Beauté

Après l’acné : mes astuces anti-imperfections pour garder une jolie peau


Après l'acné : mes astuces anti-imperfections pour garder une jolie peau - Beauté - Miss Blemish

Si l’acné est une maladie dermatologique nécessitant un traitement médical, une fois guérie, nous gardons par notre type de peau, souvent mixte à grasse, et ce passé acnéique, une susceptibilité accrue aux imperfections qui n’attendent bien souvent qu’une contrariété, une nuit blanche ou un rythme de vie temporairement mouvementé pour réapparaître. Si ce n’est pas avec la même violence que d’antan, il est toujours désagréable et très (très) mal vécu lorsque l’on a connu des années noires de voir apparaître ne serait-ce qu’un bouton minuscule que personne pourtant sûrement ne percevra. Pour s’éviter ces moments peu agréables, voici quelques astuces et petits réflexes tous bêtes qui lorsque je les respecte éloignent non seulement les imperfections mais font aussi ma peau plus éclatante, lisse et jolie.

1. Suivre consciencieusement les règles de prise de sa contraception hormonale.

Que vous soyez sous pilule, anneau ou patch, dès lors que votre contraception n’est plus seulement mécanique mais également hormonale, il est très important de la prendre comme elle doit être prise. Ici je parle à celles qui ont déjà une contraception qui leur convient (certains problèmes de peau peuvent être liés à un déséquilibre hormonal induit par des pilules non appropriées, mal tolérées… si c’est votre cas, consultez votre gynécologue/dermatologue pour des conseils spécifiques) : si vous oubliez des prises/de changer votre patch/anneau, vous modifiez vos taux d’hormones sanguins et ce déséquilibre peut être à l’origine d’imperfections (toujours sur ce même lien hormones-imperfections). Essayez donc de trouver un rituel pour ne pas oublier, mettez votre plaquette de pillule/patch à un endroit où vous êtes sûre de la voir, programmez une alerte journalière/hebdommadaire sur votre téléphone, combinez sa prise avec un autre de vos rituels quotidiens (après vous être brossé les dents, directement au lever, avant d’aller vous coucher, en rentrant du travail…). Ce point est particulièrement important, les hormones ont réellement un impact significatif lorsqu’on les prend n’importe comment : si vous avez un retour d’imperfections la première question à vous poser est « est-ce que je prends consciencieusement ma contraception hormonale ? ». Si la réponse est non, commencez par rectifiez ce point-ci, il y a de fortes chances que vos imperfections s’en aillent comme elles étaient arrivées.

2. Se laver les mains avant de toucher son visage

Et en particulier avant de vous laver visage. Lorsque l’on passe d’une pièce à l’autre de la maison, on n’a souvent pas conscience que nos mains ne sont pas propres. On dégaine donc souvent le gel nettoyant visage directement sans passer par la case « lavage des mains » : résultat, on rajoute des bactéries sur sa peau et l’on perd du bénéfice de nos rituels beauté. Le bon réflexe ? Prendre le temps de se laver consciencieusement les mains à l’eau et au savon doux avant de laver son visage. Pour un nettoyage efficace, une minute de friction minimum sans oublier aucune zone (notamment les pouces).  

3. Eviter de se toucher le visage dans la journée

Nos mains, sans avoir pourtant fait de travaux salissants particuliers, sont sales et charrient leur lot de bactéries indésirables qui sont le terreau des imperfections (barre du métro, clavier d’ordinateur, smartphone, poignées de porte, bureau…). On évite donc au maximum de se toucher le visage durant la journée (ce qui est bien plus difficile qu’il n’y paraît… vous allez voir, en y faisant attention, vous allez vous rendre compte que vous passez votre journée à vous toucher le visage).

