A la douceur d’hier


A la douceur d'hier - texte court - humeurs - Miss Blemish

Rappelle moi le temps où l’on a pris la route tous les deux, ce moment où l’on y croyait si fort que nos doigts blanchissaient chaque fois qu’ils se croisaient, aussi blancs que les nuits passées à rêvasser éveillés ensemble par ordinateurs interposés. Cela semble hier, cela semble loin. Chuchote-moi le début des vents contraires avant de disparaître définitivement toi autrefois si proche aujourd’hui point incertain sur un horizon dont je me détourne inexorablement. Dis-moi tout ce que l’on a grandi ensemble qui lentement s’est immiscé entre nos mains enlacées. Peins-moi la route tanguant sous l’afflux des panneaux multipliés. Murmure-moi l’endroit où ailleurs l’a emporté sur toi. Nous pensions que chaque jour viendrait s’ajouter à la somme de nos bonheurs partagés… Il faut croire que nos lacunes en maths nous ont rattrapées. Je t’ai aimé hier, fort, trop fort peut être, ou pas assez sûrement, ou juste comme il faut, comme il fallait à cet instant. Et je t’aime encore aujourd’hui, mais plus comme avant, plus comme il faudrait, plus comme tu l’attends de moi. Je t’aime pour celle que j’étais hier et qui habite encore un peu en moi, discrète locataire hier timide et chétive. Le temps a soulevé tant de voiles, découvert tant de faiblesses, de rêves et de tendresses. Nos cartes se séparent là. La folie est partie avec des bêtises mais nous n’avions plus nos baskets de jeunes amoureux pour la rattraper. Un baiser. Deux baisers. Ou même trois. Nous n’avions pas l’âge de compter. Aujourd’hui nous avons grandi. Un peu. Et c’est pourtant déjà trop. Alors viens danser à tout ce que nous nous sommes aimés. Partageons, encore, juste pour cette soirée, un peu de cette folie qui jadis nous a habitée.

A deux amoureux d’hier, avec tout mon amour 

Laisser un commentaire - 0