Pourquoi il n’y aura pas de publicité sur mon blog


a4cdf0e0d6a49b457f2c95d49c8e9db3

Hier, j’ai reçu un mail d’une agence me proposant de mettre et gérer de la publicité ici. Ce n’est pas la première fois que je suis confrontée à cette problématique. Comme tout blogueur ou webmaster, la question de la publicité a fait partie de ces éléments auxquels il a fallu réfléchir. Oui ? Non ? Pourquoi oui ? Pourquoi non ?

La réponse pour moi a été non (je m’étais déjà posé la question avant le fameux mail d’hier). Pourquoi non ? Les raisons sont multiples.

La ligne éditoriale

Cet espace n’a aucune vocation lucrative. À l’heure actuelle, je ne compte pas sur mon blog pour me permettre de gagner ma vie : ce n’est pas un blog professionnel même si le tenir sous-entend un travail parfois conséquent. Je suis certes étudiante mais j’ai la chance d’avoir des parents qui subviennent à mes besoins. C’est un luxe de pouvoir donner à cet endroit la dimension correspondant à mes attentes, un lieu dédié à mon amour de l’écriture et à mon désir d’échanger sans limite ou obligation financière.

Le seul produit que j’espère un jour avoir à vous vendre en ayant un intéressement direct sur son achat, c’est un livre portant mon nom sur sa tranche. Ou un projet que j’aurais monté, imaginé, créé pour vous. Mais je ne serais plus alors agent de relais, agent publicitaire, mais bien artiste, chef d’entreprise, en ligne droite avec les personnes dont dépendra la survie de mon activité.

Un lieu statut quo

Je suis partie du principe que lorsque vous venez ici, vous venez me lire moi. Pas les publicités clignotantes aux couleurs appelant l’œil des divers annonceurs. Nous sommes harcelés par les publicités où que nous allions : journaux, métro, abris-bus, panneaux publicitaires en ville, sites internet divers et variés, appels téléphoniques, boîtes aux lettres… Je voulais que cet espace soit entièrement vierge de cette pression-là. Ici on lit, on voyage, on sourit, on cuisine et se régale de bons petits plats, c’est une bulle. Une bulle où vous n’êtes que lecteur, pas consommateur.

L’esthétique

J’aime cet espace dans ses détails et ses non-détails. Chaque visage qu’a pris mon blog a été le fruit d’une longue réflexion et de centaines de micro-ajustements, de tergiversations. J’ai à chaque fois créé un endroit pour qu’il me plaise, pour que vous vous y sentiez bien, un endroit dans lequel je prenne plaisir à écrire et à voir et faire évoluer. Les publicités, attractives, animées et colorées, iraient complètement à contre-sens de cette volonté « d’épuré », de mots seuls présents sur un fond blanc et voleraient ainsi pour une part, la part belle faite au texte.

Transparence & Crédibilité

Lorsque je vous parle d’un produit, je vous en parle comme le ferait une amie. Vous pouvez aller acheter la fameuse sauce tomate-basilic Mark & Spencer dont je vous parlais hier comme ne pas l’acheter, je ne toucherai aucun bénéfice là-dessus. Mon conseil n’est donc pas biaisé par une volonté commerciale. Si j’ajoute un lien vers une page où vous pouvez retrouver les produits dont je vous ai parlé, celui-ci est un lien « simple » et que vous soyez quarante comme deux-cent (ou plus) à cliquer puis acheter, cela n’aura pas d’impact sur mes comptes bancaires. Après tout, les marques ne rémunèrent pas la bonne copine qui vous a conseillé son mascara préféré, non ? Et même si j’offre en apparence un accès à un marché ce n’est pas là mon dessein mais de vous faire découvrir quelque chose que j’ai aimé.

De nombreuses blogueuses arrivent extrêmement bien à concilier les deux, crédit et publicité. C’est cependant un aspect avec lequel je me sens mal à l’aise, presque malhonnête, en opposition totale avec la conception que j’ai de mon blog. Et comme on dit, quand y’a d’la gêne, y’a pas d’plaisir, non ?

