Mode

La place Masséna, la robe à rayures et un bilan


Rayures place Masséna - Mode - Miss Blemish

Il s’est passé tout un été depuis le dernier look posté. Il faut dire que j’avais sur lui posé une charge si lourde à porter – ce noeud de sentiments, d’incompréhension et d’espoirs emmêlés – qu’il fallait peut-être à cette rubrique comme d’un repas trop copieux, le temps d’une sieste à l’ombre des orangers pour digérer. Et j’aime tout particulièrement les photos avec lesquelles je reviens à cette rubrique mode, ces photos prises par ma Maman, place Masséna, de cette robe qui d’un hasard assortie aux pavés ne pouvait échapper à se faire photographier. Avez-vous déjà remarqué la justesse des clichés pris par ceux qui vous aiment et que vous aimez ?

Je les aime de ce qu’elles me font voir en filigrane, comme une confirmation extérieure du chemin parcouru cette année à petits pas – tantôt lourds, tantôt légers – à l’intérieur. Dans quelques jours cela fera un an que j’ai arrêté de me maquiller. Et moi comme toi, en cette rentrée, je me prends à l’idée d’un bilan pour me souvenir de la direction à choisir pour continuer à avancer avec douceur, bienveillance et sérénité. Tout au long de cette année, je me suis apprise. Je me suis apprise dans le miroir face à mon reflet tout nu, ma réalité trop longtemps oubliée aux heures tardives démaquillées et aux aurores précipitées dans la course au « cacher ». Me cacher. J’ai réappris l’écart entre image et réalité, entre vrai et faux. J’ai appris l’appartenance du jugement, comme elle réside en nous là où trop souvent on l’imagine détenue par des autres. J’ai appris ainsi que nous sommes le premier et le plus important – bien devant les regards des passants – des acteurs de la tyrannie imposée au moi mal aimé. J’ai appris que le seul regard à adoucir est celui de moi sur moi comme de toi sur toi, et que même s’il est plus facile de donner à notre souffrance une source extérieure, nous en sommes bien souvent les seuls instigateurs.

Je me suis apprise amoureuse, je me suis apprise à deux, notre quotidien conjugué toujours ensemble, notre vie à cheval entre deux appartements habités à mi-temps. J’ai appris à jongler avec le temps, j’ai appris l’important. Je me suis apprise un appareil photo entre les mains, avec un peu plus de technique sous les doigts, j’ai appris le temps de prendre celui de la composition d’une photo. Je me suis apprise – encore un peu plus – en tant que thérapeute, j’ai touché d’un peu plus près – je crois – le sens, le sens de faire tout ça. J’ai appris à croire les routes comme suffisamment riches d’embranchements pour pouvoir saisir nos chances de retomber sur nos pieds si l’on s’est trompé. J’ai appris la perte. J’ai appris comment ça fait d’être heureuse. J’ai appris à saisir les chances, mêmes les plus effrayantes.

Tout au long de l’été, j’ai suivi le nouveau pack d’Headspace « Self Esteem » – Estime de soi. Et sur ces photos je crois voir les premières traces d’une douce sérénité qui bien loin d’être acquise, est née et demande à se construire, chaque jour, à chaque instant, dans un regard qui apprend – ou réapprend – bienveillance et clémence. Au fil des séances assises, tous ces savoirs accumulés ont trouvé à se rencontrer dans les exercices qui peu à peu rééduquaient ma manière de penser en leur redonnant leur vraie place et valeur : celles de pensées, non de vérités. Cette année j’ai appris que ce que je voulais vraiment n’était pas d’avoir cette confiance en moi aussi longtemps cherchée que redoutée mais d’être sereine avec moi-même. Et que la sérénité se nourrit d’une vision claire et bienveillante autant que d’essayer – du mieux qu’on peut – de toujours poser ses choix en accord avec soi-même, sans se trahir, sans se renier.  D’accepter avec douceur ce que je ne peux changer, de savoir déjouer les rouages des pensées préfaites, des jugements pris comme vérités là où ils ne sont ni tant des faits que des pensées, et de donner tout le meilleur pour changer ce qui peut et doit l’être.

