Et soudain prendre le risque

Petit guide de survie post-rupture


 On pourrait dire que les pages qui suivent sont à prendre « avec des pincettes ». J’y ai compilé toutes les astuces et les techniques qui ont pu m’être utiles par le passé face à des ruptures bien souvent douloureuses et dont j’ai tiré les conseils que je vous propose. Il ne s’agit pas d’une check-list à suivre absolument ni d’un programme figé, il fallait choisir un ordre pour vous présenter tous ces conseils mais dans la vraie vie ces évènements s’entremêlent, se conjuguent, s’entrecroisent. Si sa première lecture est linéaire, je vous invite à ne garder que ce qui vous parle et à piocher librement dans ces lignes ce qui peux vous faire du bien, vous consoler, vous apaiser que ce soit une phrase, un conseil, l’ensemble ou simplement le fait de voir que vous n’êtes pas seul(e) à avoir affronté les mêmes difficultés face à un chagrin qui bien souvent se veut insurmontable lorsqu’il nous accable. 

Petit guide de survie post-rupture - Miss Blemish

Si ce petit guide est présent en intégralité dans cet article, vous pouvez en télécharger la version PDF pour une lecture plus agréable et une conservation plus aisée. Malgré tous mes efforts de mise en page, la version PDF reste bien plus propre et claire.

Ce n’est pas dans mon habitude car je trouve que l’on nous sollicite bien suffisamment de toutes parts sans en rajouter une couche ici aussi, mais pour cet article, je vais braver ce petit interdit qui est mien et vous demander, si cet article vous a parlé, s’il a pu vous aider un peu, vous faire sourire, rire, vous consoler, vous apaiser, si vous connaissez quelqu’un qui traverse les mêmes moments pas faciles de partager cet article et/ou sa version PDF. Envoyez-le à vos ami(e)s si vous pensez qu’ils/elles peuvent y trouver le moindre réconfort. J’aimerais que ce chagrin ne soit pas vain, s’il peut aider, alors aidons !

J’espère sincèrement que vous trouverez du réconfort et de l’espoir entre ces lignes. 

 

Guide de survie post-rupture

 

Survivre, envers et contre tout

 

Oui, parce que non, contre toute attente avec votre rupture la vie ne vous a pas fait don de l’écrabouillage en règle qui normalement opère lorsque l’on chute d’un nuage. Déjà, je pense qu’un peu de fierté s’impose, survivre à une chute de plus de 5000 mètres, ça force le respect. Bref. Vous vous êtes mangé le bitume mais manque de bol seulement psychologiquement parlant vous laissant tout le plaisir de savourer ces instants de grâce que fournit l’impression de mourir mais « seulement » de l’intérieur. Vous êtes le poisson rouge qui clapote dans une flaque au bord du bocal, suffisamment d’eau pour respirer mais tous les délices d’une demi-suffocation. Et quand le poisson rouge se débat, de votre côté vous perdez jusqu’aux premiers instincts animaux que sont MANGER – BOIRE – DORMIR – SE LAVER. Instant apocalyptique dans votre lit, sous la couette, un pyjama datant de l’avant-guerre, votre poids en mouchoirs sales autour de vous, les restes de votre mascara waterproof (mon cul) incrusté dans ce qui vous servait jadis de joues aujourd’hui aussi rouges que vos yeux sont vitreux. Voilà c’était ce matin, on vous a quitté(e). Oui, parfaitement, il y a des mecs qui mettent du mascara aussi. Et puis ceux qui n’en mettent pas loupent UNE ETAPE FONDAMENTALE DU PROCESSUS DE DECREPITUDE.

Bon.

Vous êtes donc dans le juste après du massacre des petits poussinnets gazouillant l’amour sous les fenêtres de votre idylle à la guimauve. Concrètement vous pleurez toutes les larmes de votre corps sur les souvenirs d’hier, vous hurlez à la perspective de demain et mourrez à l’idée même de l’affronter ce demain qui, là, maintenant, tout de suite, semble insurmontable – « Comment vais-je survivre s’il/elle n’est plus là pour me dire bonjour ma chérie/mon chéri ? ». Pleurer semble seule activité acceptable.

L’important c’est donc d’y aller doucement. De ne pas brusquer les choses et de reprendre lentement contact avec les activités basiques que sont : boire – manger – dormir – se laver pour préserver la part de vous qui ne s’est pas écrabouillée sur bitume sic votre enveloppe corporelle. Et quand on est tout au fond, au point de pouvoir admirer à sa guise les petits poissons, sans masque et sans tuba, on se doit de procéder comme en plongée pour remonter : par paliers.

S’hydrater

Pleurer c’est bien joli mais à un moment, il faut reconstituer les réserves au risque de faire concurrence aux momies exposées au Louvre. A chaque accalmie larmesque donc, forcez-vous à boire un verre d’eau. Au début vous aurez l’impression de nourrir vos larmes suivant la suite bien connue « cessation des larmes – verre d’eau – reprise des hostilités ». Mais dans le même temps, vous préserverez avec amour vos petites cellules.

Vos alliés hydratation :

–          L’eau

–          Le bouillon salé : eh oui, les larmes étant salées, si vous perdez de l’eau, vous perdez aussi du sel. En lieu et place de ces repas dont vous ne sauriez entendre parler, préparez-vous du bouillon. C’est bon, ça passe tout seul, c’est chaud et ça sent l’enfance. Enfin, les gastros de l’enfance mais passons. C’était pour faire poétique (et je t’ai vu sourire).

–          Les jus de fruits : eau, vitamines et sucre (dont vous avez cruellement besoin en cette période de jeun)

–          Thés et tisanes, parce que c’est chaud et meilleur que l’eau. Et comme vous mangez peu ou pas, vous avez besoin de vous réchauffer. Votre petit cœur meurtri aussi.

