Un pas vers soi (puis deux… puis trois…)


a052986f5bd032a26880866a8f11dc9a

Lorsque j’ai découvert la méditation, cette discipline commençait à peine sa démocratisation. Je ne faisais pas exception alors : des préjugés, j’en avais beaucoup. Beaucoup. Pourtant, la nécessité de préserver mon sommeil, gérer mon stress, canaliser énergie et attention pour décupler mes capacités de concentration ont eu raison de mes réticences. Ce livre offert par mon père – Méditer jour après jour de Christophe André – que j’avais remisé dans mes étagères, a donc gagné mon bureau et les quelques dix séances guidées que comprenait ce CD ont accompagné toutes les soirées de ma première année de médecine (j’en parle plus avant dans cet article publié l’an dernier).

Passée cette année très particulière, la méditation n’a plus guère trouvé sa place que sur de très courtes périodes, « de crise ». Il faut dire que ce CD, j’avais fini par le connaître presque par cœur, il ne m’apportait plus ce que j’attendais. Cependant, je n’étais pas capable de méditer seule dans la soudaine immensité que prend le moindre espace lorsque le silence revient.

Ce début d’année et le soudain retour d’un niveau de stress encore rarement égalé auparavant ont été le déclic, aiguillé par Caroline qui m’a fait la première découvrir Headspace, une application mobile offrant des séances guidées de méditation, via son compte Instagram où elle parlait de sa pratique. Je termine à peine les 10 sessions gratuites de dix minutes proposées pour tester l’application avant souscription (payante) et, je peux dire que ces quelques dix minutes ont été d’une aide discrète et précieuse au quotidien.

La méditation ne règle pas les problèmes : elle nous aide à les régler par nous-même, les gérer, les contourner ou vivre avec si nous sommes impuissants face à eux. Ce n’est pas une pilule magique qui éradique tout ce qu’il y a d’effrayant autour de nous, c’est une parenthèse. Un espace de calme en soi, une grande respiration entre deux vagues, une aide, un savoir-être qui peu à peu va pouvoir se substituer à d’autres échappatoires bien moins bénéfiques et inoffensives. Nous avons souvent tendance à être radicaux, à attendre beaucoup tout de suite, je ne fais absolument pas exception. Avec la méditation, c’est tout un processus, long, qui nous apprend avant toute autre chose patience et clémence. Envers soi mais aussi envers les autres. Tout ce qui aujourd’hui n’est absolument pas dans l’air du temps. S’asseoir par terre, croiser les jambes et fermer les yeux ne fera pas de nous un méditant mais, sans ce premier pas et tous les autres après celui-ci, nous ne le deviendront jamais. Et il en va de même pour chaque chose dans la vie. Si les pensées continuent à affluer, si nous restons un peu ici, un peu ailleurs et n’arrivons pas à ÊTRE, ici et maintenant, dans ces dix minutes et nulle part ailleurs, nous nous rendons vite compte qu’avoir pris ces 10 minutes, même de cette pratique imparfaite, bancale, a déjà permis de dégager un rien l’horizon. Et ne sent-on pas déjà plus léger maintenant que dix minutes auparavant ? Malgré cette apparence de coupure avec la vie « réelle » et vécue, ce que la méditation nous apprend finalement c’est à vivre, pleinement. Avec patience, clémence, persévérance et sans honte face à nos faiblesses, nos demi-échecs, nos émotions, même négatives.

 

Les informations pratiques

S’initier

Si je suis très heureuse (pour l’instant) de ce que m’offre cette application, je dois reconnaitre qu’avoir un socle, une base pour démarrer m’a été utile pour profiter des bénéfices de ces premières séances qui avaient pour but de reprendre contact. En effet, dès les premières dix minutes guidées, de nombreuses « notions », des « savoir-faire » de méditation sont abordés sans vraiment s’attarder sur chacun. Suivre sa respiration, accueillir les sons qui nous entourent, prendre conscience de son corps, l’interroger en le passant en revue, de la tête aux pieds, écouter ses sensations, être ouvert à l’humeur qui nous habite au moment où nous pratiquons… autant de notions qui trouvent des séances à elles uniquement dédiées dans le CD fournit avec le livre Méditer jour après jour de Christophe André. Je trouve que pour un non méditant c’est une excellente manière de démarrer en douceur et d’apprivoiser cette technique qu’est la méditation.

 

Pratiquer

J’utilise l’application Headspace, anglophone. Elle vous offre 10 séances d’essai pour voir si l’application et la manière d’être guidé durant les sessions vous convient. L’abonnement à l’année est ensuite payant. Dès la 7ieme session validée, vous recevez un mail vous offrant 3 mois d’abonnement sur votre abonnement annuel sous réserve d’une souscription dans la semaine suivante. Avec cette offre, votre abonnement annuel vous coûtera donc un peu moins de 54€.

Pour les non-anglophones, Christophe André a lancé une application, en français, coûtant 2,99€. Je ne l’ai pas testée mais ce peut être une bonne alternative si vous ne parlez pas anglais et/ou n’avez pas envie investir une somme qui reste un importante dans une application mobile. De plus, même si elle ne vous convenait pas, l’investissement serait moins conséquent.

Et vous, quelles sont vos aides et astuces pour gérer votre stress au quotidien ?

0 Laisser un commentaire - 0