Beauté

Ma Bedtime routine toute en douceur


Ma Bedtime routine toute en douceur - Slow lifestyle - Bien-être - Miss Blemish

Chaque soir est le théâtre ici d’un mini-défi rarement accompli : me coucher avant minuit. Cela fait longtemps maintenant que je peine à abandonner derrière moi la journée écoulée, ma créativité et mon énergie décuplées dès le soleil couché. Avec raison sûrement puisque pendant longtemps c’étaient ces instants qui étaient dédiés à tout ce que j’aime et ne trouvait pas sa place dans mes journées. Pourtant, si la privation de sommeil peut nous faire toucher du doigt un temps l’impression sublime d’être de ces « warriors » que rien ne peut arrêter, il en va toujours de même quelques jours plus tard à l’arrivée : beaucoup de sommeil à récupérer, toute l’avance gagnée oubliée et à long terme, quelques malus côté santé.

Avec le stress que les dernières semaines ont charrié, j’ai ressenti le besoin il y a une semaine tout pile de renouer avec les gestes doux, attentifs et lents qui m’accompagnent à l’heure du coucher par périodes plus ou moins longues et avec plus ou moins d’assiduité depuis quelques années. J’ai ainsi repris pied et rendez-vous avec ce moment rien qu’à moi, cette parenthèse pour m’aider à laisser ma journée derrière moi et le lendemain à demain, me recentrer après l’effervescence du « faire » et accompagner avec douceur la transition du rapide au lent. Dans ma bedtime routine j’ai ainsi glissé de la détente – le relâchement du corps et du coeur -, des sourires et beaucoup de douceur.

Cela fait une semaine que je l’ai retrouvée et m’y astreint avec assiduité et je me sens si apaisée depuis – comme à nouveau moi après quelques jours gris – que j’espère très fort cette fois ne pas arrêter sitôt la crise passée mais voir ces gestes au présent – véritables gardes-fou du trop plein – m’accompagner longtemps. Prévenir les crises plutôt que d’y pallier, je vois tous ces gestes comme autant de sas qui préparent avec douceur le lit du sommeil en laissant à ses portes soucis passagers, mauvaise humeur et anxiété pour un sommeil qui – s’il n’est pas encore assez long – est au moins de « bonne qualité » – cauchemars, réveils intempestifs et ruminations alarmées oubliées.

J’espère que ces astuces pourront vous aider, vous inspirer et vous donner quelques idées pour créer votre propre bedtime routine toute en légèreté. 

Ma Bedtime routine toute en douceur - Slow lifestyle - Bien-être - Miss Blemish

– Ma Bedtime routine toute en douceur –

  • Le cadre

Il est difficile de laisser retomber la pression et lâcher prise avec tout ce qui serait à faire encore s’il n’était pas déjà si tard si le désordre règne dans la pièce où vous dormez. Ce n’est pas la partie la plus facile pour moi qui suis depuis longtemps assez désordonnée mais j’essaie depuis le début de l’année de doucement y remédier de petites habitudes qui riment avec « ranger » glissées tout au long de la journée. C’est encore vacillant mais peu à peu, de quelques objets remis à leur place en début et fin de journée, l’espace est devenu bien plus clair.
J’essaye au maximum de rendre l’endroit où je dors calme et agréable : des draps frais, une chambre aérée et pas trop chauffée – mon défi cette année – une tenue confortable, les appareils électroniques éteints et une lumière douce comme pour annoncer le glissement veille/sommeil. L’idée est de réduire les stimulations extérieures pour pallier à la culpabilité des tâches à accomplir nous sautant aux yeux et pouvant réinitier à nouveau un mouvement vers le faire à l’heure où l’on essaye pourtant de se dire la journée belle et bien terminée.

  • 20 minutes pour méditer

Je n’ai pas encore trouvé de méthode plus apaisante que celle-ci pour me recentrer. Quelques minutes de pratique suffisent souvent – quelques cycles de respiration – pour qu’instantanément la pression retombe et la fatigue prenne sa juste place au premier plan. Le soir j’aime m’installer sur mon lit, assise en tailleur sur un coussin, un autre dans mon dos et un sur mes genoux pour poser mes mains avec un gros pull chaud et un plaid pour être sûre de ne pas avoir froid – ce qui arrive souvent lorsque l’on passe du rapide au lent. Je lance ma session du jour sur l’application Headspace et me laisse guider au fil des exercices, les yeux fermés. Si je suis vraiment fatiguée et que je sens qu’un séance complète sera trop longue, je remplace ma longue séance par une session SOS de 3-4 minutes qui sont également proposées sur l’application et sont vraiment utiles en dépannage. 