Alors 2015, je crois qu’il nous reste encore un bout de route à faire ensemble, prêt ?

La place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss Blemish

Ma Robe préférée – Pull & Bear

Pendentif – Virginia Monroe

Sac – Les Galeries

Sandales – Ulysses by Sezane

Sur ces photos, mon teint n’est pas maquillé. 

La place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss BlemishLa place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss BlemishLa place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss BlemishLa place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss BlemishNice city guide - Des rayures place Masséna - Voyage - Miss BlemishLa place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss BlemishLa place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss BlemishLa place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss BlemishLa place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss BlemishLa place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss BlemishLa place Masséna, la robe à rayures et un bilan - Mode - Self Esteem - Miss Blemish

Et vous, parés de votre version de la robe « place Masséna », un bilan des huit derniers mois en cette rentrée ?

Laisser un commentaire - 11

Summer in Paris, corps des femmes & genre


Summer in Paris - look - mode - Miss Blemish

Jeudi, seize heure, il y a Paris, la chaleur étouffante, les prospectus dont on s’évente – on les a pris cette fois-ci – un rendez-vous m’attend et pourtant mon pas pressé reste lourd et lent. Le ballet parisien anesthésié. C’est là que perce une voix discrète mais bien audible mêlée à la sensation on ne sait pourquoi si instinctivement désagréable d’être observée. Quelques mots mâchés et pourtant distincts me parviennent, une histoire de robe, de formes dévoilées, un « tu », des commentaires déplacés, mon « vos commentaires, vous les gardez pour vous » et une réponse comme on en a vu, entendu, lu milles fois et qui toujours coupent le souffle, noient la raison : « c’est toi qui me montre… ».

Je me « montre » tant que je viens jusqu’ici poser ces photos de ce moi suggéré indécent. Montrer glisse insidieusement la notion d’une provocation. Montrer… provoquer. Mes cheveux, mes épaules, mes bras, mes mains, mon buste, ma poitrine, mes hanches, mes fesses, mes jambes, mes pieds, toutes ces parties de cet ensemble que nous partageons tous, cet ensemble normal et cohérent prend chez la femme un sens qu’on lui a collé et avec lui une responsabilité sur le comportement d’autrui. N’est-ce pas étonnant d’avoir hérité à la naissance du même corps que chacun et d’être pourtant déjà responsable devant les hommes d’assurer sa protection par la plus extrême discrétion quant à son existence et sa géographie ? N’est-ce pas étonnant de la part d’un représentant du sexe dit « fort » de se montrer si faible en invoquant l’incapacité à refréner des pulsions animales – animaux si forts mal traités et si peu estimés dans notre société – devant des jambes dénudées ? Peut-on accepter cette injonction à se cacher sous peine de représailles « provoquées » ? 

J’ai la chance de ne pas avoir été confrontée souvent à cette situation de me sentir proie et victime de mon propre corps face à des autres malveillants. Mais récemment et sans avoir souvent été en première ligne, je me suis aperçue être gênée, mal à l’aise dans certains vêtements à la liste desquels on peut trouver robes, shorts, jupes, imprimés fleuris, coupes ajustées. Je me suis interrogée sur l’origine de cette gêne qui supplante le simple changement de goût, l’émancipation minimaliste en rupture avec les formes et imprimés désertés au seul motif d’être aujourd’hui encore trop attachés à un avant adolescent. J’ai interrogé la part revenant aux images du corps placardées qui subtilement viennent à nous faire interroger la forme du nôtre, à questionner l’arrondi du ventre, la courbe d’une épaule, la taille des jambes, le dessin flouté de muscles peu sollicités, le rebondi d’un mollet, la finesse des chevilles, le velouté de la peau jusqu’à sa teinte… Et puis j’ai interrogé le regard, cette donnée qui manquait encore à mon tableau. Hier, en pleine canicule dans le metro je me suis extraite à l’habitude – pas de livre, pas de texte en court d’écriture – et j’ai levé la tête dans la foule, observé les hommes autour de moi et leurs regards sur les femmes nombreuses qui toutes revêtaient vêtements courts et légers pour affronter la chaleur caniculaire. Et ma gêne insidieuse, indéfinie a trouvé un début de réponse fondé et concret avec les yeux posés sur la courbe de seins dévoilés par une robe ajustée, ceux qui remontent, descendent, scannent le corps d’une femme qui parle à une amie, ceux qui s’arrêtent juste à la lisière d’une jupe, ceux qui regardent sévères la mine crispée, ceux qui ont les sourcils tantôt relevés, tantôt froncés en signe d’une muette désapprobation. 

