Printemps

A l’italienne, le burger qui dit je t’aime


Burger à l'italienne 1

Vendredi, sitôt les sacs trop lourds posés dans l’entrée, ceux portant toute une vie pleine de jeans, pulls et chemisiers, je file – vite vite – au supermarché. J’ai la tête pleine d’une huile d’olive qui se marie à tomate et mozzarella, de viande juteuse qui goûte sur du pain chaud, doré juste ce qu’il faut, de courgettes et d’aubergines mêlés de basilic, de fraises – trois barquettes, au moins ! – de crème, de sucre doux, d’un peu – surtout pas trop – de chocolat, de jus d’Orange acidulé, de vin blanc bien frais.

L’après midi danse des préparatifs de ce genre de délices qui font autant saliver de les imaginer, les préparer, que de les goûter pour de vrai. Il y a sûrement un petit quelque chose hérité malgré moi, un peu comme ça, une façon empruntée d’aimer à grand coup de chocolat et de bons petits plats. Un truc d’arrière-grand-mère qui aime en disant « mais reprends-en ! », une histoire de gâteaux roulés, de tartes aux pommes ou à la bouillie, de compote sucrée. 

Samedi je suis un peu – beaucoup – émue. Je me dis c’est beau de savoir que c’est beau, de se dire que c’est beau, de vivre le beau. De prendre le temps – chut, attends, attends – de profiter d’être là, maintenant, à deux et heureux. Et encore meilleur de trouver dans ce jour – rien de plus, rien de moins – que ce que l’on met déjà dans notre quotidien. Que les petits déjeuners des week-ends d’ici et de pas là-bas, ont toujours un peu de ceux de rois, que les playlists qui nous font sourire règnent sur chaque soir pas seulement celui-là et qu’il suffit que je me lève pour que – un ! deux ! – le temps de quelques pas je me retrouve dansant avec toi, qu’il suffit d’un bisou pour inviter une gaufre, une glace, une crêpe, une boisson chaude en balade avec nous, que ma tête à sa place sur ton épaule au cinéma et sur ta poitrine lorsque le film joue à domicile, que les petites attentions n’attendent pas – non ! non ! – une case qu’on coche sur un calendrier mais qu’il est si bon d’avoir planifié ce qui berce déjà chaque journée à ce 14 février. D’avoir dit on passe la journée ensemble samedi, d’avoir profité de chaque mini-bouchée, d’avoir fait tout pareil, exactement pareil, et que pareil se confonde avec exceptionnel.

Burger à l'italienne 2

Recette & Ingrédients

(parce que vous aussi je vous aime à la folie)

1 sachet d’aubergines grillées surgelées

2 courgettes 

Quelques tomates cerises

1 mozzarella

Basilic frais ou surgelé

Huile d’olive

Sel, poivre

2 steaks hachés 

Ketchup (la version bio Heinz est parfaite)

Pains pour burgers (je les ai pris à la farine complète ici)

Burger à l'italienne 2 bis

La ratatouille de courgettes et d’aubergines

1. Faites dégeler au microonde les aubergines grillées surgelées.

2. Lavez et coupez en quatre dans le sens de la longueur les courgettes puis coupez chaque quart obtenu en petits morceaux. 

3. Faites chauffer à feu moyen de l’huile d’olive dans une poêle. Lorsqu’elle est chaude ajoutez de l’ail lyophilisé pour la parfumer puis les courgettes en petits morceaux. Couvrez.

4. Coupez en petits morceaux les tranches d’aubergines puis mélangez-les aux courgettes.

5. Une fois vos légumes assommés (= mous et translucides), enlevez le couvercle et laissez réduire jusqu’à ce que le mélange soit moins juteux.

6. Rajoutez basilic ciselé, sel et poivre. Mélangez puis réservez.

Viande

Dans la poêle qui a servi pour la ratatouille, faites cuire vos steaks selon votre préférence. Si vous avez préparé le mélange à l’avance, enduisez vos steaks d’un peu d’olive pour les parfumer et qu’ils n’attachent pas.