Hygiène

Bon, le no douche, c’est mignon mais non. D’abord parce qu’avoir une bonne estime de soi (déjà bien amochée par le relargage en mer)(toute cette métaphore maritime me fout les poils)(voilà c’est dit) lorsque l’on a le cheveu gras et une tenue informe, sale et malodorante, cela relève d’un Mission Impossible et vous n’êtes pas Tom Cruise. De plus pleurer à chaudes larmes sous l’eau chaude, c’est ironique et surtout ça fait du bien. Voilà. Alors à la douche (vous verrez ça va vous détendre).

Alimentation

« Non mais là manger c’est hors de question. » Ne vous forcez pas. Buvez de l’eau, du bouillon, des jus de fruits. En assurant ces apports de base vous survivrez bien 24h voire même 48h sans rien avaler d’autre (sauf maladie surajoutée)(chassez l’étudiante en médecine et elle revient…). Le truc capital ça reste l’eau. Oubliez tous les horaires sociaux, toutes les conventions allant avec l’alimentation et revenez à vos sensations. A la première envie, sautez dessus, et mangez ce qui vous fait envie. Même si c’est un big mac à 9h le matin. On s’en fiche, on n’est pas là pour faire dans le diététique mais pour retrouver l’envie et le plaisir de manger. Et à force d’écouter ces envies, vous allez le retrouver le plaisir de manger, retrouver l’appétit et renouer avec votre rythme normal. L’essentiel de la mission c’était de vous remettre le pied à l’étrier.

Vivre

« De toutes façons, je m’en fiche de cette vie, si il/elle n’est plus là ! » : gardez à l’esprit, même si vous ne voulez pas l’entendre ni encore l’accepter, même si c’est encore trop dur, trop douloureux, trop tôt, rangez dans un petit coin comme un mantra que sacrifier votre santé, votre intégrité physique, vous sacrifier vous sur l’autel de votre amour déchu NE CHANGERA RIEN A LA VIE DE LA PERSONNE QUI VOUS A BRISE LE CŒUR. En revanche cela changera tout, ABSOLUMENT TOUT, à la vôtre. D’autant que si cette personne tenait suffisamment peu à vous pour vous piétiner de la sorte, vous attendez vraiment du remord, des cas de consciences de sa part ? Pour l’instant, rien n’a plus ni goût, ni sens et pourtant… vous êtes encore là, vivant(e).

 

Portez une attention toute particulière à votre hygiène de vie

Quand tout est encore trop frais et trop douloureux pour y porter un regard autre que noyé, revenir à la base, au concret, au vital peut donner un temps, ce répit dont on manque cruellement quand tout s’écroule tout à coup, pour reprendre pied. Admettre que l’on ne peut pas encore s’intéresser à ce qui nous fait vraiment souffrir ni essayer d’apaiser la cause véritable de notre désespoir mais qu’en attendant on peut construire un cadre propice à cette analyse quand nous serons suffisamment fort pour l’affronter. Rester basique, terre à terre : « pour vivre il me faut boire, manger et dormir. Maintenant que j’ai renoué avec ces trois activités (point Survivre), je vais essayer de les aménager pour être dans la meilleure forme possible. »

Bien manger

… pour ne pas tomber dans le piège du « je compense ma tristesse pas du sucre et du gras » après le jeun des débuts. Prendre soin de soi en commençant par bichonner son assiette. Et garder en tête que prendre 15 kilos en post-rupture est tout sauf une chose qui vous aidera à aller mieux. Donc faites-vous PLAISIR mais sans dépasser les limites du raisonnable (on ne bannit pas les granolas mais on ne mange pas les 16 biscuits du paquet d’un coup devant Buffy contre les vampires).

Bien dormir

Car reposé on pose un autre regard sur le monde, on rumine moins, on voit plus clair et on est moins déprimé. La fatigue engendre découragement, idées noires et problèmes insolubles. Parfois, la sagesse veut de dire « c’est tout pour ce soir » et d’éteindre la lumière. Ce n’est pas s’avouer vaincu, c’est juste dire « présentement, je ne suis pas en état de prendre la bonne décision » et se donner les moyens d’être en état un jour prochain.

Facile ? Pas tant que ça. Et pourtant tout commence et tout termine ici, souvenez-vous.

 

Dites que vous avez mal et combien vous avez mal

 

Cela fait du bien de dire, parler, se plaindre, partager sa détresse. Déjà parce que vous verrez très vite que d’autres que vous ont vécu la même chose, éprouvé les mêmes sentiments et traversé les mêmes difficultés et pourtant, waouh, regardez où ils en sont aujourd’hui ! Et la certitude que l’on en réchappe vaut tous les autres discours. Je me souviens tout particulièrement de ma marraine qui après mon premier chagrin d’amour m’avait dit : « Je te promets Célie, ça passera. Tu vas en crever mais ça passera. »

Mais surtout, parler c’est laisser à tous les gens qui vous entourent la chance de vous aider. Et être agréablement surpris(e). Pour avoir longtemps fait partie des gens qui gardaient tout pour eux et affichaient une façade hermétique j’ai pu voir la différence qu’il y avait entre vivre son chagrin tout seul dans son coin et laisser la porte ouverte à ceux qui vous aiment de vous soutenir. Et j’avoue que ça m’a complètement chamboulée de voir et recevoir toutes ces attentions. Jamais personne n’avait fait ça pour moi et pour cause, je ne leur en avais jamais laissé la latitude ! Les autres sont le meilleur antidote à cette solitude factice qui vous ronge quand « la » personne, votre personne, s’en va en claquant la porte. Vous n’êtes pas seul(e), c’est vous qui vous vous enfermez dans votre chagrin. Ouvrez la porte, ne serait-ce qu’un peu. Vos proches feront le reste du chemin,  laissez-leur la chance de vous surprendre (ou de vous décevoir, vous êtes en période propice au ménage : profitez-en).