J’aime être une femme. J’aime m’adonner à ce que ma culture m’a appris comme étant des activités féminines et qui ont construit mes habitudes. Mais je n’aime pas l’image et le rôle que la société a construit, établi et cultivé pour nous. Je ne me suis jamais revendiquée féministe mais n’ai jamais non plus été non féministe, je n’avais simplement pas pris le temps de mettre de mots sur mes idées, ne me sentant ni le besoin, ni la légitimité de le faire étant donné mon éloignement de toute forme de militantisme. Au quotidien je suis pourtant loin d’être la dernière à me lever – oubliant toutes mes barrières, toutes mes insécurités – contre les injustices faites entre hommes ou contre les femmes. Mais petit à petit cela fait son chemin. Je m’interroge sur ce que l’on attend qu’il m’incombe comme rôle dans le jeu de la société, du couple, de la maternité. Je surprends comme souvent lorsqu’il s’agit de la parole d’une femme, la moquerie, la dérision devient facile et coutumière et comme ça l’est beaucoup moins lorsqu’il s’agit d’un homme à niveau de compétence et de connaissances pourtant égaux. J’entends comme l’équilibre d’un enfant et plus encore ses problèmes, ses difficultés sont souvent attribuées aux choix faits par sa maman, excluant le papa du tableau. Comme une maman a toujours tort. Qu’il s’agisse de travailler ou non, de faire garder son enfant ou non, de l’allaiter ou pas… Cela me met hors de moi de voir une femme soudain réduite à son statut de mère sitôt l’instant où elle devient maman. Comme peu à peu tout se recentre autour d’elle sur son enfant jusqu’à ne plus voir la femme et toutes les facettes multiples de sa personnalité, occultées et pourtant toujours existantes. 

Je me pose la question de la virilité et du poids que cela doit être d’être « fort ». De n’être pas dans son bon droit d’être ému, de pleurer, d’être effrayé. Et je me dis qu’il y a tant à gagner, des deux côtés, à trouver l’égalité. Qu’un papa soit aussi important aux yeux du monde qu’il l’est dans ceux de son enfant qui aime autant son papa que sa maman, l’écoute tout autant, l’admire et s’y réfère pareillement. Qu’une femme n’ait plus à rougir de son corps, d’avoir chaud, soif, faim, de transpirer, d’EXISTER. Que cela ne soit plus une honte de pleurer, rougir, être fort ou forte, de taper du poing sur la table, d’avoir des convictions ou rien à dire. Que l’on arrête avec ces réflexions « ah ben vous avez voulu l’égalité » lorsque l’on demande de descendre la poubelle, de changer une ampoule, ou de faire les niveaux de la voiture. Que l’égalité ce n’est pas vouloir faire tout toute seule, s’approprier à tout prix ce que la société à donné aux hommes comme étant « masculin » quitte à alourdir encore les charges qui nous reviennent mais tout simplement avoir le choix et pouvoir faire tout si l’on en a l’envie et les capacités. Que l’égalité ce n’est pas mettre femmes et hommes au service militaire obligatoire mais qu’une femme puisse s’engager sur le terrain si c’est ce qu’elle désire. Qu’un homme puisse être sage femme. Pour moi l’égalité c’est la liberté de pouvoir prétendre et postuler à tout sans qu’il nous soit opposé notre sexe. Pouvoir accéder à n’importe quelle activité. Pouvoir être soi, tout simplement, ni seulement un Homme, ni seulement une Femme. Juste être Soi.