4. Avoir toujours une bouteille d’eau à portée de main

Plutôt que de vous conseiller de boire « plus » ou de vous donner un chiffre forcément faux puisque nous n’avons pas tous les mêmes besoins en eau, mon conseil est de toujours avoir une bouteille d’eau avec soi. Sur son bureau, dans son sac, l’eau doit toujours être à disposition pour que vous puissiez boire à la moindre envie. Ainsi, votre apport sera égal à vos besoins (oui, on peut s’intoxiquer avec de l’eau, pas d’excès stupides à base de « boire ABSOLUMENT tant de litres« ) et vous verrez que vous boirez plus en moyenne. Car combien de fois a-t-on soif mais ne prend-t-on pas le temps de se lever pour aller se chercher à boire/n’a-t-on pas de monnaie pour le distributeur de bouteilles d’eau ? Le secret donc, avoir toujours sa bouteille à portée de main.

5. Dire « oui ! » aux fruits & légumes

Et non pas « non » au chocolat/lait/charcuterie/graisses saturées. Voilà ce que j’ai remarqué. Durant mes longues années de lutte contre l’acné, j’ai testé un nombre de régimes incalculables à base de « suppression du chocolat », puis « suppression des produits laitiers », puis suppression du chocolat ET des produits laitiers… etc… sans résultat ! Et oui, supprimer certains aliments n’implique pas les remplacer par ceux qui vont nous être bénéfiques ! Si je n’ai observé AUCUNE amélioration en supprimant chocolat/lait/charcuterie en revanche j’ai observé une nette amélioration en incorporant d’avantage de fruits et légumes dans mes apports quotidiens. Aucune frustration donc, je donne la priorité aux fruits et légumes et si, après ma pomme j’ai encore faim, je craque sans culpabilité ni aucune conséquence néfaste sur le muffin double chocolat du relai H. Effet sourire garanti.

6. Le thé pour meilleur ami

Lorsque je prends le temps de siroter mon thé le matin, j’ai une plus jolie peau. Mes deux préférés : l’Earl Grey en vrac Twinings pour le petit déjeuner, le BBthé de Kusmi (formulé pour une jolie peau) pour les matinées où je travaille depuis chez moi. Résolution plaisir.

7. Un jus de citron le matin

Je n’en démords pas : ça marche ! Et dès que j’arrête, les imperfections repointe le bout de leur nez sous quelques jours. Pour plus d’infos et d’idées pour rendre l’expérience moins acide, je vous renvoie à cet article où j’en parle plus longuement.

8. Go workout ! (ou plus simplement : faire du sport) Et plus généralement : limiter le stress

Si aucune étude à ce jour n’a démontré de corrélation entre alimentation et acné, son lien avec le stress est aujourd’hui bien établi. L’une des voies reliant ces deux phénomènes est l’inflammation, en effet l’acné est une maladie pour une part inflammatoire et le stress engendre la formation de médiateurs qui vont favoriser l’inflammation à l’échelle de l’organisme entier, n’épargnant donc pas la composante acnéique. Les dermatologues vous le diront, les périodes pré-examens représentent le pic de leurs consultations pour acné !

Trouver des moyens de gérer son stress est donc une voie intéressante pour limiter l’apparition d’imperfections. Et aller courir marche génialement pour moi. L’avantage du sport réside dans tous les médiateurs sécrétés lors de l’effort, le dépassement de soi qu’il suppose, la bonne fatigue qu’il engendre, la fierté qui l’accompagne (J’ai réussi à me bouger et à trouver la motivation pour sortir courir !), le regard nouveau qu’il permet de poser sur son quartier, l’ivresse de courir plus vite sur une chanson qui nous plaît, (les belles fesses des coureurs qui, ça tombe bien, courent plus vite que moi)… Cependant ce n’est pas la seule voie que vous pouvez explorer : autres sports – marche – lecture – yoga – méditation – sophrologie – shopping – musique – peinture – soirée – repas entre amistrouvez l’activité qui vous vous relaxe pleinement  !

9. Être heureux/se

Même voie que le « moins de stress », rien n’est plus bénéfique pour l’éclat du teint que la joie ! Tombez amoureux/se, faites quelque chose qui vous plaît, passez du temps avec les gens que vous aimez, ménagez vous des plages pour vous, réformez tout dans votre vie (même si ce n’est que le temps d’une liste sur papier), entrepenez de grandes choses, osez, sortez, ouvrez les yeux, souriez. N’attendez pas pour plus de bonheur, allez le chercher. Votre peau vous dira merci.

