Les sourires de la semaine #4


Les sourires de la semaine #4 - Brèves - Miss Blemish

Encore une fois à l’heure habituelle et matinale de publication, je serais dans l’avion direction Paris, d’où cet article qui tombe avant l’heure mais surtout avant lundi… Passons, il n’est jamais trop tôt pour sourire et chasser le bon vieux blues du dimanche soir.

Retrouver le froid sec et la bise qui vous transpercent jusqu’à l’os, font rougir les joues, le nez et engourdissent les doigts. Se laisser surprendre par la brûlure de l’air à chaque respiration. Tressauter sur place et marcher d’un pas vif, bien plus vif que d’habitude, pour vite, vite, se mettre à l’abri.

Courir au bord du lac. Tous les matins. Parce que j’aime ça. Parce que c’est tous les jours un défit d’enfiler ses baskets et un véritable délassement que la douche brûlante du combattant après l’effort.

Dormir dans ma chambre d’adolescente où le lit fait des arabesques et les draps sont roses, garnis de motifs liberty et les commodes envahies par les bougies aux odeurs de thé, de framboise et de vanille.

Se réveiller, dimanche matin, avec la neige qui floconne à la fenêtre. Trouver le tapis blanc tout aussi magique que lorsque j’étais enfant, espérer un instant que, peut-être, il est des choses immuables qui jamais ne changeront. Fermer les yeux très fort pour y croire plus fort encore.

Un chocolat viennois à la cannelle* ou plutôt devrais-je dire de la chantilly surmontant une toute petite flaque de chocolat chaud tant l’édifice était imposant. Avec une amie, bien plus sage que moi, au vu de la tasse de thé noir aux épices* posée devant elle. Se dire que, décidemment, c’est toujours aussi bon les retrouvailles.

Des cheveux tous beaux, tous doux, tous brillants, soyeux, dans lesquels il faut se retenir de faire glisser ses doigts. La magie des quelques heures qui suivent un rendez-vous chez le coiffeur** en somme.

Des châtaignes, de la cannette et du gratin de courge. Ou le parfait dîner dominical de fin d’automne. Mais en fait peu importe ce qu’il y avait dans nos assiettes. Nous étions tous autour de la table, c’est ça l’essentiel.

Une expédition libresque. Deux petites perles à n’en point douter, sur ma table de nuit, déjà bien entamées, L’amour commence en hiver de Simon Von Booy (conseillé par l’Irrégulière) et Bérénice de Roger Bichelberger. Deux histoires d’amour, tourmentées, parce que le temps s’y prête.

La fin des partiels. La complicité mafieuse à l’heure des magouilles de coefs. Se dire « bonnes vacances » alors que demain nous réattaquons déjà…

Rencontrer (enfin) May(lis), cette fille géniale, aussi gentille qu’adorable, dont je dévore les chroniques sur vie-de-miettes.fr depuis quelques temps déjà… Une très jolie rencontre.

Mes premières clémentines de l’année. Un délice. Même si je ne supporte toujours pas leur odeur… (vous ai-je déjà dit que j’étais bizarre ?)(ben voilà, maintenant, vous savez)

Une soirée passée à découvrir l’univers d’une dizaine de petites marques avec une histoire. Des histoires de famille, de couples, de coups de cœur, de hobby décalés. Des matières premières de qualité, des huiles de parfumeries au service de la beauté et des cosmétiques, des packaging épurés, des senteurs absolument renversantes et des textures étonnantes. Des marques qui débutent et que l’on retrouve sur eonlab.fr dont je vous reparlerai très bientôt (dans la semaine)(je croise les doigts très fort pour tenir cet engagement) et notamment de mes coups de cœurs avant de revenir dans une semaine avec mon retour sur les produits testés (ben oui, je vais pas vous parler de trucs testés deux jours et demi, hein, j’attends de me faire une vraie opinion). Un véritable coup de cœur pour Fatima à l’origine de la rencontre étonnante entre tous ces produits qui vit et partage sa passion pour les cosmétiques avec une générosité rare.

Un duo étonnant : du jus d’abricot et de l’eau de rose. Excellent, délicat, raffiné et pourtant extrêmement simple à réaliser. Le futur must des soirées entre filles, je le sens…

Un compliment gratuit, comme ça, en coup de vent, offert par un inconnu, sans s’arrêter, en passant, avec un sourire. Comme dans la chanson, « apprendre à sourire, rien que pour le geste, sans vouloir le reste… » (ndlr : Apprendre à Aimer, Florent Pagny).

Rencontrer Marjorie qu’on ne présente plus, bloggueuse en chef de cococerise.fr : drôle, gentille et spontanée. Une chouette fille quoi.

Mes amis, sur scène, pour le 110ième anniversaire de l’Harmonie Chablaisienne. Une soirée placée sous le signe du Jazz avec un Quintet de musiciens absolument détonnant. Ce qui s’est passé à la post-soirée, en revanche, restera à la post-soirée… mais c’était bien, assurément.

Une semaine riche en soirées en perspective… des rencontres, des retrouvailles (encore)(je retrouvassionne souvent, vous ne trouvez pas), des sorties entre amis, entre amis d’amis, bref, de bons moments à venir qui viendront enrichir de sourires cette semaine.

Vous toujours plus nombreux sur ces pages. Merci. Chaque nouvelle visite, chaque nouvel abonné, nouveau « follower », nouveau « liker » me fait chaud au cœur, alors vraiment, à tous, merci d’être toujours au rendez-vous et à la semaine prochaine pour des sourires, je l’espère, toujours plus nombreux…

 

En bonus, quelques bonnes adresses made in Haute-Savoie :

* Le Comptoir des Saveurs, Grande Rue, Thonon les bains

** RMODE coiffure 32 rue vallon, Thonon les bains

57 rue du centre et 5 rue du lac, Douvaine

C.C Migros 55 route de Thonon, Vesenaz (Suisse)

Laisser un commentaire - 0