PRENDRE SOIN DE SOI

Et sourire à octobre qui tangue


Et sourire à octobre qui tangue - Slow lifestyle - Miss Blemish

Dans la boîte aux lettres des vacances s’est glissé un petit livre doux et coloré que j’ai englouti de lundi à mardi, rompant toutes ses règles tacites contre ce besoin des débuts d’année éparpillés de réussir à commencer et finir d’un trait quelque chose. Se remettre en mouvement après les périodes suspendues, faire le premier pas, est toujours la partie de la reprise que je trouve la plus dure alors au fil du temps je me suis constitué une longue liste d’alliés vers qui il est facile de me tourner. Et s’il en est plein pour m’aider à reprendre pied avec les impératifs un peu rébarbatifs du quotidien, magazines et livres bonbons prêts à être lus ou relus d’une traite, sans interruption, sont responsables depuis longtemps des retrouvailles avec continuité et concentration dans mon travail.

Ce petit carnet de gratitude écrit par Anne-Solange Tardy et si joliement illustré par Marie Bretin* – que j’ai lu comme il ne se lisait pas – a réussi ce très grand défi des périodes en demi-teinte de ramener tout au centre tout ce qu’il y a de doux, joli et chanceux-merveilleux dans ma vie et surtout l’envie d’y prêter activement attention chaque jour. Alors c’est tout naturellement que je reviens ici avec des sourires et un défi : celui de terminer et commencer chaque journée par quelques pensées vers tout ce qui a été doux dans notre journée. Que cela soit infime ou magnifique, petit ou grand (car le bonheur souvent n’a rien de grandiloquent).

*

Retrouver la douceur des écharpes plaids qui de dehors en dedans quittent nez-bouche-cou pour m’entourer tout en entier où que je sois.

Sourire au ciel encore bleu, à la lumière d’automne et aux feuilles rousses qui chatouillent de couleur le gris de la ville.

Enfiler mercredi cette robe offerte par l’amoureux.

Recevoir en rougissant un chouette cadeau et écouter ces histoires d’outre-atlantique mêlant van et grands espaces autour de la table des retrouvailles.

Passer toute une après-midi en cuisine, un podcast en fond sonore couvrant à peine le bruit de l’eau qui bruisse, des ustensiles qui s’activent et de l’huile qui crépite. Goûter au petit plaisir d’avoir au bout des doigts cette odeur d’italie qui mêle échalote à huile d’olive.

Ressortir des tiroirs les bougies qui sentent le biscuit.

Croiser dans ma rue cet ami d’enfance comme cela nous l’est déjà arrivé mille fois, dans d’autres villes que celle-là. Sourire de tous ces heureux hasards qui font nos chemins se croiser.

Tenir entre mes mains pour la première fois la responsabilité de gardien du souvenir qui incombe aux photographes. Sourire et trembler.

Décider à 17 heures qu’il est l’heure des pancakes, du sirop d’érable et du thé parfumé – mon chouchou du moment est un thé noir qui sent la vanille et la noisette : Ronde d’automne de la route des arômes (petite boutique Lyonnaise). Se régaler en refaisant le monde, gommer le gris de la journée.

Découvrir à quel point la framboise et la lavande se marient bien dans le très chouette bar à cocktail Le distrait métro Bonne nouvelle.

Sourire de l’odeur douce de lessive qui règne dans l’appartement dans cette période post-vacances où tous les jours une nouvelle fournée de linge fraîchement lavé vient trouver sa place sur l’étendage.

Au courrier des vacances trouver le dernier Simple Things et de jolis livres n’attendant qu’à être dévorés les dimanches de pluie. Sourire d’accueillir de nouveaux amis.

Manger les dernières glaces de l’année, retrouver les petits-déjeuners de roi du dimanche partagés. Ceux qui prennent le temps de savourer, rire et danser.

Écouter cette chanson jusqu’aux paroles murmurées-imprimées

Accueillir l’élan plein d’envies et de renouveau que porte très haut septembre-octobre et trier, ranger, donner, jeter, alléger. Donner à cet intérieur que j’apprends encore à apprivoiser dans tous ses manques qui me renvoient à son absence un peu plus de douceur. Et ressortir mes chaussons tous doux des temps froids.

Sourire à chaque fleuristerie bien remplie, souvent exigue, pleine d’histoires sûrement tues.