10. Dormir (et avoir un rythme de vie régulier)

C’est mon point d’échec récurrent, mais, que je n’en sois pas encore capable ne lui enlève en rien sa vérité. Je lisais il y a quelques temps une interview d’une mannequin (magnifique) qui disait que son secret, c’était de dormir 15 h par jour. Si je ne crois pas que beaucoup d’entre nous aient le temps de dormir autant (c’est un peu triste aussi, n’avoir plus que 9 heures pour vivre par jour là où souvent j’aimerais en avoir 32)(vous comprenez pourquoi j’échoue si lamentablement au « dormir plus »), faire des nuits de 8 heures minimum et éviter les grands écarts (un soir couchée à 21h, le lendemain à 2h du matin, le surlendemain à minuit et ainsi de suite) est effectivement important pour une jolie peau. Ne serait-ce que pour le teint (les cernes, les traits tirés et le teint grisâtre… bof hein). Donc, au lit plus tôt ! Double effet kiss cool : se réveiller bien reposé(e) = passer une meilleure journée = être plus heureux/se – efficace et dévorer le monde !

11. L’élixir du Marabout

J’ai essayé tous les serums miracles possible, des gammes bio aux crèmes les plus astringeantes, pourtant il n’y a que lui qui a eu un VRAI effet et dont je ne me passe plus depuis… 2 ans ! Il est onéreux, comptez plus de 30€ pour un flacon de 15 ml. A raison de 5 gouttes matin et soir, il dure environ un mois et demi à deux mois. Je l’utilise sur l’intégralité de mon visage en accentuant sur les zones sensibles lorsqu’un bouton vient à pointer le bout de son nez. En plus de traiter efficacement les imperfections, il favorise et accélère la cicatrisation et a une action anti-ride. Un petit flacon magique.

12. Exit les flouteurs de pores

qui les floutent mais surtout les bouchent. Pores bouchés = accumulation de bactéries = imperfections. Si vous avez des pores apparents, préférez un bon soin en institut désincrustant et une routine adaptée (gommages réguliers, masques purifiants/hydratants) dont les effets seront certes plus longs à apparaître mais bien plus pérennes qu’une seule journée glowy pour les dix suivantes peu sympathiques.

13. Exit les cotons/éponges/gants

La chasse aux bactéries ne les épargne pas. Les cotons laissent des résidus trop petits pour être flagrants mais bel et bien là qui contribuent à boucher les pores. Eponges et gants sont des lieux de développement bactérien idéaux : toutes les bactéries retirées de votre visage au premier nettoyage restent pour une bonne part sur le gant (même nettoyé consciencieusement, la seul moyen est de le faire bouillir)(est-ce que vraiment il y en a dans la salle qui font bouillir leur gant après chaque utilisation ?) qui humide devient un bouillon de culture à bactéries. Et le lendemain, vous l’appliquez sur votre visage… pas la meilleure idée…

14. Un fond de teint adapté à son type de peau

Et pour cette partie chacun est différent, c’est donc une longue succession d’essais plus ou moins réussis qui vous attend. Je veux juste attirer votre attention sur le fait que ce n’est pas parce qu’un produit a été acheté en parapharmacie et est sensé être formulé spécifiquement pour les peaux à problèmes qu’il va forcément vous convenir. J’ai eu des poussées d’acné liées à des fonds de teint Vichy, Avène… Si le lendemain d’une application vous avez une poussée d’acné, il y a de fortes chances que ce soit du à votre fond de teint. Un fond de teint qui vous convient ne modifiera pas le rythme d’apparition des imperfections.

J’utilise le fond de teint Anti-blemish solution de Clinique teinte 02 Ivory, formulé pour traiter les imperfection et bénéficiant d’une couvrance excellente.

***

Note : Encore un fois, tous ces conseils sont pour l’après acné/les petites imperfections légères/corriger une tendance aux imperfections. S’ils peuvent vous être également bénéfiques si vous êtes en pleine crise, ils ne seront pas LA solution à votre problème. J’ai perdu énormément de temps lorsque j’avais une acné sévère du fait de conseils du même accabit qui ne pouvaient en aucun cas me débarrasser de mon acné. Si vous avez une acné importante, allez voir un dermatologue, vraiment. Et n’ayez pas peur de dire à votre dermatologue « J’en ai marre, je n’en peux plus« . Il vous aidera. Et ces petits conseils d’aide accessoire prendront doucement le relai au fur et à mesure de l’extinction de votre acné.

