Faire des économies au quotidien


Faire des économies au quotidien - consommation durable - Miss Blemish

Si le souci de dépenser mon argent au mieux et d’éviter le gaspillage me sont chers depuis longtemps, j’ai beaucoup réfléchi cet été à ma manière de consommer. Où se trouvaient mes principales dépenses, étaient-elles indispensables et judicieuses, que pouvais-je réduire, de quoi pouvais-je me passer ? Il n’est pas toujours aisé de faire le tri entre ce qui tient de l’habitude (culturelle, familiale, sociale) et du besoin (vital ou non), c’est pourquoi j’ai voulu prendre ce temps pour les démêler et décider de ce que je voulais garder vs me séparer. Cet été j’ai ainsi beaucoup donné, terminé des produits sans les racheter, changé quelques habitudes et adopté de nouvelles manières de faire. Je reviens avec vous dans cet articles sur les principales pistes que j’ai trouvées et adoptées, certaines depuis longtemps et d’autres plus récemment. J’espère qu’elles pourront vous aider si vous entreprenez ou voulez entreprendre une démarche similaire. 

Les dépenses globales

Tracker ses dépenses 

Lorsque l’on souhaite réduire ses dépenses, il est plutôt naturel de commencer par les observer pour comprendre comment et dans quoi nous dépensons notre argent. Cela permet de dresser son plan d’action pour réorienter ses dépenses vers ce qui nous semble important, diminuer voire supprimer les dépenses inutiles et ainsi d’économiser efficacement. J’ai utilisé pour m’aider l’application habitudes dans laquelle j’ai consigné pendant ma période d’observation les jours où je ne dépensais rien pour ainsi prêter plus attention à mes dépenses en général. J’ai ainsi pu identifier quelques postes de dépenses inutiles (les magazines papier par exemple) que j’ai depuis supprimés.

Réfléchir ses achats

Les achats impulsifs et/ou non réfléchis peuvent représenter un important poste de dépense s’ils sont fréquents ou conséquents. Réfléchir mes achats en amont m’a permis de mieux répartir cette dépense en fonction de mes besoins réels et de mes priorités et ainsi d’éviter les achats inutiles dont je me sers pas ou peu finalement. Pour mettre en pratique ce conseil, j’ai mis en place une liste sur mon téléphone dans laquelle je consigne les achats qui me semblent nécessaires. Ainsi je peux mieux orienter mes achats lorsque je suis en magasin et moins me laisser distraire par des objets qui me plaisent sur l’instant mais qui ne sont pas ma priorité du moment. De la même manière, le fait d’écrire une liste en amont me permet souvent de m’apercevoir que je n’ai pas tant besoin de tel ou tel item ou de trouver parmi mes possessions des alternatives remplissant la même fonction. 

Privilégier les solutions multi-usages

Il est parfois tentant d’acheter un objet ou un produit ayant un usage spécifique pour chaque situation de notre quotidien. Pourtant les solution multi-usages permettent un gain d’espace, de facilité/rapidité d’emploi et financier. J’essaie donc d’utiliser ce que je possède dans le maximum d’usages possible et de choisir mes futurs achats avec cette volonté en tête. Je dépense ainsi moins d’argent, ai moins d’objets/produits à entretenir, ranger et dont comprendre le mode de fonctionnement, et mon quotidien s’en voit largement simplifié. 

Acheter, donner, revendre d’occasion

L’écart de prix entre un produit neuf et un produit d’occasion peut donner le vertige d’où l’intérêt d’essayer lorsque c’est possible de privilégier les achats d’occasion et de revendre les objets en bon état dont on ne se sert plus. Plus que les économies que ce choix permet, c’est un acte de consommation durable à part entière qui permet d’économiser de nombreuses ressources (pour plus de conseils de consommation durable vous pouvez lire mon article Réduire l’impact de son mode de vie sur l’environnement)

Interroger ses factures

Ce point s’adresse aux prélèvements automatiques (frais bancaires, téléphonie…). Il est fréquent de ne pas comprendre un prélèvement et demander systématiquement leur raison permet de détecter précocément des erreurs pour obtenir remboursement ou de changer de formule/d’abonnement pour une solution plus économique s’ils ne nous conviennent pas.