Ne pas perdez pas pied avec votre quotidien : il vous attend

« Mon… quoi ? Quotidien ? Quel quotidien ? Je suis seul(e), je n’ai plus rien… ». Plus rien ? Pas si sûr… que faites-vous de votre travail, vos études, vos amis/collègues, votre patron, vos obligations familiales… ? Combien de gens comptent sur votre présence et vos talents dans votre domaine ? Aussi dur et insurmontable que demain trop tôt arrivé puisse paraître, essayez, aussi fort que vous pouvez de ne pas louper le rendez-vous que vous avez avec lui. Levez-vous, habillez-vous, petit-déjeuner (ou prenez seulement un thé si ce matin-là, vraiment, c’est trop dur) et sortez de chez vous pour rejoindre votre vie qui vous attend dehors malgré votre cœur en miettes. Tentez de rafler cette victoire-là, quitte à craquer en plein milieu de journée, quitte à vous effondrez : tout le monde a déjà connu ça, tout le monde, et personne ne vous jugera. Bien au contraire, être venu quand même vous valorisera et mettra des personnes à la portée d’être là pour vous, ne serait-ce que d’une main posée sur votre épaule. Et vous verrez, si vous ne devez pas avoir peur d’à un moment laisser entrevoir de quelques larmes aux plus gros de vos sanglots, sans doute le travail, être ailleurs et présent à d’autres impératifs qu’à votre seul chagrin vous accaparera tant que vous laisserez votre peine de côté, sans l’oublier tout à fait mais reléguée à l’arrière-plan, quelques heures. Et ça, voir que vous êtes encore capable de faire ce que vous faisiez avant quand il/elle était encore là vaut toutes les victoires : VOUS ÊTES ENCORE CAPABLE. Tout pareil, même avec le cœur lourd, vous pouvez encore. Comme toujours, petit pas après petit pas, un matin après l’autre : collez à votre quotidien, collez à ce que vous êtes, à ce que vous faites, ne laissez pas votre peine gagner du terrain dans cet espace-là. Tirez le meilleur de votre tristesse : une plus grande sensibilité, une plus grande écoute, une plus grande humanité.

 

Accepter et (tenter de) relativiser

Quelques exercices pratiques

Dresser la liste de tout ce que cette relation vous a apporté de positif

Parfois (souvent) la fin est si moche que le premier réflexe est de nier et balayer toute la relation. Si l’extrême inverse n’est pas bon (gommer tous les défauts et nier les faiblesses existantes en toutes relations), c’est dommage de faire un black-out complet sur tout un chapitre de sa vie sous le coup de la tristesse, de la colère, de l’incompréhension. Effacer c’est perdre : le temps consacré à une relation qui n’a pas abouti (double peine), les bons souvenirs, les enseignements, les choses qui vous ont été bénéfiques et vous ont fait avancer. Faire le tri pour conserver l’essentiel c’est limiter la casse : cela vous permet d’y voir plus clair, de commencer à faire le deuil d’une relation que vous ne souhaitiez pas forcément voir finir, d’ancrer toutes les choses que cette expérience vous a apporté pour continuer à avancer et non retourner 3, 6, 9 mois en arrière voire parfois bien plus.

 

Lister toutes les raisons pour lesquelles c’est finalement une bonne chose que ce soit fini

Bien que ces raisons n’auraient en aucun cas motivé votre départ (puisque ce n’est pas vous qui êtes parti(e)), l’idée est de contrebalancer l’overdose de positif (et calmer l’orage nostalgique en approche) et de gagner en objectivité. Un effet doudou est également fortement recherché. C’est pourquoi vos griefs peuvent être ridicules, l’important c’est de les formuler avec force conviction. « Il/Elle n’aimait pas le vin blanc, ça ne POUVAIT PAS marcher », « Je n’avais plus le temps de lire/écrire/dessiner/chanter/aller au yoga/courir/pour mes compétitions de judo… », « Non mais les documentaires tous les soirs, ça n’était plus possible » etc… Ici, il s’agit d’autosuggestion, même si le raisonnement est absurde en apparence (et encore qu’en cherchant bien vous pourriez trouver de VRAIES BONNES RAISONS que ça se soit terminé et que vous occultiez plus ou moins volontairement au profit des petits oiseaux gazouillants à demeure), le but c’est que cela vous soulage, que vous alliez mieux. Que vous vous convainquiez que c’est une BONNE chose, voire même que c’était la seule chose à faire.

 

Ne laisser aucune question sans réponse

 

Préférer sa fierté aux réponses à un coût, non pour la personne qui quitte mais pour celle qui reste sur le bord de la route (logique, celle qui quitte sait, elle, pourquoi elle quitte). Avoir mal, être blessé n’a rien de honteux et n’est en aucun cas quelque chose dont vous devez rougir. Exprimer de la révolte, de l’incompréhension non plus. Votre douleur n’est pas pathétique mais un témoin supplémentaire de combien vous aimiez et aimez encore cette personne qui vous délaisse. Et la douleur n’a nulle connaissance du temps. Que vous pleuriez un amour d’été stoppé trop vite ou plusieurs années de relation, votre chagrin est tout autant légitime. Règle n°1 : il n’y a ni tort, ni raison en ce qui concerne les sentiments. Alors oui, c’est terrible de se montrer sous ce jour-là, le jour de celui qui a aimé, c’est terrible d’assumer des sentiments non partagés mais souvenez-vous toujours que la personne qui aime n’a jamais tort d’aimer. Jamais. Et peut-être que cela valorise la personne qui a su susciter cet amour, oui, mais cela ne vous en dévalorise pas pour autant. Car si la personne qui vous quitte sait le susciter, vous vous êtes capable de cet amour-là. Vous savez faire, la personne en face, un peu moins. Peut-être, sûrement même, car vous n’étiez pas « sa » personne. Mais peut-être aussi parce qu’elle ne sait pas très bien faire. Ce n’est pas de ces choses qu’on apprend, aimer, faire confiance, laisser sa chance, s’impliquer.

