Sucré

Mon granola gluten free


Mon granola gluten free - Miss Blemish

Si vous me posiez la question : quel est ton petit déjeuner préféré ? je vous répondrais sans hésiter : les céréales. Ou du moins est-ce ce que mes papilles répondraient. Parce que le reste de mon corps – lui – a très tôt manifesté son désaccord et banni de la liste des invités tous ceux dont l’habit était trop riche en fibres leur préférant ceux nappés d’un plus doux attirail. En hôte attentive et désireuse d’éloigner au plus loin le souvenir de mon ventre noué, j’ai fait taire les injonctions à un régime plus riche en crudités – voire même crudivore – si sévèrement rejeté par mon corps et laissé peu à peu de côté mes petits déjeuners favoris pour me tourner vers d’autres alternatives moins agressives. Jusqu’à il y a quelques jours où d’une recette ratée je découvre dans le résultat inattendu et au premier coup d’oeil bien décevant, ce granola gluten free qui me régale en douceur tous les matins depuis.

Cette recette ratée, c’est celle des crêpes moelleuses, vegan et sans gluten de Victoria. Et il n’a pas fallu plus que de remplacer la farine « mix pâtisserie » sans gluten indiquée par de la farine de riz (sans gluten également) pour que l’expérience vire à la catastrophe. La farine de riz donne une consistance très moelleuse, mousseuse et friable aux préparations qui la contiennent et si dans une recette « conventionnelle » de crêpes ça ne se remarque pas, avec celle-ci je me suis retrouvée incapable de retourner ma crêpe une fois la pâte dans la poêle. Alors j’ai retiré la pâte comme j’ai pu et terminé de faire cuire le reste du saladier de la même manière en me demandant bien ce que j’allais pouvoir faire de ces miettes de crêpes agglomérées. Réponse que j’ai eue en les goûtant…

Mon granola gluten free a la texture de la partie de pâte sablée qui a cuit sous les fruits de nos tartes d’été : il est doux, moelleux, humide, pâteux et dense. Tout ce dont pouvait rêver une ancienne amoureuse du porridge qui prenait toujours bien soin – pour les flocons d’avoine comme pour les autres – de faire passer ses céréales au micro-onde avec le lait pour qu’il s’épaississe, gorgé d’amidon. C’est très particulier et c’est pourquoi je vous préviens, l’amoureux trouve notamment ça particulièrement répugnant là où moi j’adore ça ! Tiède, avec du sirop d’érable et un fruit frais, mes petits-déjeuners depuis deux semaines ont des airs de fête ! 

Et j’avais envie d’ouvrir cette parenthèse : j’ai longtemps trouvé difficile – et cela m’arrive encore parfois en période de « moins bien » – de ne pas me retrouver dans les solutions d’autrui découvrant ce qui est « bon » de l’avis commun, ne pas l’être vraiment pour moi… ou en tout cas pas dans les proportions conseillées. Il ne s’agit bien sur ici « que » de réflexions sur l’alimentation et pourtant cela m’a fait prendre conscience de ce besoin d’identification à sources décuplées par internet qui n’est pas bien réaliste et pourtant durement ressenti comme une nécessité. On veut trouver ses réponses et on veut qu’elles soient claires, nettes, tranchées et la nuance, l’incertitude, les tâtonnements, sont souvent vécus comme autant d’échecs et de raisons d’abandonner pour l’extrême inverse qui consiste à faire à peu près tout et son contraire. L’écrit donne une fausse solennité à ce qui ne reste qu’une solution adaptée à une personne, une information, un témoignage et d’un twist singulier mue le tout en une forme de vérité qui nous donne le sentiment qu’il faut l’appliquer. La multiplicité des sources ne rend que plus ardue encore la nécessaire et seule tâche à entreprendre en premier lieu : s’écouter. 

Alors j’espère que si vous aussi vous adorez les céréales, les granolas, les mueslis mais que ce sentiment n’est pas partagé à tous les étages ma petite recette vous donnera l’alternative respectueuse de votre corps que vous cherchiez ou des idées pour la créer !

Mon granola gluten free - Miss Blemish

Ingrédients

250 g de farine de riz complet
500mL de lait d’amande
1 sachet de levure chimique
1 càs d’amandino (ou autre purée d’oléagineux)
Un peu d’eau

Mon granola gluten free - Miss Blemish

Préparation

1. Dans un saladier, mélanger au fouet tous les ingrédients.

2. Faire chauffer une poêle sur feu doux et procéder comme pour des crêpes épaisses. Verser 2-3 louches de pâte (en fonction du diamètre de la poêle) jusqu’à napper entièrement son fond et laisser cuire.

3. Lorsque le dessus de votre crêpe épaisse est « sec », prendre une spatule/une cuillère en bois et gratter la crêpe jusqu’à avoir décollé toute la pâte cuite de la poêle. Vous vous retrouvez avec des grumeaux de pâte cuite.

