Les jolies plumes

30 minutes


 

avance

J’étais en avance de cette avance un rien pénible qui promet des minutes longues sans pour autant laisser plus de temps que celui d’un simple aller-retour chez soi. Des minutes à blanc en quelque sorte, denrée rare pour la retardataire que je suis, un peu malgré moi, devenue. D’abord agacée et incertaine de ce que je ferais de ce temps libre qui m’était comme imposé, je décidais d’en profiter pour me balader un peu. Quitte à n’avoir rien à faire, autant profiter du quartier où je me rendais. Je descendais donc une station plus loin que mon rendez-vous, décidée à les joindre à pied.

Un marché m’attendait en haut des marches. Je n’avais rien à acheter mais je me baladais tout de même au milieu des étals. J’entrai dans une petite boutique que je n’avais jamais remarquée. De jolis bijoux, un peu de vaisselle, quelques coussins et des carnets. La vendeuse me rendis mon sourire lorsque je ressortis. Je regagnais le trottoir lorsque tout à coup je réalisai : j’étais détendue. Je sortais d’examens et pour la première fois j’étais à Paris et détendue. Je ne courais pas ou plus. Momentanément, j’avais le temps. Je fus tentée, et ce juste le temps de demander leurs tarifs, par quelques séances d’aquabiking proposées par un établissement flambant neuf. Promptement et les yeux encore écarquillés de surprise, je décidais que j’en resterais à ma course à pied et mon petit vélo d’appartement pour avoir de belles jambes. Si une telle somme d’argent devait être dépensé, ce serait pour cinq jours de voyage. Peut être une ville du nord. Copenhague ? Alors que je bataillais encore avec mes pensées sportives, un vieux monsieur me bouscula avec une force que contredisait sa démarche dandinante et sa silhouette voûtée. Déboussolée je me retournais pour vérifier que je l’avais bien vu. Aucun doute possible, derrière ce vieillard à l’allure frêle se cachait une poigne encore ferme.

Un peu plus loin je traversais et prenais place sur le premier banc du parc qui s’offrit à moi. À ma droite, la pelouse sur laquelle nous avions pique-niqué en attendant les feux du quatorze juillet. Cela semblait tour à tour si proche, si lointain, inaccessible. Le McDo froid‚ les amis, l’expédition glacée, les roses sucrées sur cône d’Amorino, la foule et les ponts bloqués par les forces de police. Je me souvins d’avoir murmuré je t’aime sur le chemin de graviers blancs, puis sous les arbres nous assis sur le bitume jouxtant le quai Branly. C’était comme sauter dans le vide, et ce soir-là, je ne crois pas qu’il m’ait entendue. Peut-être à cet instant le disais-je plus pour moi que pour nous. Sûrement. Je me fis la réflexion que c’étaient là des choses bien étranges que les souvenirs et comme toute réflexion elle passa, balayée par la vie qui continuait à son rythme, là où mon esprit avait décidé de se mettre sur pause.

Dans le parc les coureurs étaient tous affairés à leur ballet. J’avais sorti la feuille de brouillon couleur pêche de l’épreuve que je venais de quitter et je notais quelques idées lorsqu’un moineau, puis une kyrielle de moineaux vinrent me tirer loin du stylo. J’eus l’impression que c’était la première fois que je regardais d’aussi près et attentivement ces curieux petits oiseaux. C’était faux bien sûr, j’oublie juste entre chaque fois tous ces détails comme le bleu nuit qui perce parfois entre deux plumes blanches. Sur le banc à côté du mien des touristes leur donnait les miettes de leurs sandwichs. C’était l’émeute.

Je me remis en marche, déjà il était l’heure. J’appelais encore pour une annonce mais je tombais sur une messagerie saturée. Cet appartement ne serait pas encore le bon apparemment. J’arrivais devant la station où nous nous étions donné rendez-vous et, pour la première fois depuis longtemps j’étais à l’heure et mieux ! en avance. Sans avoir couru.

