Cuisine Etudiante

A l’italienne, le burger qui dit je t’aime


Burger à l'italienne 1

Vendredi, sitôt les sacs trop lourds posés dans l’entrée, ceux portant toute une vie pleine de jeans, pulls et chemisiers, je file – vite vite – au supermarché. J’ai la tête pleine d’une huile d’olive qui se marie à tomate et mozzarella, de viande juteuse qui goûte sur du pain chaud, doré juste ce qu’il faut, de courgettes et d’aubergines mêlés de basilic, de fraises – trois barquettes, au moins ! – de crème, de sucre doux, d’un peu – surtout pas trop – de chocolat, de jus d’Orange acidulé, de vin blanc bien frais.

L’après midi danse des préparatifs de ce genre de délices qui font autant saliver de les imaginer, les préparer, que de les goûter pour de vrai. Il y a sûrement un petit quelque chose hérité malgré moi, un peu comme ça, une façon empruntée d’aimer à grand coup de chocolat et de bons petits plats. Un truc d’arrière-grand-mère qui aime en disant « mais reprends-en ! », une histoire de gâteaux roulés, de tartes aux pommes ou à la bouillie, de compote sucrée. 

Samedi je suis un peu – beaucoup – émue. Je me dis c’est beau de savoir que c’est beau, de se dire que c’est beau, de vivre le beau. De prendre le temps – chut, attends, attends – de profiter d’être là, maintenant, à deux et heureux. Et encore meilleur de trouver dans ce jour – rien de plus, rien de moins – que ce que l’on met déjà dans notre quotidien. Que les petits déjeuners des week-ends d’ici et de pas là-bas, ont toujours un peu de ceux de rois, que les playlists qui nous font sourire règnent sur chaque soir pas seulement celui-là et qu’il suffit que je me lève pour que – un ! deux ! – le temps de quelques pas je me retrouve dansant avec toi, qu’il suffit d’un bisou pour inviter une gaufre, une glace, une crêpe, une boisson chaude en balade avec nous, que ma tête à sa place sur ton épaule au cinéma et sur ta poitrine lorsque le film joue à domicile, que les petites attentions n’attendent pas – non ! non ! – une case qu’on coche sur un calendrier mais qu’il est si bon d’avoir planifié ce qui berce déjà chaque journée à ce 14 février. D’avoir dit on passe la journée ensemble samedi, d’avoir profité de chaque mini-bouchée, d’avoir fait tout pareil, exactement pareil, et que pareil se confonde avec exceptionnel.

Burger à l'italienne 2

Recette & Ingrédients

(parce que vous aussi je vous aime à la folie)

1 sachet d’aubergines grillées surgelées

2 courgettes 

Quelques tomates cerises

1 mozzarella

Basilic frais ou surgelé

Huile d’olive

Sel, poivre

2 steaks hachés 

Ketchup (la version bio Heinz est parfaite)

Pains pour burgers (je les ai pris à la farine complète ici)

Burger à l'italienne 2 bis

La ratatouille de courgettes et d’aubergines

1. Faites dégeler au microonde les aubergines grillées surgelées.

2. Lavez et coupez en quatre dans le sens de la longueur les courgettes puis coupez chaque quart obtenu en petits morceaux. 

3. Faites chauffer à feu moyen de l’huile d’olive dans une poêle. Lorsqu’elle est chaude ajoutez de l’ail lyophilisé pour la parfumer puis les courgettes en petits morceaux. Couvrez.

4. Coupez en petits morceaux les tranches d’aubergines puis mélangez-les aux courgettes.

5. Une fois vos légumes assommés (= mous et translucides), enlevez le couvercle et laissez réduire jusqu’à ce que le mélange soit moins juteux.