Alimentation

Utiliser le contenu de ses placards en premier

Essayer d’utiliser le contenu de mes placards avant de refaire des courses m’a permis de découvrir beaucoup de nouvelles combinaisons et ainsi d’enrichir ma palette de plats SOS. Plus encore, cette méthode a considérablement réduit mon gaspillage et stockage d’aliments et m’a permis d’identifier les produits essentiels à toujours avoir dans mes placards. J’évite donc au maximum (à part occasion spéciale) de baser mes courses sur une recette en particulier mais plutôt de choisir mes recettes en fonction de ce que j’ai déjà et d’ainsi seulement compléter le contenu de mes placards lors de mes courses hebdomadaires.

Faire une liste de courses et prévoir ses menus à l’avance

Préparer une liste de courses a de nombreux avantages : cela évite d’acheter des produits que l’on possède déjà, cela limite les achats inutiles et diminue ainsi le gaspillage, cela réduit les oublis et donc les allers-retours au supermarché entre deux sessions courses. De la même manière penser ses menus à l’avance aide la préparation de cette liste et évite les pannes d’inspiration face aux rayons du supermarché qui conduisent souvent à préparer les mêmes repas encore et encore. Pour plus de conseils sur comment prévoir/préparer ses menus à l’avance, je vous invite à lire/relire mes articles dédiés au batch cooking.

Comparer les prix au kilos

Parce que les produits ne sont pas toujours conditionnés de manière identique selon les marques, comparer leurs prix respectifs n’est souvent pas suffisant pour identifier l’option la plus économique. C’est là qu’intervient la comparaison entre les prix au kilos, toujours indiqués sur les étiquettes prix des supermarchés. Ils permettent ainsi de comparer les produits indépendamment des choix de conditionnements des industriels et de ne pas se faire berner par un prix à l’unité moins cher en apparence seulement. De la même manière il peut être utile de comparer les prix pratiqués entre différentes enseignes pour choisir où faire ses courses. 

Préférer les produits non transformés

Les produits transformés coûtent toujours beaucoup plus cher que les produits bruts. Si préférer ces derniers permet de faire des économies, cela permet également d’éviter nombre d’additifs, conservateurs et sel/sucre souvent ajoutés en excès dans ce genre de préparations et ainsi de potentiellement manger plus sainement également. J’essaie ainsi de favoriser au maximum le fait-maison pour ne garder que quelques produits transformés dans mes achats courants (nocciolata, ketchup, purées d’oléagineux, boissons végétales et pâtes à pizza/tarte sans gluten essentiellement). 

Manger de saison

Les fruits et légumes de saison sont vendus moins chers et viennent souvent de moins loin.

Faire des stocks des produits les plus chers lors de promotions

Nous avons tous parmi nos péchés mignons côté consommation des qui représentent un coût plus important. Pour éviter d’alourdir inutilement la balance, j’essaie au maximum pour ceux-ci de faire des stocks (quand c’est compatible avec leur mode de conservation) au moment des promotions. Outre l’économie permise, cela m’évite des frustrations inutiles comme les craquages. 

Diminuer sa consommation de produits d’origine animale

En observant mes listes de courses, je me suis aperçue que les produits d’origine animale (viande, poisson, charcuteries, oeufs, produits laitiers) étaient le principal poste de dépense, loin devant tous les autres. Si la réduction de leur consommation n’était pas motivée par cet intérêt économique, j’ai néanmoins remarqué que mes dépenses alimentaires ont beaucoup diminué avec ce choix, me permettant de manger plus souvent local et bio (produits connus pour être souvent un peu plus chers à l’achat que leurs alternatives).

Attention néanmoins, la diminution de consommation de produits d’origine animale ne doit pas se faire sans réapprendre à composer ses assiettes en conséquence pour préserver l’équilibre alimentaire de ses apports. Il est essentiel de bien se renseigner pour ne pas se mettre en danger. 

Investir dans une gourde

J’ai investi dans une gourde pour éviter d’utiliser des bouteilles en plastique au travail ou lors de sorties. En voyage (dans des pays où la consommation de l’eau du robinet est possible), j’ai pourtant pu constater les économies que ce geste simple permettait en évitant d’acheter une boisson à chaque fois que la soif se faisait ressentir. Partager un café en terrasse ou se retrouver pour prendre un verre a a ainsi retrouvé son plein but social et n’est plus motivé par le seul besoin de boire un verre d’eau. De la même manière les bouteilles d’eau achetées hors supermarchés étant souvent vendues à des prix exorbitants, cela en fait une économie intéressante en déplacement. 

