Les Sourires de la semaine

Ce week-end j’ai envie… | Épisode 2


Ce week-end j'ai envie... | Épisode 2 - slow living - Miss Blemish

De faire le gratin de pâtes de mon enfance, les tortellinis remplacés par des penne sans gluten, mais tout le reste soigneusement à l’identique. Les échalotes émincées dorées à l’huile d’olive, du coulis de tomate italien gorgé de soleil, du paprika, de l’ail et de la ricotta, enfourné dans un grand plat blanc, d’épaisses tranches de mozzarella sur le dessus pour un grillé croustillant. 

De prendre un bain très chaud, un bouchon d’un bain moussant promettant monts et merveilles dilué dedans

De trouver la meilleure place pour le nouvel arrivant de l’appartement, un Ficus elastica dans un pot en basalt couleur taupe/terre.  

De flâner au soleil au bord de la Seine et ne rien faire d’autre vraiment

De grignoter quelques pages du livre que j’entame à peine, Les animaux ne sont pas comestibles* par Martin Page

De prendre le temps d’expérimenter de nouvelles choses en photo.

De préparer des muffins au citron (vegan-sans gluten-parfaits) moelleux et dodus qui font le bonheur de mes petits déjeuners 

De regarder le nouvel épisode sorti cette semaine de The Catch sourire aux lèvres (et chips parmesan-basilic Tyrrell’s pas très loin) 

De dormir dans les bras de l’amoureux

D’aller manger ensemble des burgers après une longue balade (de celles qui durent tout l’après-midi et vous font découvrir milles et uns recoins inconnus) 

D’accrocher des lanternes sur les ampoules nues

D’essayer de préparer mon premier produit d’entretien maison (en croisant les doigts très fort qu’il puisse remplacer ceux que j’utilisais jusqu’à présent) 

De rester au lit un peu plus que d’habitude pour lire, boire du thé, écrire, écouter de la musique et profiter des draps tous frais… 

D’ouvrir les fenêtres en grand, c’est bientôt le printemps ! 

*livre gentiment envoyé par les éditions Robert Laffont

Et vous ce week-end, de quoi avez-vous envie ?

Laisser un commentaire - 13

Les sourires de février


Les sourires de février - slow lifestyle - Miss Blemish

Cette semaine-là on s’est retrouvées avec G. bien-comme-c’était-prévu, lundi soir, sur les tapis de notre cours de yoga partagé. Après le cours, G. a sorti de son sac un petit paquet avec un ruban au sommet et le glissant dans mes mains m’a dit qu’elle avait immédiatement pensé à moi en le trouvant (dans une boutique de la famille de celles qui ne livrent leurs trésors qu’à ceux qui prennent le temps de s’y perdre les yeux grands ouverts). Le papier déchiré je découvre un calendrier construit autour de l’envie d’illustrer un petit bonheur par jour*. Et voilà qu’il m’accompagne depuis, une place de roi laissée pour lui sur mon bureau, chaque jour d’une nouvelle vignette murmurant le bonheur comme un câlin ou se tenir secrètement la main, le bonheur comme la liberté d’être soi avec ces gens qui nous aiment, un frigo plein ou apprendre une nouvelle langue, le bonheur comme un moment pour soi, un fromage coulant ou dire la même chose en même temps.

Alors je vous emmène comme il fait sourire chacun de mes matins, comme une coutume depuis maintenant 4 ans (!?) au fil de mes sourires de février et de ma tenue doudou du moment.

* Happiness is… 2017 Calendar par Lisa Swerling et Ralph Lazar aux éditions Chronicle books San Francisco

Les sourires de février - slow lifestyle - Miss Blemish

Prendre place dans la file d’attente qui ne désemplit jamais, rue des rosiers, et nous choisir pour tout goûter un cornet de falafels chacun. Les manger avec les doigts dans le parc de la place des Vosges tout à côté de là. Sourire pour accueillir les premières notes du printemps naissant. 

Dormir à demi dimanche dans les draps frais, volets ouverts sur le matin. Nous lever sur la pointe des pieds et nous préparer des pancakes pleins de pépites de chocolat pour tout déjeuner.  

Manger les premières glaces de l’année avec de la vanille, du caramel et des noix de pecan sucrées dedans. 

Pleurer devant La la land, frémir devant Split, retrouver la beauté du cinéma de Tom Ford devant Nocturnal animals, sourire de retrouver Anna et Christian dans 50 nuances plus sombres et s’émerveiller devant Premier contact. 

Reprendre doucement mes marques dans cette année pleine de soubresauts,  dans cette distance plus apaisée, mon rythme retrouvé. 

