Positive

La pleine conscience au quotidien – mes astuces


La pleine conscience au quotidien - mes astuces - Slow life - Miss Blemish

M’asseoir, plaid épais sur les épaules, coussin sur mes jambes repliées et mains doucement posées. Inspirer, expirer, recommencer, fermer les yeux, me reconnecter pour 5, 10, 15 ou 20 minutes à ce Moi au présent. Cela va faire quatre ans maintenant que je m’essaye à ce jeu-là et la plus grande difficulté que j’aie rencontrée – et qui vient parfois encore se rappeler à moi – a été de passer d’une pratique en pointillés, de « crise »,  à une pratique régulière puis quotidienne. Car s’il est une chose que j’ai apprise d’expériences et de ratés c’est oh combien il peut parfois être effrayant et éprouvant de simplement s’asseoir et s’arrêter pour regarder d’un peu plus près le soi vrai et oh combien il est difficile de contourner certains jours la crainte de se retrouver soudain face ce que l’on essaye – de perpétuel mouvement – d’ignorer. Comme un rien nous agace depuis quelques temps, comme le stress nous transforme parfois en cette personne que l’on ne reconnaît pas, comme on n’a pas su tendre la main ou saisir celle qui nous était tendue, comme on n’a pas su profiter de certains instants ou comme l’écart peut se creuser entre la personne que l’on voudrait être et celle que l’on est souvent… Cela prête à sourire n’est-ce pas ce paradoxe voulant que l’apprentissage de la douceur et de la bienveillance envers soi soit affaire de patience et paradoxalement de bienveillance déjà dans ce lâcher prise et cette gentillesse attentive envers nous-même qu’il exige, à contre-courant de notre exigence usuelle ?

Aujourd’hui je partage avec vous – qui bataillez peut-être comme moi pour donner à la pleine conscience sa place même les jours où « ça va bien » – mes astuces pour en faire une habitude, les moments où méditer a le plus positif impact pour moi ainsi que tous les petits gestes quotidiens dans lesquels on peut, d’une respiration consciente ou deux, infuser un peu de pleine conscience pour faire retomber la pression ou simplement profiter un peu mieux. J’espère de tout coeur que cela vous permettra doucement de faire de la pleine conscience une alliée plus présente.

La pleine conscience au quotidien - mes astuces - Slow life - Miss Blemish

Les moments les plus propices à une séance classique

  • Au lever

C’est un moment dont je suis privée ces derniers temps du fait de mes horaires de travail décalés mais j’ai hâte de retrouver un rythme plus proche de celui qui me convient pour retrouver ce rendez-vous du matin. Méditer au lever me permet de me réveiller pour de bon et en douceur et j’observe une vraie différence entre mes journées commencées déjà tout au centre et celles commencées de façon plus éparpillées.

  • Avant de commencer à travailler

Si je vous prépare un article sur la concentration voici déjà une première astuce qui a fait ses preuves pour moi : méditer avant de commencer à travailler. Cela me permet de « redescendre », de me recentrer et dans ce calme retrouvé d’être bien plus au clair avec les tâches qui restent devant moi. Méditer avant de travailler me permet de laisser de côté le stress qui me pousse souvent à tout commencer en même temps pour au contraire prendre une ligne après l’autre de mes To-do lists urgentes pour ne passer à la suivante qu’une fois la précédente traitée. Je gagne en sérénité et en efficacité !

  • Au coucher

Je vous parlais de ma reconquête d’un sommeil serein et réparateur et la méditation est vraiment l’un des piliers de ma bedtime routine. Prendre ces quelques minutes – et cela peut n’être que 5 les soirs où je suis vraiment fatiguée – me permet de laisser ma journée derrière moi, soucis et impératifs avec. Détendue, le lit du sommeil est tout prêt…

Pour en faire une pratique régulière, intégrer la méditation à une plus large routine est utile. Elle devient ainsi une étape et trouvera plus facilement sa place dans un quotidien souvent bien chargé. Ainsi elle prend place dans ma routine matinale et dans celle au coucher et selon mes obligations et les aléas du quotidien je peux facilement choisir comment intégrer ma séance à ma journée.