6. Rajoutez basilic ciselé, sel et poivre. Mélangez puis réservez.

Viande

Dans la poêle qui a servi pour la ratatouille, faites cuire vos steaks selon votre préférence. Si vous avez préparé le mélange à l’avance, enduisez vos steaks d’un peu d’olive pour les parfumer et qu’ils n’attachent pas.

Montage

Séparez le dessus du dessous de vos pains à burgers et mettez les à griller au grille pain.

Tartinez généreusement le bas de ketchup

Déposez vos steaks puis deux tranches de mozzarella et enfin un peu de ratatouille.

Ajoutez quelques tomates cerises coupées en quatre.

Tartinez le dessus de votre pain burger de ketchup et refermez le tout.

C’est prêt ! & avec tout ce qu’il faut d’amour dedans !

Burger à l'italienne courgettes auberginesBurger à l'italienne 3

Laisser un commentaire - 2

Curry de crevettes au piment d’Espelette


 

curry de crevettes au piment d'espelette

Aujourd’hui une recette express, « healthy » et surtout délicieuse, prête en 20 minutes maximum, mêlant des saveurs qui s’entendent à merveille (faites moi confiance, rien de bizarre contrairement à ce qu’il pourrait paraître)(même si j’avoue avoir eu une seconde d’hésitation avant d’ajouter la pomme et… j’ai bien fait de tenter !).

Bonus, c’est sans gluten !

Ingrédients

100 g de crevettes

1 grosse courgette

la moitié d’une belle pomme

1/2 c.à.c de cannelle

120 g de riz piment d’espelette

Sel poivre huile d’olive ail séché

Préparation

Porter de l’eau à ébullition pour le riz.

Dans une poêle, faire chauffer de l’huile d’olive. Lorsqu’elle est bien chaude, la saupoudrer d’ail séché.

Verser dans la poêle les courgettes et les crevettes crues (fraîches ou surgelées). Couvrir et laisser cuire doucement.

Dans l’eau de cuisson du riz, verser 1/2 c.à.c de cannelle. Une fois l’eau bouillante, verser le riz.

Dans la poêle, les crevettes commençant à rosir et les courgettes devenant translucides, rajouter une 1/2 pomme coupée en petits morceaux grossiers. Couvrir à nouveau sans baisser le feu. Laisser compoter jusqu’à la fin de la cuisson du riz.

Juste avant d’égoutter le riz, saler le mélange courgettes-crevettes-pommes, poivrer, et saupoudrer de piment d’Espelette (plus doux que le piment doux et absolument divin avec les petits crustacés – crevettes, noix de saint Jacques…)

Égoutter le riz et le verser immédiatement dans la poêle. Mélanger longuement jusqu’à ce que le riz se colore et que la poêle soit « propre » (le riz va venir récupérer tous les sucs de cuisson).

Cette dernière étape permet de rôtir un rien le riz et de l’imprégner de toutes les saveurs grâce à la chaleur. C’est le petit truc qui fait toute la différence (pour ce curry mais c’est également valable pour les pâtes)

Servez dans deux bols. Rajoutez un peu de piment d’Espelette sur le dessus pour le décor (et le goût !)

C’est prêt !

Laisser un commentaire - 1

Petit guide pour des gnocchis parfaits


gnocchis courgettes et parmesan 1

Dans la poêle chaude, l’odeur de l’huile d’olive qui frémit et au loin des voix de femmes. La lumière du début d’automne filtre à travers les carreaux mouillés par l’averse qui vient à peine de s’arrêter. La cour sèche au soleil et le chat lézarde sur sa chaise. Les mains pétrissent la farine et la fine purée de pomme de terre encore chaude sortant tout juste de la serre du moulin à légumes. C’est un rituel, la pâte façonnée en un long ruban, découpée, malaxée, repliée et décorée d’un coup de fourchette assuré. Les pépites s’accumulent dans le grand plat de terre cuite, une mince couche de farine les garnit et les empêche de s’assembler toutes ensemble en une large ronde de douceur salée. La poêle est prête, elles s’en vont dorer enrobées d’huile, d’amour et de sel pour régaler plus tard la tablée gourmande.