Montage

Séparez le dessus du dessous de vos pains à burgers et mettez les à griller au grille pain.

Tartinez généreusement le bas de ketchup

Déposez vos steaks puis deux tranches de mozzarella et enfin un peu de ratatouille.

Ajoutez quelques tomates cerises coupées en quatre.

Tartinez le dessus de votre pain burger de ketchup et refermez le tout.

C’est prêt ! & avec tout ce qu’il faut d’amour dedans !

Burger à l'italienne courgettes auberginesBurger à l'italienne 3

Laisser un commentaire - 2

Before Summer Crumble


Before summer crumble - Miss Blemish

Samedi il faisait sur Paris un temps « qui se cherche » ni beau ni tout à fait moche, une espèce de gris entrecoupé de bleu et d’éclaircies. Il ne me fallait pas plus qu’un besoin urgent de pause dans les révisions de mes derniers partiels de l’année et de vieilles pommes dont je ne savais plus que faire pour que, bingo, je me lance dans la préparation d’un crumble.

Je ne sais pas pour vous mais, plus les échéances se raccourcissent et plus je dépense le peu de temps qu’il me reste (et bien souvent déjà insuffisant à accomplir tout ce qui devrait être accompli) en tout ce qui pourrait me détourner de ce que j’ai vraiment à faire. Une sorte de méthode de l’autruche perverse qui me fait considérer vaisselle, lessives, ménage et autres joies administratives comme… attirantes. Tous les moyens deviennent bons pour ne pas regarder le vrai problème en face et me mettre vraiment à la tâche. Je finis toujours par le faire et stress aidant ma productivité se voir déculplée et j’arrive généralement à boucler ce qui doit l’être (et puis j’ai des supers copines qui sont à l’hyper taquet pour me faire des résumés/condensés de ce qui serait passé à la trappe). Mais c’est comme s’il fallait une étape préliminaire de procrastination ultime, presqu’un déni pour en arriver là. Et petit bonus, peu de choses me déstressent plus que cuisiner (mes amis aiment bien ce dernier point).

before summer crumble - Miss blemish

Pour ce crumble, j’avais envie d’une vraie recette coocooning, avec du sirop d’érable pour un caramel gourmand et une pâte moelleuse juste dorée. Avec cette version du traditionnel crumble ce fut un pari réussi. Gourmand, moelleux, fruité, épicé et réconfortant. Absolument parfait. En même temps, cannelle, sirop d’érable, pommes gorgées de sucre… prenais-je un très très grand risque ? Non, on est bien d’accord. Et autre bonus de taille, cette recette (comme quasi 99% des recettes) est réalisable sans gluten. (mais avec de la farine normale vous obtiendrez le même résultat)

Ingrédients

90 g beurre

90 g de cassonade

> 100 g de farine – blé ou mélange sans gluten de la marque Schär (disponible chez Monoprix)

Pommes

Cannelle

Sirop d’érable

Cassonade

Recette

Lavez, pluchez, coupez vos pommes en petits morceaux.

Dans un saladier, mélanger les pommes coupées avec de la cannelle (beaucoup)(si vous aimez)(c’est facultatif)(clin d’œil à Mlle Coquelicot) et du sirop d’érable (très très généreusement). L’idée c’est que vos pommes soient bien enrobées du mélange et prennent le goût des épices et des noix (le sirop d’érable a un petit gout de noix) pendant que vous préparez votre pâte puis ensuite durant la cuisson. C’est une sorte de marinade sucrée quoi.

Note sur le sirop d’érable : il existe plusieurs types de sirop d’érable, du blond clair au caramel très très foncé allant d’un goût de sucre type sirop de sucre, à un goût de noix très prononcé. J’ai acheté ce sirop au Canada l’été dernier (6 kilos de sirop d’érable dans la valise, je ne vous dis pas le massacre)(pour compenser mon bagage à main faisait 15kg)(non ce chiffre n’est pas pris au hasard, je l’ai pesé)(24h entre Montréal Paris et Genève avec ça sur le dos, comment vous dire ?). Donc j’ai acheté ce sirop d’érable au Canada – Ambré n°1 – exactement au milieu entre le très très fort et le pas du tout prononcé. Je trouve que c’est un bon compromis, pour les plus friands comme pour les moins friands, chacun s’y retrouve !

