Search Results for: podcast

Chouettes ressources pour entrepreneurs en chantier #1 Le magazine Encore


Chouettes ressources pour entrepreneurs en chantier #1 Le magazine Encore - Entrepreneuriat - Miss Blemish

Au tout tout début de l’année – le 9 février – affrontant mes plus grandes peurs – formulaires, lois et montagnes de papiers – je suis devenue auto-entrepreneure*. Une toute petite case juridique pour une fenêtre ouverte en grand grand grand sur l’écriture, encore, toujours, passionnément. Depuis six petits mois, c’est un tout nouvel univers que je découvre pas à pas au fil des doux conseils de ceux qui sont passés par là avant moi et des chouettes ressources que je découvre et dévore en ligne, sur papier ou en podcasts à écouter. Et puisque j’aime tellement m’y plonger j’avais envie de partager avec vous mes préférées parmi toutes ces pages dans lesquelles j’apprends les rudiments de ce métier qu’il n’appartient qu’à moi de pour moi inventer.

Parmi les ressources dont je ne me lasse pas il y a en première place les récits de ceux qui ont accompli des choses merveilleuses dans les domaines que j’admire ou que je me souhaite pour l’avenir. Découvrir leurs parcours, leurs échecs, la genèse des projets qui me les ont fait découvrir sont pour moi la meilleure source de motivation et de courage. Ainsi, j’adore flâner sur le journal Sezane qui fait la part belle aux interviews-parcours de femmes de talent aux métiers tournés vers l’autre et le Beau tout comme sur le webzine Encore qui retrace le parcours de dizaines de jeunes entrepreneurs. Et tous ces parcours sont d’autant plus passionnants et intéressants que bien souvent ils mettent en lumière des débuts ressemblant aux nôtres et une aventure entreprise – au moins pour une part lorsque ce n’est pas entièrement – en autodidacte.

Lorsque le premier numéro papier du magazine Encore est sorti, son prix m’a dissuadée de l’acheter. Si progressivement j’ai laissé de côté avec les années les magazines de la presse féminine classique pour me tourner vers des alternatives plus proches de mes envies et attentes – comme Simple Things, Happinez ou Flow – je n’étais pas familière des magazines indépendants souvent publiés en nombre restreint et s’adressant à un public de fait averti. C’est l’interview de Lisa – tirée de ce premier numéro dont elle fait la couverture – publiée sur le site Encore qui m’a fait sauter le pas et, le magazine  lu d’un seul trait ce week-end, ce sont certainement là les meilleurs 16€ que j’ai dépensés au mois de juin. C’est donc sur ce coup de coeur que j’ouvre cette nouvelle série d’article en espérant qu’elle vous plaira et vous fera découvrir des ressources utiles et accessibles qui vous aideront à donner corps à vos envies de « faire ».

* cette activité vient en complément de mes études (que je n’ai pas arrêtées en témoigne mon silence la semaine dernière pendant mes examens), mon statut actuel me permet de cumuler pour l’instant les deux activités légalement :)

Chouettes ressources pour entrepreneurs en chantier #1 Le magazine Encore - Entrepreneuriat - Miss Blemish

De l’extérieur

Ce premier numéro est un très bel objet et rejoint le rang des magazines dont on ne se sépare pas et qui trouvent leur place sans peine dans la bibliothèque comme sur une table basse. Le papier, épais ; le graphisme soigné, dynamique et cohérent tout au long du magazine sans fausse note ; le nombre de pages conséquent (176) et sans « pages mortes » comme publicités ou publireportages pour un presque-livre où tout est à lire.

À  l’intérieur

Interviews et parcours d’entrepreneurs

C’est le coeur du magazine. Ces interviews, déployées sur plusieurs pages pour chacune sont très fournies et construites pour mettre en avant le cheminement depuis la formation des entrepreneurs, l’idée fondatrice de leur entreprise jusqu’à sa mise en oeuvre concrète. Si tout ne peut pas être dit de toutes les étapes qu’une telle création comprend, j’ai beaucoup aimé l’honnêteté avec laquelle chacun revient sur ce parcours en n’omettant pas le temps, les obstacles, les doutes et l’importante question du regard des proches sur ce grand saut. Les domaines dans lesquels se sont lancés les entrepreneurs interviewés sont variés de sorte que l’on peut trouver en filigranes quelques particularités propres à chaque univers dans la manière dont l’aventure s’est construite. Il y a de la mode, de la beauté, une réflexion plus large sur le marché des box (beauté, déco, vin…), de la restauration, de l’art, de la déco, un collectif pour une économie nouvelle, des mécanos… Cette variété permet à chacun de trouver à s’identifier tout en puisant dans chacune des interviews les bons conseils qui y sont donnés.