***

Ce texte a été rédigé dans le cadre de l’atelier des jolies plumes, un collectif de blogueurs qui chaque mois se réunit autour d’un thème. Ce mois-ci, le thème était « Première fois ».

Envie de nous rejoindre ? Ecrivez à latelierdesjoliesplumes@gmail.com

 

Laisser un commentaire - 1

Le poids du chagrin


ruelle

La main serrait encore la crosse du revolver chaud quand l’air soudain se fit lourd et silencieux. Il n’y avait plus que la rue muette, aveuglée de soleil, et, à son zénith, le tremblement fin du canon qui avait déchiré l’espace et laissé s’engouffrer le néant. La brèche dans la fine toile du réel laissait entrer cris, pleurs et tremblements de passés pas tous si lointain. 

L’arme vint frapper le sol dans un grand fracas. Des gouttes d’une sueur épaisse dessinaient travées et sillons sur la peau douce et dorée de ses joues devenues diaphanes. Droite et immobile, elle attendit que les derniers tressautements des jambes de l’Homme s’estompent puis cessent totalement. Le sang chauffé à blanc sur le bitume noir gorgeait l’asphalte soudain transformé en monstre assoiffé. La réalité perdait ses contours. La chaleur laissait vibrer l’air, les couleurs se mélanger, les odeurs exhaler et pourrir. 

Elle ferma les yeux un instant, vacilla, puis, se ressaisissant juste à temps avant de s’écrouler, rouvrit les yeux, regarda autour d’elle. Des murs de brique encerclaient l’impasse déserte. Des poubelles qui s’y adossaient  dépassaient les ordures des riverains et du petit restaurant mexicain qui faisait l’angle. Des odeurs d’huile rance et refroidie épaississaient l’air déjà saturé de chaleur et de poussière. Au sol, abandonné, le panier du chat solitaire que le quartier nourrissait généreusement des restes de ses repas et, plus loin, l’escalier qui montait lascivement jusqu’à la gargote dans laquelle l’Homme avait vécu, peut-être, toute sa vie durant. Dix-neuf marches d’un bois élimé, surmontées par une rambarde de fer rongée par les pluies acides de la région agricole. 

Ombre qui plane sur corps sans vie, la haine, la colère et la peur cédèrent la place à une sourde angoisse. La seule chose que l’arme n’avait pas réussi à évincer était le gouffre sans fond qui creusait ses entrailles plus profondément encore que l’abysse d’où sortaient les viscères fumantes du chauffard pour jamais condamné à l’arrêt. Le vide engloutissait à chaque instant un peu plus de son essence. La douleur était désormais seule locataire en ce sein qui avait jadis accueilli la vie. Gommée, effacée, il ne restait plus que l’enveloppe, fine membrane vulnérable et bien insuffisante à affronter l’autour vivant. 

Sans un regard pour la réalité du cadavre de l’Homme, sa main gagna la lanière du sac de cuir qui, à ses pieds, gisait. Il était temps de partir, le présent courrait et, irrésistiblement, la rattrapait. D’un geste machinal qui vint cueillir une larme échappée, elle rangea une mèche d’un blond pâle derrière son oreille fine. Ainsi découvrit-elle sous le soleil assassin, l’éclat d’une perle qui pendait. Elle regarda ses mains : elles avaient cessé trembler. 

Elle quitta la rue sans vie et regagna avec le boulevard agité, le monde des vivants. La silhouette gracile découpait maintenant ses contours sur la toile nue des pavés.  Anonyme, elle entra dans le hall de gare et se laissa happer par la presse, la touffeur moite de l’espace confiné, serre n’accueillant nulle plantation que les voyageurs qui fuyaient cet été-ci pour d’autres rivages ensoleillés. De ce bal se dégageait une sourde inquiétude qui vint faire corps avec sa détresse. 

