CREER

Les Boréales – Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire


Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish

J’aime autant que je redoute le vertige qui m’étreint à chaque première page. Cette sensation de « début » qui, dans l’année déjà, nous grise à intervalles réguliers. En septembre, en janvier. Aux premiers jours de ces vacances dont on se promet, oubliant un peu vite la fatigue qui gronde et fera s’envoler nos matins, qu’on les utilisera pour réaliser tout ce que nos heures de travail ne permettent pas. Les crépuscules de vendredis aussi, ceux où le week-end semble long et plein de promesses, de ces promesses qui en demanderaient bien d’autres des week-end dans lesquels on plonge tout entier, sans y penser, pour être réalisées. Je me souviens comment mon professeur de philosophie l’appelait, cette petite peur avant le grand saut : le vertige des possibles. Bien sûr il parlait là de grands choix, de ceux qui influent sur toute une vie, ou au moins en partie. Pourtant, au seuil d’un nouveau carnet, comme Camille, j’ai toujours cette petite hésitation qui me fait remettre ceux que j’aime le plus dans le tiroir pour choisir les plus simples. Ceux qui feront un peu taire la peur que ce que je veux y loger ne soit pas à la hauteur du bel objet entre mes mains. 

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish

Pour ce DIY, je vous propose de transformer un carnet tout simple (ici trouvé chez Muji mais peu importe la marque tant que c’est un carnet tout simple !), de ceux qui ne coûtent rien et qu’on remplit sans trop de remords de tout ce qui nous passe par la tête, en un objet auquel on tient, joli et épuré. Mais pour qu’il reste un carnet de rien, un carnet qu’on choisit sans y penser, j’ai voulu un DIY très facile à réaliser. Suffisamment pour faire taire la peur d’y jeter les premiers mots, les premières idées. Suffisamment pour que vous sachiez qu’il sera aisé de tout recommencer. Et on aime ça, pas vrai, les vrais-faux nouveaux départs ?

Matériel

Argile blanche

Petite branche de thuyas, fraîche ou sèche

Emporte pièce rond ou couvercle de pot du diamètre voulu

Carnet tout simple noir

Ruban noir

Cutter ou punaise ou compas

Crayon gris 

Réalisation de la décoration en argile

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish

1. Étalez un petit morceau d’argile « blanche » (elle est marron très clair et devient blanche en séchant) de manière grossièrement uniforme

2. Coupez un rond de la taille souhaité à l’aide d’un emporte pièce, d’un couvercle de pot…

3. Disposez sur votre cercle une petite branche fraiche ou sèche de thuyas (les arbustes des haies entourant la majorité des maisons en France) et par dessus un livre/carnet/objet à la surface plane et appuyer doucement (mais fermement) dessus. Ne pas appuyer directement avec la paume de la main évite d’applatir de façon inégale le cercle d’argile.

4. Retirez le livre et la branche.

5. À l’aide de la pointe d’un crayon (ou du manche d’un pinceau fin), faites deux trous, alignés, de part et d’autre du cercle.

6. Laissez sécher une nuit à l’air libre sur une surface plane.

L’idée originale de cette décoration en argile vient d’ici 

Le carnet

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss BlemishLes Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish

1. Ouvrez votre carnet pour vous retrouver du côté interne de la couverture.

2. Tracez une ligne horizontale joignant les milieux des plus longs côtés.

3. Sur cette ligne, à trois centimètre de chacune de ses extrémités, tracez un trait vertical de la largeur de votre ruban – la moitié de la largeur au dessus du trait, l’autre en dessous. Avec mon ruban cela m’a donné un trait de 1 cm de hauteur (0.5 cm au dessus de la ligne, 0.5cm au dessous).

4. À partir de ces repères, dessinez la forme des futures encoches pour glisser votre ruban, de 2mm d’épaisseur environ.