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’application Headspace, vous pouvez lire l’article que j’ai consacré à la méditation et où je parle plus longuement de cette application : Un pas vers soi (puis deux… puis trois…)

  • Une lecture positive sur papier

Le juste avant de dormir est le moment que je réserve aux magazines doux, positifs et inspirés parmi lesquels on peut sur ma table de nuit trouver Simple Things & Flow. Je lis un ou deux articles avant de me coucher en même temps que le rituel que je vous explique au point suivant. Les jolies idées ont ainsi toute la nuit pour trouver à germer, se connecter, se combiner et être cueillies sitôt levée.

Ma Bedtime routine toute en douceur - Slow lifestyle - Bien-être - Miss Blemish

  • Masser mains et pieds

Je crois bien qu’il s’agit de ma partie préférée. Le massage des mains et des pieds est je trouve infiniment relaxant et cela m’endort à tous les coups ! J’utilise en ce moment de l’huile d’argan bio connue pour ses vertus nourrissantes – particulièrement douces pour ongles et cheveux – mais vous pouvez utiliser n’importe quelle huile pour le corps ou encore votre une crème hydratante habituelle – idéale les soirs fatigués puisqu’elle pénètre plus rapidement.

  • S’hydrater

Juste avant d’éteindre la lumière, je bois une grande tasse de tisane, de thé détéiné ou d’eau fraîche. Côté tisane, je bois beaucoup celle de Pukka aux trois menthes conseillée par Victoria dans son billet 5 tisanes utiles à avoir chez soi et côté thé, le Love is Zen de Lov Organic au bon goût de pommes et d’épices est mon préféré au coucher.

  • Les mercis de la journée

Lumière éteinte et yeux fermés, je reprends le rituel que nous avions avec mon papa lorsque j’étais petite d’après l’histoire du soir se rappeler trois choses positives de la journée. Ainsi je repasse le film et distribue les mercis de ma journée. Et je crois qu’il n’est rien de plus doux que de s’endormir un sourire aux lèvres et pleine de gratitude.

Ma Bedtime routine toute en douceur - Slow lifestyle - Bien-être - Miss Blemish

Au total, ma bedtime routine s’étale entre 15 et 30 minutes selon que j’aie opté pour une session longue ou courte pour méditer mais si cela peut sembler long, voire fastidieux avant d’avoir essayé – je défie quiconque de résister à l’étape massage des mains – ce temps pris est un temps gagné en facilité à s’endormir après et en qualité d’un sommeil apaisé.

Et vous, à quoi ressemble votre bedtime routine ?

Laisser un commentaire - 19

Les bienfaits d’un hammam pour la peau à la maison


Beauté - hammam pour le visage maison 1

C’est un vendredi, le ciel est bleu bleu bleu, il fait beau beau beau mais aussi froid froid froid, on vient d’arriver en Normandie. On est assis dans la véranda et on tartine déjà nos respectivement deuxième et troisième tartines de Nutella – c’était avant l’arrivée triomphante du Nocciolata – dans de la brioche de boulangerie – ce qui résume à merveille je trouve, la magie des retours à la maison, la brioche vient de la boulangerie – en racontant les péripéties de la semaine. Je ne sais plus très bien comment – hormis que l’on avait déjà les deux pieds pris dans l’euphorie du vendredis – celle qui donne au week-end des airs d’éternité – pendant que l’on était en plein brain-storming sur ce que l’on ferait de ces deux jours devant nous, l’amoureux lance un « piscine » et sa maman un « ah mais vous pourriez aller au petit spa de la ville d’à côté, c’est sympa, pas trop grand et ils font des entrées à la journée ». Et il se trouve que c’était exactement ce dont on avait envie, s’offrir une petite folie.