Sa main s’accrochait fermement à la lanière de cuir pendouillant mollement à son bras devenu raide. Le sac gagna le fond de la première poubelle. Tout ce qu’il contenait la rattachait à une vie qui n’était plus. Elle n’avait pas besoin de reliques pour guider un peu plus de souvenirs à elle. Déjà ils s’imposaient, de jour comme de nuit, images sur l’horizon trouble, films pour rêves hantés. Aurait-elle pu les perdre pour jamais dans un sombre néant, immobile et lointain, que sans un regard, elle les y aurait enfermés. Elle leva les yeux vers le tableau d’affichage et choisit son train. Elle serait déjà loin à la date prévue du procès qui ne verrait pas l’Homme sur le banc des accusés. Le jugement avait été rendu de ses mains de mère et il était sans appel. 

Elle monta dans le premier train pour Vienne. Quelques taches d’un rouge carmin ornaient discrètes le bas de son chemisier en voile de coton. Rien ne paraissait pourtant sur son doux visage. Elle se demandait si quelconque miroir arriverait encore à capter un reflet, un contour, une image. Il lui semblait qu’elle avait perdu toute substance, spectre en errance, en transit, en partance. Ce qu’elle était s’était enfui dans un souffle, rendu à l’espace anonyme. Elle s’assit et posant sa joue contre le carreau froid, ferma les yeux.

Le téléphone ce soir-là avait sonné, trois fois. Les mains dans la pâte à tarte qu’elle malaxait avec patience, c’est le temps qu’il lui avait fallu pour empoigner un torchon et à sa suite le combiné. La table était déjà mise, son mari à l’étage, venait de rentrer. Elle pouvait deviner ses allées et venues de leur chambre à la salle de bain aux seuls craquements légers du parquet au-dessus d’elle. Les lumières déjà baignaient la maison et au salon la radio chantait. Une douce odeur de viande et de purée embaumait. 

Bip bip bip

Le fracas du combiné qui explose au sol. Ses mains prisonnières du torchon et soudain son corps qui se tord et se plie, hurle, gémit, crie et s’effondre. Folle. Le bois de l’escalier qui craque avec violence et son mari qui déboule dans la cuisine. Elle hurle toujours au sol, plus rien d’autre ne trouve son chemin d’elle au monde que des cris. Il se penche et l’entoure toute entière, enroule ses bras autour de son corps frêle qui se débat. Ses mains qui heurtent sans succès sa large poitrine font un bruit sourd. Elle hurle, pleure. Longtemps. Si longtemps. Et ses yeux pleins de larmes, elle le regarde enfin. C’est alors qu’il comprend. Son visage blêmit et soudain ses yeux à lui aussi perlent sans retenue. Ils restent longtemps sur le carrelage froid de la cuisine, serrés à en avoir le souffle court et les poignets bleuis. L’odeur de brûlé les alerte. Sans elle peut-être seraient-ils restés à jamais juste à cet endroit-ci, bloqués entre le frigo, la table de la cuisine et le plan de travail. Péniblement, vacillants, ils se relèvent, éteignent le four, le rôti carbonisé, et prennent leurs clés.  Ils partent sans songer à fermer la porte à clé. Tous ces détails qui d’importants passent à anodins, inutiles, sans intérêt. Ils montent dans la voiture. La clé tourne, le moteur vrombit, la voiture quitte l’allée. Le chemin est long. L’hôpital, les sous-sols, la longue chambre aux murs blancs et aux tables d’acier. 

Le drap. 

Blanc, il pend sur les reliefs qui dessinent l’abstrait. 

Rien de tout ça n’est réel. 

Qu’est-ce que la réalité ? 

Tout se mélange, plus rien ne trouve sa place. Une femme dont le menu corps se noie dans une blouse du même tissu incongru parle. Ce sont des mots sans liens qui se télescopent. Elle essaie bien de leur trouver une cohérence, de les assembler mais ils se dissocient dans son esprit. Le médecin hoche la tête, lentement dirige ses mains vers le drap, le soulève et… Arthur. 