Si cet article vous a parlé, je parle de mon expérience également dans ces deux autres billets :

Témoignage

Acné vs Roaccutane : des produits de beauté ad’hoc pour traiter, hydrater et faire cicatriser

 

 Belle journée à tous !

Laisser un commentaire - 2

Le citron, mon astuce bien-être


Le citron, mon astuce bien-être - Beauté - Miss Blemish

Aujourd’hui je vous parle de ma petite arme magique bien-être : le jus de citron bu à jeun le matin. Jolie peau, forme au top, ligne ad-hoc, je suis ce petit rituel depuis un an, tous les matins, et je ne m’en passerais plus ! Bénéfices, problème d’acidité et comment boire son jus de citron pour que cela ne vire pas à la torture, je vous dis tout ! En musique ? Par là

Effets bénéfiques du citron

Une jolie peau : véritable arme anti-imperfections

Coupe-faim : avant, je mangeais mes quatre toasts et à 11h mon ventre hurlait à la mort, maintenant je termine péniblement deux toasts et je survis jusqu’à 14h (heure à laquelle je peux enfin manger après ma matinée à l’hôpital) sans sourciller. Magique !

Une bonne dose de vitamine C – excellent pour booster ses défenses naturelles (et ne plus avoir à prendre les ignobles comprimés goût orange pour se complémenter)

Une meilleure forme. Ce dernier point est très subjectif mais depuis que je prends du citron le matin je me sens globalement mieux. Je m’en aperçois vite lorsque je ne me plie pas à ce petit rituel pendant plusieurs jours.

Pour les buveurs de thé, le citron atténue l’effet « anti-fer » de la théine. De quoi vider la théière sans culpabilité.

Et bonus, le citron est le fruit le moins sucré que vous puissiez trouver donc très peu de calories dans la balance de la journée.

Le citron, mon astuce bien-être - Beauté - Miss Blemish

Quid de « l’acidité » du citron ?

Quand j’ai commencé à consommer du citron le matin (cul-sec et à jeun) j’avais peur de me faire plus de mal que de bien car j’étais sujette aux brûlures d’estomac. Mettre de l’acide sur un estomac déjà capricieux, bon, on aurait pu croire que ce n’était pas vraiment l’idée du siècle. Eh bien j’avais complètement tort. D’abord pour toutes les raisons citées ci-dessus qui ont fait d’une cure sensée être momentanée un véritable rituel matinal depuis un an mais, bonus, je n’ai plus de brûlures d’estomac depuis que je m’y plie. Paradoxal ? Pas tant que ça… je vous explique.

Pour mieux comprendre : L’indicateur en chimie utilisé pour juger de l’acidité d’un composant est le pH. L’échelle de pH va de 0 (le plus acide, comme du citron) à 14 (le plus basique comme de la javel), 7 étant la neutralité.

Le citron a un pH de 2,3 soit acide. Cependant, au cours de sa digestion par l’estomac, ses métabolites (c’est-à-dire les molécules obtenues à partir du citron par réaction chimique) ne sont pas acides mais basiques (pH > 7) et donc ont tendance à diminuer l’acidité gastrique. Ces effets de « désacidification » de l’estomac seraient variables d’une personne à l’autre, selon la capacité de chacun à digérer le citron correctement.

C’est certainement de cet effet de désacidification que le citron tire toutes ses vertus : il rééquilibre le pH de l’estomac mis à mal par la consommation de viandes et de graisses essentiellement. Le système digestif jouant énormément sur notre bien-être, notre santé et l’éclat de notre peau, le citron fait un ménage bénéfique à tous les niveaux.

Le citron, mon astuce bien-être - Beauté - Miss Blemish

Comment boire son jus de citron ?