Et pour vous, il est important d’aller sur le terrain pour traquer tous les non-dits et les déterrer uns à uns. « Oui, enfin, il y a des choses qu’il vaut mieux laisser enterrées… ». Non. Libre à vous de les brûler sur un grand bûcher une fois le déballage terminé. Tous les reproches et les manques que la personne qui vous quitte évoquera ne sont pas forcément fondés, réalistes et matière à remise en question. C’est pourquoi il est doublement important de les connaître ! Un reproche infondé qui dans un premier temps suscitera la révolte et que vous essayerez (en vain) de démonter pour montrer combien il est faux ce prétexte à la noix – oh, vous avez dit le mot essentiel : « prétexte » – ne pourra pas vous faire souffrir par la suite. L’un de mes ex m’a un jour reproché d’être en médecine. « Reste avec les tiens ». Bien. Ai-je souffert de ce reproche surréaliste ? Non. Aurais-je souffert d’un « mais qu’ai-je donc fait pour qu’il me quitte de la sorte ? » : oui. Voilà, toute la différence est là.

Toutes les questions qui resteront en suspens, incertaines, sont celles qui vous feront douter de vous par la suite, vous ralentiront dans votre processus de guérison et vous empêcheront d’avancer. C’est ce qui nourrira des « mais qu’est-ce qui me manque bon sang ? », des « qu’ai-je fais de mal ? » et des « étais-je trop ceci, n’étais-je pas assez cela ? ». Alors posez les questions, mettez les choses au clair calmement. Le pourquoi, le comment. Si c’est un mauvais moment à passer, une fois les choses posées sur la table, elles ne pourront plus vous ramener sans cesse en arrière à chacune de vos tentatives pour avancer. Vous aurez eu vos réponses. Vous saurez. Il n’y aura plus lieu à vous torturer l’esprit de questions jusqu’à point d’heure. Libre à vous de garder les remarques fondées et de jeter le reste à la benne à ordures.

 

… mais ne rien faire sur le coup de la colère

 

On parlait de fierté : un esclandre est toujours ridicule et inapproprié. Toujours. Et non constructif au possible. C’est un dialogue de sourds où les mots dépassent la pensée, où la méchanceté est gratuite et sans fondements. C’est la porte ouverte aux blessures inutiles. Préservez-vous, vous souffrez déjà bien assez sans en rajouter une couche (genre, vous faire raccrocher au nez)(histoire vraie)(tous droits réservés). Si vous ne vous sentez pas capable d’avoir cette conversation ou de la poursuivre, préférez une pause à un dérapage incontrôlable qui viendrait rajouter du gâchis au gâchis.

 

Repartir sur de bonnes bases

Quelques exercices pratiques

Analyser la/les raison(s) de l’échec

Quand on se trompe ou que l’on emprunte une voie sans issue, deux choix s’offrent à nous, faire demi-tour et décamper en vitesse ou prendre le temps de comprendre le pourquoi de notre erreur et noter sur un plan l’emplacement exact de la route barrée pour ne pas se refaire avoir au prochain tour de manège. Listez tous les signes avant-coureurs, les reproches faits par ce conjoint qui vous quitte, ses raisons, la situation. En adoptant cette démarche vous pourrez mieux comprendre donc mieux accepter mais surtout vous serez mieux armés si une situation similaire se présente à vous et sans doute plus vigilent(e).

 

Fixer des limites

Vous venez de vous prendre un mur à pleine vitesse. Ça fait mal, et plutôt beaucoup que pas du tout. Vous avez vu que telle ou telle configuration ne fonctionnait pas, ne vous convenait pas, vous faisait souffrir ou ne vous épanouissait pas. Ou pas totalement. Et qu’au final vous en payiez chèrement le prix à l’arrivée. C’est ce qui se passe lorsque l’on tombe amoureux un peu par hasard, un peu « comme ça », un peu comme souvent. On n’avait pas trop calculé que boum, le cœur louperait un battement et que paf, on se prendrait la pièce montée pleine face en rêvant soudain lâché de colombes sur pelouse molletonnée option meringue intégrée. Une personne arrive et le film se déroule naturellement et dans ce bien-être qui fait son entrée, dans la richesse de la découverte, où l’on aménage peu à peu une place à l’autre on piétine parfois les plates-bandes (et les jolis hortensias bleus plantés par maman). On passe sur certains défauts, certaines réalités, on les accepte parce que « pfffffiuuuu, qu’est-ce qu’on est bien ! ». Ce n’est pas un mal, vous l’avez vu vous-même : combien de choses merveilleuses avez-vous vécues grâce à cette relation, combien avez-vous appris sur vous-même, sur la vie et vos attentes, sur le bonheur, votre définition personnelle du bonheur et ce qui pouvait vous l’apporter ? Ici la démarche n’est pas de dire « Tu t’étais juré de ne jamais sortir avec un cordonnier/une restauratrice parce que ton grand-père/ta grand-mère l’était et ce n’est pas une vie et voilà où tu en es maintenant ! Et puis arrête de te plaindre, tu l’as bien cherché ! » que de dire : « J’ai été contre un a priori négatif, j’ai franchi une limite que je m’étais fixée, ça n’a pas marché, la prochaine fois je ferais plus attention. ». Comme avec les raisons de l’échec, le but ici est de ne pas se remettre dans une position d’échec sans fixer pour autant un panneau STOP définitif. Juste inviter à plus de prudence. Soit au tout début en fermant toute possibilité et en ne laissant pas le temps à l’attachement de faire son œuvre, soit pendant la relation face à une difficulté similaire à celle qui vous a présentement fait chuter de réagir différemment, peut-être même de la voir de loin et donc d’éviter d’aller jusqu’au point de rupture (oh oh, jeu de mots)(ben oui, un peu de légèreté).