4. Procéder de même avec le reste du saladier.

5. Laisser refroidir votre granola quelques heures dans une assiette puis le conserver dans un récipient au frigo. Je vous conseille de le consommer dans la semaine qui suit sa préparation. 

Avec ces proportions vous avez entre 4 et 5 bols de Granola

Mon granola gluten free - Miss Blemish

Vous pouvez déguster votre Granola froid ou tiède, nature ou agrémenté de fruits, fruits secs, yaourt… Ce que je préfère le matin c’est avec du sirop d’érable, passé 1 minute au micro-onde, nature ou avec une nectarine.

Mon granola gluten free - Miss Blemish

Et vous, quels sont vos meilleurs alliés au petit déjeuner ?

Laisser un commentaire - 7

Le cheesecake pamplemousse x framboises


Cheesecake pamplemousse x framboises - Cuisine sucrée - Recette - yummy - lifestyle - Miss Blemish

S’il est une chose qui me rend heureuse plus que tout ces derniers temps – en plus des glaces et du beau temps – c’est le retour des jolis fruits d’été sur les étals de marché. Si je résiste encore un peu à certains d’entre eux, ce week-end j’ai craqué pour ces jolies framboises. Mon excuse est toute trouvée, les framboises sont – sans le moindre doute – l’un de mes fruits préférés et dans mes meilleurs souvenirs gourmands se trouvent presqu’en tête framboisiers et jolies tartelettes.

Mes jolies framboises kidnappées, j’ai investi la cuisine avec l’envie de donner une version rose et parfumée – le pamplemousse à la place du citron – à mon cheesecake d’été. Dans cette version que je voulais toute douce et légère, le goût du pamplemousse se fait très très discret et laisse toute la place à la saveur acidulée des framboises que la présence de lait concentré sucré adoucit. J’aime beaucoup cet équilibre entre acide et sucré qui se fait dans ce dessert sans pour autant perdre en fraîcheur et en légèreté. Avec les framboises j’ai souvent eu la sensation qu’il fallait choisir entre une légèreté trop acide ou une saveur écrasée. Je suis donc extrêmement contente d’avoir trouvé – enfin ! – un dessert qui permette de les manger crues sans dénaturer leur goût ni nous faire grimacer !

Cheesecake pamplemousse x framboises - Cuisine sucrée - Recette - yummy - lifestyle - Miss Blemish

Le cheesecake Pamplemousse x Framboises, recette !

Ingrédients

200g de biscuits thé 
75g de beurre doux 
1 beau pamplemousse (non traité de préférence)
400g de faisselle Rians
200g de lait concentré sucré
3 feuilles de gélatine

Optionnel – Quelques gouttes de colorant alimentaire rouge et jaune

Préparation

  1. Écraser finement les biscuits thé et les mélanger au beurre légèrement fondu
  2. Tasser le mélange aux biscuits dans le fond du moule avec le fond d’un verre
  3. Faire ramollir la gélatine dans un grand bol d’eau
  4. Presser le pamplemousse pour récupérer son jus
  5. Faire chauffez le jus de pamplemousse
  6. Essorer la gélatine puis la plonger dans le jus de pamplemousse bouillant. Mélanger énergiquement puis laisser tiédir
  7. Fouetter énergiquement la faisselle Rians puis ajouter le mélange jus de pamplemousse – gélatine
  8. Incorporer le lait concentré sans arrêter de mélanger
  9. Verser le tout dans le moule contenant les biscuits thé et réservez au réfrigérateur 12h au minimum
  10. Décorer votre gâteau de framboises

Pour que votre gâteau soit facile à démouler et transférer dans un joli plat

Avant de commencer à préparer mon gâteau, je prends une grande plaque de cuisson que je recouvre d’une feuille d’aluminium. Ensuite je dépose le cercle sans le fond de mon plat à fond amovible. Ainsi, le fond de mon plat devient la feuille d’aluminium. Une fois cette première étape terminée, je reprends la préparation de mon gâteau normalement (en veillant à ce que mon cercle à pâtisserie soit en position fermée – c’est-à-dire avec le plus petit diamètre).

Après la réfrigération, le gâteau prêt à être dégusté, je passe une lame de couteau entre le cercle et le gâteau pour commencer à le décoller des parois du cercle avant d’ouvrir celui-ci. J’ouvre ensuite délicatement mon cercle à pâtisserie et le sépare du gâteau. Je prépare le plat dans lequel je souhaite mettre mon gâteau, puis je le pose dessus grâce à la feuille d’aluminium. Une fois dans le plat, je déchire les bords ma feuille d’aluminium. Lorsqu’il ne reste plus de l’aluminium que sa partie sous le gâteau, je le fais glisse en passant une spatule ou ma main dessous et récupère l’aluminium resté.

