Search Results for: pancakes

Et sourire à octobre qui tangue


Et sourire à octobre qui tangue - Slow lifestyle - Miss Blemish

Dans la boîte aux lettres des vacances s’est glissé un petit livre doux et coloré que j’ai englouti de lundi à mardi, rompant toutes ses règles tacites contre ce besoin des débuts d’année éparpillés de réussir à commencer et finir d’un trait quelque chose. Se remettre en mouvement après les périodes suspendues, faire le premier pas, est toujours la partie de la reprise que je trouve la plus dure alors au fil du temps je me suis constitué une longue liste d’alliés vers qui il est facile de me tourner. Et s’il en est plein pour m’aider à reprendre pied avec les impératifs un peu rébarbatifs du quotidien, magazines et livres bonbons prêts à être lus ou relus d’une traite, sans interruption, sont responsables depuis longtemps des retrouvailles avec continuité et concentration dans mon travail.

Ce petit carnet de gratitude écrit par Anne-Solange Tardy et si joliement illustré par Marie Bretin* – que j’ai lu comme il ne se lisait pas – a réussi ce très grand défi des périodes en demi-teinte de ramener tout au centre tout ce qu’il y a de doux, joli et chanceux-merveilleux dans ma vie et surtout l’envie d’y prêter activement attention chaque jour. Alors c’est tout naturellement que je reviens ici avec des sourires et un défi : celui de terminer et commencer chaque journée par quelques pensées vers tout ce qui a été doux dans notre journée. Que cela soit infime ou magnifique, petit ou grand (car le bonheur souvent n’a rien de grandiloquent).

*

Retrouver la douceur des écharpes plaids qui de dehors en dedans quittent nez-bouche-cou pour m’entourer tout en entier où que je sois.

Sourire au ciel encore bleu, à la lumière d’automne et aux feuilles rousses qui chatouillent de couleur le gris de la ville.

Enfiler mercredi cette robe offerte par l’amoureux.

Recevoir en rougissant un chouette cadeau et écouter ces histoires d’outre-atlantique mêlant van et grands espaces autour de la table des retrouvailles.

Passer toute une après-midi en cuisine, un podcast en fond sonore couvrant à peine le bruit de l’eau qui bruisse, des ustensiles qui s’activent et de l’huile qui crépite. Goûter au petit plaisir d’avoir au bout des doigts cette odeur d’italie qui mêle échalote à huile d’olive.

Ressortir des tiroirs les bougies qui sentent le biscuit.

Croiser dans ma rue cet ami d’enfance comme cela nous l’est déjà arrivé mille fois, dans d’autres villes que celle-là. Sourire de tous ces heureux hasards qui font nos chemins se croiser.

Tenir entre mes mains pour la première fois la responsabilité de gardien du souvenir qui incombe aux photographes. Sourire et trembler.

Décider à 17 heures qu’il est l’heure des pancakes, du sirop d’érable et du thé parfumé – mon chouchou du moment est un thé noir qui sent la vanille et la noisette : Ronde d’automne de la route des arômes (petite boutique Lyonnaise). Se régaler en refaisant le monde, gommer le gris de la journée.

Découvrir à quel point la framboise et la lavande se marient bien dans le très chouette bar à cocktail Le distrait métro Bonne nouvelle.

Sourire de l’odeur douce de lessive qui règne dans l’appartement dans cette période post-vacances où tous les jours une nouvelle fournée de linge fraîchement lavé vient trouver sa place sur l’étendage.

Au courrier des vacances trouver le dernier Simple Things et de jolis livres n’attendant qu’à être dévorés les dimanches de pluie. Sourire d’accueillir de nouveaux amis.

Manger les dernières glaces de l’année, retrouver les petits-déjeuners de roi du dimanche partagés. Ceux qui prennent le temps de savourer, rire et danser.

Écouter cette chanson jusqu’aux paroles murmurées-imprimées

Accueillir l’élan plein d’envies et de renouveau que porte très haut septembre-octobre et trier, ranger, donner, jeter, alléger. Donner à cet intérieur que j’apprends encore à apprivoiser dans tous ses manques qui me renvoient à son absence un peu plus de douceur. Et ressortir mes chaussons tous doux des temps froids.

Sourire à chaque fleuristerie bien remplie, souvent exigue, pleine d’histoires sûrement tues.

Retrouver mon sac camel d’hiver et mes collants épais.

Ouvrir très grand la fenêtre de la cuisine végétarienne et retrouver le plaisir intact d’apprendre nouvelles techniques et saveurs comme la fierté d’avoir envie de me tenir vraiment à ce que je considérais jusque là comme un défi trop grand pour moi.

Sur les explications de Solange, commencer mon premier Bullet Journal : remplir octobre de rendez-vous de moi à toi, de moi à moi.

Écrire des listes d’envies pleines de livres.