Retrouver mon sac camel d’hiver et mes collants épais.

Ouvrir très grand la fenêtre de la cuisine végétarienne et retrouver le plaisir intact d’apprendre nouvelles techniques et saveurs comme la fierté d’avoir envie de me tenir vraiment à ce que je considérais jusque là comme un défi trop grand pour moi.

Sur les explications de Solange, commencer mon premier Bullet Journal : remplir octobre de rendez-vous de moi à toi, de moi à moi.

Écrire des listes d’envies pleines de livres.

Sur le chemin du métro, petit matin, terminer la liste entreprise lumière éteinte entre les draps juste avant de dormir, de toutes les petites choses ayant fait sourire la veille. Leur redonner avec humilité, le coeur lourd avide de légèreté, cette place qu’elles ne devraient jamais perdre au profit des soucis qui pourtant viennent si souvent les masquer. Sourire de cette habitude comme milles autres qui ne s’acquièrent jamais vraiment mais demandent pour s’ancrer dans nos vies d’être toujours régulièrement nourries et tous les jours un peu choisies.

Pumpkin waffles, lactose et gluten free - Cuisine saine - New York - Miss Blemish

Et pour encore plus de sourires d’automne jusqu’au prochain article ici, rendez-vous par là :

Ce que j’aime en automne (vendredi)
Petits plaisirs de rentrée sur Le journal de Saxe (samedi)
L’organisateur d’automne (et la liste de bonheurs à y glisser) par May (dimanche)
Et Milles idées pour cet automne par Ninon (lundi)

Plutôt chouette comme programme, n’est-ce pas ? Et vous, quels petits bonheurs vous ont fait sourire depuis octobre ?

Laisser un commentaire - 14

Revue et tuto | Comment appliquer les vernis UNE pour un rendu parfait ?


Comment appliquer les vernis UNE pour un rendu parfait ? - Slow beauty - Miss Blemish

D’avoir du pour les cinq jours avant mes examens remettre les mots à plus tard – gorge nouée et coeur serré – vous n’imaginez pas combien je suis heureuse de vous retrouver avec un sujet si léger et coloré. Parce que je ne peux pas en porter dans mon travail, porter du vernis a gardé la petite magie qu’avait ce rituel de vacances, petite, lorsque première chose en arrivant chez mes grands parents j’allais choisir dans la panière en osier où ma mamy range ses vernis celui que je voulais qu’elle m’applique sur mains et pieds. Le temps des vacances, mes ongles peints en rose fushia, je me sentais grande et c’était drôlement bien ! Aujourd’hui encore, prendre soin de mes mains fait partie des petits plaisirs des vendredis après-midis qui précèdent les week-ends où je ne travaille pas et marque ainsi la transition avec les jours plus lents et doux.

Cela faisait très longtemps que j’avais envie de tester les vernis UNE qui s’essayent à proposer une composition un peu plus propre que ses concurrents du commerce traditionnels – dont je ne pourrais moi-même lisant la liste des composants attester tant mes connaissances en chimie des produits de beauté sont limitées. Pourtant, mon importante collection de vernis m’a toujours retenue de sauter le pas – et inutile de vous préciser qu’au rythme de ma consommation de vernis il serait surréaliste d’espérer un jour terminer tout ces flacons joliment collectionnés au fil des ans. Mais lorsque Laetitia m’a contactée pour tester quelques produits de la marque – dont certains font désormais partie de mon maquillage quotidien – je n’ai pas pu résister à l’envie d’enfin les essayer ! J’ai donc pu découvrir deux de leurs produits de soin pour les ongles – la base et le top coat – ainsi que deux jolies teintes dans les roses pêches – l’une pâle et l’autre plus foncée.

Les vernis soins

Les plus

  • Le joli effet blanc nacré transparent de la base lorsqu’elle est appliquée seule. Comme j’ai toujours adoré porter une base seule transparente et des vernis très nudes sur mes mains, j’aime ce petit twist coloré de cette base qui rend le rendu un peu moins classique et qui se suffit presque à lui-même.
  • Le minimalisme des lignes et polices du  packaging
  • La brillance du top coat. Pour avoir essayé beaucoup de top coat depuis quelques années notamment grâce aux box beauté qui adorent en inclurent dans leurs sélections, je trouve que la brillance et la tenue de celui-ci sont de très bonne qualité avec une brillance identique trois jours après l’application.