Prendre l’habitude chaque dimanche d’ajouter à mes séances de batch cooking une fournée de doux muffins pour matins pressés et petites faims. 

Écrire chaque jour ou tout en même temps les moments doux de ma journée dans un agenda coloré qui – c’est décidé ! – sera mon carnet de gratitude improvisé. 

Voir lentement les roses blanches – mes préférées avec celles de ce rose qui se devine tant il est pâle – offertes par l’amoureux s’ouvrir et embaumer un petit coin d’air du salon. 

Réussir à photographier des petits bouts de mon chez moi malgré la luminosité qui y fait souvent défaut. Sourire sourire sourire (aux roses sur la commode, aux nouvelles touches de moutarde qui sont arrivées). 

Investir pour travailler mon pouf improvisé. Un carton plein à ras bord de mes cours, un draps coloré, des coussins assortis et le tour était joué ! 

Binge watcher – sans m’en lasser – Gilmore girls  – et ne plus réussir à m’arrêter. Nourrir comme projet secret de tout recommencer pour noter toutes les meilleures piques de Lorelai. 

Arpenter le nez en l’air la rue des martyrs sans résister à l’envie de rentrer dans chaque boutique croisée. 

Mettre un peu de ce thé qui sent si bon – mais dont je n’aime pas le goût – aux quatre coins de l’appartement et en profiter à ma façon. 

Rire aux éclats au spectacle « Poésie ? » de Fabrice Luchini (et sourire de pouvoir par son interprétation et sa pédagogie – même s’il s’en défend – pleine de bon sens, d’humour réussir à percevoir un peu de la beauté et du génie de textes dans lesquels je ne me suis pas plongée depuis des années). Je suis sortie de la salle avec l’envie de relire des textes comme ceux-ci (et émerveillée de sa capacité à trouver le Beau dans des détails que je n’aurais jamais relevés seule). 

Trouver dans les rayons d’American vintage au coeur des soldes la touche de moutarde qui manquait à mes pièces préférées (et en faire mon allié de tous les jours de cette fin d’hiver). 

Manger la merveilleuse pizza spianata hot au big love caffe, entre amies, nos examens terminés. 

Écrire nos quotidiens et nous les dire parfois par delà les kilomètres. 

Prendre au restaurant un plat avec du quinoa dedans juste pour le sourire moqueur de l’amoureux – et pour le guacamole, et pour la courge rôtie, il y avait un peu de magie dans le bol de février de chez « Nous ». 

Sourire à l’idée de peut-être prendre des billets pour Bruxelles, fin mars, à deux. Laisser les guides toujours sur mon bureau, sans les ouvrir encore, pour faire grandir la douceur de l’anticipation qui trépigne. 

L’odeur du masque Peeling glycolique de Caudalie. Mon premier test m’a convaincue de me l’offrir, je vous dirai si de l’utiliser deux fois par semaine ma peau – comme promis – s’en est vue transformée (le premier test était prometteur alors je me prends à y croire un peu à ce teint illuminé perpétuellement). 

Écouter Coco câline en boucle (c’est l’une des chansons du dernier album de Julien Doré), jusque dans la salle de bain où nous nous préparons pour l’anniversaire de la maman de l’amoureux. 

Vendredi soir, fermer la semaine accoudées au comptoir de ce bar dont on a fait notre préféré, deux verres de vin blanc, un artichaut à partager et tout ce qu’il faut d’huile d’olive et de pain frais. 

Le délicieux et le beau de ce gâteau – Flore – à la carte d’hiver d’Angelina, rose fushia, mêlant framboise, meringue, vanille et chocolat blanc. 

Écrire en attendant jeudi soir l’amoureux bientôt là… 

Et vous, quels ont été vos sourires de février ?

Laisser un commentaire - 13

Accueillir décembre en souriant


Accueillir décembre en souriant - Slow lifestyle - Miss Blemish
Entendre résonner dans les étages de Beaugrenelle les classiques de Disney interprétés par un orchestre d’enfants. S’approcher des balustrades, glisser dans les bras de l’amoureux et nous arrêter le temps de les écouter.  

 

Découvrir le quartier qui s’étire autour de la station Fille du calvaire tout au bord du marais et tomber amoureuse de ses petites rues, marchés en plein air, vitrines blanches-dorées et librairies enchantées. Avoir envie de m’arrêter à chaque boutique/terrasse/café. 

Craquer pour le livre de cuisine Deliciously Ella dans les rayons de nature et découvertes. Noël avant Noël, cuisiner pendant deux heures sitôt rentrée ! 

