Update | Avril 2021


dans mon sac pour 4 jours à copenhague - slow travel - Miss Blemish

Pfffiou, par où commencer ? Depuis une poignée de jours je travaille à l’adaptation en essai de ma thèse à paraître à l’automne. Je refais connaissance avec mon sujet, j’annote, je dessine des plans, des chronologies, je raconte une histoire. Je serre ma chance, j’ai peur qu’elle s’envole. Je relis chaque phrase, dans ma tête, à voix haute, les enchaînements, il faut que ça chante, que ce soit clair mais riche, j’essore mon texte pour en extraire toutes ses données. Ça me rend drôlement heureuse de m’asseoir devant mon traitement de texte chaque matin si vous saviez !

Et puis je réfléchis beaucoup à ce que je vais faire de ma vie. J’ai plein d’idées et parfois ça me donne des ailes, parfois je ne sais plus vers où regarder. J’essaie de changer l’aiguillage de ma boussole, troquer la direction peur pour la joie et ça marche, la plupart du temps.

Dans 2 semaines je reprends mon travail à plein temps pour 1 an et qu’est-ce qu’un an dans une vie ? C’est drôle, c’est l’argument qu’il est coutume d’employer pour justifier la dureté de sa 1ere année. La vérité toutefois est que ça ne devient jamais moins dur, on substitue seulement les types de difficultés. Très vite la souffrance déjà consentie devient justification à consentir les suivantes – un biais cognitif bien connu : continuer à perdre sur l’autel de ce qu’on a déjà perdu. Alors qu’est-ce qu’un an dans une vie, si vous voulez mon avis : beaucoup. Mais je crois avoir appris ces 9 dernières années à enchanter mon quotidien « malgré ». À faire des interstices, des canopées. À savourer les instants où je peux être tout à mon métier sans tout ce qui lui pèse autour.

Voilà où j’en suis, en transition vers l’après et ça fourmille de questions

🌿 Merci patreons pour votre soutien 🌿

me soutenir sur Patreon

0 Laisser un commentaire - 0