5. Prédecoupez vos encoches à l’aide d’un cutter ou si comme moi vous l’avez perdu, utilisez la pointe d’un compas ou d’une punaise et faites des petits trous très rapprochés sur tout le contour jusqu’à ce que le milieu se détache. Reprenez les contours aux ciseaux pour rendre les encoches plus régulières et plus jolies.

6. Passez votre ruban dans les deux encoches comme sur la photo puis refermez votre carnet et faites glisser le ruban pour qu’il dépasse de la même longueur de la 1ere de couverture et de la 4ieme de couverture.

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss BlemishLes Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish7. Faites glisser votre cercle d’argile sec le long du ruban côté 1ere de couverture comme montré sur la photo. Prenez garde qu’au verso il soit à plat et non plié. Sinon vous aurez des difficultés à le coller…

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish8. Centrez votre cercle d’argile sur la couverture. À 2 cm du bord externe de la couverture, là où passera le ruban, dessinez une nouvelle encoche et découpez-la comme précédemment.

9. Une fois votre cercle d’argile en place sur la couverture, retournez le, badigeonnez le de colle multi matériaux puis fixez-le à l’endroit de votre choix avant de placer votre carnet sous des livres lourds pendant que la colle sèche. Cette étape est assez rapide (10-20 minutes).

10. Une fois votre cercle fixé, enfilez votre ruban dans la dernière encoche, celle de la couverture, faites un nœud et… ça y est votre carnet est prêt ! 

Les Boréales - Sweet White : Un carnet dans lequel on ose écrire - Miss Blemish

Je vous donne rendez-vous demain sur le blog de Caroline !

Vous avez raté les précédents articles de la semaine Sweet White ? La session de rattrapage c’est par là !

Les guirlandes en papier d’inspiration ethnique (Le plus bel âge)

Un gâteau nuage à la mousse de Yaourt (Miss Blemish)

La pâte à tartiner au chocolat blanc (Le plus bel âge)

Laisser un commentaire - 1

Les Boréales – Sweet White : Un gâteau nuage à la mousse de Yaourt


1

Une fois le thème « Blanc » arrêté, c’était une évidence, il y aurait du yaourt dans mes articles ! À la question « si vous ne deviez plus manger qu’un seul aliment quel serait-il ? » se jouerait certainement pour moi une joute sans répit entre les framboises et la glace au yaourt que je fais découvrir à l’envie à tous ceux qui ne connaissent pas encore ce délice (si toi aussi tu n’as pas encore été initié, cours dans le premier glacier !).

Pour cette pâtisserie blanche je voulais du Yaourt et de l’aérien. Est née cette idée d’un gâteau à étages (je vous ai déjà dit comme je les aimais ?) fait de génoises légères, d’une mousse de yaourt comme un nuage et d’un glaçage blanc et sucré.

Ce gâteau tout doux se marie à merveille avec salades de fruits, coulis de fruits rouges (et moins rouges) et fait une excellente base pour des classiques de la pâtisserie revisités. Je vous explique tout ça ? C’est parti !

La mousse de Yaourt

fin

J’ai trouvé cette recette sur une fiche Danone qui la proposait comme garniture de macarons (si cette idée vous plait, suivez la recette des coques à macarons de chef Nini ainsi que sa vidéo explicative pour les réussir sans difficulté)(les macarons ne sont pas durs à réaliser, ils sont LONGS à réaliser). J’ai suivi la recette de cette petite mousse et… ça a été le coup de foudre. En pâtisserie comme dans bien des domaines je crois, il y a l’inventeur pâtissier et le pâtissier inventeur. L’un créé les recettes composant chaque étape de la conjugaison qu’en fera l’autre. Un peu comme un seul homme a trouvé la bonne combinaison pour faire s’allumer une ampoule et des dizaines, des centaines, ont dessiné lampes et ouvrages d’art pour aller avec. Cette mousse est légère, parfumée, blanche, elle crépite sous la langue et fond avec délice. J’avais donc trouvé la garniture de mon gâteau !  Je vous redonne ici la recette avec mes conseils car si sa réalisation est simple, l’organisation est votre meilleure alliée. Et l’organisation en cuisine, je l’ai apprise à mes dépens bien des fois ! (une génoise sans farine, une spatule en PLASTIQUE oubliée dans mon caramel… et autres étourderies)

