Les sourires de la semaine #13


Les sourires de la semaine #13 - Miss Blemish

Un smiley envoyée par une amie pour m’encourager dans les derniers jours des révisions… Mais pas n’importe quel smiley, une pompom girl : *\o/* je suis sûre que vous aussi vous êtes déjà fan…

Et puis je partage aussi son message parce que c’était quand même ‘achement top comme métaphore et moi j’aime bien les figures de style, toussa toussa : « Transformation en super pompom girl qui encourage la (superbe) quaterback Célie qui défonce la neuro, la loco, l’immuno et l’endocrino !! Oh là là mais quel match !« 

Je vous confirme, j’ai des amis parfaits.

Le graphisme du nouveau Paulette « Nananas », vert, fruité, punchy, tout ce que j’aime et plein de jolies inspirations pour un printemps qui débute enfin !

Le soleil qui toque à la fenêtre. Pas longtemps, juste ce qu’il faut pour mettre de la gaîté dans l’appartement.

Mon papa, venu vendredi soir en express. Qui a rempli mon frigo et vidé mon évier. Qui a mis des jolies roses jaunes liserées de fushia dans un vase sur ma commode. Avec qui j’ai partagé un McDo devant Scènes de ménage et qui est reparti sur la pointe des pieds le lendemain matin en laissant sur mon frigo un petit mot.

Les galettes de riz complet Bjorg : c’est sans gluten, c’est craquant, c’est délicieux, ça cale mieux qu’une tranche de pain de mie (et c’est bien meilleur à la santé) et c’est un encas à 28 kcal. Je vous le dis les filles, on tient un truc.

Retrouver mon amour des foulards. Oui oui, ceux qu’on garde à l’intérieur et qu’on porte sur un top tout simple. Ou la manière la plus facile d’égayer et de rendre originale une tenue banale avec une garde robe des plus sommaires. De beaux jeans, quelques tee-shirts et une montagne de foulards de toutes les couleurs et de tous les styles.

Une jolie règle verte pour tracer des tableaux droits. 

Se réveiller avec la chanson, celle qui nous fait frémir, rire et nous émeut un peu. Celle qui passe à la radio au moment même où la journée commence. Penser très fort « c’est un signe », mais se taire quand même (il ne faudrait pas que tout le monde sache que je suis superstitieuse…)

Souffler mes premières bougies d’anniversaire sur une pizza, pendant notre soirée révisions. Être émue d’avoir des amies aussi gentilles, attentionnées… parfaites. 

Des fraises, du fromage blanc, quelques flocons d’avoine. Combinaison d’une journée qui démarre du bon pied.

Superbus. V. Olympia. Mardi soir. Soirée parfaite, encore. Petits sautillements frileux et heureux, boulevard des Capucines.

Jogging en bord de Seine avec une amie. Parler médecine en crachant ses poumons. Parler aussi un peu (beaucoup) des vacances, planifier un week-end, la soirée post-partiels… S’évader avec les endorphines le temps d’une petite heure.

Rentabiliser 6 ans de latin en parlant du Rubicon. Se dire que finalement, tout ce temps passé sur les bancs ne l’aura pas été en vain.

Cliquer sur « réserver ».

Commander un fraisier.

Et enfin vos retours sur l’article « C’était l’hiver ». Avec Alexandra, nous étions extatiques à chaque petit mot laissé (je m’arrêterais ici, nous risquerions de perdre toute dignité). J’ai aimé voir que le changement, les nouvelles catégories et inspirations étaient les bienvenues et oh combien bien accueillies… ça m’a fait chaud au cœur de voir que missblemish.fr n’était pas enfermé dans sa petite boîte. Car ici, j’ai toujours mis un petit peu de tout et beaucoup de riens (pour ceux qui se souviennent de Lily’s Weeks). Mes lecteurs et moi sommes sur la même longueur d’onde et c’est le plus joli des cadeaux que je pouvais recevoir. Alors, « Merci ».

 

Edit : il s’est passé quelques semaines depuis la dernière édition des « sourires de la semaine ». Ces semaines n’ont pas été simples, beaucoup d’entre vous l’ont deviné entre les lignes, et je n’ai pas eu le goût de vous servir des sourires réchauffés qui auraient pour beaucoup empruntés les traits de sourires forcés. J’ai préféré attendre d’avoir de vrais jolis moments à vous raconter, à partager. J’espère que cette chronique retrouvera sous peu sa régularité.

Laisser un commentaire - 0