La pleine conscience au quotidien - mes astuces - Slow life - Miss Blemish

Infuser de la pleine conscience dans le quotidien

Si la méditation « formelle » apporte beaucoup, ne serait-ce qu’un vrai temps pour soi, la pleine conscience peut se glisser un peu partout au quotidien et peut se révéler une alliée de choix pour ne pas se laisser submerger face à une situation compliquée, profiter d’un moment que l’on pressent précieux, prendre une pause avec ce qui se passe autour de soi pour revenir tout au centre. L’attraction de mon attention sur ma respiration est quelque chose que j’ai connu au tout tout début de ma découverte de la méditation, qui m’a quittée un peu ensuite et que j’ai retrouvé cet été avec l’installation d’une plus grande régularité dans ma pratique et le pack Self Esteem d’Headspace pour lequel ma motivation était suffisante à accepter l’invitation à continuer la pratique tout au long de la journée avec les exercices enseignés durant les séances « formelles ». 

  • En marchant

C’est je crois le moment où j’ai recours à la pleine conscience quotidiennement. A Paris, nous avons la chance lorsque nous nous déplaçons en transports en commun d’avoir beaucoup d’occasions dans la journée de marcher pour joindre les différentes stations. Depuis le début de l’année, j’essaye de partir un peu en avance pour ne pas avoir à courir et ainsi profiter de ces trajets à pied pour me recentrer, faire attention à ma respiration, à ce qui se passe autour de moi, à mon état d’esprit et cela me détend à tous les coups ! Commencer ainsi mes journées et y avoir recours plusieurs fois par jour m’aide beaucoup à gérer mon stress, « redescendre » un peu dans le maintenant et quitter mes « je dois, je suis pressée, je suis stressée, vite, vite, vite ! ». 

  • En cuisinant

Si la cuisine a toujours été un tel rendez-vous plaisir et détente pour moi, je crois que ce n’est pas étranger à la pleine conscience que je pratiquais alors sans savoir que c’était bien de ça dont il s’agissait. La cuisine est propice à la pleine conscience en ce qu’elle demande de suivre des étapes et d’être attentif à chacune. De plus elle est riche en couleurs et odeurs ce qui permet plein de points d’ancrages différents pour votre concentration. Ainsi lorsque je cuisine je fais attention à bien positionner mon corps (finies les douleurs entre les homoplates après avoir épluché des légumes !) à mes gestes et je pense à ceux avec lesquels je vais partager le repas que je suis en train de cuisiner.

  • Sous la douche
  • Au travail

De la même manière qu’en marchant, je profite des temps creux pour me reconcentrer. C’est l’avantage principal de la pleine conscience : c’est une échappatoire au présent, contrairement à lorsque l’on se perd dans ses pensées, de se reconcentrer sur sa respiration nous ramène à ce que nous sommes en train de faire et de vivre là, maintenant et est donc une alliée de choix face à des actes, décisions ou situations qui demandent toute notre attention.

  • Pendant le sport

La pleine conscience m’a permis d’énormément progresser en course à pied (d’endurance) rien qu’en me concentrant sur la course en elle-même. Ce qui est très logique lorsque l’on y réfléchis bien puisqu’ainsi concentrée sur ma respiration, ma foulée, mes jambes, mes pieds et la position de tout mon corps, j’ai pu apprendre à adapter mon effort et à suivre le rythme de mon corps plutôt que celui de ma tête ou de la musique dans mes écouteurs tout en intégrant plus consciemment les éventuelles sensations désagréables. Sur ce dernier point, le Yoga (qui est une forme de méditation actée) m’a également beaucoup aidée en m’apprenant que l’on peut « être » malgré un inconfort, en améliorant mon équilibre et la perception de mon corps et très étonnement (en vrai non mais cela m’a beaucoup étonnée) en améliorant mon endurance elle-même.

