Une histoire de lunettes, d’âge adulte et de traits familiers


Une histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss Blemish

C’est la première fois que changer de lunettes faisait appel à un processus de recherche plus élaboré que de choisir la plus jolie paire pour moi dans la sélection d’un grand opticien. À la bonne forme, la bonne hauteur, la bonne largeur et le juste équilibre entre ces 3 grandeurs s’est ajouté ce besoin flou, impalpable et nouveau que ces lunettes « me ressemblent ». Qu’elles fassent écho à la personne que je pense être comme à celle que je veux être – toutes ces précautions pour dire combien j’ai conscience que ces lignes sont troubles, mouvantes et jamais définies pour de bon. Qu’elles ne me travestissent ni ne me condamnent à une posture que je ne saurais endosser. Des lunettes qui ne soient pas un masque, des qui ne s’imposent pas trop, des qui soulignent en douceur et se fondent à la couleur de mes cheveux, des qui ne donnent pas à mon visage un air sévère ou téméraire. Je cherchais sans bien réussir à le définir des lunettes qui – au-delà de m’aller seulement bien – racontent et soulignent des traits de personnalité que je reconnais (ou veux développer) comme miens.

Je crois très fort que ce besoin-là est né du questionnement qu’appelle le passage à l’âge adulte sur tout ce que l’on nous a transmis et tout ce que l’on vit/lit/cherche/apprend pour en faire sortir ce qui nous convient vraiment. Ce tri – jamais vraiment fini – qui nous permet pas à pas de nous faire une idée plus précise de ce que l’on veut pour soi et qui n’a réellement commencé pour moi que depuis 3 ans, mes anciennes lunettes sur le nez (elles choisies bien plus simplement). Illustrant ce cheminement à tâtons, en trois ans je suis ainsi devenue – en tremblant – rousse un peu puis tout à fait, j’ai rencontré l’amoureux, arrêté de me maquiller, redécouvert mon visage, vaincu l’acné et fait la paix avec mon reflet. J’ai donné une place à ce qui avait de l’importance à mes yeux malgré les conseils qui m’intimaient de laisser ça à plus tard, j’ai écrit, photographié, appris, pleuré, douté, je suis devenue auto-entrepreneure, j’ai interrogé les codes, j’en ai fait miens certains et abandonné d’autres que je ne me sentais pas à l’aise de suivre ou d’incarner. Mes anciennes lunettes sur le nez, j’ai pris mes premières décisions d’adulte et « qui je veux être » a commencé à trouver ses contours – flous et brumeux – dont j’ai fait de petits guides pour m’aider à prendre chacune de mes décisions au quotidien.

Pour choisir ces lunettes donc, j’ai pris le temps pour la première fois de ne pas m’arrêter à un seul opticien et même d’aller frapper à des portes autres que celles des grandes enseignes. J’ai pris le temps de dire « je réfléchis et je reviens demain » et d’accepter de ne rien trouver qui me convienne parfois. J’ai finalement trouvé mes lunettes chez Thierry Lasry, boutique découverte par hasard et dont je n’aurais jamais osé franchir le seuil si j’avais été seule – effrayée par son côté très solennel et luxueux. J’ai eu un coup de coeur pour toutes les lunettes que l’opticien qui s’est occupé de moi m’a proposé d’essayer sur la base de ce que je lui avais raconté et j’ai fini par choisir les premières essayées, celles que vous pouvez voir sur les photos. Et, chouette bonus, les lunettes de cette marque sont pensées, conçues et fabriquées de A à Z en France tout en gardant pourtant des prix similaires à ceux des montures de marque « luxe » que l’on peut trouver dans les grandes enseignes d’optique. 

Une histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss BlemishUne histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss BlemishUne histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss Blemish

Lunettes – Thierry Lasry
Manteau – Cotélac
Fine doudoune – Mademoiselle plume safran-bleue marine Comptoir de Cotonniers
Jean – Zara
Bottines – Sezane
Sac – Kesslord

histoire-de-lunettes-5 Une histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss Blemish Une histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss BlemishUne histoire de lunettes Thierry Lasry - Lifestyle - Miss Blemish

Et vous, quels détails vous racontent ?

Laisser un commentaire - 8

Pancakes banane-cannelle sans gluten | Recettes d’automne


Les pancakes banane-cannelle sans gluten | Recettes d'automne - Miss Blemish

Année après année, les moments passés en cuisine gardent cette douceur qui arrive à effacer – le temps d’une recette à préparer – les plus grands doutes, les plus grandes peurs. Il y a la liste des ingrédients soigneusement consignée sur un bout de papier déchiré ou murmurée par coeur, le ballet des portes de placards-tiroirs et le bruit léger-étouffé du fouet à pâtisserie contre le froid de l’acier. Avec l’automne – plaids, pantoufles et bouillottes à nouveau tout à portée – nous avons retrouvé les petits-déjeuners douceur du week-end qui commencent sur la pointe des pieds et se régalent de pancakes, gaufres ou porridge partagés.

De garder ainsi pour chaque saison – comme j’ai vu le faire avant moi mon arrière-grand-mère, ma grand-mère et ma maman – des rendez-vous délicieux qui ne se connaissent que ces mois-là, je crois que j’en ai appris à aimer chaque temps particulier de l’année et de les attendre tous avec la même impatience. L’automne et ses marrons chauds, son orange, ses noix mêlées de miel et de cannelle, l’hiver-pannetone, rissoles et couronne des rois sucre-safran, le printemps-beignets-plats « merveilles » fraises et framboisiers, l’été et ses tartes abricot-pâte sablée. Puisqu’il paraît que la nature répond à chaque saison à nos besoins particuliers, je m’en fais depuis quelques années une nouvelle mission de mieux l’écouter en laissant à chaque mois, fruits et légumes qui lui sont dédiés. A tel point – vous me direz si l’idée vous plaît – que commence à naître l’envie de réorganiser le sommaire de la catégorie cuisine ici pour ne laisser comme indication pour chaque sous-partie qu’une saison.