Les moins

  • L’applicateur – très large je l’ai trouvé plus difficile à manier (même si cela reste possible) que ses homologues plus fins et plus souples.

Les vernis colorés

Les plus

  • La teinte plus foncée – C14 – est devenue ma teinte « uniforme » (c’est celle que je porte sur toutes les photos de l’article). Avec mes cheveux roux et ma peau très pâle le rose-brique-pêche est une couleur qui met en valeur mon teint et que je privilégie depuis longtemps dans mon dressing. Jamais essayée sur mes ongles avant cet été, je l’ai adoptée sitôt la bonne technique pour appliquer ces vernis moins dociles que leurs comparses trouvée. Mains comme pieds, cette couleur très douce s’accorde très bien avec ma peau laiteuse pour un ensemble que je trouve très doux.
  • La brillance du vernis. Même sans ajouter de top coat, ces vernis dits « 3 en 1 » tiennent leurs promesses avec une très jolie brillance qui permet aisément de se passer de top coat si besoin.

Les moins

  • L’applicateur – le même que pour les vernis soin, toujours aussi difficile à manier.
  • La texture du vernis – très épaisse, elle demande de prendre le coup de main pour l’appliquer joliement et éviter que les coups de pinceaux successifs ne soient visibles.
  • L’aspect sur les ongles – La texture épaisse du vernis ne permet pas d’appliquer son vernis comme on le fait avec un autre. Avant de trouver une technique dont le résultat me convienne j’ai eu à essuyer la déception d’ongles plastifiés par l’épaisseur trop importante donnée par les deux couches nécessaires à obtenir un rendu opaque. Si cela n’est pas gênant ni remarquable sur les ongles des pieds, ça l’est en revanche beaucoup plus sur les ongles des mains. Il l’a donc fallu plusieurs essais pour trouver la technique permettant le rendu que vous pouvez voir sur ces photos (et que je vous explique plus bas).

Comment appliquer les vernis UNE pour un rendu parfait ? - Slow beauty - Miss Blemish

Le tuto | Comment appliquer les vernis UNE pour un rendu parfait ?

Pour contourner le problème de l’épaisseur du vernis, j’ai rompu avec l’habitude de chercher la meilleure couvrance dès la première couche appliquée pour au contraire prélever et déposer la quantité la plus faible possible de vernis en une couche uniforme et fine. Cette première couche est transparente et laisse voir largement l’ongle mais elle ne s’oppose pas à obtenir ensuite un rendu opaque tout en contournant le problème des ongles rendus trop épais par trop de produit déposé.

Une fois cette première couche appliquée, je refais de même avec la seconde qui permet d’obtenir la couvrance recherchée.

Si je vous conseille de passer l’étape « application d’une base » qui elle aussi épaisse n’arrange pas ce problème de texture, vous pouvez appliquer le top coat facilement à la suite de ces deux couches. Plus liquide, il finit très joliement l’effet du vernis.

J’espère que cette revue vous a plu et qu’elle vous permettra d’obtenir de jolis résultats si comme moi vous avez bataillé avec le produit et l’applicateur épais !

Comment appliquer les vernis UNE pour un rendu parfait ? - Slow beauty - Miss Blemish

Vous connaissiez les vernis UNE ? Quelles en sont vos teintes préférées ?

Laisser un commentaire - 6

Maquillage quotidien | Prune


Maquillage quotidien 1/3 | Prune - Slow make-up - Miss Blemish

Après avoir arrêté de maquiller mon teint il y a 2 ans, j’ai passé plusieurs mois sans maquiller ni mes yeux ni mes lèvres, plus rien. Ma peau alors encore « à vif » entre dernières imperfections de mon acné en cours de traitement – quel cheminement ! – et cicatrices marquées bien loin encore d’être floutées, je n’avais pas le coeur d’accentuer mes traits d’informations et de couleurs supplémentaires. Pendant quelques mois ça n’a donc plus été que moi, face au miroir, aux autres et à moi et pendant ce temps-là c’est tout mon rapport au maquillage qui s’est déconstruit pour glisser de la nécessité de par tous les moyens « cacher la vérité, surtout ne pas être démasquée » au plaisir de parfois la sublimer.