Votre gâteau n’est pas cassé et joliment présenté !

Cheesecake pamplemousse x framboises - Cuisine sucrée - Recette - yummy - lifestyle - Miss BlemishCheesecake pamplemousse framboises 6Cheesecake pamplemousse x framboises - Cuisine sucrée - Recette - yummy - lifestyle - Miss BlemishCheesecake pamplemousse x framboises - Cuisine sucrée - Recette - yummy - lifestyle - Miss BlemishCheesecake pamplemousse x framboises - Cuisine sucrée - Recette - yummy - lifestyle - Miss BlemishCheesecake pamplemousse x framboises - Cuisine sucrée - Recette - yummy - lifestyle - Miss BlemishCheesecake pamplemousse x framboises - Cuisine sucrée - Recette - yummy - lifestyle - Miss Blemish

Le joli plat mauve utilisé sur ces photos vient de chez House Doctor & je l’ai trouvé dans la jolie boutique L’oeil du Jour à Beaugrenelle

Laisser un commentaire - 7

Tapioca banane lait de coco et autres histoires de migraines


tapioca banane lait de coco - Recette - Cuisine Asiatique - Miss Blemish

Mardi, photos patientant et jour de pluie, dès le matin c’est prévu, à la moindre minute volée je viendrai vous parler de la recette toute simple de mon amie C. – tapioca banane lait de coco – qui m’a réconciliée à la banane cuite. Longtemps privée des desserts à la banane réputés délicieux – le banane bread pour ne citer que lui – je ne pouvais garder cette recette antidote pour moi seule !

Mardi n’en avait pourtant pas décidé ainsi… Au creux de ma journée surchargée est venu se nicher un mal de tête comme je n’en avais pas connu depuis très, très longtemps. Après deux averses, le tonnerre et mes tempes qui n’en finissaient plus de hurler, aucune cellule en moi n’a plus trouvé force ou envie d’aligner de jolis mots pour parler d’amour et de tapioca. Eau chaude, pâtes réconfort, crème qui caresse et au lit, voilà tout ce qu’il me restait mardi soir rayon Envies. Et s’il est bien une règle d’or sur ce blog c’est celle-là : régularité oui, se forcer absolument pas !  Je n’ai donc pas lutté contre ce que mon corps me dictait, j’ai ralenti. Depuis, les maux de tête se sont un peu estompés et même si je sens bien qu’ils guettent encore la moindre échappée pour me rappeler à la lenteur, je me sens mieux. Alors aujourd’hui – en plus de ma petite recette gourmande – j’ai envie de partager avec vous ces choses toutes simples vers lesquelles je me tourne systématiquement lors des périodes de moins bien et qui m’aident toujours autant. 

1. Entrer en douceur dans sa journée

Mercredi matin, je lis cet article de Caroline Un an de pleine conscience (MBSR) : et maintenant ?. Caroline a le don de toujours écrire l’article que j’ai besoin de lire au moment où j’ai besoin de le lire. Je ne peux nier l’impact de mon travail sur moi et ma vie depuis un mois. Alors, pour commencer à apprivoiser cette nouvelle réalité et redonner à chaque chose sa juste place en moi – ni trop, ni pas assez – j’ai recommencé à méditer quotidiennement. Je vous avais déjà parlé d’Headspace, l’application que j’utilise pour guider mes séances. Je méditais jusqu’à présent le soir, avant d’aller me coucher. J’aime cette idée de se recentrer sur soi au seuil du sommeil, ce calme à la frontière, le corps flagada. Mais cette semaine, en plus de ces séances-là, j’ai commencé à garder mes dix minutes du juste avant de partir travailler pour méditer et j’ai pu constater que mes journées sont bien différentes ainsi préparées. Je les aborde plus calme, souriante et sereine et cet état d’esprit change beaucoup la manière dont je reçois et vis chaque évènement ensuite. 

2. Laisser sa journée derrière soi

D’habitude, je suis de celles qui attendent le dernier moment, la dernière minute  pour me préparer pour la nuit comme si le rituel douche-nettoyage visage-pyjama écourtait la journée et que de le repousser pouvait rajouter des heures où il n’y en a pas, faire qu’elle ne soit pas tout à fait terminée. Depuis mardi au contraire, je file sous l’eau chaude sitôt rentrée. Procéder ainsi s’est révélé être une grande aide pour laisser mon travail… au travail. Ce petit rituel romps le cours de ma journée et me permet de refaire lien avec ma vie qui ne peut se voir sans cesse polluée par tout ce que je vois, fais, entends, vis au travail. Et si une envie de cinéma, de glace après le film, de balade dans l’air du soir ou de verre entre amis pointe le bout de son nez, ce n’est finalement jamais si compliqué de piocher en hâte un jean, une veste et un chemisier.