 

Définir les qualités que vous avez besoin de retrouver chez votre amoureux/amoureuse pour être heureux/se dans votre relation.

Il s’agit ici de qualités émotionnelles, de valeurs et non de critères physiques. Si je suis bien loin de nier l’importance du physique dans l’attirance réciproque, ce ne sont pas des données que l’on peut fixer à l’avance. On peut parfaitement être « a priori » plus attirée par les grands blonds aux yeux bleus et tomber amoureux/se d’un homme grand certes mais brun aux yeux verts (et réciproquement pour les femmes). Non, là il s’agit du caractère et de ce dont vous avez besoin pour vous sentir bien avec l’autre. Et j’insiste sur la notion de QUALITE : vous devez formuler vos attentes à l’affirmative « je veux un homme/une femme qui… » et non « Je ne veux pas d’un homme/d’une femme qui… ». En effet, il paraît que le cerveau ne comprend pas la forme négative : pour avoir utilisé cette technique l’an dernier après ma rupture, ça a marché. De plus, la forme positive, affirmative est nettement plus agréable, ouverte et bénéfique qu’une négation qui coupe, met à l’écart, isole. Vous pouvez bien évidemment vous servir de ce que vous ne voulez absolument pas/plus chez vos futur(e)s amoureux/ses pour trouver, en prenant leur opposé, les qualités essentielles à un(e) conjoint(e) qui vous rende heureux/se.

 

Définir ce que vous voulez et qui n’est pas négociable

Vous n’avez pas envie de vous engager et ne tombez jamais amoureux/se que de personnes qui parlent maison/chien/mariage/enfants ? Vous voulez construire mais perdez votre temps avec des personnes qui ne souhaitent pas s’impliquer ? STOP ! C’est complètement insensé et contre-productif, vous dépensez une énergie folle à essayer de remonter la rivière à contre-courant. Donc profitez de ce temps propice à faire un point pour déterminer ce dont vous avez vraiment envie. Trouvez dans l’échec la force de ne pas vous entêter aux dépens de votre propre bonheur. Savoir ce que l’on veut est le premier pas vers le courage de se présenter honnêtement à l’autre avec ses besoins, ses envies, ses manques. Car renoncer à une relation perdue d’avance avant même qu’elle ne commence en acceptant un « Nous n’attendons pas la même chose d’une relation de couple » est toujours moins douloureux malgré la déception que de se faire réveiller plusieurs mois après d’un coup de rame de celui/celle qui depuis le début ne pagayait pas vers les mêmes horizons.

 

Prendre soin de soi

 

Waouh, se faire jeter, niveau estime de soi, on a connu mieux. Et si à la rupture vous rajoutez les petites humiliations bien sympathiques des mensonges, de la tromperie, d’avoir été gentiment cocufié(e), on touche au nec plus ultra du « je vais aller me cacher la tête dans un sac et attendre que la Terre entière ait oublié que je me suis fait(e) traiter comme une sous-sous-sous-personne » (pour ne pas dire comme la nana qu’on ramasse à 4h en boîte de nuit et que l’on remet sur le trottoir sans autre forme de procès le matin venu)(estime de soi au taquet vous disais-je). Alors déjà, STOP. Le/la minable dans l’histoire c’est celui/celle qui se comporte comme un/une moins que rien. Cette mise au point faite, passons à la salle de bain.

Prenez du temps pour vous. Ne vous négligez pas. [Tentative d’exemples mixtes dans 3… 2… 1…] Continuez à vous maquiller le matin, à vous mettre du gel dans les cheveux si ça vous plaît, à cirer vos chaussures et porter ces talons qui vous font des jambes de rêve. Ou recommencez à les mettre si vous aviez arrêté de le faire. A porter des petites chemises, des petites robes, du vernis sur les ongles, à dégainer une crinière brillante et douce, des jeans qui vous font des fesses de rêves (je m’adresse ici aux hommes)(pour l’affaire du jean)(c’est très important d’avoir des jeans qui vous font des fesses de rêves)(fin de la parenthèse). Alors oui je sais, je fais dans le cliché hyper genré mais voilà l’idée c’est : « faites tout pour vous sentir BIEN, BEAU/BELLE, SEXY, ATTIRANT(E), DESIRABLE, pour VOUS PLAIRE A VOUS ». Donc, succombez à tout ce qui vous fait vous sentir bien. Cette tenue qui vous met en valeur, ce parfum qui vous donne l’impression d’être renversant(e), cette couleur qui vous flatte le teint… Perdre le regard doux que vous aviez appris à poser sur vous, rassuré(e) par toute l’affection que vous pouviez recevoir de votre conjoint(e) est plus rapide qu’apprendre à le regagner. Et qui pourrait résister à cette version radieuse de vous-même ? Même si c’est trop tôt pour replonger tête baissée, compliments, flirt, sourires complices et jeux de séduction vous aideront à reprendre progressivement confiance en vous et à retrouver le sourire. Et puis, qui sait, peut-être qu’avec la bonne personne, cela ne vous semblera plus si tôt que ça pour redonner sa chance à la vie de vous surprendre ? Relevez le menton et avancez confiant(e), adoptez une démarche assurée. Assumez ce que vous êtes et qui vous êtes que cette rupture, en aucun cas, ne remet en cause. Et même si tout n’est pas rose, raccrochez-vous à la certitude que se sentir bien dans son physique c’est déjà un ENORME pas en avant sur le chemin du mieux. Donc persévérez.