  • En cas de conflit

C’est un point sur lequel j’ai encore à travailler mais lorsque je parviens à faire un pas en arrière avant de plonger à deux pieds dans une discussion houleuse, j’ai remarqué que cela se termine toujours mieux. Puisqu’au final, on peut bien être en désaccord, si chacun se sent écouté, la conflit en lui-même n’a plus tellement d’importance. 

Bonus – Sur l’application Headspace que j’utilise, vous avez des sessions en libre écoute à côté du pack que vous avez choisi de travailler (anxiété, sommeil, créativité…). Celles-ci peuvent-être SOS (courtes et pour des situations de crise), classiques (pour une nouvelle méditation assise) ou « On-the-go » c’est-à-dire focalisées sur des activités de la vie quotidienne (cuisiner, marcher, courir, s’endormir, faire du vélo…). Elles peuvent vous aider dans un premier temps pour trouver vos marques !

La pleine conscience au quotidien - mes astuces - Slow life - Miss Blemish

Et vous, vous pratiquez la pleine conscience au quotidien ?

Laisser un commentaire - 22

Ma Bedtime routine toute en douceur


Ma Bedtime routine toute en douceur - Slow lifestyle - Bien-être - Miss Blemish

Chaque soir est le théâtre ici d’un mini-défi rarement accompli : me coucher avant minuit. Cela fait longtemps maintenant que je peine à abandonner derrière moi la journée écoulée, ma créativité et mon énergie décuplées dès le soleil couché. Avec raison sûrement puisque pendant longtemps c’étaient ces instants qui étaient dédiés à tout ce que j’aime et ne trouvait pas sa place dans mes journées. Pourtant, si la privation de sommeil peut nous faire toucher du doigt un temps l’impression sublime d’être de ces « warriors » que rien ne peut arrêter, il en va toujours de même quelques jours plus tard à l’arrivée : beaucoup de sommeil à récupérer, toute l’avance gagnée oubliée et à long terme, quelques malus côté santé.

Avec le stress que les dernières semaines ont charrié, j’ai ressenti le besoin il y a une semaine tout pile de renouer avec les gestes doux, attentifs et lents qui m’accompagnent à l’heure du coucher par périodes plus ou moins longues et avec plus ou moins d’assiduité depuis quelques années. J’ai ainsi repris pied et rendez-vous avec ce moment rien qu’à moi, cette parenthèse pour m’aider à laisser ma journée derrière moi et le lendemain à demain, me recentrer après l’effervescence du « faire » et accompagner avec douceur la transition du rapide au lent. Dans ma bedtime routine j’ai ainsi glissé de la détente – le relâchement du corps et du coeur -, des sourires et beaucoup de douceur.

Cela fait une semaine que je l’ai retrouvée et m’y astreint avec assiduité et je me sens si apaisée depuis – comme à nouveau moi après quelques jours gris – que j’espère très fort cette fois ne pas arrêter sitôt la crise passée mais voir ces gestes au présent – véritables gardes-fou du trop plein – m’accompagner longtemps. Prévenir les crises plutôt que d’y pallier, je vois tous ces gestes comme autant de sas qui préparent avec douceur le lit du sommeil en laissant à ses portes soucis passagers, mauvaise humeur et anxiété pour un sommeil qui – s’il n’est pas encore assez long – est au moins de « bonne qualité » – cauchemars, réveils intempestifs et ruminations alarmées oubliées.

J’espère que ces astuces pourront vous aider, vous inspirer et vous donner quelques idées pour créer votre propre bedtime routine toute en légèreté. 

