Mode

Le jean parfait


Le jean parfait - Massimo Dutti - Mode - Miss Blemish

Trouver le jean parfait – MON jean parfait – n’a jamais été l’obsession à laquelle ont fini par me faire croire les semaines qui ont suivi la découverte de cette photo. Voilà, je ne le savais pas jusqu’à la voir mais une fois vue, j’en étais sûre c’était de ça dont j’avais envie – à défaut d’en avoir réellement besoin. Et à partir de ce moment-là, oui, on peut le dire, sa recherche a pris des airs de quête.

Depuis quelques années je n’achète plus mes jeans que chez Esprit et Zara dont les coupes mettent toujours en valeur ma morphologie avec douceur et bienveillance. Je crois qu’on ne change pas si facilement un caractère et j’ai beau tenter d’ouvrir parfois un peu mes horizons, je retombe toujours sur les pieds de ma fidélité à toute épreuve envers mes coups de coeurs. Une fois LE produit, LA marque, LA coupe trouvée, il est très difficile de m’en détacher pour d’autres et ce quelques soient leurs promesses. Je crois que mes nombreuses désillusions rayon beauté et soins « miracles » qui promettaient d’un coup de baguette magique de guérir mon acné y sont pour beaucoup. Aussi douce soit cette sensation de tenir entre ses mains – peut être – enfin la solution, c’est la cruauté de la déception qui l’a toujours emporté, me laissant méfiante, très attachée aux produits dont j’avais eu la preuve de l’efficacité et foncièrement inapte à la carrière de blogueuse beauté. C’est ainsi que sans grande surprise mes premières recherches ont commencé chez Esprit et Zara, recherches qui ont été infructueuses. À ce moment-là je ne le savais pas, mais la réponse se trouvait au même endroit que la photo, cachée dans un coin avec la découverte par un pull bien trop joli de Massimo Dutti. 
Massimo Dutti cette marque dont je n’avais jamais osé franchir le seuil des boutiques aux devantures luxueuses, persuadée qu’il s’agissait-là d’un autre Kenzo, Gucci, Versace à côté desquels j’avais toujours pu les voir installées. Ce pull cependant, a attisé ma curiosité. Suffisamment pour taper « Massimo Dutti » dans la barre de recherche Google et tomber sur leur site. La magie d’Internet faisait tomber une barrière et sans elle je découvrais surprise que cette marque ne collait à rien de ce que je m’étais toujours figuré d’elle. De jolies coupes oui, un fini très chic oui, une palette de couleur correspondant à 100% à ce qui me plaît oui, mais une gamme de prix bien loin de celle des boutiques auxquelles je l’avais associée. Massimo Dutti se positionne plutôt entre Esprit côté vêtements et Sezane côté sac et chaussures. Bien loin donc des standards de prix de l’industrie du luxe…

Voilà donc comment, je suis rentrée pour la première fois dans une boutique Massimo Dutti en pleine periode des réductions de printemps et ai trouvé mon jean parfait – taille presque haute, fini années 80-90 – sur un portant.

Sortir de sa zone de confiance, c’est bien ça ?

Le jean parfait 7Le jean parfait  3

Jean – Massimo Dutti (vu dans mes sourires de mai également)
Tee-shirt – H&M
Chemise en jean – Avant-première des Galeries Lafayette
Sandales Ulysse – Sezane
Sac – Avant-première des Galeries Lafayette

Sur ces photos, mon teint n’est pas maquillé et aucun de ces liens n’est affilié

Le jean parfait 11Le jean parfait  4Le jean parfait 14Le jean parfait - Massimo Dutti - Mode - Miss Blemish Le jean parfait - Massimo Dutti - Mode - Miss Blemish Le jean parfait - Massimo Dutti - Mode - Miss Blemish Le jean parfait - Massimo Dutti - Mode - Miss Blemish

Et vous, il est comment votre jean parfait du moment ?

Laisser un commentaire - 9

Paris au bord de l’eau


Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish

Samedi, on a pris les courts chemins parfois étroits, parfois pavés, parfois remplis à se retrouver serrés serrés serrés, de cette balade qui découvre à petits pas et grandes enjambées, un Paris au bord de l’eau qui relie tous les endroits que j’aime tant ici. Et comme depuis quatre ans que je suis là je ne m’en lasse pas mais qu’il se fait toujours une autre activité pour voler à nos samedis la vedette à celle-là, les visites d’amis sont peu à peu devenues tout naturellement un prétexte rêvé pour marcher – encore une fois – de Concorde au Marais par les chemins plein de poussière blanche et chaude des Tuileries, l’esplanade aux milles architectures du Louvre, les trottoirs qui – entre les feuilles, en transparence – laissent miroiter les reflets clairs de l’eau, le pont des arts doré de cadenas comme autant de promesses face à la Seine, les quais pavés, les péniches, et tout au bout, Notre Dame, l’Hôtel de ville et dans les petites rues cachées, les meilleurs glaciers. En parlant de glaciers d’ailleurs, samedi on a goûté, à une glace avec du citron vert et du basilic dedans qui – je le sens – reviendra souvent dans les cornets de notre été – c’était chez Amorino et vraiment, si vous n’avez jamais goûté à leurs glaces, courez !