Pour bénéficier de toutes ses vertus, presser le citron et le boire immédiatement après. Les vitamines commencent à s’altérer dès 5 minutes après avoir coupé les fruits du fait de leur oxydation par le dioxygène de l’air.

Version puriste

Seul, cul-sec. Pas très agréable, surtout que l’acidité laisse un arrière-goût désagréable. Mais si vous êtes très sensible et pas très friands des goûts acides, c’est sans doute la solution la plus rapide et moins « douloureuse ».

Avec de l’eau tiède 

Je trouve que cela renforce le goût acide (au lieu de le diluer vraiment), il y en a une plus grande quantité à boire (adieu le cul-sec, bonjour longue torture des papilles) et la chaleur dénature le citron (moins de vitamines, diminution de l’effet waouh). L’assurance donc de ne s’y plier que quelques matins pour abandonner bien vite l’idée. On pourrait rajouter du sucre mais se serait rajouter des moins aux moins : plus de sucre, moins de vitamines, moins d’effets waouh… plus aucun intérêt !

Avec de l’eau froide

Extrêmement désagréable et acide

En cocktail

Ma solution favorite ! Le citron se plie extrêmement bien à l’exercice et le mélanger à d’autres jus de fruits ne dénature absolument pas son effet tout en rajoutant une bonne dose de bonne humeur, de vitamine et de mmmmmh à l’expérience. Je pense que c’est la solution à choisir pour le long terme : la gourmandise est la meilleure des alliées des bonnes résolutions.

Pré-requis : des jus de fruits 100% pur jus sans sucres ajoutés.

Le citron, mon astuce bien-être - Beauté - Miss Blemish

 Astuce : J’ai remarqué (et je n’ai aucune explication sur ce phénomène, si vous avez une idée…) que le rendu du cocktail était moins acide au goût lorsque j’ajoutais le jus de citron en tout dernier. Si vous êtes très sensible à l’acidité cela pourra peut-être vous aider.

Voilà, j’espère que ce petit article vous a plu et qu’il ensoleillera vos matins !

Petit bonus : des cartes pro-citron à télécharger (pour votre frigo mais surtout pour sourire) en cliquant sur l’image ci-dessous 

Le citron, mon astuce bien-être - Beauté - Miss Blemish

Edit : quelques précisions

Comme beaucoup d’entre vous l’ont souligné, le citron reste un fruit extrêmement acide qui peut attaquer l’émail des dents, les gencives comme le système digestif. N’ayant pas eu affaire à ces problèmes jusque-là c’est en toute bonne foi que je ne les ai pas abordés.

Sur ces points chacun est différent, je ne pourrais donc pas faire de généralité qui convienne à tous. Vous pouvez essayer et ajuster ensuite selon les effets sur votre organisme. L’idée est bien évidemment que vous vous appropriez ce petit rituel pour le mettre à votre sauce et trouver la combinaison qui vous convienne. Il se peut même que cela ne vous convienne pas du tout ! On me parlait des ulcères, il est bien évident qu’avec un ulcère, boire du jus de citron est la dernière chose à faire. Mais le cas échéant, votre médecin vous a certainement mis en garde et donné des consignes concernant votre régime.

Un citron entier, un demi-citron, tous les jours, plusieurs fois par semaine, une fois par semaine, une semaine par mois en cure… trouvez la combinaison qui vous correspond ! L’idée n’est vraiment pas d’aller se ruiner la santé, pour la bonne et simple raison qu’il s’agit d’abord et avant tout d’une astuce « bien-être ». S’il n’est pas au rendez-vous, plus aucun intérêt !

Ajustez, essayez, combinez, c’est vous l’artiste !

 

Laisser un commentaire - 9

Bien manger pour un cerveau au top de ses performances


Bien manger pour un cerveau au top de ses performances - Alimentation - Healthy Life - Miss Blemish

Crédit Photo : Unsplash

« Le cerveau est loin d’être indifférent à ce qui se trouve dans notre assiette » a conclu le Dr. Huberfeld après deux heures de cours traitant de l’influence de l’alimentation sur le fonctionnement cérébral. Sachant que le cerveau qui ne pèse que 2% du poids total du corps représente pourtant 20% de l’énergie consommée par l’organisme, il n’est pas étonnant que chercheurs et médecins se soient intéressés à la relation liant aliments et cerveau.

