Le dernier train


Le dernier train - Normandie - Voyage - Lifestyle - Slow life - Miss Blemish

Elle a accompagné la rédaction de cet article, votre lecture aussi ? – Playlist Afternoon Acoustic

Dimanche de mai à billet non réservé, c’est sur le marche-pied du dernier train que nos pieds se posent pour embarquer. Alors bien sûr, d’abord, on a pesté et peut-être sûrement moi un peu plus fort. Aux cernes, aux traits tirés, à la chaleur des draps à nos bras arrachés, à ce lundi trop tôt après le train trop tard – à tout ce qui fait grimacer avant même d’être arrivé, aux « je te l’avais dit » anticipés.

Et puis, l’histoire des billets presque oubliée, dimanche est arrivé. Et dans cette heure grapillée à notre départ reporté s’est glissé ce qui n’avait jamais eu la place avant d’exister : le temps, un dimanche, d’une vraie journée. Une de celle dont on profite en entier, le souci d’être à l’heure sur le quai – presque – oublié. De ces dimanches pour lesquels on peut faire de vrais projets, prendre la route, pique-niquer, voir la mer et laisser la journée s’étirer.

Dans cette heure-là étaient cachés, le temps de rester assis tout au bord – pieds presque dans l’eau et cheveux pris d’embruns – jusqu’à la brume, le gris, le vent plus fort. Le temps d’un dernier dîner en famille – les tabourets de nos casse-croûtes d’avant délaissés. Le temps d’un goûter dans le salon coloré de ses grands-parents et de quelques biscuits dévorés. Le temps d’oser une balade en forêt portables et montres oubliés.

On a trouvé une heure dans laquelle s’en cachaient milles autres, l’heure des dernières bouchées. Et dans le train le sommeil arraché à nos heures de demain à trouvé sa vengeance. Deux heures de minutes volées à la soirée, rendues à demain, rançon d’un week-end aux airs de vraies vacances. Alors désormais, c’est pour le dernier train qu’on clique sur « réserver ». 

Et vous, des petits riens qui ont changé votre quotidien ?

Laisser un commentaire - 0

Tapioca banane lait de coco et autres histoires de migraines


tapioca banane lait de coco - Recette - Cuisine Asiatique - Humeurs - Miss Blemish

Mardi, photos patientant et jour de pluie, dès le matin c’est prévu, à la moindre minute volée je viendrai vous parler de la recette toute simple de mon amie C. – tapioca banane lait de coco – qui m’a réconciliée à la banane cuite. Longtemps privée des desserts à la banane réputés délicieux – le banane bread pour ne citer que lui – je ne pouvais garder cette recette antidote pour moi seule !

Mardi n’en avait pourtant pas décidé ainsi… Au creux de ma journée surchargée est venu se nicher un mal de tête comme je n’en avais pas connu depuis très, très longtemps. Après deux averses, le tonnerre et mes tempes qui n’en finissaient plus de hurler, aucune cellule en moi n’a plus trouvé force ou envie d’aligner de jolis mots pour parler d’amour et de tapioca. Eau chaude, pâtes réconfort, crème qui caresse et au lit, voilà tout ce qu’il me restait mardi soir rayon Envies. Et s’il est bien une règle d’or sur ce blog c’est celle-là : régularité oui, se forcer absolument pas !  Je n’ai donc pas lutté contre ce que mon corps me dictait, j’ai ralenti. Depuis, les maux de tête se sont un peu estompés et même si je sens bien qu’ils guettent encore la moindre échappée pour me rappeler à la lenteur, je me sens mieux. Alors aujourd’hui – en plus de ma petite recette gourmande – j’ai envie de partager avec vous ces choses toutes simples vers lesquelles je me tourne systématiquement lors des périodes de moins bien et qui m’aident toujours autant. 