 

Parenthèse pour celles et ceux dont c’était le 1er chagrin d’amour

 

Promis, vous retomberez amoureux. Une autre personne fera à nouveau battre votre cœur tout pareil, vous fera frémir à chaque caresse, vous fera trembler rien qu’avec sa voix et attendre en comptant les secondes le moment où il/elle vous reprendra dans ses bras. La seule chose que vous risquez… c’est que ce soit encore mieux !

 

Accepter d’avoir du chagrin et être indulgent envers soi-même

 

Aujourd’hui on doit être PERFORMANT. Pleurer c’est être faible, avoir des émotions s’encombrer, des espoirs être perclus d’illusions. Pourtant, avoir du chagrin, c’est juste être humain. C’est normal. Et ça prend du temps avant de se sentir à nouveau suffisamment bien pour pouvoir oublier la crainte de voir monter à l’improviste quelques larmes. Ne soyez pas trop dur avec vous-même, ne précipitez pas les choses, on ne répare pas les humains comme on répare une machine d’un coup de tournevis (parole de future médecin). Cela prend du temps, des tâtonnements, des échecs et des litres de thé. Et c’est une personne qui le soir même d’une rupture était déjà énervée de sa « faiblesse » qui vous parle. Qui se trouvait ridicule de pleurer et d’exposer sa détresse à la Terre entière.

L’important, l’essentiel, c’est de ne pas renoncer, de ne pas vous décourager de ne pas déjà flotter à nouveau un sourire banane aux lèvres sur votre petit nuage à la seule force de votre robe préférée enfilée le matin même devant la glace. Ce n’est pas pour autant qu’il faut arrêter de faire tous ces petits efforts. C’est juste que pour l’heure, la somme de vos chagrins est encore supérieure à celle de vos petits bonheurs. Félicitez-vous plutôt d’avoir essayé et d’y avoir trouvé un peu de réconfort même si ça n’a pas suffi à ensoleiller votre journée entière et soufflez. Laissez l’orage passer. Après la pluie… vous connaissez la chanson.

 

Ne pas s’isoler

 

Qu’elle est proche la tentation de se terrer sous la couette jusqu’à la fin des temps… NON ! Broyer du noir seul dans son coin est l’absolue certitude de mettre un million d’années (au moins) à se remettre de sa rupture. Votre objectif doit être de réduire les ruminations à leur plus faible expression. Attention, vous l’avez vu (points Accepter et tenter de relativiser – ne laisser aucune question sans réponse – repartir sur de bonnes bases) il n’est pas question de faire l’autruche en se noyant dans une hyperactivité factice brassant du vent pour se voir rattrapé(e) et noyé(e) par tout ce qui n’aura pas été réglé dans quelques semaines. Absolument pas. Prendre du temps pour analyser les choses clairement, poser cartes sur table et faire le point est essentiel. « Regarder la vérité en face » tout ça, tout ça… En revanche, mariner dans les vestiges d’une relation passée en remâchant souvenirs, griefs et culpabilité d’abord ne vous sera d’aucune utilité et ensuite vous enfermera dans votre chagrin. Hors, ce que l’on veut tous c’est qu’il se fasse le plus passager possible. Ne lui ouvrez donc pas les placards de chez vous : un clic-clac dans un coin du salon et c’est tout !

« Oui très bien mais comment ne pas m’isoler ? » Et bien tout simplement en disant OUI ! Un petit resto japonais entre amis ? Oui ! Un match de hand avec des potes ? Oui ! Une soirée dvd ? Oui ! Un thé avec une copine ? Oui ! Brunch avec la bande ? Oui ! Soirée pizza chez un pote ? Oui ! Virée shopping ? Oui ! Cours de danse orientale ? Oui ! Footing avec les colocs ? Oui ! Musée un jour pluvieux avec un/une ami(e) ? Oui ! Cinéma ? Oui ! Soirée cocktail ? Oui ! On va danser ? Oui !

Si en général, dire plus souvent « oui » rend la vie plus jolie, plus riche et plus intéressante à vivre, quand on est dans une passe difficile dire « oui » CHANGE la vie. Elle vous fait renouer avec ce que la vie peut avoir de bon à vous offrir, même si ce ne seront que de faibles joies au début, ne serait-ce qu’une anesthésie passagère du chagrin est toujours bonne à prendre. Donc, DITES OUI. Même si vous n’avez pas le moral et peur de plomber l’ambiance : tous vos amis seront là pour vous redonner le sourire, vous faire rire, vous détourner de votre tristesse ! Et non vous ne serez pas un poids : ce sont vos amis, ils le feront pour vous et vous verrez, sourire, rire, toutes ces petites choses reviendront bien plus facilement que vous ne le pensez.

 

Faire du sport

 

Le sport défoule le trop plein de colère, laisse seul face à ses pensées, fait le vide, déverse des seaux entiers d’endorphines sur vos tristesses, sculpte le corps, développe vos capacités d’endurance, votre ténacité, votre courage face à l’effort… (donc face aux épreuves ? aux sacrifices ? au don de soi ?)

Il permet de sortir de sa bulle, de regagner une démarche volontaire : enfiler son jogging, des baskets et en découdre avec le bitume, c’est déjà faire. Le sport aide à se sentir bien dans son corps. Et c’est la première étape pour se sentir bien dans sa vie, tout simplement en renouant avec soi. En se dépassant. En relevant le défi. En se prouvant que l’on en est capable. Le sport renvoie une image fondamentalement positive quelles que soient vos performances (ne visez pas performances, visez endorphines : vous faites du sport pour vous sentir mieux, pour vous sentir bien, pas pour ravir une médaille aux JO) : avoir eu la volonté de se bouger, avoir repoussé ses limites, s’être mis dans une position un peu difficile puisqu’elle nous fait perdre le souffle et appelle les crampes, et au final avoir réussi à relever le challenge tout de même. Bref, ça n’a que des avantages. Alors, qu’attendez-vous pour aller courir ?

