Positive

Pendant et après Roaccutane ma routine soin toute en douceur


Il y a d’abord le robinet tourné toutes faces au nord vers le bleu et le froid – cheveux emmêlés dans l’élastique, lunettes posées tout au bord – puis les mains qui viennent se trouver, s’enlacer, se frotter, s’emmêler et le savon-sans-savon qui glisse entre les doigts et sur la peau, yeux fermés, front-nez-cils-joues-menton. Il y a mon visage flou dans le miroir, la serviette éponge, la crème toute douce – une groseille tout au plus – et les mouvements légers, ma peau effleurée. Une valse légère pour accompagner le travail lent de la douceur – à l’intérieur, à l’extérieur – qui s’apprend, progressivement. Une valse légère où se rencontrent petits gestes quotidiens, douces révolutions, mots chuchotés de soi à soi – respire ! – et sourires apprenant peu à peu à se tourner même vers les aspérités.

Mon article sur les produits qui ont accompagné ma première cure de Roaccutane est l’article qui est ici le plus consulté. Depuis novembre 2013 où je l’écrivais, j’ai suivi une deuxième cure – après une rechute de mon acné probablement précipitée par une routine maquillage pour moi trop chargée – une deuxième cure accompagnée d’une nouvelle routine de soins – douce, simple et épurée – l’arrêt du maquillage et de doux ajouts au quotidien. Tout un tas de menus et grands changements qui m’ont aidée pendant mon traitement à en bénéficier pleinement puis, une fois terminé à maintenir ses effets et trouver mon équilibre sans. L’équilibre comme un mouvement permanent qui nous porte, nous berce ou nous remue lorsque – tête en l’air – on vient à oublier le soin dont il a besoin pour se trouver et s’adapter. Cette routine toute douce ainsi que tous ces petits gestes ont participé à créer puis renforcer et renouveler le mien au quotidien depuis un an et quatre petits mois déjà. Je les partage avec vous parce qu’ils ont fait pour moi une énorme différence – à l’intérieur, à l’extérieur – consciente qu’il fluctuera encore – pour s’appauvrir, pour s’enrichir – et que rien n’est figé. J’espère de tout coeur que cet article vous sera utile, j’y ai glissé tout ce qui m’a aidée pour en faire le parfait complément de mon article précédent (vous pouvez y retrouver les explications pratico-pratiques du traitement – avec le plus important l’obligation d’être sous contraception orale efficace pour les femmes) et que vous pourrez y trouver quelques pistes à creuser.

–  Pendant et après Roaccutane ma routine soin –

 

1. Une routine soin toute douce pour ma peau

Ces produits m’accompagnent depuis déjà un an et quatre mois. Simples, doux et formulés en accord avec les peaux qui, si elles sont capricieuses et ont cruellement besoin d’équilibre, ont également besoin de douceur pour le trouver. Une routine épurée – trois produits seulement : un nettoyant doux, une crème hydratante, un topique pour les petites imperfections ponctuelles – qui est venue hydrater ma peau sans la surcharger pendant le traitement et s’en est ainsi fait son parfait complément, puis est venue s’adapter à ses besoins d’après. Une crème légère lorsque dehors il fait très chaud, une crème plus épaisse lorsqu’il fait froid et dans les périodes entre les deux un fin jonglage entre ces deux possibilités en fonction de ce dont ma peau à besoin et que j’ai appris à déchiffrer. Trois produits neutres et doux venant de la marque Avène qui est celle qui me convient le mieux.

Les produits

  • Nettoyage en douceur – Cleanance Hydra d’Avène
  • Hydratation sous traitement et après par temps froids Crème peaux intolérantes d’Avène
  • Hydratation après traitement par temps chaudsHydrance légère d’Avène que j’utilise dans sa version avec filtre solaire SPF 25
  • Sur les petites imperfections, une crème ou un gel antibiotique prescrits par mon dermatologue.

