Première session – Miss B s’essaie au Yoga


Yoga - Brèves - Sport - Beauté - Bien-être - Miss Blemish

Samedi matin, réveil matinal, à peine la première paupière entr’ouverte que mes deux jambes soudain autonomes trouvent leur chemin vers des leggings, les bras vers un sweet-shirt et les pieds vers des ballerines direction « mon premier cours de yoga ». Comme je ne fais pas les choses à moitié, j’ai opté pour un stage de 2h30 en guise de première initiation (on m’avait d’ailleurs un peu menti sur le sujet en me vendant une session de 2h à coup de « mais siiii, viens, ça te fera du biiieeennn »). Autant dire que j’avais plutôt intérêt à aimer sans quoi je risquais de ne pas regretter le voyage.

Je suis donc arrivée à demi-réveillée dans une grande salle très lumineuse, du parquet au sol et nos futurs tapis d’exercice tournés face à une baie vitrée donnant sur un paysage enneigé. Un cadre idéal s’il en est pour cette matinée placée sous le signe du « bien-être ».

Pour une fois en avance, j’ai eu le temps de faire ma petite étude sociologique à grand renfort d’observation toute en discrétion des autres « stagiaires » qui arrivaient par salves, gagnant ce que je devinais immédiatement être « leur » place. Trouillarde et peu désireuse de faire état au monde de ma souplesse digne un manche à balais revêche Confiante et pleine d’entrain, j’avais élu domicile sur le tapis tout au fond à droite dans le petit coin discret de la salle. 20 minutes avant la séance, la moyenne d’âge devait tourner autour de 50 ans, 5 minutes après le commencement du cours elle redescendit vers 40 ans. Nous sommes bien d’accord, toujours en retard ces sales jeunes. Une assemblée donc très hétéroclite : de toutes les tranches d’âges, de toutes les tailles, de tous niveaux et beaucoup de novices comme moi (nous sommes une génération de warriors, rien ne nous fait peur).

10 h, la séance commence. Debout sur les tapis de sol mis à notre disposition par le centre spa, nous callons notre respiration sur celle du professeur. Toute la séance est sur le souffle centrée, c’est là l’objectif de la matinée : prendre conscience de son existence, ralentir son rythme et avec lui calmer notre agitation de gens stressés dans un monde pressé. Ralentir ma respiration m’a demandé un réel effort et une énorme concentration. C’est ce qui m’a je pense posé le plus de « problèmes » durant la séance car ce n’est pas « agréable » de se limiter sur ce point surtout lorsque l’on pratique une activité physique en parallèle. Je me suis crue revenue un instant aux heures glorieuses des cours de natation. Cependant, si le premier quart d’heure fut légèrement éprouvant, en demi-apnée, ma respiration s’est d’elle-même calmée. Le secret (ou plutôt l’astuce que j’ai fini par trouver), c’est de faire une respiration complète (inspiration + expiration) avant chaque mouvement. En effet, les postures de yoga se calent sur l’alternance inspiration/expiration, on ne fait pas les mêmes gestes pendant ces deux temps bien distincts d’où l’importance de respirer profondément avant chaque nouvelle série pour réussir à caler son souffle sur celui du groupe. Cela évite d’être à contre-temps ou en semi-apnée pendant une partie de l’exercice.

Mais quid des postures ? Le mot d’ordre de la session était de s’écouter. Aller à son rythme, s’arrêter si un mouvement s’avérait pénible, oublier la compétition. Dans leur ensemble, j’ai trouvé les postures proposées accessibles. Pas besoin d’être championne en titre de gymnastique acrobatique, l’idée est de s’assouplir en douceur, de gainer et d’étirer sans se brusquer. J’ai eu une nette préférence pour les figures au sol qui ressemblaient beaucoup aux mouvements de kiné quand ils n’étaient pas carrément similaires.

Le stage s’est terminé sur quelques minutes de relaxation et un thé aux épices. Le bonheur.

Au bilan

Une très bonne expérience, cette séance m’a fait du bien. J’en suis ressortie plus calme, sereine et un peu fatiguée. Flagada comme dirait mon grand-mère. Une bonne fatigue, celle de la danse des endorphines.

Et mes petits conseils pour terminer

Ne pas oublier (comme moi) de prendre une petite bouteille d’eau

Zapper le thé du matin et ne pas sauter la case « prendre ses précautions » avant la séance, 2h30 c’est long

Prévoir du multi-couches (débardeur – tee-shirt – sweat)

Et peut-être le plus important : Profiter

*

Infos pratiques : J’ai suivi ce stage au centre Source de Cristal, Perrignier (Haute-Savoie), 2h30, 25 €, tapis fourni.

Contact : 04 50 70 65 11

Credit photo : nataraja

Laisser un commentaire - 1