 

Rouvrez la porte aux petits bonheurs et faites-vous PLAISIR

 

C’est à se demander si les ruptures n’ont pas été inventées par des commerciaux quand on voit la propension que l’on a à se consoler non pas seulement à coups de calories mais aussi à coups de cartes de crédit. Même si ces dépenses sont compulsives, pas forcément nécessaires ni vitales, je dirais que, dans la mesure de vos moyens, leur potentiel sourire est si grand que ce serait bien dommage de s’en priver ! Préférez les petits cadeaux (un nouveau rouge à lèvre, un jeu vidéo, un livre, un blush…) aux énormes cadeaux (un sac Hermès), déjà pour préserver la santé de votre banquier (pensez à son infarctus devant votre solde débiteur à – 5000€) mais surtout pour pouvoir vous les accorder à chaque fois que vous en avez besoin. Journée un peu moche ? Petit détour par monoprix…

Cependant, il n’est pas qu’aux petits plaisirs nés des achats qu’il faut rouvrir la porte mais bien à tous les sourires. Ceux auxquels le chagrin nous rend hermétiques. La voisine qui nous retient l’ascenseur, l’inconnu qui tient le portique du métro le temps que l’on passe, les petits messages envoyés par ses ami(e)s, le fait qu’aujourd’hui il fasse beau, un mail illuminant une morne journée, un colis devant sa porte, une petite fille sur les genoux de sa maman dans le bus lui racontant sa journée avec des mots d’un autre temps (« vilaine peste »), une crêpe au nutella que l’on s’offre en rentrant, le plaisir retrouvé de lire un magazine, un livre, la douceur d’un bain, la chaleur d’une bouillotte, ce jean qui épouse parfaitement nos formes, ce parfum qui nous accueille au seuil de la coloc, ce déjeuner partagé entre amis, le fait qu’il y ait encore des muffins double chocolat à la cafet alors que l’on est sorti à 14h, avoir fait du bon travail aujourd’hui, un sourire gentil d’un passant, une conversation inattendue et pleine de sourires, un livre qui nous accapare, se sentir bien aujourd’hui, avoir réussi la fameuse recette de mémé presque sans regarder le cahier de recette, régaler ses amis avec, pouvoir dormir une heure de plus ce matin, chanter à tue-tête devant son miroir, recevoir un compliment d’un(e) inconnu, repérer cette personne dans la foule et entendre à nouveau jouer cette petite mélodie…

Vous voyez, vous aussi vous souriez. Alors qu’attendez-vous pour partir vous aussi à la cueillette des sourires ?

 

Ne pas, ne JAMAIS, vous avouer vaincu(e)

 

Survivre à un chagrin d’amour c’est soudain se sentir sous l’emprise d’un énorme oscilloscope à émotions. Avec des bas très bas et des petits mieux qui semblent si extraordinaires, « Quoi ? Je sais encore sourire ? Quelque chose de doux peut encore me toucher ! » qu’ils nous font atteindre des hauts très hauts, inespérés et toucher à l’impression d’être « guéri(e) ». Et puis on redévale la pente vers des bas très bas à nouveau… parfois même plus bas encore que le précédent bas, et ce plusieurs fois… Mais peu à peu les hauts se font moins hauts, plus apaisés, proches, réguliers, longs et les bas moins bas. Jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une douce nostalgie parfois, perçant par petites touches s’effaçant gentiment, calmement. Mais peu importe combien le précédent haut était haut ou le présent bas est bas, ne renoncez pas. L’important ce n’est pas d’arriver à être toujours heureux/se et ne plus jamais se laisser submerger, c’est de tous les jours essayer d’aller mieux. Tous les jours. Et à force d’essayer, parfois réussir. Accumuler les réassurances, les moments agréables auxquels vous pensiez ne plus jamais savoir comment goûter pour acquérir l’assurance que si, il y aura un après. Différent mais radieux lui aussi.

A sa manière, à votre manière. 

Et pour finir, un article (écrit par un homme !) qui pourrait vous aider

Fin de relation, méthode par la relativisation par Monsieur Lâm

Laisser un commentaire - 3

To Do in 2014 : la mini-mini bucket list


To-do in 2014 : la mini-mini bucket list - Miss Blemish - Résolutions

L’ébullition est déjà là, les partiels ne sont pas encore finis que la casserole déborde déjà et que je brûle de mille envies. Celle d’utiliser mieux mon temps en tout premier lieu pour tout faire rentrer dans ce quotidien bien chargé où pourtant de précieuses minutes arrivent encore à se voir gâchées (à bougonner sur tout ce temps que je n’ai pas par exemple…). Pour démarrer 2014 j’avais donc envie de mettre sur papier (et sur toile)(c’est délicieusement poétique tourné comme ça vous ne trouvez pas ?) toutes ces choses que j’avais envie de faire durant ces douze mois qui s’ouvrent devant nous.

J’aime bien l’idée de me donner des objectifs à si court terme, c’est comme s’il l’on avait l’obligation de s’y mettre tout de suite pour avoir une chance de tous les cocher. Vous le verrez, ils ne sont pas forcément exceptionnels, grandioses, extraordinaires ou que sais-je, pas du tout ! Bien au contraire ! Car mon idée c’était vraiment de se faire plaisir, de prendre du temps pour ça, de laisser une place au superflu, à ce qui nous fait envie depuis longtemps, laisser du temps au « un jour il faudra que je… ». Et quoi de mieux pour donner sa place à un non-impératif que de le présenter sous le jour d’un défit? Mais plus encore, des défits surmontables ! Car au-delà du plaisir de prendre le temps de faire, réussir aussi, c’est carrément canon non ?

