De couture et de poésie


De couture et de poésie  - Aimer - Miss blemish - Poésie

Entre nous on aurait pu dire
Que rien n’était couru
Ni même cousu
Pas moins d’avance que de fil blanc
Parlant de couture justement
Il nous en a fallu du temps
Pour apprendre à nous coudre mutuellement
À dénouer les nœuds laissés par ceux
Qui d’un c’est fini nous avaient dit adieu
Déchirer les ourlets comme on franchit des barrières
Donnant sur les champs laissés
Par bêtise ou par crainte en jachère
Tendre la main et s’autoriser à écouter
Cette toute petite voix qui murmure comme on pardonne
À la vie, à ceux qui nous ont abîmés
« Saute, risque ta chance, laisse-toi aimer »
Marquer une pause et souffler
« Mais surtout toi, laisse-toi l’aimer »

*

Victoire nous invitait il y a une, deux semaines à laisser entrer un peu de poésie. Je n’avais guère écrit de poèmes que pour la fête des mères – je les imagine touchants de maladresses, évidences, bêtises et doux clichés – et l’inspiration n’est venue toquer qu’une fois la date butoire dépassée… En sortant de garde, sur le quai du métro qui m’emmènerait gare Saint Lazare pour trois jours volés à ces vacances à dates séparées, je les ai imaginés ces deux amochés par la vie, aux prises avec leur passé, luttant chacun de son côté pour se frayer un chemin jusqu’à des demains mis en communs. 

Et toi, quelle histoire aurais-tu raconté ?

10 Laisser un commentaire - 10