Là-bas, Paris, Scotch & Soda


Paris, Scotch & Soda - Mode - Miss Blemish

De regarder ces photos j’ai le sourire aux lèvres de tous les détails qu’elles portent en elles sans y penser. Au creux des sourires je peux voir bien cachés la découverte au matin de cette robe m’allant mieux dans la vraie vie qu’au moment d’être dans la boutique essayée, la lumière claire de cette journée, la douceur du blanc, du bleu, du doré dans la courte cour remuée de rires d’enfants, les acrobaties de l’amoureux et nos regards complices en attendant les feux verts criant « Personne ! Ni derrière, ni devant ! », nos pas pressés sur le boulevard de l’Opéra pour arriver à temps et découvrir le dernier Woody Allen sur grand écran.

Elles portent ma tête posée sur son épaule, nos mains enlacées dans la rue déjà éclairée de doré, le ciel presque foncé et devant l’Opéra illuminé son « j’ai pensé, puisqu’on est en avance, on pourrait essayer d’y retourner ? » et nos pas pressés dans les escaliers. Elles portent nos sourires complices dans la file d’attente face portes closes et déjà pressée, les regards qui brillent au moment d’une, deux, trois fois trinquer à tout ce qui est à célébrer à commencer par être là, maintenant, avec nous, avec toi. Elle portent la meilleure pizza rimant avec Big Mamma, les cocktails légers qui pétillent à tête qui tourne trop tôt et à fond laissé, du tiramisu au citron et des baisers sur les pavés.

Elles portent tout ce qui a fait de cette journée une si douce journée – une antisèche au souvenir – et mon coeur serré de savoir que bientôt il ne suffira plus d’un tour de clé pour te retrouver. Elles portent ce quotidien de demain pour un temps à réinventer, nous deux à des extrémités du cadran qu’il faudra trouver à réconcilier d’heures où il n’est ni trop tard, ni trop tôt – l’amour en décalé. Elles portent beaucoup de Nous alors que l’on n’y voit pourtant que moi comme pour dire qu’il n’est pas de moi sans Nous ni de Nous sans moi, qu’il est des réalité présentes et palpables bien qu’invisibles, qu’il n’est pas nécessaire d’être « là » pour exister, que tout réside en soi et que seule la peau pourrait être frontière tragique si dépassée. Alors je crois qu’au-delà de cette merveille de robe Scotch & Soda désignée « ma préférée » sitôt enfilée, j’aime ces photos un peu pour tout ça. Le coeur serré mais conscient qu’il n’est pas d’amour de sacrifices consentis malgré soi, pas d’amour de choix autrement faits qu’en accord avec soi pas plus qu’il n’existe d’amour au prix de rêves bafoués et qu’aimer c’est ça aussi, dire « vas-y ! », même le coeur serré, même les yeux fermés. 

Paris, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss Blemish

Je porte

Robe – Scotch & Soda
Perfecto – Zara
Bottines – Jamie Phillips
Écharpe – chinée
Boucles d’oreille – Bonobo
Sac – Galeries Lafayette

Sur ces photos, mon teint n’est pas maquillé. J’explique tout de cette démarche dans le billet Yes mode, no make-up

Paris, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss BlemishParis, Scotch & Soda - Mode - Miss Blemish

Et vous, avec quoi faites vous rimer « aimer » ?

21 Laisser un commentaire - 21