Mode

De peur, de bienveillance et de légitimité


De peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss Blemish

En silence je murmure mon envie d’apprendre la douceur, plus de douceur, d’arrondir peines, fatigue, craintes et heurts, de les vivre sans me braquer et debout face à l’adversité, l’accueillir telle qu’elle est, souvent toute aussi désarmée. Nous sommes à l’heure d’été. Je lui dis « tu sais, l’important c’est de toujours faire ses choix en accord avec soi » et il comprend, je crois. Et puis la semaine dernière, vacances et dernière vague de créativité échouées au même point du calendrier, au creux du coeur tiraillé s’est immiscée sans bruit cette question qui rime avec légitimité. Presque comme pour tester les « à toute épreuve » de la bienveillance instiguée véritable commandement et vérifier – comme on la dit – que la gentillesse est plus aisée envers autrui. Je me suis abîmée un peu tard, le regard fixé quelque part dans le noir sur des pourquoi, des comment, des « vais-je y arriver, vraiment ? » à « y » et futur indéterminés, des « mais qu’ai-je à offrir finalement ? », de ces questions-miroir en réflexe inconscient qui cachent maladroitement la peur née de voir soudain les rêves de demain peut-être tout à portée de main ? Il m’a fallu tourner tout ça plusieurs fois pour comprendre que je n’étais pas tant incapable à ce à quoi je ne m’étais jamais frottée que bel et bien effrayée. J’ai eu si peur soudain, peur de ne pas y arriver, peur de laisser une chance – ma chance ? – filer, peur de tout gâcher, peur de me précipiter, peur de céder à la peur, qu’il m’a fallu plusieurs jours pour pouvoir lui en parler, lui dire « j’ai peur, tu sais », et résister à l’envie de dire « non ! » comme on s’échappe pour qu’il me réponde « je vais t’aider et… tu peux y arriver ». J’ai dit tout bas, en moi, « Je ne sais pas » et « Je vais chercher », j’ai pris mon clavier à dix doigts et j’ai commencé à écrire toutes les questions emmêlées – mais comment on fait ? – puis j’ai cliqué sur « envoyer » et je me suis laissée porter par ses conseils doux et bienveillants, de l’autre côté de l’écran, de l’autre côté des citronnades sur la table du petit café posées. Elle m’a dit « Respire, ce n’est pas compliqué » et elle m’a montré. Et j’ai souris dans l’interstice ouvert d’une possibilité.

Alors pour les jours qui arrivent riches en découvertes et pour toutes les prochaines fois de la vie dont on n’a décidément jamais fait le tour du manège comme de ses possibilités, je veux me rappeler :

Qu’il n’est jamais le bon moment

Même s’il y a de meilleurs et de moins bons moments, le temps n’enlève rien de l’effrayant qui va avec l’inconnu.

De toujours m’assurer qu’un « Non » vient bien de moi, d’un trop tôt, et non de ma peur

Que la bienveillance vaut aussi pour moi-même

De ne pas faire de la qualité de savoir me remettre en question et douter autre chose qu’un outil pour avancer et surtout pas une raison d’abandonner avant même d’avoir essayé

Chaque article posé ici, chaque photo composée, chaque texte commencé me donne depuis les tous débuts du commencement l’impression de repartir de zéro et d’avoir tout à recréer. Si c’est plein de doutes et de questions existentielles parfois, c’est aussi ce qui me permet d’avancer, de progresser, d’apprendre encore, de tester, d’innover. Et je crois que ça doit rester comme ça, un moteur et non un frein, rien n’est parfait dès le 1er essai mais il faut pourtant en passer par là – dans tous les domaines – pour pouvoir s’améliorer.

Et pour vous, pour moi, pour tous ceux qui se sont pris à rêver, de continuer à faire vivre, exister et prospérer cette petite étincelle au creux du coeur et des yeux

Lorsque vous faites ce pourquoi vous êtes fait, cette chose qui demande du travail sans pourtant peser et dont vous n’avez jamais assez. Aimez, partagez, bloguez, photographiez, filmez, continuez. Vous rendez la vie plus jolie et en tout premier la vôtre.

De peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss Blemish

Je porte…

Perfecto – Zara

Echarpe – Zara

Pull – Zara

Jean – Levis

Chaussures – Jamie Phillips

Pendentif – Bonobo

Sac – Galeries Lafayettes 

De peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss BlemishDe peur, de bienveillance et de légitimité - Positive - Mode - Miss Blemish

Et vous, quelles sont vos astuces pour empêcher la peur de vous paralyser ?

Laisser un commentaire - 20

Oh Paris rouge, l’amour aux Tuileries


Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish

J’aime la lumière de ces jours derniers, le ciel blanc à croire qu’il va neiger en écho aux façades Haussmaniennes comme blanchies à la craie. J’aime comme il se mêle au doux et à la bruine de l’air clément encore au moins pour un temps alors que depuis la balustrade on peut voir au loin – déjà – les chalets du marché de Noël se monter sur les Champs Élysées. C’est dans cette lumière que je préfère Paris, avant les heures vraiment froides, interlude entre deux pluies, le temps libre laissé pour s’imprégner des contrastes rendus vifs et blancs. La lumière en fil conducteur à nos transitions, blanc à l’hiver sur peau nue, les pavés épargnés comme mouillés d’une bruine fine, paillettes devant yeux et cheveux, manteaux comme d’hiver laissant passer l’air, rouge à mes lèvres, gris et noir au corps, amour au coeur et partout autour les Tuileries où il est un mai d’hier où naissait un peu d’amour sous les arbres encore verts. Un peu de nos histoires en calque sur l’Histoire, Paris au creux du coeur.

Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish

Robe – Hollister
Veste – Banana Republic
Manteau – Cotélac
Écharpe – Chinée
Collants – Monoprix
Bottines – Jamie Phillips
Sac – Galeries Lafayette
Collier – Virginie Monroe
Boucles d’oreille – de ma maman

Sur ces photos mon teint n’est pas maquillé, en revanche mes lèvres oui ! Sur elles je porte mon rouge à lèvres fetiche qui a pile la bonne teinte, celle que j’aime et celle qui – d’un savant effet d’optique – illumine mon teint jusqu’à donner cette illusion de perfection rendant tout fond de teint inutile, magique non ? Pour dessiner mes lèvres facilement et donner à ce rouge à lèvres parfait une tenue qui résiste à la journée et aux repas – de vrai de vrai, il ne bougera pas – je dessine au préalable mes lèvres avec la Crème de rouge « Red dingue » de My little Beauty – offerte par une amie abonnée à la box – en essuyant bien le pinceau. Puis une fois dessinées je passe sur mes lèvres le rouge à lèvre parfait « Red velvet » de ModelCo reçu il y a maintenant deux ans dans une BirchBox et réacheté à de nombreuses reprises sans m’en lasser. Avec cette petite astuce, vous pouvez boire, manger, sourire, danser sans crainte de voir votre rouge à lèvres s’effacer, s’effriter, partir ou baver.

Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish Oh Paris rouge, l'amour aux Tuileries - Mode - Miss Blemish

Et vous, quels lieux portent vos histoires ?

Laisser un commentaire - 8

Le premier mois de rentrée


Le premier mois de rentrée - Médecine concours - Miss Blemish

Photos – Alexandra B.

17 août, 17 septembre, premier mois de reprise achevé. Les jours qui viennent de passer volés en pleine nature comme une grande respiration pour un « nous deux » retrouvé enfin hors des sentiers du quotidien, m’ont murmuré ma fragilité depuis la rentrée. Tout au creux, en écoutant bien, je sais que je n’ai pas encore trouvé mon rythme et mon équilibre au milieu de ce défi nouveau qui m’attend pour dans deux ans comme il se rappelle à moi chaque matin depuis un mois. Il reste encore des adhérences, des résistances, mon moi tout entier qui se refuse à poser les premiers pas sur les sentiers de cette montagne qui ne saurait plus alors être quittée que par la ligne d’arrivée. J’ai peur de me perdre une nouvelle fois sur ces sentiers faits de compétition, le moi noyé. Je sens la douce sérénité gagnée à l’heure d’été m’échapper un peu dans ce nouvel équilibre à trouver et cela m’effraie autant que de l’avoir touchée du doigt me rappelle tout le sens d’avoir au creux comme but de la retrouver à l’heure de ce nouvel équilibre inventé.

Ce mois passé a comme éclairé la marche à suivre et ces jours permis de reprendre mon souffle. Ce mois a adouci et rendue acceptable l’idée du travail à mener mais il m’a aussi soufflé la manière dont je voulais travailler – pleinement, entièrement et sereinement. Détachée d’objectifs chiffrés qui n’ont pas de sens pour mon projet, échappée à la presse, au stress, au remue-ménage incessant des conversations qui décortiquent et font augmenter la pression interne de peurs partagées télescopées, ces conversations qui lestent – pieds et poings liés – et nous enfoncent dans un marasme imaginaire, créé de la rencontre du trop plein de chacun. Je ne veux pas me laisser guider aveugle dans le courant du toujours plus, toujours plus loin, mais ne garder que l’essentiel : travailler. Travailler sans m’oublier, sans me nier, sans m’abîmer coeur et corps. Travailler avec justesse, au rythme qui laissera au reste, à tout le reste, la place d’exister, au moi de respirer. Et si le rythme du corps dit qu’il me faut plutôt trois ans pour faire ce que les autres arrivent à faire en deux, alors il en sera comme ça. Il appartient à mon corps de décider et je l’écouterai pourvu que plus jamais je ne connaisse le vide qui suit les objectifs-acquis que l’on a poursuivit  au détriment de tant qu’il ne reste à l’arrivée plus rien au creux du coeur pour les savourer.

Je veux être heureuse, voilà mon projet.

Le premier mois de rentrée - Médecine concours - Miss BlemishLe premier mois de rentrée - Médecine concours - Miss BlemishLe premier mois de rentrée - Médecine concours - Miss Blemish

Haut – Zara

Gilet – Vero Moda

Jean – Massimo Dutti

Sneakers – Armistice

Sur ces photos, mon teint n’est pas maquillé.

Le premier mois de rentrée - Médecine concours - Miss BlemishLe premier mois de rentrée - Médecine concours - Miss BlemishLe premier mois de rentrée - Médecine concours - Miss BlemishLe premier mois de rentrée - Médecine concours - Miss Blemish

Vous avez déjà connu ce sentiment étrange au seuil d’un grand défi à relever ?

 

Laisser un commentaire - 28