3. Prendre le temps de manger 

S’asseoir à table, laisser les écrans éteints et même le plus simple, le plus commun des repas, l’apprécier. Prendre le temps d’être vraiment là et attentive à la conversation, quitter un peu les milles choses à faire, penser, ne pas oublier. S’accorder une pause et du temps aux gens autour de nous. 

4. Laisser les informations de côté

C’est le cas depuis longtemps pour moi : je ne regarde pas les informations télévisées ni ne lit journaux et autres médias d’informations. Et je me trouve bien plus sereine depuis ! J’ai toujours trouvé les informations anxiogènes et frustrantes : la plupart n’auront aucune incidence sur le déroulement de ma journée et celles qui pourraient en avoir une, je n’ai bien souvent aucune emprise sur elles. C’est certainement radical et lorsque l’on a une télévision dans la pièce à vivre un peu compliqué mais cela change la vie et laisse tellement de place pour vivre, faire et penser autre chose. Aucune information capitale ne m’échappe jamais vraiment car les gens ont tendance à parler de ces choses qui les touchent en plein coeur. Souvent je me surprends à me renseigner et lire des articles soigneusement choisis sur ce qui m’a été dit. Cette manière de faire – ce tri facilité par le filtre « autrui » – marche pour moi depuis des années, peut-être pourra-t-il vous aussi vous aider ?

5. Vivre l’instant présent vraiment

Fermer les écoutilles aux « je dois », « il faut », inspirer très fort, ouvrir les yeux, et n’être plus que maintenant, avec ses proches, ses amis, sa famille, son amoureux… Autoriser à ce moment d’exister.

6. Le moment coeur et douceur

Lorsque la journée a été de celles qui vous attaquent un peu au cœur, j’aime m’accorder en rentrant une vraie session de lecture où passent mes blogs préférés, mon fil d’actualité et les Une hellocoton là où d’habitude je les grignote par petites touches, tout au long de la journée. Faire cette parenthèse douceur – un concentré de jolies choses et bonnes idées – distribuer petits mots et petits cœurs, réussit toujours à estomper les tracas de la journée et m’aide dans cette transition parfois délicate avec la soirée. 

7. Des nuits bien remplies 

C’est une résolution que j’avais classé au rang des impossibles, non réalistes et réalisables : me coucher tôt, faire de vraies nuits. Pourtant, cette semaine, j’ai réussi. Peut être fallait-il ce rappel à l’ordre de mon corps pour que le sommeil retrouve son rang de priorité au même titre que boire ou manger et ne se laisse plus grignoter par tout ce que je n’ai pas réussi à faire entrer dans mon temps imparti : la journée. Et je peux vous dire que de se réveiller en sentant son quota de sommeil respecté, ne plus somnoler en début de matinée, ne plus lutter après manger, ne pas sentir ses paupières lourdes et le besoin de se crisper, s’arquer, contracter le moindre muscle contractable pour tenter de se réveiller est infiniment agréable ! J’aime l’idée qu’une chose aussi simple et basique aie le pouvoir de complètement transformer le visage d’une journée…

Et en parlant de simplicité, après toutes ces digressions, il est grand temps de vous livrer cette fameuse recette !

tapioca banane lait de coco - Recette - Cuisine Asiatique - Miss Blemish

Tapioca banane lait de coco, la recette !

Ingrédients

500 ml de lait de coco
2 c.à.s de tapioca
2 bananes mûres
Un peu de sirop d’érable ou d’un autre agent sucrant selon votre préférence 
Quelques framboises et fruits rouges

Préparation

1. Couper les deux bananes en rondelles et les déposer dans une poêle sur feu doux. Mettre un couvercle et laisser les bananes cuire quelques minutes sans les laisser brûler. Elle deviendront molles et translucides.

2. Écraser grossièrement à la fourchette les bananes cuites

3. Dans un casserole, porter à ébullition le lait de coco. 

4. Lorsqu’il bout, verser le tapioca et remuer durant le temps indiqué sur le sachet. Une fois le temps écoulé, rajouter les bananes cuites écrasée et le sirop d’érable.

5. Lorsque le mélange a la texture souhaitée, retirer la casserole du feu. J’aime lorsqu’il n’est pas trop épais, encore un peu liquide. C’est pourquoi j’écrase la banane à la fourchette, pour qu’elle n’épaississe pas trop le mélange. Si au contraire vous préférez une texture crémeuse, vous pouvez mixer la banane qui participera alors pleinement à la texture de votre dessert. 

6. Servir une fois le mélange un peu tiédi avec quelques fruits rouges ou un peu de mangue, selon votre préférence.

Et vous, quelles sont vos astuces douceur au quotidien ?

Laisser un commentaire - 8