 

2. Petits gestes beauté au quotidien

En observant ma peau au quotidien et à force d’essais plus ou moins concluants, j’ai trouvé petit à petit des petits gestes venus s’intégrer à ma routine pour l’accompagner comme un mini-mode d’emploi :

  • Je fais attention à toujours me nettoyer les mains avant de commencer ma routine
  • J’utilise de l’eau froide pour nettoyer ma peau. L’effet vasoconstricteur du froid (contraction de la paroi des petits vaisseaux cutanés qui en diminue l’apport sanguin) diminue mes rougeurs et éclaircit ainsi mon teint. Cet effet est temporaire et pourtant je trouve qu’il limite beaucoup l’effet « peau rougie » que l’on peut avoir lorsque l’on a une peau acnéïque juste après l’application de sa crème hydratante. 
  •  Je fais preuve d’énormément de douceur envers ma peau et notamment au moment de la sécher après nettoyage. Je viens presser délicatement la serviette sur mon visage sans le frotter pour éviter d’irriter ma peau. De la même manière je ne touche plus ma peau dans la journée ni ne vient percer/gratter/déranger mes petites imperfections (mais je n’ai plus autant de mérite qu’avant sur ce point car je n’en ai plus des « comme ça »).
  •  J’attends avant d’appliquer ma crème que mon visage soit complètement sec et je passe mes mains sur ma peau pour enlever les éventuelles petites poussières de coton laissées par la serviette.
  • Je ne donne à ma peau que la quantité de crème qu’elle peut absorber – ni trop, ni trop peu – et je profite de l’excédent pour hydrater mon cou.
  • Lorsque j’en ressens le besoin, je me prépare un hammam maison du visage, méthode qui est toujours aussi efficace pour éclaircir mon teint, l’unifier et lui rendre son éclat lorsqu’il est un peu terne…
  • Je bois tout au long de la journée eau, eau de coco, thé (en particulier vert et roïbos, mais pensez aussi au thé blanc qui est le plus riche en anti-oxydants !)

3. Le No make-up

L’arrêt du maquillage a été la partie la plus difficile de tout le processus et pourtant celle qui s’est faite la base de tout le reste avec :

  • L’arrêt des poussées sous traitement. J’ai arrêté de me maquiller (fond de teint, poudre et correcteur) 1 mois après avoir recommencé Roaccutane – 1er mois qui peut être marqué par une recrudescence de boutons – et du jour au lendemain au moment de cet arrêt je n’ai plus eu d’apparition de boutons rouges, inflammatoires, douloureux et purulents (le « gros » bouton d’acné) dont j’avais un nouvel arrivant par jour jusque-là. A partir de mon arrêt – et ce du jour au lendemain – je n’ai plus vu apparaître que de très petits boutons rouges (1 mm) mais indolores et non purulents – qui ressemblaient plus à ce que l’on peut avoir sur peau irritée – et disparaissaient en l’espace d’une journée. 
  • La qualité de la cicatrisation de ma peau sans aucune commune mesure avec ma 1ère cure. Au fil des mois, ma peau très rouge et réactive au début de mon arrêt du maquillage s’est éclaircie et les marques rouges laissées par mes poussées d’acné se sont progressivement estompées. C’est un processus qui a continué après l’arrêt du traitement puisque le Roaccutane affine la peau ce qui peut avoir pour effet d’accentuer artificiellement les cicatrices « en creux » qui se « comblent » un peu avec l’arrêt et la reprise pour la peau de sa trophicité normale. 
  • Faire la paix. Le maquillage devenu une véritable nécessité – je me maquillais même pour aller faire du sport – son arrêt a été vraiment, vraiment, VRAIMENT difficile. J’ai beaucoup pleuré. Comme je pleurais déjà parfois une fois démaquillée devant mon miroir. J’ai failli abandonner et je peux remercier l’amoureux très fort de m’avoir soutenue comme il l’a fait car cela m’a permis de m’accrocher pendant les premiers mois où si les poussées avaient disparues, ma peau était encore très rouge et réactive, les taches d’hyperpigmentation laissées par les poussées d’acné encore très marquées. Cependant aujourd’hui que tout ce travail a été fait, il n’y a plus de dualité entre un Moi sublimé opposé à celui caché et mal aimé, il n’y a plus que Moi, tout court. Je n’ai plus peur que mon maquillage s’effaçant d’un mauvais geste dans la journée je sois démasquée, je me présente telle que je suis et même au tout début où c’était pourtant si difficile : quelle liberté ! Et puis surtout, grâce à ça, cette deuxième cure a transformé ma peau un pas plus loin que ce qu’avait déjà fait la première, avec l’estompement important de mes taches d’hyperpigmentation qui se poursuit encore aujourd’hui. 