1. Entrer en douceur dans sa journée

Mercredi matin, je lis cet article de Caroline Un an de pleine conscience (MBSR) : et maintenant ?. Caroline a le don de toujours écrire l’article que j’ai besoin de lire au moment où j’ai besoin de le lire. Je ne peux nier l’impact de mon travail sur moi et ma vie depuis un mois. Alors, pour commencer à apprivoiser cette nouvelle réalité et redonner à chaque chose sa juste place en moi – ni trop, ni pas assez – j’ai recommencé à méditer quotidiennement. Je vous avais déjà parlé d’Headspace, l’application que j’utilise pour guider mes séances. Je méditais jusqu’à présent le soir, avant d’aller me coucher. J’aime cette idée de se recentrer sur soi au seuil du sommeil, ce calme à la frontière, le corps flagada. Mais cette semaine, en plus de ces séances-là, j’ai commencé à garder mes dix minutes du juste avant de partir travailler pour méditer et j’ai pu constater que mes journées sont bien différentes ainsi préparées. Je les aborde plus calme, souriante et sereine et cet état d’esprit change beaucoup la manière dont je reçois et vis chaque évènement ensuite. 

2. Laisser sa journée derrière soi

D’habitude, je suis de celles qui attendent le dernier moment, la dernière minute  pour me préparer pour la nuit comme si le rituel douche-nettoyage visage-pyjama écourtait la journée et que de le repousser pouvait rajouter des heures où il n’y en a pas, faire qu’elle ne soit pas tout à fait terminée. Depuis mardi au contraire, je file sous l’eau chaude sitôt rentrée. Procéder ainsi s’est révélé être une grande aide pour laisser mon travail… au travail. Ce petit rituel romps le cours de ma journée et me permet de refaire lien avec ma vie qui ne peut se voir sans cesse polluée par tout ce que je vois, fais, entends, vis au travail. Et si une envie de cinéma, de glace après le film, de balade dans l’air du soir ou de verre entre amis pointe le bout de son nez, ce n’est finalement jamais si compliqué de piocher en hâte un jean, une veste et un chemisier.

3. Prendre le temps de manger 

S’asseoir à table, laisser les écrans éteints et même le plus simple, le plus commun des repas, l’apprécier. Prendre le temps d’être vraiment là et attentive à la conversation, quitter un peu les milles choses à faire, penser, ne pas oublier. S’accorder une pause et du temps aux gens autour de nous. 

4. Laisser les informations de côté

C’est le cas depuis longtemps pour moi : je ne regarde pas les informations télévisées ni ne lit journaux et autres médias d’informations. Et je me trouve bien plus sereine depuis ! J’ai toujours trouvé les informations anxiogènes et frustrantes : la plupart n’auront aucune incidence sur le déroulement de ma journée et celles qui pourraient en avoir une, je n’ai bien souvent aucune emprise sur elles. C’est certainement radical et lorsque l’on a une télévision dans la pièce à vivre un peu compliqué mais cela change la vie et laisse tellement de place pour vivre, faire et penser autre chose. Aucune information capitale ne m’échappe jamais vraiment car les gens ont tendance à parler de ces choses qui les touchent en plein coeur. Souvent je me surprends à me renseigner et lire des articles soigneusement choisis sur ce qui m’a été dit. Cette manière de faire – ce tri facilité par le filtre « autrui » – marche pour moi depuis des années, peut-être pourra-t-il vous aussi vous aider ?

5. Vivre l’instant présent vraiment

Fermer les écoutilles aux « je dois », « il faut », inspirer très fort, ouvrir les yeux, et n’être plus que maintenant, avec ses proches, ses amis, sa famille, son amoureux… Autoriser à ce moment d’exister.

6. Le moment coeur et douceur

Lorsque la journée a été de celles qui vous attaquent un peu au cœur, j’aime m’accorder en rentrant une vraie session de lecture où passent mes blogs préférés, mon fil d’actualité et les Une hellocoton là où d’habitude je les grignote par petites touches, tout au long de la journée. Faire cette parenthèse douceur – un concentré de jolies choses et bonnes idées – distribuer petits mots et petits cœurs, réussit toujours à estomper les tracas de la journée et m’aide dans cette transition parfois délicate avec la soirée. 