Ma Bedtime routine toute en douceur - Slow lifestyle - Bien-être - Miss Blemish

– Ma Bedtime routine toute en douceur –

  • Le cadre

Il est difficile de laisser retomber la pression et lâcher prise avec tout ce qui serait à faire encore s’il n’était pas déjà si tard si le désordre règne dans la pièce où vous dormez. Ce n’est pas la partie la plus facile pour moi qui suis depuis longtemps assez désordonnée mais j’essaie depuis le début de l’année de doucement y remédier de petites habitudes qui riment avec « ranger » glissées tout au long de la journée. C’est encore vacillant mais peu à peu, de quelques objets remis à leur place en début et fin de journée, l’espace est devenu bien plus clair.
J’essaye au maximum de rendre l’endroit où je dors calme et agréable : des draps frais, une chambre aérée et pas trop chauffée – mon défi cette année – une tenue confortable, les appareils électroniques éteints et une lumière douce comme pour annoncer le glissement veille/sommeil. L’idée est de réduire les stimulations extérieures pour pallier à la culpabilité des tâches à accomplir nous sautant aux yeux et pouvant réinitier à nouveau un mouvement vers le faire à l’heure où l’on essaye pourtant de se dire la journée belle et bien terminée.

  • 20 minutes pour méditer

Je n’ai pas encore trouvé de méthode plus apaisante que celle-ci pour me recentrer. Quelques minutes de pratique suffisent souvent – quelques cycles de respiration – pour qu’instantanément la pression retombe et la fatigue prenne sa juste place au premier plan. Le soir j’aime m’installer sur mon lit, assise en tailleur sur un coussin, un autre dans mon dos et un sur mes genoux pour poser mes mains avec un gros pull chaud et un plaid pour être sûre de ne pas avoir froid – ce qui arrive souvent lorsque l’on passe du rapide au lent. Je lance ma session du jour sur l’application Headspace et me laisse guider au fil des exercices, les yeux fermés. Si je suis vraiment fatiguée et que je sens qu’un séance complète sera trop longue, je remplace ma longue séance par une session SOS de 3-4 minutes qui sont également proposées sur l’application et sont vraiment utiles en dépannage. 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’application Headspace, vous pouvez lire l’article que j’ai consacré à la méditation et où je parle plus longuement de cette application : Un pas vers soi (puis deux… puis trois…)

  • Une lecture positive sur papier

Le juste avant de dormir est le moment que je réserve aux magazines doux, positifs et inspirés parmi lesquels on peut sur ma table de nuit trouver Simple Things & Flow. Je lis un ou deux articles avant de me coucher en même temps que le rituel que je vous explique au point suivant. Les jolies idées ont ainsi toute la nuit pour trouver à germer, se connecter, se combiner et être cueillies sitôt levée.

Ma Bedtime routine toute en douceur - Slow lifestyle - Bien-être - Miss Blemish

  • Masser mains et pieds

Je crois bien qu’il s’agit de ma partie préférée. Le massage des mains et des pieds est je trouve infiniment relaxant et cela m’endort à tous les coups ! J’utilise en ce moment de l’huile d’argan bio connue pour ses vertus nourrissantes – particulièrement douces pour ongles et cheveux – mais vous pouvez utiliser n’importe quelle huile pour le corps ou encore votre une crème hydratante habituelle – idéale les soirs fatigués puisqu’elle pénètre plus rapidement.

  • S’hydrater

Juste avant d’éteindre la lumière, je bois une grande tasse de tisane, de thé détéiné ou d’eau fraîche. Côté tisane, je bois beaucoup celle de Pukka aux trois menthes conseillée par Victoria dans son billet 5 tisanes utiles à avoir chez soi et côté thé, le Love is Zen de Lov Organic au bon goût de pommes et d’épices est mon préféré au coucher.

  • Les mercis de la journée

Lumière éteinte et yeux fermés, je reprends le rituel que nous avions avec mon papa lorsque j’étais petite d’après l’histoire du soir se rappeler trois choses positives de la journée. Ainsi je repasse le film et distribue les mercis de ma journée. Et je crois qu’il n’est rien de plus doux que de s’endormir un sourire aux lèvres et pleine de gratitude.

