Les Boréales – Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire


Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish

J’aime autant que je redoute le vertige qui m’étreint à chaque première page. Cette sensation de « début » qui, dans l’année déjà, nous grise à intervalles réguliers. En septembre, en janvier. Aux premiers jours de ces vacances dont on se promet, oubliant un peu vite la fatigue qui gronde et fera s’envoler nos matins, qu’on les utilisera pour réaliser tout ce que nos heures de travail ne permettent pas. Les crépuscules de vendredis aussi, ceux où le week-end semble long et plein de promesses, de ces promesses qui en demanderaient bien d’autres des week-end dans lesquels on plonge tout entier, sans y penser, pour être réalisées. Je me souviens comment mon professeur de philosophie l’appelait, cette petite peur avant le grand saut : le vertige des possibles. Bien sûr il parlait là de grands choix, de ceux qui influent sur toute une vie, ou au moins en partie. Pourtant, au seuil d’un nouveau carnet, comme Camille, j’ai toujours cette petite hésitation qui me fait remettre ceux que j’aime le plus dans le tiroir pour choisir les plus simples. Ceux qui feront un peu taire la peur que ce que je veux y loger ne soit pas à la hauteur du bel objet entre mes mains. 

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish

Pour ce DIY, je vous propose de transformer un carnet tout simple (ici trouvé chez Muji mais peu importe la marque tant que c’est un carnet tout simple !), de ceux qui ne coûtent rien et qu’on remplit sans trop de remords de tout ce qui nous passe par la tête, en un objet auquel on tient, joli et épuré. Mais pour qu’il reste un carnet de rien, un carnet qu’on choisit sans y penser, j’ai voulu un DIY très facile à réaliser. Suffisamment pour faire taire la peur d’y jeter les premiers mots, les premières idées. Suffisamment pour que vous sachiez qu’il sera aisé de tout recommencer. Et on aime ça, pas vrai, les vrais-faux nouveaux départs ?

Matériel

Argile blanche

Petite branche de thuyas, fraîche ou sèche

Emporte pièce rond ou couvercle de pot du diamètre voulu

Carnet tout simple noir

Ruban noir

Cutter ou punaise ou compas

Crayon gris 

Réalisation de la décoration en argile

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish

1. Étalez un petit morceau d’argile « blanche » (elle est marron très clair et devient blanche en séchant) de manière grossièrement uniforme

2. Coupez un rond de la taille souhaité à l’aide d’un emporte pièce, d’un couvercle de pot…

3. Disposez sur votre cercle une petite branche fraiche ou sèche de thuyas (les arbustes des haies entourant la majorité des maisons en France) et par dessus un livre/carnet/objet à la surface plane et appuyer doucement (mais fermement) dessus. Ne pas appuyer directement avec la paume de la main évite d’applatir de façon inégale le cercle d’argile.

4. Retirez le livre et la branche.

5. À l’aide de la pointe d’un crayon (ou du manche d’un pinceau fin), faites deux trous, alignés, de part et d’autre du cercle.

6. Laissez sécher une nuit à l’air libre sur une surface plane.

L’idée originale de cette décoration en argile vient d’ici 

Le carnet

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss BlemishLes Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish

1. Ouvrez votre carnet pour vous retrouver du côté interne de la couverture.

2. Tracez une ligne horizontale joignant les milieux des plus longs côtés.

3. Sur cette ligne, à trois centimètre de chacune de ses extrémités, tracez un trait vertical de la largeur de votre ruban – la moitié de la largeur au dessus du trait, l’autre en dessous. Avec mon ruban cela m’a donné un trait de 1 cm de hauteur (0.5 cm au dessus de la ligne, 0.5cm au dessous).

4. À partir de ces repères, dessinez la forme des futures encoches pour glisser votre ruban, de 2mm d’épaisseur environ.

5. Prédecoupez vos encoches à l’aide d’un cutter ou si comme moi vous l’avez perdu, utilisez la pointe d’un compas ou d’une punaise et faites des petits trous très rapprochés sur tout le contour jusqu’à ce que le milieu se détache. Reprenez les contours aux ciseaux pour rendre les encoches plus régulières et plus jolies.

6. Passez votre ruban dans les deux encoches comme sur la photo puis refermez votre carnet et faites glisser le ruban pour qu’il dépasse de la même longueur de la 1ere de couverture et de la 4ieme de couverture.

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss BlemishLes Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish7. Faites glisser votre cercle d’argile sec le long du ruban côté 1ere de couverture comme montré sur la photo. Prenez garde qu’au verso il soit à plat et non plié. Sinon vous aurez des difficultés à le coller…

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish8. Centrez votre cercle d’argile sur la couverture. À 2 cm du bord externe de la couverture, là où passera le ruban, dessinez une nouvelle encoche et découpez-la comme précédemment.

9. Une fois votre cercle d’argile en place sur la couverture, retournez le, badigeonnez le de colle multi matériaux puis fixez-le à l’endroit de votre choix avant de placer votre carnet sous des livres lourds pendant que la colle sèche. Cette étape est assez rapide (10-20 minutes).

10. Une fois votre cercle fixé, enfilez votre ruban dans la dernière encoche, celle de la couverture, faites un nœud et… ça y est votre carnet est prêt ! 

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish

Je vous donne rendez-vous demain sur le blog de Caroline !

Vous avez raté les précédents articles de la semaine Sweet White ? La session de rattrapage c’est par là !

Les guirlandes en papier d’inspiration ethnique (Le plus bel âge)

Un gâteau nuage à la mousse de Yaourt (Miss Blemish)

La pâte à tartiner au chocolat blanc (Le plus bel âge)

1 Laisser un commentaire - 1