Pas de « pubs »

Les pages de coupures entre les articles sont consacrées à des citations en rapport avec la thématique du magazines ou à la mise en avant de jeunes entreprises ou concepts innovants dans la ligne des articles. Ces pages reprennent les mêmes codes graphiques que le reste du magazine et font sens puisqu’ils s’inscrivent dans la ligne du message qu’entend faire passer le magazine.

Chouettes ressources pour entrepreneurs en chantier #1 Le magazine Encore - Entrepreneuriat - Miss Blemish

L’article boom boom – la boîte à outils d’oncle Dave

C’est certainement l’article que j’ai préféré. Les outils présentés dans ce premier opus ont pour but de nous aider à promouvoir un produit et ce notamment en ligne. J’ai énormément aimé l’approche très claire et synthétique qui est faite de ce sujet pourtant si vaste et de découvrir des ressources qui m’étaient inconnues jusqu’alors – là où pourtant je lis tout ce que je peux trouver sur ces sujets qui me passionnent. Les liens vers chacun des outils sont présents et plusieurs alternatives proposées et présentées de façon comparative de sorte que notre travail est vraiment facilité.

Une sélection de livres pour entreprendre

C’est à la presque fin, comme pour adoucir les au revoir, le magazine presque terminé nous donne de quoi poursuivre notre lecture avec 6 livres. Une très chouette idée lorsqu’on sait combien on pert facilement tout sens de l’orientation devant les sections économie-business-internet des librairies.

Chouettes ressources pour entrepreneurs en chantier #1 Le magazine Encore - Entrepreneuriat - Miss Blemish

J’espère que cette première revue chouette(s) ressource(s) pour entrepreneurs en chantier vous a plu et que le concept vous plaît autant que j’ai hâte de vous parler de tous les sites/livres et podcasts qui occupent chaque minute de mon temps libre depuis des mois ! Et psst, si vous voulez feuilleter le magazine en vrai ou l’acheter, les points de vente matériels et en ligne sont par là.

Et vous, quelles sont vos ressources préférées au chapitre entrepreneuriat ?

Laisser un commentaire - 30

Les halls de gare


Les halls de gare - Relation à distance - Miss Blemish

Y.,

J’apprends les halls de gare. À venir t’y chercher sourire aux lèvres et pas pressés vendredi soir. À en repartir sans pleurer dimanche, pas vraiment tard. Je réapprends le temps qu’on agrippe à l’heure où je t’attends et où ne restent plus que quelques minutes qui semblent s’étirer à elles seules – infime poignée – plus encore que toutes les semaines écoulées. Sur la pointe des pieds tout au bord des lignes jaunes je souris de ne t’avoir pas dit que je t’attendrai ici. Je souris de savoir que je te verrai en premier. 

J’apprends à savourer l’avant, la douceur des vendredis qui s’étirent dans un sourire et qui comptent les heures de maintenant à 20 heures. Les vendredis-où-tu-reviens, il y a toujours l’après-midi de la pâte à pancakes qui repose, le plaisir de mes dimanches d’enfance passés à cuisiner retrouvé. Pour une poignée d’heures, la cuisine s’emplit du ronron de mes podcasts préférés que j’écoute en préparant ce qui nous régalera au petit-déjeuner. Il y a beaucoup de douceur dans ces instants-là, comme s’il fallait me préparer doucement à glisser pour deux jours volés dans notre quotidien d’avant. Et le dimanche soir arrivé, c’est bien souvent à ces heures du juste-avant que je repense en regrettant la douceur de ces instants où l’on sait que l’attente touche à sa fin, enfin. 