L’arrêt du maquillage ne sera peut-être pas votre solution, acné ou non, car pour qu’il en soit une – sur le plan psychologique déjà – il faut au préalable que votre rapport à lui soit « pathologique » ce qui était mon cas. Ce n’était ni un plaisir, ni un rituel qui me donnait le sentiment de prendre soin de moi mais une nécessité à laquelle je me pliais parce que je me sentais incapable de sortir autrement. Le plus important, c’est de vous sentir bien et si vous maquiller n’a aucun effet néfaste pour vous et vous plaît, par pitié passez votre chemin et continuez ! Si vous avez de l’acné, je crois que c’est une piste qui reste intéressante à creuser, que vous soyez traité(e) par Roaccutane, antibiotiques, topiques ou non. Cependant, il est presque certain que l’effet on-off que cet arrêt a eu pour moi est extrêmement lié au fait que j’étais également sous Roaccutane et accompagnée d’une contraception adaptée. Si ce n’est pas votre cas, les effets bénéfiques prendront certainement plus de temps à apparaître et l’arrêt seul du maquillage peut se révéler insuffisant. N’hésitez pas à vous faire accompagner par un dermatologue – et à en changer si le vôtre ne vous convient pas ou ne vous épaule pas de la manière dont vous en avez besoin.

Pendant et après roaccutane ma routine soin toute en douceur 3

4. Des alliés contre la sécheresse cutanée

Le Roaccutane est connu et utilisé pour ses propriétés desséchantes du fait de son action notamment sur les glandes sébacées – glandes qui sécrètent le sébum. Durant le traitement, l’ensemble de la peau – et notamment les lèvres avec l’apparition d’une chéïlite (inflammation des lèvres) véritable témoin de la bonne imprégnation du traitement – voit sa sensibilité exacerbée au froid et petites agressions quotidiennes qui passent en temps normal inaperçu avec une peau normale, mixte ou grasse. Mais avec l’aide de quelques produits doux et adaptés il est facile de gérer ces effets un peu désagréables au quotidien, voici ceux qui m’ont aidée. 

Les produits

  • Baume à lèvres AMILAB – J’ai testé un nombre incalculable de baumes, sticks et crèmes pour les lèvres durant mes deux cures pour finalement trouver celui-ci qui a détrôné tous ses prédécesseurs. Il a l’énorme avantage de se présenter en stick – et pas en pot ou en tube comme beaucoup de crèmes conçues pour les lèvres très abîmées – d’avoir un fini discret et d’assurer une hydratation optimale. En utilisation quotidienne, il est parvenu chez moi à contrebalancer ma chéïlite et apaiser durablement mes lèvres.
  • Baume secours Embryolisse – J’ai fait de ce petit baume mon baume SOS pour les petites blessures de sécheresse (quand on a oublié trois jours de suite de se crémer les mains en plein hiver…) 
  • Gel douche surgras pour la peau – Au quotidien sous ma douche pour nettoyer sans dessécher et même hydrater (un peu) ma peau. L’utilisation seule de ce gel douche m’a suffi pour les zones peu exposées (pieds, jambes, dos, ventre, poitrine), les mains et les avant-bras ont en revanche nécessité d’être régulièrement hydratés en particulier durant l’hiver (voir ci-dessous).
  • Crème pour les mains Pro-intense de Laino – Je suis restée fidèle à cette crème découverte lors de ma première cure, qui sent toujours aussi bon et hydrate toujours aussi bien !