Sur le chemin du métro, petit matin, terminer la liste entreprise lumière éteinte entre les draps juste avant de dormir, de toutes les petites choses ayant fait sourire la veille. Leur redonner avec humilité, le coeur lourd avide de légèreté, cette place qu’elles ne devraient jamais perdre au profit des soucis qui pourtant viennent si souvent les masquer. Sourire de cette habitude comme milles autres qui ne s’acquièrent jamais vraiment mais demandent pour s’ancrer dans nos vies d’être toujours régulièrement nourries et tous les jours un peu choisies.

Pumpkin waffles, lactose et gluten free - Cuisine saine - New York - Miss Blemish

Et pour encore plus de sourires d’automne jusqu’au prochain article ici, rendez-vous par là :

Ce que j’aime en automne (vendredi)
Petits plaisirs de rentrée sur Le journal de Saxe (samedi)
L’organisateur d’automne (et la liste de bonheurs à y glisser) par May (dimanche)
Et Milles idées pour cet automne par Ninon (lundi)

Plutôt chouette comme programme, n’est-ce pas ? Et vous, quels petits bonheurs vous ont fait sourire depuis octobre ?

Laisser un commentaire - 14

Mes 3 granolas sans gluten préférés


Mes 3 granolas sans gluten préférés - Miss Blemish

Les granolas sont depuis longtemps mes alliés préférés des petit-déjeuners de semaine. Si j’aime préparer gaufres, petits pains maisons ou pancakes pour nos petits déjeuners de week-end, j’adore depuis toujours les céréales. En porridge, avec du lait d’amande, un yaourt au soja, un peu de purée d’amande ou de nocciolata ou tout simplement accompagnées de compote ou de fruits frais, j’aime le fait de pouvoir twister si facilement chaque matin le contenu de mon bol en fonction de mon envie du moment et de la saison.

Depuis que je mange sans gluten j’ai ainsi testé une multitude de granolas « industriels » – entre guillemets  car bio et le plus souvent sans produits raffinés dans leurs ingrédients pour une chouette composition au total – au fil des nouveautés proposées par le magasin bio où je fais une partie de mes courses.  C’est sûrement l’un des avantages lorsque l’on mange sans gluten, l’offre est encore restreinte mais dominée par des marques d’agroalimentaires biologiques qui permettent ainsi d’allier ces deux envies (et parfois même avec elles celles de produits moins riches en produits raffinés). De tous ces tests en sont ressortis ces trois favoris que je vous présente aujourd’hui en même temps que mes combinaisons préférées pour les savourer.

Le granola Amande et vanille de Charles Vignon

J’ai découvert ce granola il y a un peu plus d’un an et malgré tous ceux goûtés depuis aucun n’a réussi à le détrôner. Composé d’avoine certifié Afdiag (sans gluten), il assure une texture identique à celle des céréales classiques en profitant d’une composition plus proche de celle que je recherche avec des ingrédients tous issus de l’agriculture biologique et un effort apporté sur les produits raffinés puisque la majorité du sucre contenu est du sucre de canne complet rapadura. Son goût très doux et gourmand de vanille le rend extrêmement facile à utiliser et combiner avec fruits, yaourts, compotes ; et c’est sûrement ce qui en fait mon préféré.

Composition

Céréales* 64.6% (flocons d’avoine* complets 48,7% sans gluten certifiés Afdiag, riz* complet), sucre de canne* complet rapadura, huile de tournesol* (tournesol*, antioxydant : extrait de romarin*), amandes* entières 7%, sirop de riz*, miel*, extrait de vanille*, cacao*, maigre en poudre

* issu de l’agriculture biologique

Mes combinaisons préférées

Avec de la compote de pomme à la cannelle
En porridge, avec du lait d’amande
Avec un yaourt au soja, un fruit frais et une cuillère de Nocciolata

Mes 3 granolas sans gluten préférés - Miss Blemish

Super granola d’Eat Natural

Pas encore commercialisé en France – mais la marque y travaille* – j’ai découvert ce granola aux Pays-Bas et c’est l’amoureux qui depuis assure le renouvellement de mon stock parisien. Des trois, c’est celui qui porte le mieux son titre de granola s’éloignant ainsi un peu des céréales industrielles classiques. Très riche en graines – courge, tournesol – il se marie mal avec le bol de lait de nos petits-déjeuners d’enfance mais préfère un accompagnant à la texture plus solide pour s’y mêler. Le liant qui mêle tous ses composants ajoute un goût et une texture délicieuse au yaourt dans lequel il est mélangé rendant tout ajout de sucre superflu – comme les deux autres à la différence près que celui-ci est de loin le moins sucré. Très bon et très complet, il rassasie plus vite que ses comparses et apporte plein de vitamines, minéraux et acides gras intéressants ce qui en fait un parfait allié d’une alimentation diversifiée. A noter que les ingrédients utilisés dans ce granola ne sont pas issus de l’agriculture biologique.

* Cette semaine, la marque annonçait sur la page Fb française qu’une première partie de leur gamme de céréales arrivait dans les rayonnages des Carrefours français. 