Cette nouvelle version de pancakes – avec de la banane et de la cannelle dedans – est terriblement délicieuse et sera celle sans aucun doute qui nous accompagnera jusqu’à la fin de l’automne. Moelleux à souhait et parfumés, j’adore le fait qu’ils puissent se manger aussi bien avec que sans aucun accompagnement. Des pancakes qui se suffisent à eux-mêmes, que demander de mieux lorsque l’on est sujet aux petits-creux ?

Les pancakes banane-cannelle sans gluten | Recettes d'automne - Miss Blemish

pancakes banane-cannelle sans gluten | La recette

Ingrédients

310g de farine de riz complet
1 pincée de sel
2 c.à.s de sucre roux complet
1/2 c.à.c de levure chimique sans gluten
1/2 c.à.c de bicarbonate
2 oeufs
450mL de lait d’amande sans sucre ajoutés
2 c.à.s d’huile au goût neutre (type Isio 4)
1 banane bien mûre
1 c.à.s de cannelle (à ajuster selon vos goûts)

Les pancakes banane-cannelle sans gluten | Recettes d'automne - Miss BlemishPréparation

1. Mélanger tous les ingrédients secs dans un saladier et creuser une fontaine.

2. Verser le lait d’amande, l’huile et les 2 oeufs légèrement battus dans la fontaine.

3. Ecraser la banane à la fourchette et la rajouter au mélange

4. A l’aide d’un fouet, mélanger jusqu’à ce que toute la farine soit incorporée et arrêter de mélanger immédiatement. La pâte doit rester grumeleuse.

5. Faire chauffer une poêle sur feu doux, verser une petite louche de pâte. La laisser s’étaler, elle formera naturellement un cercle.

6. Des bulles se forment à la surface du pancake, lorsqu’elles commencent à éclore c’est qu’il est temps de retourner le pancake.

7. Saupoudrer de sucre glace et déguster avec du sirop d’érable, des noix, de la confiture, un yaourt, du chocolat…

Les pancakes banane-cannelle sans gluten | Recettes d'automne - Miss Blemish

ET vous, quelles sont vos recettes d’automne préférées ?

Laisser un commentaire - 8

Lumière ! | 3 jours à Marseille


Lumière ! | 3 jours à Marseille - Slow Travel - Miss Blemish

C’est le quatrième ou cinquième étage. Après les tomettes ocres parfois lisses, parfois fêlées, il y a l’appartement emprunté et la lumière qui déborde dans toute la salle de bain jusqu’à découvrir chaque grain de poussière suspendu. Les lits faits-défaits, les plantes et la grande bibliothèque, les mots de Christophe Bobin et sur la table les fourmillements dessinant les contours de – bientôt – le premier petit-déjeuner partagé après les valises, les cartes et les trains. Le bruit des jours heureux, des conversations qui s’emmêlent, s’entrecroisent et se rencontrent, idées mélangées-télescopées, echo au brouhaha de la rue, fenêtres ouvertes sur la ville que bientôt l’on ira retrouver.

C’est un peu de sud en plein automne, de la lumière avant l’hiver emportée – collée-serrée – sous les manteaux pour les jours moins chauds comme prescrivent certains de boire chaque matin au lever le jus d’une orange pressée. Les pavés, le gris argenté des oliviers, un peu de mer et de ciel bleu, de vieilles pierres beiges-blanches-rosées et d’acier alvéolé, avec ce qu’il faut d’éclats de rire les vitamines marseillaises se sont patinées de la douceur des moments bien partagés.

À Marseille j’ai aimé… 

  • Manger aux Halles de la Major de la soupe de potiron, des aubergines confites et des pommes de terre délicieuses sur l’un des stands du lieu proposant ses spécialités (le concept est proche de celui du Time out market de Lisbonne (en bien moins grand))
  • Pique-niquer sur l’île du frioul (quasi) les pieds dans l’eau et en découvrir les sentiers
  • Nous prendre tous en photos dans le miroir ombrière du port   
  • Me balader entre vieilles pierres et nouveaux bâtiments
  • Acheter des pralines comme on le faisait l’été avant
  • La cathédrale La Major avec ses marbres bicolores dans la lumière rosée des fins de journée d’automne
  • Découvrir les ruelles sentant les épices et vendant des paniers par milliers
  • Le design de la façade du MuCEM
  • Goûter yeux fermés le délicieux des chocolats à l’huile d’olive de l’Espérantine 
  • Prendre la ville – et nous l’explorant – en photo 

Lumière ! | 3 jours à Marseille - Slow Travel - Miss BlemishLumière ! | 3 jours à Marseille - Slow Travel - Miss BlemishLumière ! | 3 jours à Marseille - Slow Travel - Miss BlemishLumière ! | 3 jours à Marseille - Slow Travel - Miss BlemishLumière ! | 3 jours à Marseille - Slow Travel - Miss BlemishLumière ! | 3 jours à Marseille - Slow Travel - Miss BlemishLumière ! | 3 jours à Marseille - Slow Travel - Miss BlemishLumière ! | 3 jours à Marseille - Slow Travel - Miss BlemishLumière ! | 3 jours à Marseille - Slow Travel - Miss Blemish

ET VOUS, AVEZ-VOUS EU LA CHANCE OU L’ENVIE DE DÉCOUVRIR Marseille ?

Laisser un commentaire - 14