Ingrédients

400 g de Yaourt Danone (le classique de la cantine)

12 g de gélatine

250 g de crème liquide 

50 g de blanc d’oeufs

100 g de sucre semoule

30 g d’eau

Un thermomètre à sucre

1. Préparez TOUS vos ingrédients AVANT de commencer. Pesez, réservez, rangez les paquets et tout ce qui vous embarrasse pour ne garder sur votre plan de travail que vos ustensiles et vos ingrédients prêts à l’emploi. Prendre ce tout petit temps vous permet d’éviter la découverte en milieu de parcours d’un ingrédient manquant mettant en péril toute votre préparation (on a tous déjà cuisiné un dimanche ou un soir à des heures indues), d’oublier d’incorporer un ingrédient, de vous tromper dans vos conversions (faire fois 2 pour l’un, fois 3 pour l’autre…)

2. Lisez attentivement la recette, plusieurs fois si nécessaire pour bien connaître l’enchaînement des étapes et pouvoir vous organiser en conséquence (parfois l’ordre proposé par la recette n’est pas des plus évidents…). Même si vous vérifierez de nombreuses fois durant la préparation, avoir des idées claires vous aidera (et mettra la panique du « vite ! vite ! vite ! » à la porte).

3. Mettez à tremper vos feuilles de gélatine dans de l’eau à température

4. Montez vos blancs en neige jusqu’à ce qu’ils soient bien fermes.

5. Dans un casserole, versez votre sucre et l’eau et mettez le tout sur feu moyen. C’est une étape importante, ne faites que ça (et surtout attention à ne pas vous brûler)(mettez les petits hors de portée). Remuez sans vous arrêter à l’aide d’une cuillère en bois. Contrôlez la température à l’aide de votre thermomètre à sucre de façon régulière. Dès 60°C laissez-le plongé dans la casserole. Lorsqu’elle atteint 118°C, retirez le thermomètre et la cuillère en bois, recommencez à fouetter vos blancs et versez délicatement votre sirop de sucre sur les blancs. Votre meringue italienne est prête lorsqu’elle dessine un bec au bout des bras de votre batteur quand vous le retirez de la préparation. Réservez.

Astuce pour ceux qui n’ont pas de thermomètre à sucre : votre mélange lorsqu’il atteint cette température est plus visqueux, il bulle, il est transparent. Ce n’est pas des plus facile à reconnaître lorsque l’on ne l’a jamais fait mais vous avez comme ça une idée grossière de l’instant T.

6. Mettez sur feu doux 1/4 du yaourt Danone et faites-y fondre une à une vos feuilles de gélatine ramollies et essorées. Une fois totalement incorporées, rajoutez le reste du yaourt.

7. Montez votre crème au batteur jusqu’à ce qu’elle devienne épaisse et compacte.

8. Incoporez délicatement la crème montée puis la meringue italienne à votre préparation au yaourt. Couvrir et réserver au frais 12h.

Les génoises

Génoises

Pour 3 ronds de génoise :

8 oeufs

250 g de sucre

250 g de farine

Une pincée de sel

Préparation :

1. Séparez les blancs des jaunes

2. Mélangez les jaunes avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse au fouet.

3. Montez les blancs en neige avec une pincée de sel jusqu’à ce qu’ils soient fermes.

4. Incorporez délicatement à la spatule vos blancs en neige au mélange précédent.

5. Ajoutez la farine en pluie et l’incorporer délicatement à la spatule pour ne pas casser votre mélange.

6. Beurrer un moule rond en silicone. Mettre le tiers de la pâte dans le moule. Egaliser la pâte dans le moule en le tapant sur le plan de travail et enfourner à four préchauffé, chaleur tournante, 180°C, 12 à 14 minutes.