Je suis une amoureuse des gnocchis. Je n’ai pourtant jamais pris le temps d’en cuisiner moi-même de A à Z, cherchant longtemps la marque qui m’offrirait la douceur du fait maison sans les heures de travail qu’elle suppose (le beurre, l’argent du beurre, le crémier…).
Dans cet article je vous propose une revue avec ma marque de gnocchis préférée (parfait, délicieux, moelleux, comme achetés au petit traiteur italien qui avait établi ses quartiers dans cette petite ville qui longtemps fut mienne), les marques aux gnocchis « vinaigrés » et les autres aux gnocchis un peu durs.

Quelques soit les gnocchis que vous avez sous la main, frais du traiteur, de ma marque préférée (les Leader Price)(ceci n’est pas une blague)(les produits leader price sont absolument incroyables, meilleurs souvent que les grandes marques, moins chers et ce grâce à notamment de nombreux partenariats avec de marques italiennes qu’ils commercialisent largement) ou de moins bonne qualité, je vais vous expliquer dans cet article toutes mes astuces et techniques pour préserver le moelleux des meilleurs et donner de la tendreté à ceux qui en manquent pour des gnocchis toujours parfaits dans vos assiettes.

Mes préférés : les leader price (vous les trouverez au rayon pâtes fraîches/raviolis frais)
Les « vinaigrés » : les monoprix gourmet et les sans gluten Schär
Les « durs » : tous les autres (marque carrefour, cora, lustucru…)

Pour cuire les bons gnocchis

Faites chauffer deux bonnes cuillères à soupe d’huile d’olive dans une grande poêle sur feu moyen.
Une fois l’huile chaude, versez directement vos gnocchis du traiteur ou Leader Price dans la poêle.
Laissez prendre une jolie couleur à peine dorée en les remuant régulièrement pour qu’ils s’imprègnent des arômes de l’huile d’olive.
Une fois dorés, baissez le feu et couvrez les d’un couvercle. Ils vont terminer de cuire grâce à l’étuve ainsi créée et devenir parfaitement moelleux à l’intérieur tout en restant croustillants à l’extérieur.
Salez puis, servez immédiatement.

Pour les gnocchis durs

Faites bouillir de l’eau. Une fois fremissante, jetez-y du gros sel
Plongez vos gnocchis dans l’eau bouillonnante et laissez-les cuire 1 minute montre en main. Pendant ce temps préparez votre poêle, versez-y de l’huile d’olive, sur feu moyen
Egouttez-les rapidement.
Jetez les dans l’huile et laissez-les dorer jusqu’à ce qu’ils prennent une jolie teinte et que leur tour devienne croustillant.
Salez puis servez immédiatement.

Les gnocchis « vinaigrés »

Je ne pense pas qu’ils soient vraiment vinaigrés au sens propre lors de leur fabrication mais, à la consommation, ils ont un arrière goût que je trouve désagréable de vinaigre. Amateurs de chips anglaises (salt and vinegar) cela fera peut être votre bonheur !
Cuisson ? Comme pour les gnocchis « durs ».

 

gnocchis courgettes et parmesan 2

Gnocchis aux courgettes et parmesan

Faites revenir des courgettes finement émincées dans de l’huile d’olive.
Une fois réduites, salez, poivrez, et saupoudrez d’un peu d’ail lyophilisé.
Faites cuire dans une autre poêle vos gnocchis selon la technique qui leur convient.
Sur feu vif, mélangez vos courgettes avec vos gnocchis parfaitement cuits.
Répartissez votre préparation dans les assiettes.
Saupoudrez de quelques copeaux de parmesan et servez immédiatement.

Cette fois-ci vous savez tout ! Bon appétit !

gnocchis courgettes et parmesan 3

Laisser un commentaire - 0