Dans le métro, je serre ta main aussi fort que les minutes glissent déjà, toujours un peu plus près de l’heure où il faudra revenir à quai, nous enlacer et compter sur nos doigts les jours avant la prochaine fois, au seuil de devoir tout recommencer. J’apprends, doucement, à moins pleurer le temps passé trop vite, à accepter que les jours sans toi soient plus fades que ceux où tu es là. J’apprends le bonheur qui monte et qui descend et les messages qui disent ce que l’on ne peut plus deviner d’un regard, les rendez-vous face caméra et à te faire partager tout ce qui se passe ici et toi tout ce qui se passe là-bas. C’est une toute nouvelle fabrique à souvenirs qui s’organise pour contrer les kilomètres, armée de mots contre la distance. Nous qui parlions si peu de cette façon-là, c’est un tout nouveau langage que l’on apprend et construis pas à pas. 

Ce week-end là, c’était il y a deux semaines déjà, il y a eu les mosaïques sous le ciel gris et les pâtisseries gorgées de miel, de sucre et d’amande sur les bancs du jardin des plantes. Il y a eu les quais inondés photographiés « pour se souvenir tu comprends », la jolie librairie aux passages trop bas pour toi et aux couloirs exigus, des raviolis vapeur, du thé parfumé et un smoothie mariant framboise, rose et letchi. Ils sont si doux ces week-end là qu’encore une fois, j’ai hâte que vendredi soit là.

Et toi, comment tu vas ?

Les halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss Blemish

Laisser un commentaire - 33

Mieux manger au quotidien : le Batch cooking


Mieux manger au quotidien : le Batch cooking - Cuisine saine - Lifestyle - Miss Blemish

Manger moins de produits raffinés, je crois que tout a vraiment commencé de cette envie-là pour un manger mieux au quotidien. Car si j’ai découvert le « batch cooking » il y a bientôt deux ans, ce n’est vraiment qu’à partir du printemps de l’an dernier que j’en ai jeté les aujourd’hui solides fondations faisant que depuis septembre 2015 je prépare chaque week-end tous mes repas pour la semaine à venir en une seule séance de cuisine. Derrière cette envie-là se cachait non loin la fin prochaine de mon traitement par roaccutane et la certitude qu’il faudrait en passer par l’assiette pour ma peau comme pour mon estomac – lassé des propositions restreintes des boulangeries et Monoprix à proximité de mon lieu de travail – pour garder les bénéfices durement acquis durant ces mois (je parle un peu plus du lien entre produits raffinés, index glycémique, pics de glycémie et acné par ici). Pouvoir manger selon les principes qui me sont chers, « mettre les pieds sous la table » à chaque repas, ne plus céder si facilement aux sirènes des plats rapides parce que la fatigue, parce que le manque de temps, explorer de nouveaux horizons en cuisine en ayant le temps une fois par semaine de le faire, varier mes repas – alors même que 3-4 plats font tous les repas de 5 jours ! – adopter cette technique a été une petite révolution dans mon organisation qui a considérablement allégé mon quotidien. Dans cet article j’aborde donc les points-clés qui m’aident à mettre en place chaque semaine ce nouveau rituel et à le rendre le plus bénéfique et efficace possible.

Pour aller plus loin vous pouvez retrouver tous mes conseils pour adopter et adapter la technique à vos besoins dans mon livre Batch Cooking mode d’emploi, publié aux éditions La Plage

Pourquoi adopter le batch cooking ?

Gagner du temps

Avec l’habitude, je mets désormais entre 2 et 3 heures pour préparer tous mes repas de la semaine. Et cela s’explique facilement puisque je prépare un grand nombre de plats en parallèle plutôt qu’au fur et à mesure comme c’est le cas lorsque l’on prépare ses repas au jour le jour : les légumes de ma soupe cuisent pendant que je prépare une tarte salée et que des muffins dorent au four… Avec le temps, ma stratégie devient de plus en plus fine et efficace pour que chaque plat trouve la meilleure place dans le procédé et que tout s’enchaîne sans temps mort ni perdu.

Faciliter son quotidien

Mes repas pour la semaine planifiés et préparés je sais que je n’ai plus rien à prévoir sur ce versant-là au quotidien.  Quelque soit la durée de ma pause déjeuner, l’heure à laquelle ma journée se termine ou les impératifs prévus comme imprévus venant s’ajouter à mon programme : tout est prêt.