Elle se réveille en sursaut. Le train est arrêté sur les voies. Elle ne reconnaît rien au paysage qu’elle aperçoit par la fenêtre. Sans doute sont-ils déjà à la frontière… Péniblement elle essuie ses joues détrempées. Le wagon est calme, tous les passagers sont affairés, nul ne prête attention à elle. Elle goûte au vide et au silence. Rien. Rien. Rien. Ce mot tourne, encore et encore, elle sent au creux le nœud qui noue ses entrailles. Dormir, il n’y a plus que cela qu’elle puisse faire. Dormir et oublier.

***

Ce texte a été écrit dans le cadre de L’Atelier des Jolies Plumes. Chaque mois, blogueurs et blogueuses amoureux des mots se retrouvent autour d’une proposition d’écriture. Ce mois-ci, nous avons composé sur le thème suivant :  

« Hall d’aéroport, quai de gare, siège arrière d’un taxi, aire d’autoroute. Il y a ceux qui partent, ceux qui arrivent, ceux qui fuient, ceux qui attendent. Et il y a vous/votre personnage. »

Envie de nous rejoindre ? Envoyez-nous un petit mot à latelierdesjoliesplumes@gmail.com

Pour suivre toute l’actualité de l’Atelier et lire les textes de tous les participants, vous pouvez suivre notre compte twitter @lesjoliesplumes.

Les textes des autres participants : IllyriaMa Vie de BruneI feel BlueLizzie Austen – Lexie Swing – Dans tes yeux

A très bientôt pour une nouvelle rencontre pleine de mots !

Laisser un commentaire - 0

L’atelier des jolies plumes – When I met the one


Rencontre - l'atelier des jolies plumes - Miss Blemish

Il est des instants où la vie semble se mettre sur pause. D’autres où elle s’affole, d’autres encore où elle flâne. Et puis il y a ces instants où elle fait tout à la fois dans une fébrilité sereine et pressée. Des instants d’évidence angoissée où tout se mélange, tout se rencontre, tout se bouscule. Des instants où c’est justement là, l’Instant. Cet instant où c’est toi, moi, nous, tout et déjà, enfin, encore. Cet instant où ton corps qui m’étreins dit toujours là où nos lèvres murmurent à peine le premier bonjour.

J’ai rencontré Élise un soir d’automne. Il pleuvait à verse comme le veux cette saison en Écosse : le pub ne cessait de se remplir des promeneurs insouciants pris par surprise par la pluie qui avait étonnement pris congé depuis seize heures. J’étais accoudé au bar observant distrait le serveur qui s’agitait en rythme en attendant ma pinte réglementaire. Entre brun et roux, barbu, une chemise à carreau, un serveur écossais né. Il faisait chaud, moite, le parquet glissait, crissait mais la douce lumière orangée qui baignait le bar surchargé où l’on se hêlait de toutes parts dans une joyeuse cacophonie suffisait à faire oublier à chacun le déluge qui les avait rassemblés autour d’un verre.

C’est un léger courant d’air qui, m’arrachant un frisson, me fit me tourner vers la porte battante au moment où elle entra. Elle était trempée au point que ses cheveux châtains clairs commençaient à frisotter sur ses tempes fines et fragiles. Mais ce ne sont pas ses cheveux ni mêmes ses vêtements gouttant tout leur saoul sur le plancher déjà bien amoché qui retinrent en premier mon attention. Non, ce que je vis en premier ce sont ses énormes lunettes cerclées d’un brun moucheté encadrant de grand yeux noisettes. Elle laissa glisser son long et fin parapluie noir à pois blancs dans le seau prévu à cet effet qui déjà débordait puis, passées quelques secondes d’incertitude où elle balaya rapidement la salle du regard, un brin anxieuse, s’approcha du bar. Elle prit place sur le dernier tabouret laissé libre, sur le côté du comptoir me laissant aux première loges pour la contempler. Tout chez elle respirait la douceur. Elle glissa quelques mots au serveur qui approchait puis retira son manteau, un trench noir, découvrant une blouse vaporeuse blanc cassé à motifs bruns ou bordeaux. Un nœud venait épouser le bas de son décolleté couleur de lait, un débardeur sombre laissait secret un soutien gorge que son chemisier n’aurait pas su cacher. Elle sortit un calepin de sa sacoche en cuir ainsi qu’un stylo.