L’idée de cet article est venue de mon amie S. qui en sortant du cours m’a fait la réflexion que tout le monde devrait avoir accès à ce genre d’enseignement car ce sont des choses très simples à mettre en pratique mais que l’on ne peut hélas pas inventer si on n’en a jamais entendu parler. En effet, si chaque année tous les magazines nous expliquent comment perdre nos kilos superflus à coup de régimes venant à bout de notre motivation en quelques jours, personne ne vient nous expliquer qu’en enrichissant notre alimentation de tel ou tel fruit/féculent/céréale/viande nous aiderons nos neurones à mieux fonctionner. Or il y a certainement là de quoi trouver une motivation suffisante à manger mieux et ce pour longtemps.

Cette approche de la nutrition est intéressante en ce qu’elle permet de ne pas négliger les besoins physiologiques de notre organisme qui se retrouve trop souvent laissé pour compte dans des régimes qui déséquilibrent la balance des apports journaliers à dessein de perdre toujours plus en un minimum de temps. Elle peut également être une corde de plus à notre arc notamment dans les périodes où nous en demandons beaucoup à notre cerveau (les révisions, les examens…).

Je ne vais pas retranscrire ici les mécanismes impliqués, les cibles particulières et les effets de chaque aliment précisément (quelle vitamine, quel bénéfice…), j’en serais bien incapable et ce n’est pas la vocation de mon blog de partager un contenu scientifique documenté. Les curieux trouveront des articles bien mieux écrits et plus rigoureusement détaillés que je ne pourrais jamais le faire sur internet ou dans les magazines scientifiques qui proposent un contenu bien souvent passionnant. Mon but ici est de partager le plus clairement et le plus simplement possible quelques conseils glanés durant ce cours ainsi qu’une liste des aliments « amis » du cerveau … Ainsi, la prochaine fois que vous irez au supermarché, peut-être au détour d’un rayon vous direz-vous en voyant tel ou tel produit : « tiens, je vais en prendre et essayer, il paraît que c’est bon à la santé »… Et contrairement à ce vous croyez « bon à la santé » ne rime pas toujours avec plat, fade et ennuyeux. Après tout, dans « Bon à la santé », il y a « Bon » aussi.

1.      La liste des aliments amis

Cacao, chocolat noir (vous voyez, ça commence bien)

Kiwi, baies (fraises, framboises, mûres, myrtilles…), agrumes (jus d’orange…), raisin

Thé vert, vin (surtout rouge)(en quantités raisonnables bien sûr), lait, lait de soja

Amandes, « graines » (tournesol, lin, chia…), noix du brésil, noisettes, noix, cacahuètes, céréales

Légumes en général, Lentilles, haricots secs, courge, champignons, asperges, avocat, olives, laitue, haricots, épinards, huiles végétales (olive, colza, lin, noisette, noix…)

Huîtres, krill, poissons sauvages +++ (les poissons d’élevage auraient une moins grande qualité nutritionnelle), poissons gras (saumon…), foie de poisson

Volaille (foie +++, poulet, dinde), jaune d’œuf, veau, viande rouge, foie (volaille dont dinde, veau, bœuf, agneau)

Poivre noir, curcuma (présent également dans le « curry » qui est en fait un mélange d’épices), levure

2.      La liste des aliments ennemis

LE FAST-FOOD et les graisses saturées, source de beaucoup de calories et mais surtout de « mauvaises » calories, tuent notamment les connexions neuronales. De plus il a été prouvé qu’un apport calorique trop important diminue l’espérance de vie…

3.      Ce qu’on vous a toujours dit sur le sport… est VRAI.

Le sport est « bon à la santé » et au-delà de ses nombreuses vertus pour le reste de l’organisme, il participe lui aussi à améliorer le fonctionnement du cerveau.

 

« Donc si vous mangez ce midi au McDo, allez le chercher en courant »

 

D’après le cours du Docteur Huberfeld, Faculté de Médecine Paris VI – Pierre et Marie Curie 

Laisser un commentaire - 1