Manger des plats faits maison demandant un peu de préparation tous les jours

Le batch cooking m’a permis de considérablement améliorer la variété et la qualité de mes repas – alors me que je mange souvent la même chose 5 jours de suite ! – car j’ai désormais le temps de cuisiner des plats qui demandent un peu de préparation et de cuisson : des plats mijotés, des salades complètes avec milles-et-uns ingrédients, des gratins, des viandes autrement que grillées… Mais surtout je mange plus sainement. À la fin d’une journée un peu longue, un peu compliquée il m’arrivait souvent de me rabattre sur des plats préparés, du fast-food et autres solutions rapides. Aujourd’hui je mange selon les principes qui me sont chers et je me régale que la journée ait été dure ou pas ! Et quand j’ai envie de manger une pizza, j’en profite vraiment et non plus la culpabilité au ventre de n’avoir pas eu le courage – encore… – de cuisiner ce soir-là.

Ne plus faire les courses qu’une seule fois par semaine et faire des économies

Je fais mes courses en fin de semaine et prévois ainsi tout ce dont j’ai besoin en une fois. Les excursions itératives au supermarché sont ainsi devenues bien plus rares ce qui représente non seulement une économie de temps mais aussi d’argent tout en diminuant le gaspillage de nourriture. Réfléchir mes plats en amont et faire une vraie liste de courses m’évite de craquer sur des produits dont je n’ai en réalité pas besoin – j’en reparle dans la section « Conseils » – et cuisiner limite ma consommation de produits industriels notamment sucrés.

Mieux manger au quotidien : le Batch cooking - Cuisine saine - Lifestyle - Miss Blemish

Prévoir mes repas : Schéma de base

Petit déjeuner

Je cuisine rarement pour ce repas-là. Je me contente de compléter les stocks de ce que l’amoureux et moi préférons manger le matin et faire en sorte de toujours avoir du jus d’orange frais à disposition. Les semaines de fête j’aime préparer des gaufres ou des crêpes pour nos matins mais ce n’est pas la règle, loin de là !

Repas du soir – Soupes, salades composées, quiches et tartes salées

Depuis toujours j’essaie de manger plus léger au repas du soir qu’aux autres repas de la journée. J’alterne donc au fil des saisons soupes l’hiver, salades composées l’été et tartes salées toute l’année. Si je ne prépare jamais mes salades composées d’été – composées majoritairement de crudités – pour plus de deux jours pour plus de fraîcheur et profiter au maximum du goût et des nutriments de chaque ingrédient, les salades composées riches en légumineuses et céréales qui n’ont pas de problèmes de conservation, les soupes et les tartes salées se prêtent extrêmement bien à l’exercice. Ces plats ont l’avantage d’être très rapides à préparer – contrairement à ceux que je choisis pour nos midis – savoureux et déclinables à l’infini et sont donc l’une des pierre angulaire de cette organisation. Je fais en sorte d’avoir toujours de la salade verte lavée et prête à être assaisonnée pour les accompagner et le tour est joué !

Idées recettes : Ma pâte à tarte salée sans gluten

Repas du midi – Base : céréale au choix –  LEGUMINEUSE – légume

Pour nos repas du midi, je me fais plaisir en préparant chaque semaine des plats complets demandant un peu plus de préparation que ce qu’il est possible de se permettre lorsque l’on cuisine au jour le jour selon la base : protéines (céréale/légumineuse/fruit sec)  – féculent/céréale complète – légumes. J’aime faire mariner  mes légumes dès la veille avant de les faire cuire, laisser mijoter une sauce toute la matinée ou cuire mes gratins en deux temps pour qu’ils soient moelleux et sans eau au fond (ma hantise !). Comme ces préparations s’intègrent dans celle des autres plats il n’y a pas de temps mort et elles disposent du temps nécessaire pour cuire à leur rythme et sans râté – vu que je suis sur place pour surveiller la cuisson. Si mon week-end est particulièrement chargé, je me rabats sur des préparations plus rapides mais tout aussi complètes.