Ma Bedtime routine toute en douceur - Slow lifestyle - Bien-être - Miss Blemish

Au total, ma bedtime routine s’étale entre 15 et 30 minutes selon que j’aie opté pour une session longue ou courte pour méditer mais si cela peut sembler long, voire fastidieux avant d’avoir essayé – je défie quiconque de résister à l’étape massage des mains – ce temps pris est un temps gagné en facilité à s’endormir après et en qualité d’un sommeil apaisé.

Et vous, à quoi ressemble votre bedtime routine ?

Laisser un commentaire - 22

Prendre du temps pour soi malgré le stress, mes astuces


Prendre du temps pour soi malgré le stress, mes astuces - Positive life - Miss Blemish

Depuis le rythme accéléré, la rentrée et nos demains d’hier arrivés, il y a eu le vite, le pas assez, les doutes, des larmes, des éclats de rire, des éclats de voix, les « je ne veux pas faire ça mais ça » – mais quel Ça ? – le creux, le plein, le trop, le rien, le temps qui glisse ; la grande toile fondue de sentiments mêlés par capillarité, le Tout projeté dans un grand mouvement vers l’avant. Il y a eu les retrouvailles avec cette hâte au creux du coeur et les oreilles qui bourdonnent jusqu’à ce que les gestes lents, la patience et la douceur conjointement cultivées dans la pleine conscience de cette tension à canaliser coûte que coûte n’y suffisent plus, jusqu’à perdre ce savoir-là, relâcher corps et coeur. S’il est bien un paradoxe à nos instants privilégiés, à ce qui nous permet de refaire corps avec le corps au milieu de nos périodes d’hyperactivité où se mêlent hyperinvestissement, joie, détresse, espoir et stress, c’est d’être si difficile à poser et à vivre pleinement aux périodes même où ils sont les plus importants pour continuer à avancer sereinement. Ce sont toujours dans nos périodes d’hyperactivité que le sommeil vient à manquer et d’aller courir, nager, méditer, lire ou tout simplement se reposer devient le plus difficile à glisser dans la routine surchargée. « Prendre le temps » pour autre chose que pour cocher les items de notre longue liste d’impératifs devient source de culpabilité aussi sûrement qu’en l’absence d’exutoire nos réserves s’épuisent et notre travail devient de moins en moins efficace et satisfaisant.

C’est ma pratique quotidienne de la méditation qui m’a montré à quel point j’étais déjà dans le Vite, déconnectée. Aux instants mêmes de la lenteur faite reine – cette pause avant la journée, avant d’avancer – je voulais déjà rétrécir le temps à coup de corps qui trépigne, de doigts qui pianotent et de techniques bâclées, expédiées à la manière des lignes de la to-do list de ma journée. Et puis, d’en prendre conscience, d’y faire attention, de privilégier plus que jamais ces moments et aidée de quelques astuces, c’est revenu, doucement, la capacité de respirer sans entrave, de prendre une heure pour moi sans plonger dans des affres de culpabilité sitôt terminée. Bien sûr il y aura toujours des séances de sport, des temps pour respirer ou se balader, des moments rituels moins apaisants que d’autres, moins « réussis », moins nourrissants mais de continuer à prendre rendez-vous avec soi-même, souvent – 10, 20, 30 minutes – ces difficultés vont naturellement s’espacer et devenir rares où elles étaient fréquentes, un nouvel équilibre créé. 

Dans cet article, je vous livre toutes mes astuces pour redonner une place aux temps pour soi sans culpabilité, autant de fois que nécessaire, pour réapprendre à s’écouter même lorsque la pression se fait plus forte et nos défis plus effrayants. Quelque soit l’activité ou la non-activité qui vous convient le mieux, mes premiers conseils peuvent s’appliquer à tous. Pour les suivants je parlerai un peu du yoga et beaucoup de méditation qui sont les deux activités-ressources que je pratique le plus et qui peuvent être difficile à mettre en oeuvre avec succès puisqu’elles demandent une capacité de relâchement là où la pratique d’un sport va évacuer « le mal par le mal » en mettant le corps au diapason du cerveau en hyperactivité. 