5. Dans mon corps

Durant cette année et ces quatre petits mois écoulés, c’est tout un processus de réconciliation qui s’est joué. Et à ce chapitre-là, je peux remercier la méditation avec en particulier le pack Self-Esteem d’Headspace suivi tout au long de l’été dernier et qui m’a tellement aidée. Aidée à casser les schémas préconçus – de jugement, de pensée – aidée à apprendre la douceur et la bienveillance envers moi-même. Et tout au même plan le Yoga qui chaque semaine m’invite à entraîner ma patience devant ma souplesse toute relative, à prendre une pause et cultiver toujours la bienveillance. De la même manière, ces deux pratiques sont devenus de véritables outils vers lesquels je sais que je peux me tourner pour gérer mon stress au quotidien et dans les périodes chargées. Hors le stress est un facteur reconnu comme favorisant l’acné. 

6. Dans mon assiette

Parmi les facteurs qui ont été identifiés comme favorisant l’acné on peut aussi trouver les pics d’insuline. Le rôle de l’insuline est de réguler la glycémie (la quantité de sucre présente dans notre sang) en enclenchant les réactions qui permettent son stockage dans nos muscles, notre foie et notre tissu adipeux. Elle est ainsi sécrétée par notre pancréas lorsque la glycémie monte, notamment après les repas. Ce processus normal hérité de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs qui n’avaient pas l’assurance de manger trois fois par jour nous permet de stocker efficacement nos apports pour ne rien en perdre, laisser suffisamment de sucre circulant pour le fonctionnement normal de l’organisme et éviter l’hyperglycémie dont peuvent résulter de nombreuses conséquences néfastes à court comme à long terme (ce sont ces processus qui sont atteints chez les personnes diabétiques). Cependant pour les personnes non diabétiques dont l’organisme est à même de gérer seul convenablement le sucre apporté par l’alimentation, les pics d’insuline qui résultent d’une alimentation trop riche en produits à index glycémique élevé* (autrefois appelés sucres rapides) ne sont pas sans conséquences. A long terme, ils épuisent les cellules sécrétrices d’insuline ce qui peut entraîner une insulinopénie (une quantité insuffisance d’insuline sécrétée) et une diminution de la sensibilité des tissus cibles de l’insuline (muscles, foie, tissu adipeux) à ses effets entraînant combinés des hyperglycémies : ces deux mécanismes font partie des mécanismes à l’oeuvre dans l’apparition du diabète de type 2 classique. 

Dans le cas de l’acné, les pics d’insuline à répétition entraînent un léger climat d’inflammation chronique, la production de certains médiateurs et hormones qui vont tous ensemble favoriser la production de sébum et ainsi favoriser l’acné qui résulte de l’inflammation et de l’infection des glandes sébacées qui s’obstruent pour créer le bouton d’acné. Il faut garder à l’esprit qu’il ne s’agit là que d’un facteur parmi des dizaines qui entrent en jeu dans la genèse de l’acné qui n’est elle-même pas encore totalement élucidée. 

Depuis le printemps dernier j’ai donc re-réfléchi mon alimentation avec comme objectif de progressivement me tourner vers une manière de manger qui me convienne, à mon corps en entier comme à ma peau. Ma première étape dans cette réflexion-là a été de tenter de limiter ma consommation des produits ayant l’index glycémique le plus élevé ET transformés faisant ainsi la différence entre manger des pommes de terre du jardin de mon grand-père (index glycémique élevé MAIS pleines de nutriments et de bienfaits malgré tout) et un plat préparé (index glycémique élevé, produit transformé, sucre caché utilisé comme exhausteur de goût, colorants, conservateurs, édulcorants…). De cette distinction ce sont les produits industriels (biscuits, plats préparés…) et les produits raffinés (farine blanche, pain blanc, riz blanc…) que j’ai fait progressivement fait disparaître de mes habitudes et placards. Je me suis donc mise à cuisiner plus pour préparer les produits que je n’achetais plus tous faits et puisqu’il m’appartenait à présent de décider de chaque ingrédients qu’ils contenaient, j’en ai profité pour réduire lentement jusqu’à me passer complètement du gluten et des produits laitiers que ma peau tolère mal (et ce point m’est entièrement personnel, il très probable que ce ne soit absolument pas votre cas). 

