en plus de la lessive maison) marche et me suffit  car, n’ayant pas d’enfants et ne pratiquant ni un métier ni des hobbies particulièrement salissants, mes vêtements sont globalement propres lorsqu’ils passent en machine. 

Quelques exceptions 

Si je lave l’essentiel de mon linge avec cette lessive maison, j’ai gardé de la lessive industrielle pour tissus délicats  pour laver les quelques pièces de mon armoire qui sont en soie et continue à emmener au pressing les pièces qui ne peuvent pas passer en machine. 

Quelques gestes écolos autour du linge

🌿 Préférer les basses températures : les cycles de lavage à basse température sont moins gourmands en énergie. Pour ma part, je n’utilise que 2 températures parmi la gamme disponible sur ma machine, un cycle délicat à 30°C pour les vêtements fragiles (robes, pulls, chemisiers…) et un cycle à 40°C pour tout le reste (jeans, sous vêtements non délicats, serviettes de bain, torchons…)

🌿 Préférer les cycles courts : de la même manière, je ne choisis que des programmes de lavage qui n’excèdent pas 1h30 et préfère l’option « cycle rapide » lorsqu’elle existe pour un même cycle. 

🌿 Diminuer la puissance d’essorage : la puissance d’essorage choisie par défaut par la machine est souvent bien trop élevée par rapport au résultat escompté. Un essorage entre 600 et 800 tours/minutes est suffisant pour la gamme de linge dont je me sers au quotidien. Plus que l’économie d’énergie que permet cette réduction de la puissance d’essorage, je trouve qu’elle permet de préserver mes vêtements comme ma machine à laver dont j’ai du changer plusieurs fois les protections plastiques du tambour avant d’adopter ce petit geste-là. Par ailleurs, choisir une intensité d’essorage plus faible diminue souvent également la durée du cycle de lavage. 

🌿 Laisser sécher son linge à l’air libre pour ne pas utiliser d’électricité à cette étape. 

🌿 Respecter la capacité de sa machine : Remplir suffisamment sa machine permet de faire moins de lessives et d’économiser ainsi des ressources mais respecter la capacité maximale de sa machine permet d’allonger sa durée de vie et de préserver certaines pièces plus fragiles (les fameuses protections plastiques dont je parlais plus haut). J’ai pris l’habitude de remplir ma machine aux trois-quarts et ce compromis est pour l’instant satisfaisant.

🌿 Respecter les consignes de lavage des vêtements pour allonger leur durée de vie en bon état. Je n’hésite pas à user et abuser des sachets de lavage pour les vêtements les plus délicats pour les protéger au maximum. 

Ma recette de lessive maison au savon de Marseille - Ecologie - Miss Blemish

Et vous, êtes-vous passés à la lessive maison ? En êtes-vous satisfaits ?

Laisser un commentaire - 57