Valoriser ses déchets

Se resservir d’un bocal en verre pour en faire un bougeoir, une boîte repas, un rangement pour provision ou un contenant pour confiture maison. Incorporer des fanes dans une soupe, faire des chips à partir des épluchures d’une pomme, garder la partie filtrée d’une soupe pour en faire des galettes de légumes… Il y a beaucoup d’éléments dans nos apparents déchets qui peuvent trouver une utilité dans notre quotidien et ainsi éviter du gaspillage comme de nouvelles dépenses. De nombreux livres et blogs les répertorient mais je peux vous conseiller pour commencer vos recherches celui-ci : La cabane anti-gaspi. Ce blog est une vraie mine à bonnes idées et leurs auteurs ont également écrits deux livres dans son prolongement si vous souhaitez aller plus loin encore dans votre démarche.

Maison

Changer de produits ménagers

Les produits ménagers représentent un autre poste de dépense important ce qui rend intéressant et rentable de l’interroger. S’il existe en rayon un produit pour l’entretien de chaque type de surface, usage ou pièce, une telle spécificité d’usage n’est pas toujours nécessaire. Il est ainsi possible de trouver des produits multifonctions pour en remplacer quelques uns. Le savon noir est un excellent exemple de produit multiusage et économique : il peut s’utiliser pour l’entretien de la majorité des sols (parquet, carrelage…), pour le lavage des vitres et miroirs, pour l’entretien des sanitaires (douches, baignoire, lavabo) et pour l’entretien des plans de travail et autres surfaces humides de la maison. Je fais désormais mon ménage courant avec seulement 3 produits : du savon noir, du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude, tous 3 très peu chers à l’achat, moins nocifs pour l’environnement et tout aussi efficaces que les anciens produits que j’utilisais. De la même manière, j’ai troqué la lessive toute prête pour de la lessive faite maison ce qui permet une belle économie également (sur la base de prix de la lessive que j’achetais avant, cela a divisé par 3.5 mon coût au litre). Si vous avez besoin de quelques pistes pour guider cette transition, je vous conseille les articles-recette de Victoria sur le sujet : liquide vaisselle, sprays nettoyants multi-usage, lessive.

Utiliser des ampoules basse consommation

Un peu plus chères à l’achat, les ampoules basses consommation amortissent leur coût avec une durée de vie plus longue et un moindre impact sur la facture d’électricité.

éteindre lumières et appareils inutilisés

Geste simple souvent oublié, il est aussi bon pour l’environnement que pour la facture d’électricité. 

Loisirs

Résilier les services dont on ne se sert pas

On oublie parfois d’actualiser ses abonnements avec ses nouveaux impératifs quotidiens ce qui conduit à en garder certains dont on se ne sert plus suffisamment pour qu’ils soient rentables. J’ai donc pris l’habitude de régulièrement faire le point sur les services auxquels je suis abonnée pour résilier ceux qui ne me conviennent pas, dont je ne me sers pas ou qui ne sont plus d’actualité pour moi et éviter ainsi des dépenses inutiles. 

Penser aux abonnements 

De la même manière que je résilie les services qui ne me sont plus utiles, j’essaie de souscrire à des abonnements lorsque ma consommation d’un service devient conséquente et fréquente. Cela permet le plus souvent de faire des économies comme de profiter d’avantages supplémentaires (services, réductions, accès).

Faire livrer ses achats en boutique

De plus en plus d’e-shop proposent comme service de faire livrer gratuitement nos achats dans une de leurs boutiques. Cette option permet ainsi d’économiser les frais de port avec pour seule contrepartie de devoir se déplacer en boutique pour récupérer nos achats. 

Réinvestir les loisirs gratuits

Faire une balade à pied ou à vélo, organiser une soirée chez soi en famille ou entre amis, prévoir une après-midi jeux de société, faire la cuisine ensemble, pratiquer un sport via des cours gratuits en ligne seul ou entre amis, pique-niquer, se baigner hors piscine municipale, profiter d’une soirée série télé, passer un moment ensemble tout simplement… S’il existe pléthore de loisirs payants qui souvent occupent le devant de la scène, il en existe tout autant qui sont gratuits, facilement accessibles et tout aussi intéressants/amusants/épanouissants. Cela demande de revoir un petit peu ses réflexes, d’inventer de nouveaux rituels ou de retrouver ceux que l’on a pu connaître enfant mais le jeu en vaut (largement) la chandelle ! 

***

Faire des économies au quotidien - consommation durable - Miss Blemish

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous a donné quelques pistes si vous aussi vous cherchez à faire des économies au quotidien. N’hésitez pas à partager en commentaires vos propres conseils et trouvailles à ce sujet !

Et vous, quelles astuces vous permettent de faire des économies au quotidien ?

83 Laisser un commentaire - 83