Prendre du temps pour soi malgré le stress, mes astuces

– Conseils généraux –

  • S’écouter 

  • Les désigner « impératifs »

Dans un emploi du temps déjà bien chargé pour espérer faire de la place pour plus il n’est pas d’autre choix que de donner à ce « plus » le même poids que tous les autres impératifs déjà là. C’est ainsi que j’ai donné à ma passion pour l’écriture et à ce blog une vraie place dans ma vie pour exister. Pourquoi ne pas faire pareil avec le sommeil, l’alimentation et tout ce qui nous ressource ? S’il est bien des choses d’importance dans nos vies, ce sont celles-ci et sans entrer dans le débat, les professions, les professionnels et toutes les autres personnes qui « nient » – en façade – les limites de la nature humaine qui oui, a besoin de dormir, boire et manger pour être bien, sont des personnes à fuir, de toute urgence.

  • Décider d’un rythme

Une fois par semaine ? Deux fois par semaine ? Une fois par jour ? Tout dépend de l’activité, de sa durée et de vos besoins mais essayez au maximum de voir loin : prendre soin de soi est un investissement en temps mille fois rentabilisé par l’efficacité et la disponibilité au travail qu’il nous fait gagner. Alors si votre réponse est tous les jours, prenez ce temps tous les jours et si nécessaire – parce que la culpabilité est une ennemie difficile à déraciner – alternez une séance courte/une séance longue, deux courtes/une longue, trouvez le meilleur compromis pour profiter pleinement de votre temps, sans arrière pensée. 

  • Désigner ses plages « travail » et y travailler pleinement

Je me retrouve assez souvent dans la situation inconfortable d’avoir passé beaucoup de temps à mon bureau pour un rendement assez décevant. Difficile ensuite de décider de prendre du temps pour moi alors que mes objectifs pour la journée sont loin d’avoir été tous cochés… et une séance empreinte de culpabilité n’est pas des plus efficaces pour décompresser et se relaxer. Alors au maximum j’essaye de couper court avec les mots « procrastiner » et « multi-tasking ». Lorsque je travaille, je travaille et lorsque je me détends, je me détends. 

  • S’inscrire à un cours collectif

Depuis que je suis inscrite au Yoga, je n’ai raté aucune de mes cours hebdomadaires. Comme si le fait d’avoir un rendez-vous donné par l’extérieur coupait toute discussion – faisant taire les « tu crois que je me le permets ? ». Cette astuce qui rejoint l’idée de faire du temps pour soi un impératif à part entière ne marche bien sûr que si vous prenez un réel plaisir à aller pratiquer ladite activité mais si vous avez d’hors et déjà trouvé celle qui vous convenait et qu’elle est collective, foncez !

  • Outils, accessoires et tenue faciles d’accès

Il faut diminuer au maximum la difficulté à initier le mouvement alors, toujours prêts dans un sac, dans un tiroir ou sur une étagère spécifique, votre tenue et tout le matériel dont vous avez besoin. Pas d’excuse !