Tous ces changements se sont faits très lentement ce qui m’a permis de m’y habituer, d’éviter les frustrations et de les rendre progressivement naturels et routiniers. En matière d’hygiène de vie je crois que c’est un point très important à garder précieusement lorsque l’on veut entreprendre des changements : les ajustements doivent passer par cette lenteur pour s’inscrire sur le long terme et ne pas entraîner de « craquages » qui ruinent en un instant des jours, des semaines ou des mois d’efforts souvent douloureux lorsqu’on se les est brutalement imposés et font naître ainsi un sentiment d’échec là où craquer est pourtant inéluctable avec ce genre de méthode. Et puis surtout : écoutez-vous, ce qui a marché pour moi ne sera pas forcément votre parfaite solution mais en avançant lentement vous aurez toute la latitude pour faire au fur et à mesure de micro-ajustements à tester, écarter ou adopter. 

en quelques points clés 

  • Je préfère désormais les céréales, farines et pains complets à leurs équivalents raffinés – pain, pâtes, riz blancs
  • Au maximum j’essaie d’éviter les produits industriels et pour éviter les tentations, je n’en achète plus aucun pour chez moi. J’ai remplacé les biscuits dans mes placards par du chocolat, des fruits secs, des galettes de céréales, des fruits frais et des biscuits préparés par moi-même.
  • J’ai remplacé le sucre blanc par le miel, le sirop d’érable, le sirop de pomme cru, le sirop d’agave pour sucrer desserts, yaourts et préparations
  • J’ai remplacé le lait de vache par le lait d’amande – qui n’en a pas le goût – doux et légèrement sucré pour mes porridges, ma pâte à crêpe et toutes les préparations sucrées nécessitant du lait et par le lait de riz – neutre – pour les préparations salées.
  • J’ai remplacé le beurre par les purées d’oléagineux (purée d’amande, de noix de cajou, de sésame…) dans mes gâteaux salés comme sucrés ainsi que sur mes tartines.
  • Je ne mange plus de yaourts mais craque pour parmesan, mozzarella, féta et glaces de temps en temps.
  • Le nutella a été remplacé par son homologue bio et italien le Nocciolata.
  • Lait et crème de coco ont remplacé la crème liquide et épaisse de mes recettes. Désormais je cuisine mon émincé de viande blanche – poulet ou dinde – au curry avec du lait de coco et c’est délicieux !
  • Je choisis mes farines complètes sans gluten avec parmi mes préférées la farine de maïs complète, celle de riz complet et celle de pois chiche ! (et il y en a encore beaucoup d’autres !)

* Si le sujet vous intéresse vous pouvez retrouver par ici mon article dédié Réduire sa consommation de gluten et autres douces résolutions ainsi que mes recettes sans gluten. *

7. Des mots encore

Si cet article vous a plu vous pourriez être intéressés par la lecture de ceux-ci aussi : Sans maquillage – Sourire à ce moi qu’on malmène – Bilan d’été – Une douce bienveillance envers soi-même au quotidien 

*

Si cette bataille est la vôtre ces temps-ci, je vous souhaite beaucoup de douceur, de patience et de bienveillance de vous à vous 

Laisser un commentaire - 49

Et l’importance de faire de la place pour ce que l’on aime


Et l'importance de faire de la place pour ce que l'on aime - Slow life - happiness - Miss Blemish

Août, je t’écris pour la première des nouvelles fois un jour de pluie sur une trame blanche émaillée de gris. Les mots dansent la course folle, la lumière court sur l’axe le long des courtes heures et des minutes dorées bientôt précieuses et je cours tantôt avec eux, tantôt après eux. Je parle du commencement, du recommencement, du rien dont émerge un Tout et à ce moment-là rêve cache des mots qui gagneraient d’harmonie sur le papier le pouvoir de résonner par delà mes frontières limitées. Et je me souviens de la douceur qu’il y a à commencer à rêver. Du vertige tout au bord déjà loin lorsque ça y est, j’ai sauté.