Nous voilà donc samedi matin, un short de bain et un une pièce rouge rouge rouge sous pulls et manteaux, poussant les portes à battants blancs du petit-spa-de-la-ville-d’à-côté en se demandant encore bien comment se résoudre à se mettre par ce froid en maillot de bain. Un grand souffle d’air chaud et humide plein de chlore et de sel est venu muettement répondre à cette question et déjà nous nous retrouvions nus pieds, en maillot, nos serviettes dans nos mains et un peu empruntés, comme si l’hiver nous avait volé la bonne manière de faire. Après l’eau tiède des douches qui imbibe mollement le tissu des maillots rangés depuis trop longtemps, on est allés sur la pointe des pieds se réfugier dans l’enceinte saturée de vapeur et d’huiles essentielles – énergisantes annonçait la pancarte à l’entrée – du hammam. Et là, ça a été un peu la catastrophe. J’en suis ressortie le visage rouge écrevisse, pas du tout mais alors pas du tout mise à mon avantage. Je suis passée sous l’eau froide – le fameux rituel qui semble horrible et qui pourtant après un quart d’heure dans une étuve fait un bien fou – et ai tenté de profiter du reste de notre longue matinée sans trop penser à l’état de ma peau. C’est quelques heures plus tard que c’est devenu intéressant. Ma peau redevenue « normale » – et non pivoine – était plus nette, plus claire et plus douce qu’à son habitude et mes menues rougeurs quotidiennes envolées. De fait, les minuscules marques qu’il me reste de mes anciens problèmes de peau s’en voyaient considérablement estompées. Je n’ai jamais eu une aussi belle peau que ces cinq jours qui ont suivi. Du coup, j’ai décidé d’essayer de reproduire cet effet sur mon visage à la maison et… ça marche ! 

La marche à suivre ultra simple (et que vous avez probablement déjà fait une fois dans votre vie)

Vos huiles essentielles/votre mélange tout fait/une infusion au thym/des herbes de Provence (au choix), de l’eau bouillante, une large serviette pour recouvrir votre tête au dessus du bol et ainsi garder le maximum de vapeur – c’est tout ce dont vous avez besoin !

Installez-vous au calme, prévenez les gens autour de vous (s’il y en a) de ce que vous faites – histoire que l’on ne vous bouscule pas – et positionnez votre tête au dessus du bol, suffisamment haut pour ne pas vous brûler – encore une fois le but n’est pas de se blesser.

J’utilise pour ma part un mélange tout fait pour inhalations qui contient de l’huile essentielle d’eucalyptus et de niaouili – réputée pour ses vertus anti-bactériennes – parce que je n’ai absolument aucune connaissance en matière d’huiles essentielles et que ce ne sont pas des choses à manier sans précaution – et que je préférerais si possible ne pas m’intoxiquer – le but étant quand même de prendre soin de moi.

Une fois toute la vapeur épuisée et l’eau tiède, comme au hammam, direction la salle de bain et le robinet sur la position froide, rincez abondamment votre visage. C’est ce qui permet de rincer l’eau issue de votre transpiration, de laver ainsi les impuretés et de resserrer les pores. Lavez votre visage avec votre savon habituel puis appliquez votre crème de jour/nuit. Et c’est tout ! 

N.B 1 : Pour que cela dure un peu plus longtemps, lorsqu’il n’y a pratiquement plus de vapeur, vous pouvez souffler légèrement sur la surface ce qui va prolonger un peu l’effet vapeur.

N.B 2 : comme dans ma petite expérience hammam, vous serez probablement un peu rouge dans les deux heures qui suivent mais après votre peau s’en verra vraiment éclaircie avec une tendance à rougir nettement diminuée et donc si comme moi vous souffrez de petites marques elles s’en verront significativement estompées.

Quand ça ? 

Après la douche et m’être lavé les cheveux, juste avant de les sécher.

Après le sport (mais pas à chaque fois hein)

Combien de fois par semaine ?

Je le fais au moins une fois, le plus souvent deux.

Beauté - hammam pour le visage maison 2

 

Et toi, c’est quoi LE geste beauté qui te fait du bien en ce moment ?

Laisser un commentaire - 14

Bien manger pour un cerveau au top de ses performances


Bien manger pour un cerveau au top de ses performances - Alimentation - Healthy Life - Miss Blemish

Crédit Photo : Unsplash

« Le cerveau est loin d’être indifférent à ce qui se trouve dans notre assiette » a conclu le Dr. Huberfeld après deux heures de cours traitant de l’influence de l’alimentation sur le fonctionnement cérébral. Sachant que le cerveau qui ne pèse que 2% du poids total du corps représente pourtant 20% de l’énergie consommée par l’organisme, il n’est pas étonnant que chercheurs et médecins se soient intéressés à la relation liant aliments et cerveau.