Idées recettes : Tout pour composer des currysMes plats complets , Bols d’été à l’avocat

Vous pouvez retrouver mon article « 1 semaine dans mon assiette » pour avoir un exemple d’ensemble de plats et mes astuces de préparation pour raccourcir leur temps de préparation


Mieux manger au quotidien : le Batch cooking - Cuisine saine - Lifestyle - Miss Blemish

Mes alliés

Les plats complets gratinés

Ce sont mes préférés – avec en première place ma parmigiana d’aubergines que j’accompagne de riz complet et d’une salade verte – ils sont simples, rapides et savoureux. À ce chapitre on peut trouver les tians (gratin méditerranéen dans lequel on fait alterner des couches de très fines tranches de pomme de terre, courgette, aubergines et sauce tomate au basilic pour terminer par de la mozzarella).

LES PRÊTS-À-MANGER : FRUITS SECS ET FRUITS FRAIS, COMPOTES, YAOURTS, GALETTES DE CÉRÉALES SOUFFLÉES…

Je renouvelle chaque semaine leur stock pour donner des couleurs à nos petits déjeuners et desserts (le tout simple mais délicieux crème de marron + chantilly ne demande aucune préparation mais fait beaucoup d’heureux). J’évite biscuits industriels et autres tentations : ce qui n’est pas dans les placards a moins de chances d’être grignoté !

Mieux manger au quotidien : le Batch cooking - Cuisine saine - Lifestyle - Miss Blemish

Et le week-end alors ?

Nos repas du week-end ne sont pas inclus dans mes séances de batch cooking. Le week-end nous terminons les derniers restes s’il y en a et préparons à mesure d’autant plus que les week-end sont plus propices aux sorties à l’improviste, verres partagés entre amis et autres repas improvisés. Comme je fais généralement mes courses le vendredi, cela ne pose jamais problème, je prévois pléthore de crudités, pâtes sans gluten et autres petites choses rapides à préparer qui peuvent se prêter à toute occasion.

Mieux manger au quotidien : le Batch cooking - Cuisine saine - Lifestyle - Miss Blemish

Quelques conseils

Avant : Réfléchir ses plats en amont et faire une liste de courses complète et détaillée

Ce n’est pas forcément le plus évident les premières semaines d’écrire une liste de courses sans rien omettre et prévoyant des quantités justes. Pour vous y retrouver je vous conseille de la construire autour des réponses à ces deux questions : combien de repas sont à préparer cette semaine et pour combien de personnes à chaque fois ? Cela vous permettra d’ajuster vos quantités et d’inclure sorties, repas et déjeuners pris à l’extérieur dans vos calculs. Réfléchir ses plats et sa liste de course en amont évite de perdre du temps en faisant ses courses, d’acheter des produits dont on n’a pas besoin et surtout d’oublier ceux essentiels à la réalisation d’une des recettes choisies !

Pendant : l’hygiène

C’est un point essentiel lorsque l’on cuisine en général et tout particulièrement lorsque l’on veut conserver plusieurs jours ses plats. Je ne suis pas experte en la matière et n’ai jamais étudié jusqu’à présent les règles à l’oeuvre dans la préparation de repas en communauté (type restauration) mais je respecte ces quelques règles repères :

  • Se laver les mains minutieusement au savon et à l’eau entre chaque type de préparation et chaque fois qu’elles ont été en contact avec des objets potentiellement souillés (la poubelle par exemple).
  • Conserver mes plats dans des contenants hermétiques
  • Renettoyer les contenants et plats qui vont conserver les aliments préparés avant de les remplir et les sécher avec un torchon propre.
  • Nettoyer correctement mon plan de travail et mes planches à découper – avant, entre chaque préparation différente et après.
  • Désinfecter mon lavabo à l’eau de javel une fois ma vaisselle et toute mes préparations terminées et rincer immédiatement après pour éviter la contamination de vaisselle ou des accidents avec des personnes qui ne seraient pas averties que de la javel a été utilisée dans l’évier. Les éviers de cuisine sont l’un des lieux les plus sales de la maison c’est pourquoi je fais attention à le nettoyer plusieurs fois par semaine en prenant toujours la précaution de laver et rincer abondamment dans le même temps. 