Before summer crumble - Miss BlemishBefore summer crumble - Miss BlemishBefore summer crumble - Miss Blemish

Préparation de la pâte : mélanger le beurre froid coupé en dés, la cassonade et la farine. Melanger jusqu’à obtenir un mélange grumeleux et sec (rajouter autant de farine que nécessaire).

Beurrer un plat généreusement. Y verser de la cassonade. La repartir en agitant doucement le plat. Faire de même avec un peu de cannelle (quand on aime on ne compte pas !).

Verser vos pommes jusqu’à recouvrir tout le fond du plat de façon homogène. Veiller à bien verser tout le sirop d’érable.

Repartir la pâte sur le dessus.

Enfourner à 160°C. Laisser cuire jusqu’à ce que la pâte soit dorée et que les bords bullent (le sucre qui caramélise… un délice)

Before summer crumble - Miss BlemishBefore summer crumble - Miss BlemishBefore summer crumble - Miss Blemish

Servir tiède avec de la glace vanille en dessert 

Froid devant la télé

Avec un thé bien chaud et un yaourt à la vanille le matin

A quatre heure avec une pointe de chantilly

Before summer crumble - Miss Blemish

Régalez-vous !

Laisser un commentaire - 0

Une soupe de vilaines fraises


Une soupe de vilaines fraises - recette - Miss Blemish  

Que faire des fraises un peu abîmées, celles du fond de la toujours trop petite barquette, celles n’ayant pas été posées avec délicatesse mais dans une hâte un rien trop brusque pour leur enveloppe fragile et qui de fait se retrouvent punies de jolies coupes tout juste saupoudrées de sucre ou d’une crème brumeuse sucrée et privées de tartes où pavaner ? Ce sont pourtant souvent les plus mûres, les plus juteuses et sucrées, hors de question de les jeter ! Pour ces vilains petits canards du fond de la classe direction donc le blender (ou mixeur à soupe)(règle d’or en cuisine : lire la recette puis… en faire un peu à son idée, accommoder, s’approprier la chose…)(à part pour les proportions de base si vous êtes novice, on n’oublie pas : la pâtisserie, c’est de la chimie)(mais avec les fraises vous pouvez vous amuser sans danger)

Pour rendre cette boisson acidulée encore plus fraîche, j’ai marié la menthe aux fraises. Savoureuse ? Une pointe de basilic en plus. Et parce que vous n’ignorez rien de mon amour inconditionnel du citron (qui de plus est un excellent antioxydant – pour les fraises comme pour votre petit corps)

Une soupe de vilaines fraises - recette - Miss Blemish

Recette ultra facile

Couper vos fraises (environ 500g) en deux ou en quatre selon leur grosseur (facilitez le travail de votre mixeur)

Ajoutez le jus d’un citron

Ajoutez l’équivalent d’une c.à.s de feuilles de menthe ciselées (je vous conseille les feuilles de menthe congelées : taux de vitamine au plafond car congélation dès la cueillette ce qui permet de les préserver, une facilité d’utilisation inégalable si tant est que vous aillez un congélateur, et surtout un coût défiant toute concurrence)(mais si vous avez de la menthe fraîche à disposition dans votre jardin… on est d’accord, c’est le must)

Ajoutez deux c.à.c de basilic ciselé (je l’utilise surgelé également, pour les mêmes raisons)

Mixez le tout jusqu’à obtenir une soupe sans morceaux.

Ajoutez des glaçons ou de la glace pillée pour un résultat mmmmmh… et servez immédiatement !

Une soupe de vilaines fraises - recette - Miss Blemish Une soupe de vilaines fraises - recette - Miss Blemish Une soupe de vilaines fraises - recette - Miss Blemish

P.S : Et dégusté en fin d’après-midi, au soleil sur la balancelle, c’est juste divin…

Laisser un commentaire - 0