Ces jours derniers comme à chaque fois qu’à ma porte vient toquer janvier, je me frotte au creux dans lequel viennent s’abîmer des pourquoi et des comment murmurant des peut-être. Des qui reprennent ce que j’ai entendu bien des fois, des qui disent « peut être devrais-tu arrêter tout ça… ». Et il est tentant – un court instant – de croire les yeux fermés à la facilité d’abandonner ce qui n’a d’évidence qu’au creux pour ce qu’ouvertement je me suis choisi pour destinée. De dire « je ne fais plus que ça » en croisant dans mon dos les doigts au moment de jurer – la tête hochée – que « certainement ça suffira ». Derrière le mot rêve aux mots sont venus peu à peu s’accoler la douceur de ce genre de lumière qui vient sublimer un cliché, empruntée, des mots techniques à l’existence apprise après en avoir inventé seule des versions imparfaites et boîtillantes, accompagner, aimer, inventer, apprendre et puis l’envie dénudée de simplement pouvoir continuer.

Et l'importance de faire de la place pour ce que l'on aime - Slow life - happiness - Miss Blemish

Je m’interroge et pourtant au creux je sais face à mes doutes et face aux leurs qui viennent se coller à moi glacés la place de cet ici aussi nécessaire que ce là-bas qui se construit lui aussi – paradoxalement et contre l’apparente évidence – ici en grande partie. Les contours de mes demains qui – de chaque expérience partagée, de chaque mot et de chaque photo posés, de chaque échange par-delà le prisme où ne m’est encore accessible que mon propre reflet – trouvent à s’éclaircir et s’affiner pour me guider pas à pas vers cet instant où ces parties de moi partagées ne seront plus seules mains tendues vers vos mots en écho, offertes à qui pourra y trouver de quoi se nourrir, sourire et s’inspirer, mais où il y aura aussi et en plus de tout ça des visages – vos visages ? – et nos conversations moins générales et plus centrées, enfin de vive voix.

J’ai enfin compris – je crois – le temps qu’il faut savoir laisser au Sens pour se trouver au milieu de nos intuitions qui nous poussent en grand écart à bouleverser nos quotidiens, le mirage qu’est la facilité promise à suivre les yeux fermés ce que l’on s’est choisi pour soi il y a bien souvent des années et la nécessité de suivre cette intuition au moment de faire de la place – à son échelle et avec patience, sans rien brusquer, sans tout « plaquer » – à ce qui nous donne l’impression de reprendre d’amour et d’évidence notre respiration dans nos grands tourbillons. Mais surtout et aussi que s’il est souvent des opposés entre ce que l’on fait et ce que l’on va commencer – envers et contre notre propre scepticisme au coude à coude avec espoir et enthousiasme – il n’est pas rare que le Sens faisant chemin, nos opposés viennent à se retrouver, tous les ponts et les connections entre eux tissées de longue haleine et sans y penser enfin à nos yeux dévoilés. Parce que ce que l’on aime, ce que l’on a tout au creux de soi a souvent bien plus de raison d’être et de raisonnable que ce que l’on pourrait en croire au premier regard.

Et l'importance de faire de la place pour ce que l'on aime - Slow life - happiness - Miss Blemish

« Maybe it [love] means something more, something we can’t yet understand Peut-être que l’amour a une toute autre signification, quelque chose que nous ne comprenons pas encore » Dr Brand in Interstellar

Et vous, vous y arrivez à faire de ce que vous aimez des priorités ?