Mais samedi, en plus de ma balade préférée – et c’est ce qui m’amène à vous parler de tout ça aujourd’hui – je portais un mix de mes vêtements favoris en un parfait reflet de la manière dont j’aime m’habiller depuis quelques temps. La simplicité des coupes et des couleurs de ce qui tourne un peu partout en ce moment a réussi à m’impliquer et captiver mon attention plus qu’aucune autre tendance avant elle et – après y avoir bien réfléchi – je ne me l’explique que comme ça : ce qui est à la mode aujourd’hui, ce sont des vêtements dans lesquels on se sent bien. Et peut-être plus important encore, qui autorisent qu’on se les approprie. Cet intérêt – un peu soudain – m’a donné envie de mettre des mots sur ce qui me plaît ou non et j’en suis arrivée à cette conclusion : la mode qui me plaît navigue sur une palette de tons neutres et urbains. Du blanc, du gris, du noir, du bleu – marine et jean essentiellement – du camel et pour toute touche « vraiment » colorée, des tons clairs et pastels. Et c’est – je crois – le recours à cette palette qui a toujours remporté ma préférence qui explique pourquoi je me suis laissée conquérir aussi facilement par ce qui se fait actuellement.

Petit à petit, je m’éloigne de tout ce que j’aimais adolescente et qui longtemps à tenu une bonne place dans mon dressing : du liberty, des coupes empires, évasées, des motifs et des coupes très féminines. Dans cette tenue aujourd’hui, rien d’ajusté – un jean boyfriend, un tee-shirt carré, un pull lâche, une veste en cuir droite – et pourtant je m’y sens bien plus féminine que dans bien des robes que j’ai pu porter ! Et vraiment, j’aime cette image d’une féminité un peu moins carrée, pensée. Plus décontractée. Le fait qu’elle se détache de bien des artifices extérieurs qui – s’ils restent disponibles, utilisés – sont de moins en moins condition nécessaire ou attachés à l’identité de la femme d’aujourd’hui. Drôlement rafraîchissante cette liberté, vous ne trouvez pas ?

 Mais allez, venez je vous emmène, Paris au bord de l’eau c’est par ici… !

Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish

Tee-shirt – Zara

Jean – Esprit

Ceinture – Mango

Pull – Mango

Veste – Pimkie

Sur ces photos, mon teint n’est pas maquillé & aucun de ces liens n’est affilié

Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish  Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss BlemishParis au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish Paris au bord de l'eau - Mode - Slow life - Miss Blemish

 

Pour plus d’inspiration, rendez-vous sur le tableau Mode de mon compte Pinterest !

Laisser un commentaire - 5

L’île aux cygnes et les dimanches flottants


L'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss Blemish

J’aime ces dimanches-là, les dimanches qui s’étirent dans une langueur qui ne quitte jamais vraiment les draps, les dimanches embrumés. J’aime la douceur de choisir à la journée qui brûle déjà de rester encore un peu dans tes bras. Même sans dormir, fermer encore un peu les yeux, s’embrasser – un, deux baisers –  remettre à plus tard le vent, l’air froid, les paysages assourdissants, laisser l’instant se fondre dans l’avant, gagner l’après, flouter les frontières. Et je n’aime jamais autant cette liberté que lorsque viennent les jours d’été qui s’étirent, encore et encore, jusqu’à ne nous laisser plus aucun remord de ne pas tout faire maintenant – l’heure des derniers moments reculée. J’aime cette paresse qui avance pas à pas – la lenteur oubliée – et les balades de bien trop tard à la lumière mordorée. J’aime les dimanches flottants, les dimanches qui apprivoisent cette sorte de temps dont on profite vraiment.

Ce dimanche-là, à dix-neuf heures, on a pris le chemin de l’île au cygnes qui coupe la Seine de son allée ombragée, vert sur bleu, talons qui font danser les pavés. On a pris le temps d’un banc, d’une halte face à l’eau, de lire les panneaux. On a vu le tout pareil et c’était tout à fait différent.

Et vous, vous les aimez ces dimanches flottants ?

L'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss Blemish

Collier – Naf-naf

Pull – Esprit 

Trench court – American Eagle

Jean – Zara

Bottines – Jamie Philips

Sac – Kesslord

Aucun de ces liens n’est affilié et mon teint n’est pas maquillé sur ces photos

L'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss BlemishL'île aux cygnes et les dimanches flottants - Mode - Humeurs - No make-up - Lifestyle - Miss Blemish

Laisser un commentaire - 2