Composition

Graines mixtes 28% (graines de tournesol 19%, graines de citrouille 8%, graines de lin 1%), avoine sans gluten 22%, miel 15%, huile de colza, sarrasin 9%, copeaux de noix de coco, protéine de pois, pois chiches grillés

Mes combinaisons préférées

Avec un yaourt au soja et un brugnon
Avec un yaourt au soja et une énorme cuillère de Nocciolata

Le petit truc en plus

Pour un petit-déjeuner encore plus riche en bienfaits vous pouvez ajouter une c.à.c de cannelle au mélange chaque matin, épice dont la saveur se marie très bien avec celles de ce granola. La cannelle participe à réguler le taux de sucre dans le sang et donc à diminuer l’ampleur du pic d’insuline qui suit les repas qui la contiennent et est également un peu hypocholestérolémiante. Vous pouvez donc vous en faire un excellent allié au quotidien si vous l’aimez ! 

Mes 3 granolas sans gluten préférés - Miss Blemish

Muesli sans gluten Gerblé

Des trois, ce muesli est celui qui affiche la plus mauvaise composition (avec notamment la présence de graisse de palme) c’est pourquoi j’en mange rarement. Il a pourtant droit à sa place dans cette liste car il a exactement le goût de mes anciennes céréales préférées : le Cruesli de Quaker Oats (sans les morceaux de chocolat au lait) que j’adorais manger petite avec un yaourt à la grecque ou en porridge dans du lait. Je le réserve donc aux pics nostalgiques où je meurs d’envie de retrouver ce goût-là précis mais sans gluten.

Composition

Flocons d’avoine sans gluten 60.8%, sucre de canne, graisse de palme, noix de coco râpée, maltodextrine, noix de cajou 2,1%, sirop de riz, riz, amandes 1%, noisettes 1%, sel

Mes combinaisons préférées

Avec un yaourt au soja/au lait de coco ou au lait d’amande et soja
Avec du lait d’amande, passé au microonde 1 ou 2 minutes pour une texture porridge 

Mes 3 granolas sans gluten préférés - Miss Blemish

Et vous, quels sont vos granolas sans gluten préférés ?

Laisser un commentaire - 5

Les halls de gare


Les halls de gare - Relation à distance - Miss Blemish

Y.,

J’apprends les halls de gare. À venir t’y chercher sourire aux lèvres et pas pressés vendredi soir. À en repartir sans pleurer dimanche, pas vraiment tard. Je réapprends le temps qu’on agrippe à l’heure où je t’attends et où ne restent plus que quelques minutes qui semblent s’étirer à elles seules – infime poignée – plus encore que toutes les semaines écoulées. Sur la pointe des pieds tout au bord des lignes jaunes je souris de ne t’avoir pas dit que je t’attendrai ici. Je souris de savoir que je te verrai en premier. 

J’apprends à savourer l’avant, la douceur des vendredis qui s’étirent dans un sourire et qui comptent les heures de maintenant à 20 heures. Les vendredis-où-tu-reviens, il y a toujours l’après-midi de la pâte à pancakes qui repose, le plaisir de mes dimanches d’enfance passés à cuisiner retrouvé. Pour une poignée d’heures, la cuisine s’emplit du ronron de mes podcasts préférés que j’écoute en préparant ce qui nous régalera au petit-déjeuner. Il y a beaucoup de douceur dans ces instants-là, comme s’il fallait me préparer doucement à glisser pour deux jours volés dans notre quotidien d’avant. Et le dimanche soir arrivé, c’est bien souvent à ces heures du juste-avant que je repense en regrettant la douceur de ces instants où l’on sait que l’attente touche à sa fin, enfin. 

Dans le métro, je serre ta main aussi fort que les minutes glissent déjà, toujours un peu plus près de l’heure où il faudra revenir à quai, nous enlacer et compter sur nos doigts les jours avant la prochaine fois, au seuil de devoir tout recommencer. J’apprends, doucement, à moins pleurer le temps passé trop vite, à accepter que les jours sans toi soient plus fades que ceux où tu es là. J’apprends le bonheur qui monte et qui descend et les messages qui disent ce que l’on ne peut plus deviner d’un regard, les rendez-vous face caméra et à te faire partager tout ce qui se passe ici et toi tout ce qui se passe là-bas. C’est une toute nouvelle fabrique à souvenirs qui s’organise pour contrer les kilomètres, armée de mots contre la distance. Nous qui parlions si peu de cette façon-là, c’est un tout nouveau langage que l’on apprend et construis pas à pas. 

Ce week-end là, c’était il y a deux semaines déjà, il y a eu les mosaïques sous le ciel gris et les pâtisseries gorgées de miel, de sucre et d’amande sur les bancs du jardin des plantes. Il y a eu les quais inondés photographiés « pour se souvenir tu comprends », la jolie librairie aux passages trop bas pour toi et aux couloirs exigus, des raviolis vapeur, du thé parfumé et un smoothie mariant framboise, rose et letchi. Ils sont si doux ces week-end là qu’encore une fois, j’ai hâte que vendredi soit là.

Et toi, comment tu vas ?

Les halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss BlemishLes halls de gare - Relation à distance - Miss Blemish

Laisser un commentaire - 33