7. Des nuits bien remplies 

C’est une résolution que j’avais classé au rang des impossibles, non réalistes et réalisables : me coucher tôt, faire de vraies nuits. Pourtant, cette semaine, j’ai réussi. Peut être fallait-il ce rappel à l’ordre de mon corps pour que le sommeil retrouve son rang de priorité au même titre que boire ou manger et ne se laisse plus grignoter par tout ce que je n’ai pas réussi à faire entrer dans mon temps imparti : la journée. Et je peux vous dire que de se réveiller en sentant son quota de sommeil respecté, ne plus somnoler en début de matinée, ne plus lutter après manger, ne pas sentir ses paupières lourdes et le besoin de se crisper, s’arquer, contracter le moindre muscle contractable pour tenter de se réveiller est infiniment agréable ! J’aime l’idée qu’une chose aussi simple et basique aie le pouvoir de complètement transformer le visage d’une journée…

Et en parlant de simplicité, après toutes ces digressions, il est grand temps de vous livrer cette fameuse recette !

tapioca banane lait de coco - Recette - Cuisine Asiatique - Humeurs - Miss Blemish

Tapioca banane lait de coco, la recette !

Ingrédients

500 ml de lait de coco
2 c.à.s de tapioca
2 bananes mûres
Un peu de sirop d’érable ou d’un autre agent sucrant selon votre préférence 
Quelques framboises et fruits rouges

Préparation

1. Couper les deux bananes en rondelles et les déposer dans une poêle sur feu doux. Mettre un couvercle et laisser les bananes cuire quelques minutes sans les laisser brûler. Elle deviendront molles et translucides.

2. Écraser grossièrement à la fourchette les bananes cuites

3. Dans un casserole, porter à ébullition le lait de coco. 

4. Lorsqu’il bout, verser le tapioca et remuer durant le temps indiqué sur le sachet. Une fois le temps écoulé, rajouter les bananes cuites écrasée et le sirop d’érable.

5. Lorsque le mélange a la texture souhaitée, retirer la casserole du feu. J’aime lorsqu’il n’est pas trop épais, encore un peu liquide. C’est pourquoi j’écrase la banane à la fourchette, pour qu’elle n’épaississe pas trop le mélange. Si au contraire vous préférez une texture crémeuse, vous pouvez mixer la banane qui participera alors pleinement à la texture de votre dessert. 

6. Servir une fois le mélange un peu tiédi avec quelques fruits rouges ou un peu de mangue, selon votre préférence.

Et vous, quelles sont vos astuces douceur au quotidien ?

Laisser un commentaire - 7

L’île aux cygnes et les dimanches flottants


L'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss Blemish

J’aime ces dimanches-là, les dimanches qui s’étirent dans une langueur qui ne quitte jamais vraiment les draps, les dimanches embrumés. J’aime la douceur de choisir à la journée qui brûle déjà de rester encore un peu dans tes bras. Même sans dormir, fermer encore un peu les yeux, s’embrasser – un, deux baisers –  remettre à plus tard le vent, l’air froid, les paysages assourdissants, laisser l’instant se fondre dans l’avant, gagner l’après, flouter les frontières. Et je n’aime jamais autant cette liberté que lorsque viennent les jours d’été qui s’étirent, encore et encore, jusqu’à ne nous laisser plus aucun remord de ne pas tout faire maintenant – l’heure des derniers moments reculée. J’aime cette paresse qui avance pas à pas – la lenteur oubliée – et les balades de bien trop tard à la lumière mordorée. J’aime les dimanches flottants, les dimanches qui apprivoisent cette sorte de temps dont on profite vraiment.

Ce dimanche-là, à dix-neuf heures, on a pris le chemin de l’île au cygnes qui coupe la Seine de son allée ombragée, vert sur bleu, talons qui font danser les pavés. On a pris le temps d’un banc, d’une halte face à l’eau, de lire les panneaux. On a vu le tout pareil et c’était tout à fait différent.

Et vous, vous les aimez ces dimanches flottants ?

L'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss Blemish

Collier – Naf-naf

Pull – Esprit 

Trench court – American Eagle

Jean – Zara

Bottines – Jamie Philips

Sac – Kesslord

Aucun de ces liens n’est affilié et mon teint n’est pas maquillé sur ces photos

L'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss Blemish

Laisser un commentaire - 2