Fragments | Après l’hiver


après l'hiver fragments miss blemish

Je m’en suis aperçue ce matin. Assise à la table du petit-déjeuner juste avant de partir prendre mon train, la peur n’était plus là. Il y avait pourtant ce message envoyé la veille au soir qui n’avait toujours pas reçu de réponse ou encore ces postes auxquels j’avais postulé et dont j’ignorais lequel me choisirait. Les lendemains n’étaient pas plus certains qu’hier mais j’avais le cœur serein ; une mue qui touche à sa fin. Depuis l’été je m’étais lentement délestée. J’ai quitté, terminé, commencé. Plus d’engagements en attente contractés sous une autorité supérieure, ils avaient été honorés et là, ce matin, je réalisais que j’étais libre, enfin. J’étais et j’étais bien. Et parce qu’ici nous étions en paix alors le reste pouvait se décliner dans ses infinies possibilités, j’y survivrai. Je pouvais t’aimer quand bien même je ne te reverrais plus jamais. Je pouvais voyager quand bien même personne ne m’accompagnerait. Je pouvais écrire maintenant que j’étais diplômée. Je pouvais prendre des risques puisque c’est moi désormais qui les assumait. J’avais grandi et ce n’était pas grave. Au contraire c’était même plutôt bien.

me soutenir sur Patreon

0 Laisser un commentaire - 0