Le serveur posa une tasse fumante devant elle. Avait-elle porté son choix sur un thé ? Un chocolat ? Pourquoi pas même un cappuccino ? Elle avait ce petit air de working girl des villes, la hardiesse en moins, cette douce sérénité qui illuminait ses traits en plus qui rendait le café probable… Je regardais ses mains l’une tenant délicatement sa tasse, l’autre faisant tournoyer une cuillère pour dissoudre le morceau de sucre qu’elle venait d’y glisser. Je n’avais jamais vu tant d’élégance dans une attitude pourtant si discrète et aisée. Elle souriait dans le vide. Elle était belle. 

Puis elle leva la tête et nos yeux se croisèrent. Boum. Un grand fracas. À ces prunelles fixant maintenant muettement les miennes répondait le plus grand des naufrages en mon sein. Je ne sais si je trouvais la force de lui sourire en retour dans cette presse étouffante qui m’enserrait tout entier. Mais je ne la quittais pas des yeux. Elle non plus. Elle me regardait, toujours souriante, sans ciller ni hésiter. Avec sa bouche sur laquelle mes yeux s’attardait je réalisai plein d’effroi, un gouffre insondable s’ouvrant sous moi, que jamais je n’avais connu pareille sensation dans toute cette vie de « Je t’aime » qui soudain passaient de l’émoi tremblant au plus grand des simulacres. Ma vie passée à me fourvoyer. Je la regardais encore, elle si lumineuse au milieu de la pénombre qu’elle venait de jeter sur ma vie. Je finis par lui sourire, aussi fort que je pouvais sourire, espérant que mes yeux disent tout ce qu’elle était trop loin pour entendre. C’était elle. Cette « Elle » avec un E majuscule et des trémolos dans la voix, cette « Elle » que je n’attendais pas, que je n’attendais plus, cette « Elle » dont j’avais bradé la place à une autre qui n’avait que faire de moi.

Je me levais, elle aussi. Nous nous retrouvions à mi-chemin. C’était simple, naturel, surnaturel et pourtant si évident. Elle. Elle qui, ses grands yeux dans les miens, coula ses bras autour de moi, enfouit son visage contre mon torse, m’inonda de sa chaleur et de son odeur de cannelle. J’humais ses cheveux châtains clair et la serrais, si fort. Je volais tout ce que je pouvais prendre à cet instant, la moindre petite parcelle de cette joie qui à peine dévoilée se dérobait déjà. Je m’écartais. Elle était… tellement belle. Ses lèvres vinrent trouver avec douceur les miennes. Sucrées. Elle avait finalement commandé un chocolat chaud. Je goûtais à sa langue goût crème comme au meilleur des desserts, mes mains autour de son visage. Je sentais son souffle, sa poitrine se mouvoir contre mon torse, ses mains s’appuyer d’avantage contre mon dos. C’était Elle, c’était moi, c’était nous et c’était pourtant déjà la fin. Je la regardais encore un instant, muselant toutes ces promesses que je ne saurais tenir alors même qu’elles brûlaient mes lèvres. Je tus notre demain. J’enfilais prestement ma veste de cuir et sortais, aussi vite que je le pus. Je suffoquais. Comment retourner à la morne vie qui était mienne maintenant que j’avais entr’aperçu ce à quoi pouvait ressembler le bonheur ? Je m’éloignais rapidement remontant la rue, des larmes masquées par la pluie battante au bord des yeux.

Cet article a été rédigé dans le cadre de L’Atelier des Jolies plumes, un atelier d’écriture entre blogueurs et blogueuses amoureux des mots.

Intéressés ? Envoyez-nous un petit mot à latelierdesjoliesplumes@gmail.com

Les jolies compositions des autres participantes : XelouCarnet PositifMademoiselle CoquelicotMa Vie de BruneEnvie de PoésieMaman en devenir – Rose doit s’épanouir – I feel blue – Tous ces gens dans ma tête – Lizzie AustenIllyria 

Laisser un commentaire - 1