Financier

Je suis de celles qui pensent (et je ne suis pas la seule)(enfin je crois) que l’on n’a jamais trop de lecteurs, mais que l’on n’en a jamais non plus « pas assez ». Pour être dans une zone intermédiaire (que je trouve extra puisqu’elle préserve la qualité de relation avec chaque lecteur qui commente – j’en ai le temps car il n’y a pas des 200 et plus commentaires sous mes articles – tout en me sentant lue et mes articles appréciés)(ce qui est quand même la chose la plus agréable qui soit lorsque l’on écrit) le bénéfice financier que je pourrais espérer faire en ajoutant des encarts publicitaires, des liens attachés… etc… me rapporterait peut-être une à quelques centaines d’euros sur l’année (en étant très optimiste)(je ne sais pas vous mais je clique souvent, j’achète peu).

Ce maigre revenu mis en balance avec tous les aspects précédents, il ne vaut pas le coût de ses désavantages.

Aujourd’hui donc, mon blog me coûte de l’argent : le prix de l’hébergement et de mon nom de domaine. C’est cependant le prix à payer pour avoir un blog qui ressemble vraiment à ce que je veux qu’il soit. Et cela me convient parfaitement bien !

Pourquoi tout ceci est à nuancer ?

Je vous ai présenté les raisons pour lesquelles je ne voulais pas de publicité ici. Elles ne sont pas en accord avec cet ici que j’ai créé et la manière dont je le conçois. Cependant, je ne suis pas une anti-publicités véhémente ! Si cela va à l’encontre de mes attentes pour ce blog que j’ai créé et dont je suis responsable du contenu, je lis énormément de blogueurs et blogueuses qui travaillent avec des liens affiliés, ont des encarts publicitaires dans la trame de leur site et n’en perdent pas pour autant en crédibilité !

Comme je l’ai dit, bloguer n’est pas ma profession. Je comprends donc parfaitement qu’une personne dont les revenus sont basés sur l’activité de son blog ait besoin de ce complément de revenu non négligeable qu’apporte la publicité. Et ceux qui en usent à ce niveau-là – et en retirent donc de vrais revenus – sont souvent les plus respectueux et les plus transparents vis-à-vis de leur lectorat.

On ne sait pas ce que la vie nous réserve. Il se peut qu’un jour, j’ai besoin moi aussi de cet argent. Pourquoi, comment ? Aucune idée. Mais, ici bas, rien n’est jamais acquis. Aujourd’hui j’ai la chance d’avoir un système de soutien autour de moi, des parents qui prennent en charge mes frais de scolarité, des études sur leurs rails… Mais peut-être que demain, ce ne sera plus le cas. Peut-être un jour écrirai-je un article nommé « Pourquoi il y aura désormais de la publicité sur missblemish.fr » et j’espère que ce jour-là je saurais gérer cette nouvelle dimension avec la même intégrité que ceux qui en usent aujourd’hui.

*

Pour finir, quelques liens de blogueuses qui ont dit Oui ! à la publicité et en parlent très bien

Dolly Jessy – Vivre de blogging, d’amour et de coca frais ?

Eléonore Bridge – Tu fais quoi dans la vie ? – La pub, les marques et mon blog ?

Garance Doré – My own Business (FR)

*

Note : J’ai déjà rédigé une série d’article, mes chroniques de GlossyBox, où je recevais chaque mois la box et après avoir testé les produits, vous les présentais. Je ne compte pas cela dans la case « publicité » puisque cela n’a généré pour moi aucun revenu sinon le fait que la box m’était offerte. Je vous renvoie vers cet article – Nos besoins illusoires – pour la raison de la fin de cette chronique (sans lien aucun avec le sujet de cet article), je reçois encore des box mais c’est en cours de résiliation :)

2 Laisser un commentaire - 2