7. Une fois cuite, la démouler sur une grille surélevée pour qu’elle refroidisse. et faire cuire les deuxièmes et troisièmes ronds de génoise de la même manière.

8. Une fois complètement refroidies, réservez les génoises sur du papier sulfurisé.

Astuce : Pour que votre gâteau se tienne bien, il faut que vos génoises soient bien cuites, ne les sortez pas du four avant que leur dessus ne soit couleur caramel.

Le glaçage

Glaçage

Ingrédients

Sucre glace

Philadelphia (2x300g)

1. Battez votre philadelphia jusqu’à ce qu’il soit crémeux.

2. Rajoutez du sucre glace jusqu’à ce que votre glaçage aie le goût souhaité.

Montage

Montage

1. Posez un premier rond de génoise.

2. Recouvrez-le d’une épaisse couche de mousse de yaourt. Ne paniquez surtout pas si vous peinez à l’étaler. C’est une mousse, elle est compacte et va s’effriter. Après avoir reposé elle va se reformer pour devenir uniforme entre les tranches de génoise.

3. Répétez les deux étapes ci-dessus pour le deuxième rond de génoise.

4. Recouvrez de votre dernier rond de génoise.

5. Recouvrez le tout de votre glaçage sucré au philadelphia. Votre gâteau est prêt !

montage 2montage 32montage 4

3 jolies idées en plus

1. Un gâteau à la mousse de Yaourt et aux fruits en ajoutant au moment du montage des morceaux de fruits frais dans la mousse au yaourt une fois celle-ci étalée. Vous pouvez faire un coulis du ou d’un des fruits choisis pour accompagner votre gâteau au moment du service.

2. Des Macarons au Yaourt (les liens utiles paragraphe « Mousse au yaourt »)

3. En accompagnement d’une salade de fruits.

première

J’espère de tout coeur que cette recette vous a plu et qu’elle vous régalera vous comme vos proches !

Rendez-vous demain sur le blog de Caroline !

Laisser un commentaire - 10

Les Boréales


Les boréales Sweet white court

Depuis décembre se trame dans les coulisses un joli projet, né d’un mail, adopté d’un deuxième plein d’entrain, mis sur les rails par toute une correspondance faite d’idées, d’envies, de « je verrais bien ça » et de « oh ! J’aimerais essayer ça ! ».

À force d’idées échangées, de listes et de discussions pleines de points d’exclamation sont nées Les Boréales.

L’idée ? Travailler à deux, tous les trois mois, sur une thématique commune, pour redonner aux ciseaux, à la colle et ses traces noires sur nos mains, à la gouache, l’acrylique, l’aquarelle, au papier épais et coloré, aux idées qui fusent et au temps qu’il faut pour leur donner vie, un peu de place dans notre quotidien. Partager l’envie de créer de belles choses, de nos mains, pour ravir les yeux, les oreilles et les papilles en mettant en commun deux univers aux tonalités complémentaires.

Caroline, du blog Le plus Bel âge, et moi, vous donnons donc rendez-vous toute cette semaine pour la première édition toute de blanc vêtue des Boréales : Sweet White. Nous espérons de tout coeur que nous réussirons à vous donner envie de faire plein de jolies choses de vos mains et que ce nouveau rendez-vous tout neuf, un brin timide, un peu hésitant vous plaira autant que nous avons pris plaisir à le penser, l’imaginer et enfin ! à le partager avec vous (c’est la meilleure étape, n’est-ce pas ?).

Rendez-vous dans la matinée sur le blog de Caroline (mon petit doigt me dit que l’on y dégainera les ciseaux…) !

Vous pouvez retrouver les sources des images utilisées dans cet article dans mon tableau pinterest Sweet White

Laisser un commentaire - 0