Laisser un commentaire - 22

La pleine conscience au quotidien – mes astuces


La pleine conscience au quotidien - mes astuces - Slow life - Miss Blemish

M’asseoir, plaid épais sur les épaules, coussin sur mes jambes repliées et mains doucement posées. Inspirer, expirer, recommencer, fermer les yeux, me reconnecter pour 5, 10, 15 ou 20 minutes à ce Moi au présent. Cela va faire quatre ans maintenant que je m’essaye à ce jeu-là et la plus grande difficulté que j’aie rencontrée – et qui vient parfois encore se rappeler à moi – a été de passer d’une pratique en pointillés, de « crise »,  à une pratique régulière puis quotidienne. Car s’il est une chose que j’ai apprise d’expériences et de ratés c’est oh combien il peut parfois être effrayant et éprouvant de simplement s’asseoir et s’arrêter pour regarder d’un peu plus près le soi vrai et oh combien il est difficile de contourner certains jours la crainte de se retrouver soudain face ce que l’on essaye – de perpétuel mouvement – d’ignorer. Comme un rien nous agace depuis quelques temps, comme le stress nous transforme parfois en cette personne que l’on ne reconnaît pas, comme on n’a pas su tendre la main ou saisir celle qui nous était tendue, comme on n’a pas su profiter de certains instants ou comme l’écart peut se creuser entre la personne que l’on voudrait être et celle que l’on est souvent… Cela prête à sourire n’est-ce pas ce paradoxe voulant que l’apprentissage de la douceur et de la bienveillance envers soi soit affaire de patience et paradoxalement de bienveillance déjà dans ce lâcher prise et cette gentillesse attentive envers nous-même qu’il exige, à contre-courant de notre exigence usuelle ?

Aujourd’hui je partage avec vous – qui bataillez peut-être comme moi pour donner à la pleine conscience sa place même les jours où « ça va bien » – mes astuces pour en faire une habitude, les moments où méditer a le plus positif impact pour moi ainsi que tous les petits gestes quotidiens dans lesquels on peut, d’une respiration consciente ou deux, infuser un peu de pleine conscience pour faire retomber la pression ou simplement profiter un peu mieux. J’espère de tout coeur que cela vous permettra doucement de faire de la pleine conscience une alliée plus présente.

La pleine conscience au quotidien - mes astuces - Slow life - Miss Blemish

Les moments les plus propices à une séance classique

  • Au lever

C’est un moment dont je suis privée ces derniers temps du fait de mes horaires de travail décalés mais j’ai hâte de retrouver un rythme plus proche de celui qui me convient pour retrouver ce rendez-vous du matin. Méditer au lever me permet de me réveiller pour de bon et en douceur et j’observe une vraie différence entre mes journées commencées déjà tout au centre et celles commencées de façon plus éparpillées.

  • Avant de commencer à travailler

Si je vous prépare un article sur la concentration voici déjà une première astuce qui a fait ses preuves pour moi : méditer avant de commencer à travailler. Cela me permet de « redescendre », de me recentrer et dans ce calme retrouvé d’être bien plus au clair avec les tâches qui restent devant moi. Méditer avant de travailler me permet de laisser de côté le stress qui me pousse souvent à tout commencer en même temps pour au contraire prendre une ligne après l’autre de mes To-do lists urgentes pour ne passer à la suivante qu’une fois la précédente traitée. Je gagne en sérénité et en efficacité !

  • Au coucher

Je vous parlais de ma reconquête d’un sommeil serein et réparateur et la méditation est vraiment l’un des piliers de ma bedtime routine. Prendre ces quelques minutes – et cela peut n’être que 5 les soirs où je suis vraiment fatiguée – me permet de laisser ma journée derrière moi, soucis et impératifs avec. Détendue, le lit du sommeil est tout prêt…

Pour en faire une pratique régulière, intégrer la méditation à une plus large routine est utile. Elle devient ainsi une étape et trouvera plus facilement sa place dans un quotidien souvent bien chargé. Ainsi elle prend place dans ma routine matinale et dans celle au coucher et selon mes obligations et les aléas du quotidien je peux facilement choisir comment intégrer ma séance à ma journée.

La pleine conscience au quotidien - mes astuces - Slow life - Miss Blemish

Infuser de la pleine conscience dans le quotidien

Si la méditation « formelle » apporte beaucoup, ne serait-ce qu’un vrai temps pour soi, la pleine conscience peut se glisser un peu partout au quotidien et peut se révéler une alliée de choix pour ne pas se laisser submerger face à une situation compliquée, profiter d’un moment que l’on pressent précieux, prendre une pause avec ce qui se passe autour de soi pour revenir tout au centre. L’attraction de mon attention sur ma respiration est quelque chose que j’ai connu au tout tout début de ma découverte de la méditation, qui m’a quittée un peu ensuite et que j’ai retrouvé cet été avec l’installation d’une plus grande régularité dans ma pratique et le pack Self Esteem d’Headspace pour lequel ma motivation était suffisante à accepter l’invitation à continuer la pratique tout au long de la journée avec les exercices enseignés durant les séances « formelles ». 