– Conseils spécifiques à la méditation –

  • Se relaxer sans s’endormir – Restorative Yoga x Méditation

Dimanche, je me rendais à un cours de Yoga un peu particulier qui allait m’apporter la solution au corps trépignant de mes séances de méditation des dernières semaines, le Restorative Yoga. Il s’agit d’une forme de yoga plus lente, profondément ancrée avec la majorité des parties du corps soutenues par le sol, où chaque pose est prise dans le respect de ses sensations, tous les ajustements nécessaires bienvenus pour le plus de confort possible – plus de coussins, de couvertures, de soutien – et gardée sur une longue période de temps. Cette forme de yoga a été initiée pour les personnes blessées, physiquement ou psychiquement, lorsqu’une séance de yoga plus classique – hatha, ashtanga, vinyasa – serait « trop » – intense ou éprouvante. Elle a pour but de relâcher le corps par une action sur le système nerveux – mettre au repos notre système d’alarme et de survie (le sympathique – « se battre, fuir ou faire le mort ») et laisser la place à notre système « de base » (le parasympathique). Là où ces dernières semaines, la position assise pour méditer était inconfortable et me faisait trépigner, me tortiller d’inconfort et prendre une position allongée « classique » me voyait m’endormir à coup sûr, j’ai trouvé dans l’une des postures du Restorative Yoga une façon de positionner mon corps pour méditer qui décuple les effets bénéfiques de ma pratique, le corps relâché aidant grandement mes pensées à faire de même. Je vous invite à essayer un cours de ce type-là pour trouver la position qui vous convient le mieux, chaque corps étant différent à un instant T mais aussi tout au fil de la vie. A titre indicatif je vous explique « ma » pose qui convient à mon corps d’aujourd’hui mais cela peut très bien ne pas être celle qui vous parle le mieux, n’hésitez pas à tester, chercher, expérimenter pour trouver celle qui vous convient. Sur un tapis de sol, je pose une couverture fine carrée pliée en deux dans le sens de la longueur. Au niveau de son premier tiers, je la replie sur quelques centimètre sur elle-même de sorte qu’il y ait un petit réhaussement d’une dizaine de centimètres de longueur entre le premier tiers où je poserai ma tête et les deux derniers qui accueilleront le reste de mon corps. Je place la partie supérieure de ce repli au niveau de la base de mes omoplates et m’allonge ensuite. Recouverte d’une autre couverture, je suis prête à entamer ma session.

  • Ne pas « se dépêcher » dans sa pratique

Cela rejoint l’idée d’être pleinement présent à une chose, celle que l’on fait maintenant. Sur headspace notamment – une application pour méditer – vous avez la possibilité de choisir la durée de votre séance. J’ai remarqué au cours des dernières semaines que je faisais les étapes de ma séance rapidement comme si cela pouvait m’amener plus vite au terme de ma séance, comme si je pouvais accélérer le temps. J’étais impatiente dans ma pratique, impatiente de terminer, impatiente de passer à une autre technique, d’apprendre autre chose et passait donc totalement à côté de la séance en cours et de ma pratique en général. Lorsque vous avez décidé ce prendre un temps pour vous, minuté, quelque soit sa durée, faire « rapidement » – aussi évident que cela soit – n’accélérera pas ce temps-là. Alors plutôt que de répéter dans les moments supposés calmes, la presse et l’agitation, profitez et prenez-en votre partie, il y a 10, 20, 30 minutes à vivre juste devant vous, faites en sorte que ce soit le plus bénéfique possible pour vous.

– Après la séance…. pour faciliter la suivante –

  • Se concentrer sur ses sensations

Après chaque work-out, chaque cours de yoga ou chaque séance de méditation, j’essaye de me concentrer sur mes sensations – physiques et psychiques – qui souvent combinent bien être, satisfaction et fierté – oui, je l’ai fait ! C’est une démarche que je trouve particulièrement importante car elle permet d’amplifier et prolonger les bénéfices de la séance mais aussi de préparer la suivante en la rendant moins difficile à initier. Comme une sorte de renforcement positif, à force de bonnes expériences, de concentration décuplée, d’efficacité retrouvée et de plus grand confort avec soi-même, prendre ce temps-là devient de moins en moins difficile et source de délibérations pour devenir un réflexe parfaitement intégré dans la routine hebdomadaire, bi-hebdomadaire ou quotidienne choisie.

Prendre du temps pour soi malgré le stress, mes astuces - Positive life - Miss Blemish

Et vous, vous y arrivez à garder du temps pour vous même lorsque la pression déborde ? 

Laisser un commentaire - 19