 

Sautiller dans le froid en attendant avec l’amoureux notre tour de rentrer dans l’appartement Sezane transformé pour les fêtes en village de Noël lumineux, rouge et doré. Lui dire et re-dire combien il est un amoureux parfait d’attendre ainsi avec moi dans le froid.

 

La couleur chambray-bleue avec mes cheveux roux. Le vieux rose avec mes cheveux roux. Craquer pour la chemise Boy couleur terre de la collection de Noël et croiser les doigts pour que celle couleur Chambray revienne vite-vite-vite dans une prochaine collection.  

 

Le plaisir de se balader malgré la nuit tombée dans Paris illuminée la journée encore loin d’être terminée. 

 

Manger un brunch gargantuesque de retrouvailles et boire du thé à la terrasse ensoleillée d’un petit café. 

 

Sourire à l’idée de faire plaisir. 

 

Récompense après deux jours passés en concours blancs, partager avec l’amoureux citronnades parfumées et pizzas délicieuses sans gluten du Big love Caffe. 

 

L’emballage nounours des galeries Lafayette pour les fêtes. 

 

Sourire en rangeant les cadeaux de Noël terminés/emballés, trépigner d’impatience de les poser au pied du sapin. 

 

Me réveiller chaque matin avec un petit mot de l’amoureux. 

 

Dédier une après-midi à l’installation dudit sapin et préparer un grand saladier de pâte à crêpes pour fêter l’avent bel et bien arrivé. Sourire à cette douce odeur de vanille et de fleur d’oranger.  

 

Re-re-regarder Orgueil et préjugés, les 6 épisodes d’une traite et en entier. 

 

Partager un calendrier de l’avent à trois amies et chaque jour attendre impatiemment de recevoir la photo du présent du jour remis à celle qui saura le mieux l’apprécier. Nous sommes le 8 et jusqu’à présent aucun raté. 

 

Programmer un-deux-trois-quatre repas de Noël partagés avant l’heure avec celles et ceux qui ne seront pas avec nous le 24 ni le 25.

 

De vous écrire, laisser un peu trop roussir quelques crêpes abandonnées à la poêle. 

 

Avoir rendez-vous à chacune de mes pauses déjeuner avec la suite des aventures de Rory et Lorelai Gilmore. 

 

Accrocher dans le salon la couronne de fleur en tissus cette année entièrement de blanc vêtue et parsemer le salon de lampions – pot en verre transparent et bougie chauffe plat – pour recréer un peu de la luminosité des soirées passées près d’une cheminée. 

 

Laver une longue journée par 1h30 de yoga dans le studio plongé dans une demie-obscurité. Sourire aux muscles qui tirent et grincent mais laissent le corps tout léger (et au creux du coeur un doux sentiment d’accomplissement). 

 

La tartelette pomme-coing-pâte au sarrasin d’Eric Kayser juste avant d’embarquer. 

 

Écrire à nouveau quelques mots pour l’un de mes magazines préférés et cette fois-ci, un peu moins trembler. 

 

Sentir le salon lentement se colorer de la douce odeur des épines du sapin. 

 

La liberté de marcher pied nus sans pieds gelés, la magie du chauffage au sol retrouvée. 

 

Attendre des mails à sourire, trépigner d’impatience et ouvrir 15 969 fois par jour ma boîte de réception. 

 

La pâte à pizza sans gluten de ma maman pour moi.  

 

Les doux rendez-vous quotidiens donnés par Anne-Solange cette semaine autour de la gratitude. Ses courtes vidéos partagées chaque midi en direct sur sa page Facebook me donnent depuis lundi le sourire à tous les coups (et l’envie de dire Merci encore plus, encore plus souvent, silencieusement comme aux personnes qui rendent ma vie plus douce et plus jolie) 

 

Composer ma pile à lire d’hiver sourire aux lèvres mêlant livres qui attendent d’être dévorés à ceux que vous m’avez conseillés (je la partage bientôt ici). 

 

Programmer des soirées pâte à sel, sablés et douceurs à confectionner pour profiter pleinement de l’avent (et faire quelques cadeaux un peu différents). Je partagerai avec vous les DIY les plus probants :) 

 

Commencer la journée par un grand verre de ginger beer et 10 minutes de méditation. C’est presque rien et pourtant cela change presque tout au quotidien. 

 

Faire durer la lecture du dernier numéro de Simple things extrêmement doux et coordonné à cette période de l’année. Avoir envie de me téléporter dans chaque dossier vers ces grandes pièces lumineuses, remplies de verdure et souvent toutes proches de la nature. 

 

Accueillir décembre en souriant - Slow lifestyle - Miss Blemish

Et vous, quels sourires ont bercé les semaines qui viennent de s’écouler ?

Laisser un commentaire - 10