PAES … alors je prends une prépa, ou pas ?


PAES … alors je prends une prépa, ou pas ? - études - conseils - Miss Blemish

Crédit Photo : Unsplash

Telle est la question que l’on ne se pose quasiment plus. De l’avis général TOUT le monde a une prépa en PAES, ou tout au moins ceux qui réussissent ajoute-on volontiers, et l’on murmure dans les couloirs que qui n’en a pas n’a aucune chance… à moins de disposer de quelque reste du génie d’Einstein dans ses gènes. Mais si on faisait le point ?

La prépa, quesako ?

Les « prépas » sont des entreprises privées qui assurent, en parallèle des cours dispensés en faculté, le suivi de leurs étudiants pour les aider tout au long de leur première année de médecine à préparer au mieux les épreuves du concours. D’où leur nom. Bien que les « menus » changent d’une prépa à l’autre, l’objectif reste le même : la réussite à un concours des plus sélectifs. Au programme donc : des séances de TD avec reprise de cours et exercices type concours corrigés par un professeur d’université, concours blancs répétés et classants pour se situer tout au long du semestre par rapport aux autres étudiants inscrits.

La prépa, une croqueuse de temps ?

C’est un fait : souscrire à une prépa demande un investissement à la fois financier (voir plus bas) mais d’abord et avant tout personnel. Il faut compter chaque semaine entre 4 et 8 heures de séances de TD/concours blancs (deux après-midi et/ou matinées). Chaque séance demande par ailleurs d’être préparée : non seulement il faut apprendre le cours traité de manière à le maîtriser suffisamment pour suivre un rythme bien souvent « en levée » mais aussi préparer les exercices/QCM qui seront traités en séance et s’exercer sur les annales jointes à leur suite afin de se confronter à un maximum de problèmes susceptibles de se poser. Cette préparation est toutefois facilitée par le « décalage » entre le programme de la faculté et celui de la prépa : les séances de TD portent sur des cours vus une, deux à trois semaines auparavant à l’université, l’occasion donc de revenir mais surtout d’approfondir l’apprentissage et la compréhension de cours déjà travaillés et ce avant la période des révisions.

La prépa, quel(s) intérêt(s) ?

Dans un univers aussi disparate que la fac en première année, la prépa présente l’avantage de proposer un cadre rassurant avec une ambiance proche de celle du lycée. En petits groupes d’une quarantaine de personnes au maximum, elle permet aux étudiants de faire connaissance, de nouer des amitiés voire même de s’entraider. Le mot d’ordre est simple : au sein du groupe, pas de compétition car sur une quarantaine d’étudiants seulement, votre voisin n’est pas celui qui vous volera votre place. Même si c’est parfois difficile à mettre en pratique, certains le feront : vos futurs amis. Et croyez-moi, la première année forge de belles amitiés.

La prépa est donc un réel soutien, sur tous les plans. Elle vous oblige à sortir de chez vous si vous avez l’habitude de travailler seul dans votre chambre, vous permet de voir du monde et d’échanger avec d’autres étudiants passant par les mêmes difficultés que vous mais aussi avec des étudiants en médecine plus âgés embauchés par la prépa pour encadrer les groupes et vous dispenser tous les conseils nécessaires et utiles à… « survivre en P1 ». Votre référent « groupe » vous connaît personnellement, il connaît votre prénom, et aussi banal que cela puisse paraître à quiconque n’a jamais mis les pieds à la fac, cela peut se révéler être d’un réconfort inestimable que de savoir que quelqu’un sait que parmi cette foule, vous existez.

La prépa vous offre enfin l’occasion d’échanger avec des professeurs d’université qui se soucient de votre réussite et se tiennent à votre disposition pour répondre à toutes vos questions. C’est pourquoi il est si important de préparer soigneusement chacune de vos séances : pouvoir éclaircir les points restés dans l’ombre en posant toutes les questions qui vous bloquent. Il suffit bien souvent d’une ou deux minutes d’explications au calme pour « défaire » le nœud du problème qui empêchait une compréhension satisfaisante… mais sans préparation des TD, il est probable que vous passiez à côté.

La prépa, quel investissement ?

La prépa est chère, ce n’est pas un secret. Les tarifs varient entre 1000 € et 3000 € l’année (voire même plus, ceci est une estimation, une fourchette… de quoi vous donner une idée grossière… renseignez-vous auprès des organismes qui gravitent autour de votre fac). Les moins chères proposent exclusivement des concours blancs corrigés ou non en séance (le cas échéant des corrections « papier » sont distribuées et il vous appartient de les retravailler), les plus chères ajoutent à ces concours blancs les fameuses séances de TD. Un unique suivi par Concours Blancs peut être intéressant si vous êtes doublant car vous connaissez le programme et n’avez pas les même besoins de « redite » mais pour les primants, cette option peut sembler « aride »… car le programme est tout neuf, donc moins bien maîtrisé…

La prépa, une conclusion ?

La prépa est à mon sens un investissement des plus bénéfiques et judicieux pour qui s’astreint à en profiter pleinement c’est-à-dire à travailler des plus sérieusement toutes les séances, à assister et reprendre les concours blancs ainsi que leurs corrections, à poser des questions et à participer activement aux TD. La prépa est un atout de taille pour tout primant car elle vous guide dans votre travail et la façon de vous organiser, elle vous donne le rythme à adopter et vous apporte le soutien dont vous avez besoin. Cependant, même si elle constitue un avantage énorme (mais toujours à condition de savoir en profiter… assister à une séance non travaillée sera moins efficace que 2h de travail sérieux par un étudiant sans prépa), elle ne fait pas tout et ne se substitue en aucun cas au travail qu’il vous faudra fournir, avec ou sans elle.

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous aidera à faire votre choix !

0 Laisser un commentaire - 0