Je suis gênée dans certains vêtements pourtant après y avoir bien réfléchi et poussée par la chaleur de ces derniers jours j’ai trouvé ma réponse à celle-ci : je continuerai à montrer mon corps en été. Parce que c’est un droit précieux que nous avons et même si je ne le crois pas en danger, c’est à force de nous montrer, à force de banalisation de ce corps trop longtemps diabolisé qu’il gagnera son émancipation. Son droit d’exister sans connotation sexuelle. 

Et toi, tu as déjà été confrontée au harcèlement de rue ? Comment vis-tu ton corps de femme ?

Summer in Paris - look - mode - Miss BlemishSummer in Paris - look - mode - Miss Blemish

Robe – Friperie (déjà vue ici)

Pendentif – Virginie Monroe (boutique Rue de Charonne à Paris)

Sandales – Charlie de Sezane

Sac – Kesslord

Sur ces photos, mon teint n’est pas maquillé et aucun de ces liens n’est affilié

Summer in Paris - look - mode - Miss BlemishSummer in Paris - look - mode - Miss BlemishSummer in Paris - look - mode - Miss BlemishSummer in Paris - look - mode - Miss BlemishSummer in Paris - look - mode - Miss BlemishSummer in Paris - look - mode - Miss Blemish

Laisser un commentaire - 41

Marier les couleurs


Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish

Ce look fait partie de ces accords fortuits qui naissent dans la pagaille des après-midis trop chargés – de ceux où il y a bien trop à faire et penser – dans la presse de l’interphone qui sonne, du facteur à qui il faut ouvrir, du colis qui s’était perdu et qu’il faut chercher et de ces bras nus qui ne sauraient le rester. Dans la menue panique que créent toujours chez moi les « dépêche-toi ! » c’est cette petite veste – trouvée lors de la vente Sezane de l’an dernier – qui a gagné mes mains la première dans un « oh tant pis, le noir et le marine s’accommoderont bien pour les cinq minutes de cet aller-retour. »

Il est des couleurs comme ça que j’ai toujours vues ne pas s’accorder et que je n’ai donc jamais faites se rencontrer sur moi. Marier les couleurs fait partie de ces choses-là pour lesquelles je suis – un peu – frileuse et empruntée, ne sachant pas bien comment m’y prendre pour créer à les faire tenir ensemble hors des combinaisons éprouvées. C’est ainsi que des nombreux croquis que j’ai gardés des années bénies où dessiner pouvait encore rimer avec « faire ses devoirs » ou « travailler », aucun n’a jamais été coloré. Ainsi aussi qu’à chaque début de saison je suis étonnée à la vue de pièces dans la couleur qui – en l’espace de quelques semaines – deviendra LA couleur de la saison. Un peu comme aujourd’hui où – coup sur coup – Coline et Sezane réintroduisaient discrètement mais sûrement le fuchsia. 

Des duos interdits comme noir & bleu marine, il y en a eu plein et étonnement souvent avec des couleurs pourtant réputées comme « allant avec tout ». Marrant de voir qu’après tant d’années d’interdits sans essayer, il aura suffi d’un regard dans le miroir de l’entrée de l’immeuble pour en terminer avec mes préjugés sur ce duo qui définitivement, a tout pour marcher.

Et pour vous c’est facile cet exercice-là, marier les couleurs ? des duo interdits dans votre penderie ?

Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish

Top – Zara
Veste – Sezane
Jean – Massimo Dutti
Escarpins – Texto
Étole – chinée
Sac – Avant première par Galeries Lafayette

Sur ces photos, mon teint n’est pas maquillé et aucun de ces liens n’est affilié.

Bonus : ce duo fonctionne excellemment bien également avec la version grise de ce tee-shirt qui est officiellement devenu mon basique ultime et que je suis bien déterminée à acheter dans toutes les déclinaisons colorées existantes et à venir. Bon, d’accord, peut-être pas rose fuchsia.

Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish Marier les couleurs - Mode - Look - Miss Blemish

Laisser un commentaire - 13