Je me rends compte, vous écrivant ça, à quel point cette période trouble de désamour, de peine, de transition reste douloureuse pour moi. Comme subsiste une certaine honte tout bas. Pourtant, malgré tout ça – le miroir qui gifle, les larmes répondant au reflet – vous n’imaginez pas le poids que ça m’a enlevé d’être là, juste moi, depuis 2 ans sans la crainte que mon masque ne s’altère dans la journée. Combien cela a changé ma relation aux autres de voir que mon visage dénudé n’avait sur eux et nos relations aucun effet. En parallèle, l’arrêt du maquillage de mon teint s’est fait l’une des pierres angulaires de la rémission de mon acné – avec le Roaccutane, la pilule adaptée, la routine simplifiée, l’arrêt du gluten et le ralentissement sur les produits raffinés : tout est ici détaillé – et donc de la pérennisation de moi à moi de cet accord de paix. 

Avec mon teint au fil des mois éclairci, les marques estompées, les imperfections presque reléguées au passé et le tout bien moins saturé, je suis revenue petit à petit vers mes ombres à paupières, crayons et pinceaux. Car s’il est vrai que mes lèvres n’ont pas forcément grand besoin d’un coup de pouce, mes petits yeux bien cachés derrière mes grandes lunettes gagnent tout à être un peu soulignés sans quoi j’ai toujours l’air – au choix – malade ou fatiguée. L’un après l’autre, au fil des mois j’ai réintroduit le mascara puis un trait très fin de crayon brun presque caché dans les cils et le rouge à lèvres enfin. Depuis six mois j’ai trois ensembles avec lesquels je jongle à l’envie au quotidien dont celui que je vous présente aujourd’hui est l’un. J’espère que ce maquillage version très très slow vous plaira et pourra vous inspirer si comme moi vous avez les yeux amandes-tous-petits-bien-cachés.

Maquillage quotidien 1/3 | Prune - Slow make-up - Miss Blemish

Les produits, le tuto

Sur mes yeux

1. J’utilise en tout premier le Crayon-fard à paupières Sumita couleur champagne rosé. J’en crayonne légèrement ma paupière mobile uniquement puis j’estompe longuement au pinceau jusqu’à ce les pigments soient fondus. De cette manière ils rehaussent la couleur naturelle de mes paupières sans « tasser » mes yeux ce que l’utilisation de pigments forts a tendance à faire vu leur forme.
2. Je trace ensuite au ras des cils une ligne avec le Crayon yeux Avril teinte prune. Selon les jours je la fais plus ou moins fine mais jamais elle ne dépasse le coin externe de mon oeil. C’est cet article de Garance Doré qui m’a donné l’astuce (puisqu’elle a une forme d’oeil similaire à la mienne rendant inutile tout maquillage élaboré de la paupière mobile qui disparaît dès que l’oeil est ouvert). En traçant une simple ligne le regard est souligné et l’effet petits yeux disparaît sans pour autant le « tasser » (on y revient).
3. Enfin j’use et j’abuse du duo Recourbe cils et Mascara UNE « Eyes only » teinte noire* qui termine d’agrandir mes petits yeux. J’aime particulièrement celui-là car il est facile à appliquer et à travailler en couches successives, il sépare extrêmement bien les cils avec sa brosse et le rendu est très naturel ce que je recherche avant tout.

Dans mes sourcils

Duo sourcils cire et poudre UNE teinte B01* Je prends très rarement le temps de maquiller mes sourcils mais lorsque je le fais j’utilise cette combinaison poudre cire (je trempe mon pinceau dans la poudre puis dans la cire et j’applique sur mes sourcils) qui a un rendu extrêmement discret que j’aime bien (même si cela rendra cette étape superflue si vous aimez les résultats plus marqués).

Sur mes lèvres

Lip balm UNE teinte B03* Je porte très peu de produits lèvres de texture gloss car je n’aime pas trop quand « ça brille/ça colle » mais celui-ci est d’une teinte très proche de mes lèvres et la brillance s’estompe assez vite alors certains matins il trouve sa place dans ma routine.

* Les produits suivis d’une astérisque m’ont été envoyés par la marque pour test

Maquillage prune et roux 9Maquillage quotidien 1/3 | Prune - Slow make-up - Miss Blemish

Et vous, quel est votre rapport au maquillage au quotidien ?

Laisser un commentaire - 10