C’est peut être ça le défaut de ces Bucket List, le GRAND. Beaux projets, rêves géniaux mais souvent difficiles à mettre en oeuvre ici et maintenant, un peu inaccessibles et lointains. Pas qu’il ne faille pas viser haut, grand et beau, et qu’il faille s’avouer vaincu sans essayer, mais c’est plus rare de cocher un item sur cette liste-ci, on les oublie aussi un peu, après tout, on a toute la vie, non ? Donc là, non, seulement 12 mois pour devenir la reine du patin à glace ou le roi du hamburger, 12 petits mois et autant de petites joies et grands défis pour faire frétiller le quotidien.

Place aux jolis bonheurs de demain…

Apprendre à cuisiner Indien. Pour cette jolie soirée pleine d’amour et de rire partagée au Canada autour de cette table pleine de ces petits plats aux couleurs d’ailleurs préparés à deux, en amoureux, par Katia et son mari.

Parler Espagnol. Suffisamment pour lire des romans et demander des tapas mmmmh au serveur « Si, si hablo espanol muy bien, son tus ojos« . L’Italien ce sera pour 2015.

Lire Gastby… en VO… Prêté il y a mille ans déjà par ma meilleure amie. Le terminer enfin, le comprendre, m’accrocher. Car Fitzgerald dans le texte c’est… ardu.

Or-ga-ni-sa-tion. J’ai plein d’idées pour optimiser mon temps et cette fois-ci je compte bien tout faire pour réussir à les appliquer ! (post à venir)

Laisser sa place à la créativité. Avec pour objectif, 1 DIY par mois ici. Plus si je peux, mais au moins ça… Car chez moi, les petites choses faites main ne manquent pas… C’est bien simple j’adore ! Imaginer, créer, peindre, redonner vie à des objets qui ont une histoire et dont je ne veux pas me séparer bien qu’ils ne soient pas de leur prime jeunesse… Les idées ne manquent pas, il ne reste plus qu’à faire !

Ecrire chaque jour. Que ce soit à vous ici, ou à vous ailleurs. Ecrire. Car c’est ça le sel de ma vie à moi. Enfin… entre autres.

Aimer.

Et toi, de quoi as-tu envie que 2014 soit fait ?

Toi aussi, fait ta liste et partage-la ! Ici dans les commentaires, sur ton blog (et n’oublie pas de laisser un petit lien ici, j’irais lire tous vos articles !), ou sur Twitter via le hastag #ToDoIn2014

Laisser un commentaire - 0

Et soudain prendre le risque d’être heureux dès aujourd’hui


Et soudain prendre le risque d’être heureux dès aujourd’hui - Miss Blemish

Crédit Photo : Unsplash

On dit souvent « Souris à la vie, elle te le rendra ». Loin de moi l’idée de vouloir contredire cet adage, je suis la première à essayer d’ouvrir les yeux le plus grand possible pour glaner toutes les petites joies qui se trouvent autour de nous et à côté desquelles il est si facile de passer sans les voir. Cependant il arrive que ces jolis moments ne suffisent pas à égayer un quotidien devenu insupportable et pesant, un quotidien qui ne nous satisfait plus. Sourire au lieu de nous faire grandir et de brider notre propension à râler sans cesse se mue alors en une mascarade à la mode de l’autruche. On sourit pour (faire) oublier que rien ne va. On dit des phrases toutes faites comme « c’est une mauvaise passe », « demain ça ira mieux », « vivement que tout ceci soit derrière moi », « vivement la retraite », « quand *** sera arrivé tout ira mieux » et concrètement on serre les dents et on attend sans se rendre compte que les instants que l’on rechigne à vivre aujourd’hui n’existeront jamais plus. On parie sur un futur pourvoyeur de rêves accomplis et de doux présent sans réaliser que ce sont les efforts fournis aujourd’hui qui feront peut-être de ces aspirations une réalité.

J’ai eu un véritable électrochoc lorsque j’ai réalisé tout récemment que pour les quatre années qui allaient suivre (au moins) je serai à peu près tout le temps en examen soit sous pression et donc à espérer « vivement que tout ceci soit terminé ». Or, si espérer que quelques semaines de révisions (ceci vaut aussi pour les bilans trimestriels en entreprise, les présentations de projets… etc…) passent en un clin d’œil est relativement anodin, brader les quatre années à venir s’est révélé conceptuellement inacceptable. Autant aller jusqu’au bout de l’honnêteté, je fais partie des gens qui voteraient sans hésiter pour des journées de 48 heures, un temps de sommeil à minima et suivraient bien un quintuple cursus (façon médecine-litté-langues-socio-arts pour ma part). Et là, comme ça,  je ferais une croix sur quatre années de ma vie en laissant porte grande ouverte à Examirella (mon double maléfique)(celui stressé, sur les nerfs, inapprochable et indisponible) ? Je vous confirme, il était temps de se réveiller et de réaliser qu’il ne tient qu’à moi seule de donner à mon quotidien l’image que je veux qu’il revête.

J’ai donc pris une feuille, tracé un grand trait pour délimiter deux colonnes et listé d’un côté ce qui ne me convenait pas/plus et de l’autre ce que je pouvais faire dès aujourd’hui pour améliorer les choses. L’idée n’étant pas de ressasser et de peindre le tableau tout en noir mais de sortir du « cacher la poussière sous le tapis » pour mettre tout à plat, repartir sur des bases nettes et dire au revoir à nos ronchonnements. Ce petit exercice tout bête m’a permis de réaliser une fois de plus que ce qui nous pèse tient souvent à bien peu de chose dont on fait pourtant une montagne et que malgré les impératifs on peut toujours rendre son quotidien plus agréable. Surtout, prendre cette feuille et le temps de réfléchir n’a finalement pas fait ressortir comme on pourrait le croire uniquement le négatif, le positif aussi était de la partie. De quoi relativiser et trouver la motivation de tout mettre en œuvre pour qu’il n’y ait plus que du positif dans le bilan.

Et vous, comment faites-vous pour rendre plus doux votre quotidien ?

Laisser un commentaire - 0