  • En marchant

C’est je crois le moment où j’ai recours à la pleine conscience quotidiennement. A Paris, nous avons la chance lorsque nous nous déplaçons en transports en commun d’avoir beaucoup d’occasions dans la journée de marcher pour joindre les différentes stations. Depuis le début de l’année, j’essaye de partir un peu en avance pour ne pas avoir à courir et ainsi profiter de ces trajets à pied pour me recentrer, faire attention à ma respiration, à ce qui se passe autour de moi, à mon état d’esprit et cela me détend à tous les coups ! Commencer ainsi mes journées et y avoir recours plusieurs fois par jour m’aide beaucoup à gérer mon stress, « redescendre » un peu dans le maintenant et quitter mes « je dois, je suis pressée, je suis stressée, vite, vite, vite ! ». 

  • En cuisinant

Si la cuisine a toujours été un tel rendez-vous plaisir et détente pour moi, je crois que ce n’est pas étranger à la pleine conscience que je pratiquais alors sans savoir que c’était bien de ça dont il s’agissait. La cuisine est propice à la pleine conscience en ce qu’elle demande de suivre des étapes et d’être attentif à chacune. De plus elle est riche en couleurs et odeurs ce qui permet plein de points d’ancrages différents pour votre concentration. Ainsi lorsque je cuisine je fais attention à bien positionner mon corps (finies les douleurs entre les homoplates après avoir épluché des légumes !) à mes gestes et je pense à ceux avec lesquels je vais partager le repas que je suis en train de cuisiner.

  • Sous la douche
  • Au travail

De la même manière qu’en marchant, je profite des temps creux pour me reconcentrer. C’est l’avantage principal de la pleine conscience : c’est une échappatoire au présent, contrairement à lorsque l’on se perd dans ses pensées, de se reconcentrer sur sa respiration nous ramène à ce que nous sommes en train de faire et de vivre là, maintenant et est donc une alliée de choix face à des actes, décisions ou situations qui demandent toute notre attention.

  • Pendant le sport

La pleine conscience m’a permis d’énormément progresser en course à pied (d’endurance) rien qu’en me concentrant sur la course en elle-même. Ce qui est très logique lorsque l’on y réfléchis bien puisqu’ainsi concentrée sur ma respiration, ma foulée, mes jambes, mes pieds et la position de tout mon corps, j’ai pu apprendre à adapter mon effort et à suivre le rythme de mon corps plutôt que celui de ma tête ou de la musique dans mes écouteurs tout en intégrant plus consciemment les éventuelles sensations désagréables. Sur ce dernier point, le Yoga (qui est une forme de méditation actée) m’a également beaucoup aidée en m’apprenant que l’on peut « être » malgré un inconfort, en améliorant mon équilibre et la perception de mon corps et très étonnement (en vrai non mais cela m’a beaucoup étonnée) en améliorant mon endurance elle-même.

  • En cas de conflit

C’est un point sur lequel j’ai encore à travailler mais lorsque je parviens à faire un pas en arrière avant de plonger à deux pieds dans une discussion houleuse, j’ai remarqué que cela se termine toujours mieux. Puisqu’au final, on peut bien être en désaccord, si chacun se sent écouté, la conflit en lui-même n’a plus tellement d’importance. 

Bonus – Sur l’application Headspace que j’utilise, vous avez des sessions en libre écoute à côté du pack que vous avez choisi de travailler (anxiété, sommeil, créativité…). Celles-ci peuvent-être SOS (courtes et pour des situations de crise), classiques (pour une nouvelle méditation assise) ou « On-the-go » c’est-à-dire focalisées sur des activités de la vie quotidienne (cuisiner, marcher, courir, s’endormir, faire du vélo…). Elles peuvent vous aider dans un premier temps pour trouver vos marques !

La pleine conscience au quotidien - mes astuces - Slow life - Miss Blemish

Et vous, vous pratiquez la pleine conscience au quotidien ?

Laisser un commentaire - 22