L’idée de cet article est venue de mon amie S. qui en sortant du cours m’a fait la réflexion que tout le monde devrait avoir accès à ce genre d’enseignement car ce sont des choses très simples à mettre en pratique mais que l’on ne peut hélas pas inventer si on n’en a jamais entendu parler. En effet, si chaque année tous les magazines nous expliquent comment perdre nos kilos superflus à coup de régimes venant à bout de notre motivation en quelques jours, personne ne vient nous expliquer qu’en enrichissant notre alimentation de tel ou tel fruit/féculent/céréale/viande nous aiderons nos neurones à mieux fonctionner. Or il y a certainement là de quoi trouver une motivation suffisante à manger mieux et ce pour longtemps.

Cette approche de la nutrition est intéressante en ce qu’elle permet de ne pas négliger les besoins physiologiques de notre organisme qui se retrouve trop souvent laissé pour compte dans des régimes qui déséquilibrent la balance des apports journaliers à dessein de perdre toujours plus en un minimum de temps. Elle peut également être une corde de plus à notre arc notamment dans les périodes où nous en demandons beaucoup à notre cerveau (les révisions, les examens…).

Je ne vais pas retranscrire ici les mécanismes impliqués, les cibles particulières et les effets de chaque aliment précisément (quelle vitamine, quel bénéfice…), j’en serais bien incapable et ce n’est pas la vocation de mon blog de partager un contenu scientifique documenté. Les curieux trouveront des articles bien mieux écrits et plus rigoureusement détaillés que je ne pourrais jamais le faire sur internet ou dans les magazines scientifiques qui proposent un contenu bien souvent passionnant. Mon but ici est de partager le plus clairement et le plus simplement possible quelques conseils glanés durant ce cours ainsi qu’une liste des aliments « amis » du cerveau … Ainsi, la prochaine fois que vous irez au supermarché, peut-être au détour d’un rayon vous direz-vous en voyant tel ou tel produit : « tiens, je vais en prendre et essayer, il paraît que c’est bon à la santé »… Et contrairement à ce vous croyez « bon à la santé » ne rime pas toujours avec plat, fade et ennuyeux. Après tout, dans « Bon à la santé », il y a « Bon » aussi.

1.      La liste des aliments amis

Cacao, chocolat noir (vous voyez, ça commence bien)

Kiwi, baies (fraises, framboises, mûres, myrtilles…), agrumes (jus d’orange…), raisin

Thé vert, vin (surtout rouge)(en quantités raisonnables bien sûr), lait, lait de soja

Amandes, « graines » (tournesol, lin, chia…), noix du brésil, noisettes, noix, cacahuètes, céréales

Légumes en général, Lentilles, haricots secs, courge, champignons, asperges, avocat, olives, laitue, haricots, épinards, huiles végétales (olive, colza, lin, noisette, noix…)

Huîtres, krill, poissons sauvages +++ (les poissons d’élevage auraient une moins grande qualité nutritionnelle), poissons gras (saumon…), foie de poisson

Volaille (foie +++, poulet, dinde), jaune d’œuf, veau, viande rouge, foie (volaille dont dinde, veau, bœuf, agneau)

Poivre noir, curcuma (présent également dans le « curry » qui est en fait un mélange d’épices), levure

2.      La liste des aliments ennemis

LE FAST-FOOD et les graisses saturées, source de beaucoup de calories et mais surtout de « mauvaises » calories, tuent notamment les connexions neuronales. De plus il a été prouvé qu’un apport calorique trop important diminue l’espérance de vie…

3.      Ce qu’on vous a toujours dit sur le sport… est VRAI.

Le sport est « bon à la santé » et au-delà de ses nombreuses vertus pour le reste de l’organisme, il participe lui aussi à améliorer le fonctionnement du cerveau.

 

« Donc si vous mangez ce midi au McDo, allez le chercher en courant »

 

D’après le cours du Docteur Huberfeld, Faculté de Médecine Paris VI – Pierre et Marie Curie 

Laisser un commentaire - 1