Après

  • Laisser refroidir son four à l’air libre – Après avoir terminé d’utiliser votre four, ouvrez-le en grand : cela évite que de la condensation se forme et se vide sur le sol de la cuisine ou dans les tiroirs situés  en dessous du four.
  • Faire la vaisselle au fur et à mesure – lorsque l’on prépare autant de plats en même temps on peut vite se retrouver débordé de vaisselle et ce alors même que l’on a souvent besoin une, deux voire même trois fois de la même casserole ou du même saladier pendant une session de batch cooking. C’est donc certainement le seul moment de ma semaine où je fais, séche et range la vaisselle au fur et à mesure.
  • Attendre d’avoir fini sa session et quitté la cuisine pour lancer lessives / machines à laver – au lieu de ce fond sonore désagréable, j’alterne playlists Spotify (Cuisiner en musique, My favourite coffee houseAfternoon accoustic, Accoustic spring), vidéos Youtubes et podcasts.
  • Utiliser des contenants types bocaux et tuperwares pour stocker les repas dans le frigo – nos frigos n’ont malheureusement pas une contenance illimitée c’est pourquoi avoir à disposition des contenants malins et moins encombrants est très utile. Si vous n’en avez pas encore, je vous conseille de préférer des contenants en verre. S’ils sont plus lourds, ils se teintent moins que ceux en plastique et sont moins susceptibles de transférer dans vos préparations certains de leurs composants (contrairement au plastique plus que soupçonné d’infuser des perturbateurs endocriniens dans les aliments et liquides qu’il contient).

Mieux manger au quotidien : le Batch cooking - Cuisine saine - Lifestyle - Miss Blemish

Mais alors quid de la conservation ? 

Comme vous l’avez justement soulevé dans les commentaires avec cette organisation mes plats doivent pouvoir se conserver sans problème pendant 5 jours au frigo. Pour mettre toutes les chances de mon côté de ne rencontrer aucun problème de conservation, je m’appuie sur ces quelques règles-repères :

  • Je ne conserve sur une si longue durée que les produits cuits. Les crudités sont conservées soit en l’état prêtes à être consommée brutes et protégées par leur enveloppe naturelle (et le froid du frigo) soit consommées le lendemain si préparées (en salade par exemple). 
  • Je cuis viandes et poissons immédiatement après les avoir achetés : rien ne traîne cru et non préparé dans mon frigo pour éviter au maximum les contaminations. 
  • De la même manière je cuis viandes et poissons suffisamment. Comme je suis friande de plats mijotés cela marche très bien. 
  • J’utilise très peu de produits laitiers. Les produits laitiers sont l’un des aliments les plus fragiles et susceptibles de « tourner » (je ne parle pas là du gruyère râpé ou de la mozzarella qui va griller sur un gratin mais de lait, crème et beurre). Si je fais un plat qui en contient il est préparé/mangé le jour même, conservé au frigo et en quantités telles que rien ne reste. De la même manière je ne cuisine pas de produits laitiers ni d’œufs non cuits (type crème anglaise), autre aliment très sensible. 
  • Je porte une attention très particulière à l’hygiène lorsque je prépare mes repas – voir plus haut « mes conseils » 
  • Je respecte la chaîne du froid : je ne recongèle pas ce qui a déjà été congelé, je garde toutes mes préparations au frais et fait attention à ce que l’extérieur des récipients ne soient pas souillés. 
  • Je protège mes préparations en les conservant dans des récipients hermétiques.
  • Mais je reste toujours vigilente et attentive : l’aspect et le goût d’un plat en disent aussi long qu’une date de péremption. Au moindre goût/aspect suspect je jette. Cela ne m’est encore jamais arrivé dans le cadre du batch cooking et nous n’avons jamais été malades jusque-là mais cela ne m’empêche de rester toujours prudente quant à ce qui se trouve dans mon assiette. Toutes ces précautions n’enlèvent pas la nécessité de faire preuve de bon sens et de ne prendre aucun risque en cas de doute.

*

J’espère que cet article vous a plu et que vous y avez trouvé quelques astuces qui pourront vous être utile pour alléger et régaler votre quotidien côté cuisine ! N’hésitez pas à me poser des questions, je suis sûre d’avoir omis certains points (même après milles relectures, c’est toujours le cas !)

Pour aller plus loin vous pouvez retrouver tous mes conseils pour adopter et adapter la technique à vos besoins dans mon livre Batch Cooking mode d’emploi, publié aux éditions La Plage

Et vous, adeptes du batch cooking déjà ? Des astuces pour manger mieux au quotidien ?

Laisser un commentaire - 90